honorable

honorable

adj.
1. Qui est digne de considération, d'estime : Ce sont des gens honorables honnête, estimable, respectable ; méprisable, vil digne ; indigne, infamant
2. Dont la qualité, la quantité sont jugées suffisantes : Des performances honorables acceptable, convenable, moyen correct, passable
3. Qualificatif de politesse utilisé entre membres de certaines assemblées : Mon honorable collègue.

HONORABLE

(o-no-ra-bl') adj.
Qui attire de l'honneur et du respect, en parlant des choses.
Un destin favorable M'offrait en ce danger un sujet honorable D'acquérir, par ma perte, un triomphe à ma foi [MALH., I, 4]
J'y vois de vos vertus les preuves honorables ; J'y vois la haute estime où sont vos grands exploits [CORN., D. Sanche, I, 3]
Les reines des étangs, grenouilles veux-je dire, Car que coûte-t-il d'appeler Les choses par noms honorables ? [LA FONT., Fabl. XII, 24]
J'oserais quasi assurer que c'est quelque mauvais démon qui, voulant rendre la pauvreté tout à fait insupportable, a trouvé le moyen d'attacher aux richesses tout ce qu'il y a d'honorable et de plaisant [BOSSUET, Panég. St Franç. d'Assise, 1]
Et ces noms, ces respects, ces applaudissements Deviennent pour Titus autant d'engagements Qui, le liant, seigneur, d'une honorable chaîne.... Fixent dans son devoir ses vœux irrésolus [RAC., Bérén. V, 2]
Souffrez, si quelque monstre a pu vous échapper, Que j'apporte à vos pieds sa dépouille honorable [ID., Phèdre, III, 5]
[Un ambassadeur] Ce n'est qu'un ennemi sous un titre honorable [VOLT., Brutus, I, 1]
C'est la mollesse qui s'épouvante et n'ose faire l'échange de son repos contre des périls honorables [RAYNAL, Hist. phil. XVIII, 41]
Terme d'architecture. Colonne honorable, colonne élevée en l'honneur d'un homme illustre. Terme de blason. Pièces honorables de l'écu, les pièces principales et ordinaires qui, en leur juste étendue, peuvent occuper le tiers du champ.
Digne d'estime, qui mérite d'être honoré, en parlant des personnes.
De la main de ton père un coup irréparable Déshonorait du mien la vieillesse honorable [CORN., Cid, III, 4 (dans les variantes)]
La sage et honorable vieillesse de Mme Yolande [BOSSUET, Yol. de Monterby.]
Mais nous autres faiseurs de livres et d'écrits, Sur les bords du Permesse aux louanges nourris, Nous ne saurions briser nos fers et nos entraves, Du lecteur dédaigneux honorables esclaves [BOILEAU, Ép. VI]
À toute l'honorable compagnie présente et à venir, salut [DANCOURT, la Folle enchère, sc. 22]
Sur ce pied-là ce n'est pas grand'chose que d'être honoré, puisque cela ne signifie pas qu'on soit honorable [MARIVAUX, Double inconst. I, 10]
Je ne suis née moi-même que de parents honorables et non pas connus [ID., Pays. parv. 2e part.]
Qui vit noblement, grandement. C'est un homme fort honorable. On dit de même : Il tient une maison honorable ; il fait les choses d'une manière honorable.
Honorable homme, qualité que les simples bourgeois prenaient autrefois dans les actes publics. Honorable est aujourd'hui un terme de politesse qui se dit d'un membre de la chambre des communes d'Angleterre, ou de la chambre des députés de France. L'honorable M. N. L'honorable préopinant. S. m. C'est un de nos honorables.
Amende honorable, peine infamante, consistant en ce que le bourreau conduit en de certains lieux un criminel nu en chemise, la corde au cou et une torche ardente à la main, pour y confesser son crime et en faire réparation. Faire amende honorable. Par extension. Amende honorable, espèce de réparation d'honneur qu'on fait à quelqu'un, quand on reconnaît qu'on a eu tort à son égard. Fig. Faire amende honorable, rétracter une erreur, une parole légère, inconvenante.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E honurable le num de els devant lui [, Liber psalm. p. 94]
    Alez à Chartres, à Paris l'enorable ; Lessiez li Rome, qui est ses heritages [, li Coronemens Looys, v. 2395]
  • XIIIe s.
    Bele estiés et honerable, Et as besoigneus secourable [, Fl. et Bl. 741]
  • XIVe s.
    Donques s'ensuit il que il est en nostre volenté et posté estre honorables et bons ou malvais et vicieux [ORESME, Eth. 71]
  • XVe s.
    Il qui estoit moult honorable, jeune et desirant d'aquerir honneur et prix [FROISS., I, I, 13]
    Et y estoye [je] honorablement receu, car les Anglois sont fort honorables [COMM., III, 6]
  • XVIe s.
    Titus n'en rapportera [de la mort d'Annibal] jà victoire qui luy soit gueres honorable ny digne des anciens Romains [AMYOT, Flam. 41]
    Encores ne coustera-il rien de nommer les choses pour noms honorables [D'AUB., Faen. I, 1]
    Cela lui estant assuré avec honorable et bonne recompense [ID., Vie, VII]
    J'ay autrefois veu feu monsieur d'Eguilli, et le chevalier de Puygreffier, honnorables vieillards, demourer l'espace d'un long jour armez de toutes pieces [LANOUE, 286]
    La mort en bien aimant est tousjours honorable [DESPORTES, Diane, I, 69]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. honorable, honrable, ondrable ; espagn. honorable ; ital. onorevole ; du latin honorabilis, de honorare, honorer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • HONORABLE. Ajoutez : - REM. Il est dit au n° 3 qu'être honorable, c'est vivre noblement, grandement. Mais il n'est pas nécessaire de vivre noblement, grandement pour être honorable ; il suffit d'avoir un genre de vie qui fasse honneur à la condition, quelle qu'elle soit.
    L'abbé [le frère de Diderot] aime la compagnie telle quelle et la table ; ma sœur se plaît avec peu de monde et veut être honorable à propos et sans profusion [DIDER., Lett. à Mlle Volland, éd. Assézat, t. XVIII, p. 373]

