honte

*honte

n.f. [ frq. haunita, de même rad. que honnir ]
1. Sentiment pénible provoqué par une faute commise, par une humiliation, par la crainte du déshonneur ou du ridicule : Cette maladresse m'a fait rougir de honte confusion opprobre [litt.] elle est embarrassée, gênée
2. Action, parole qui provoque un sentiment de honte : Une telle discrimination est une honte ignominie, infamie, scandale
Avoir perdu toute honte ou avoir toute honte bue,
être sans scrupule, sans pudeur, être insensible au déshonneur.
Être la honte de ou faire la honte de,
être une cause de déshonneur pour : Tu es la honte de la famille.
Faire honte à qqn,
être pour lui un sujet de déshonneur : Ils nous font honte par leur violence gratuite ; lui faire des reproches afin de lui donner du remords : Elle leur a fait honte de leur manque de solidarité.
Sans fausse honte,
sans gêne, embarras ou scrupule inutiles : Elle a reçu son prix sans fausse honte.

HONTE

(hon-t') s. f.
Déshonneur, opprobre, humiliation (ce qui est le sens étymologique et ancien).
Se plaindre est une honte et soupirer un crime [CORN., Hor. IV, 4]
La gloire d'une mort qui nous couvre de honte [ID., Pomp. II, 2]
Mais pour braver Marcelle et m'affranchir de honte, Il est une autre voie et plus sûre et plus prompte [ID., Théodore, III, 3]
Dans la nuit du tombeau j'enfermerai ma honte [RAC., Iphig. II, 1]
J'ai déclaré ma honte aux yeux de mon vainqueur [ID., Phèdre, III, 1]
Déjà de sa présence [de Phèdre] avec honte chassée, Dans la profonde mer Oenone s'est lancée [ID., ib. V, 5]
Il y aurait de la honte à m'abandonner [FÉN., Tél. X]
Il fait à l'homme de bien une honte de la vertu [MASS., Pet. car. Triomph.]
Et si je n'écoutais que ta honte et ma gloire [VOLT., Zaïre, III, 4]
Tu vois mon sort, tu vois la honte où je me livre [ID., ib. V, 8]
Va, la honte serait de trahir ce que j'aime [ID., ib. IV, 3]
La honte est dans l'offense, et non pas dans l'excuse [LA CHAUSSÉE, Préjug. à la mode, V, 1]
Ce n'est pas ce que voulait madame Kaufmann : il lui fallait savourer la honte de sa rivale, la voir humiliée, perdue, insultée [FR. SOULIÉ, les Forgerons, § II]
Par exclamation.
Ô honte, qui jamais ne peut être effacée ! [RAC., Esth. III, 1]
Être la honte, faire la honte de sa famille, de son pays, de son siècle, lui faire un grand déshonneur.
Divorces et séparations si ordinaires aujourd'hui dans le monde, et que nous pouvons regarder comme la honte de notre siècle, surtout parmi des chrétiens [BOURDAL., 2e dim. apr. l'Épiphan. Dominic.]
À la honte de, en causant déshonneur.
Où des fils de la terre La rage ambitieuse à leur honte parut [MALH., II, 12]
Épargnez-moi des pleurs qui coulent à ma honte [CORN., Poly. II, 2]
Combien de chrétiens, disons mieux, combien de mondains, à la honte du christianisme qu'ils professent, vivent aujourd'hui dans la même ignorance ! [BOURDAL., Myst. Pentec.]
Mille bruits en courent à ma honte [RAC., Brit. IV, 2]
Enfin il [Galilée] fut condamné, à la honte de la raison [VOLT., Phil. Newt. Singul. nat. 19]
Familièrement et par exagération. C'est une honte, c'est grand'honte, il ne convient pas, il est messéant.
Et que c'est honte au roi de ne leur donner rien [RÉGNIER, Sat. II]
Car c'est honte de vivre et de n'être amoureux [ID., Épît. II]
....C'est grand'honte Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils [LA FONT., Fabl. III, 1]
Il se dit aussi au pluriel (Voltaire a condamné cet emploi ; mais, outre les autorités, la raison et l'usage n'empêchent pas d'employer ce mot abstrait au pluriel).
Les soins que cette amour nous donne en cette vie Ne peuvent aussi bien nous élever si haut, Que la perfection la plus digne d'envie N'y soit toujours suivie Des hontes d'un défaut [CORN., Imit. I, 3]
Mais tu sais quel orgueil ont lors montré les comtes ; Combien d'affronts pour lui, combien pour moi de hontes ! [ID., D. Sanche, II, 1]
Pour réserver sa tête aux hontes du supplice [ID., Pomp. V, 3]
La plus brillante fortune ne mérite point ni le tourment que je me donne, ni les humiliations, ni les hontes que j'essuie [LA BRUY., VIII]
Il aurait fallu prévoir les écueils d'un tel succès, et empêcher les méfaits et les hontes dont le monarque délivré allait charger sa couronne, et, jusqu'à un certain point, la responsabilité de ses libérateurs [VILLEM., la Tribune franç. Châteaubriand, ch. 14]
Familièrement. Faire mille hontes, faire cent hontes, accabler d'outrages.
Dans les bras de ce fils on lui fait mille hontes [CORN., D. Sanche, V, 4]
Je vous conjure que ce soit en particulier que je lui demande pardon, parce que sans doute il me ferait cent hontes, cent opprobres devant tout le monde [MOL., Médecin volant, sc. 15]
Sentiment pénible qu'