honorable

HONORABLE. adj. des deux genres. Qui fait honneur, qui attire de l'honneur et de respect. Être dans un poste honorable. Profession, condition, emploi, rang, caractère honorable. Capitulation honorable. Ils ne veulent se rendre qu'à des conditions honorables. Il a fait une fin honorable et glorieuse. Action honorable. Vie honorable. Accueil, réception honorable. Faire une mention honorable de quelqu'un, de quelque chose. Cette pièce de vers a obtenu une mention honorable, la première mention honorable, au concours de l'Académie. On lui donna la place la plus honorable. Il occupe un rang honorable parmi nos écrivains du second ordre.

Il signifie aussi Qui mérite d'être honoré, considéré. Il appartient à une famille honorable. C'est une des maisons les plus honorables de notre ville. Il est né de parents honorables.

Il se dit de Celui qui vit honnêtement. C'est un homme très honorable, fort honorable. On dit en des sens analogues : Il tient une maison honorable. Il fait les choses d'une manière honorable. Etc.

Honorable homme, Qualité que les simples bourgeois prenaient autrefois dans les actes publics.

Il s'emploie encore comme terme de civilité dans le langage parlementaire. L'honorable préopinant. Mon honorable collègue, mon honorable ami vous a dit, Messieurs, que... L'honorable membre. L'honorable orateur qui m'a précédé à cette tribune.

Il se dit aussi de la Fortune, pour indiquer une situation moyenne, une aisance solide et bien assise. Cette jeune fille a une fortune honorable.

Amende honorable. Voyez AMENDE.

honorable

Honorable, Honorabilis, Honorificus, Magnificus.

Amende honorable, Traductio criminis damnatorum supplex et taedifera, et tanquam stigmatica. B.

honorable


HONORABLE, adj. HONORABLEMENT, adv. HONORER, v. act. [Onorable, rable-man, . Devant l'e muet, le 2d o est long: il honôre, honôrera. = Mde. Dacier écrit toujours honnorable, honnorer, avec deux n, aparemment à caûse d' honneur, qui en a deux, et qu'on ferait bien d'écrire avec une seule.] Honorable, 1°. qui fait honeur. "Profession, condition, emploi, rang honorable. = 2°. Splendide, magnifique, en parlant des persones et de ce qui y a raport. "C'est un homme honorable~: il fait les choses d'une manière honorable. = Amende honorable. V. AMENDE. = Honorablement, d'une manière splendide. "Faire les chôses honorablement. "Il a été enterré honorablement.
   Rem. Dans la prôse et dans le discours ordinaire, honorable suit le substantif. En vers, et dans le discours relevé, il le peut précéder. "La réception honorable qu'on lui a faite. "L'honorable Symbole du mérite.
   HONORER, rendre honeur et respect. "Honorer Dieu, les Saints; les reliques, son père, sa mère, ses supérieurs. = Avoir beaucoup d'estime pour... "Persone ne vous honôre plus que moi. "J'honôre son mérite et sa vertu. = Faire honeur à... "Il a honoré son pays, son siècle, sa compagnie, sa charge. = Il régit, en ce sens, la prép. de (l'ablat.) il m'honôre de son amitié, de sa protection. "Il honora l'assemblée de sa présence. "Les bontés dont vous m'avez honoré. "Il a ce régime au passif et au réciproque. "La patience est honorée de tous, quoiqu'elle soit embrassée de peu de persones. De Saci. "On doit s'honorer des critiques, mépriser les satires, profiter de ses faûtes et faire mieux. Gresset. "C'est un homage que le vice rend à la vertu, en s'honorant de ses aparences. Massillon.
   Vouloir, par vos désordres mêmes,
   Justifier vos désordres extrêmes;
   Et, sans rougir, enflés par les succès,
   Vous honorer de vos propres excès.
       Rousseau.
M. Saurin lui fait régir l'infinitif. "Trouver le tems de cultiver les Mûses, s'honorer de partager leurs travaux. (il parle du Card. de Richelieu.) Ce régime est inusité.

Synonymes et Contraires

honorable

adjectif honorable
3.  Qui atteint un bon niveau.
Traductions

honorable

ehrbar, honorigedelachtbaar, eerwaardig, eerbaar, achtenswaardig, behoorlijk, betrouwbaar, fatoenlijk, solide, eervol, respectabelhonourable, creditable, reputable, worshipful, decentמכובד (ת), נכבד (ת), נשוא פנים (ת), מְכֻבָּדhonorindaέντιμοςуважаемый (ɔnɔʀabl)
adjectif
1. qui est respecté un homme honorable un métier honorable
2. moyen, convenable des résultats honorables

honorable

[ɔnɔʀabl] adj
[personne] → worthy, honourable (Grande-Bretagne), honorable (USA)
[résultat] → commendable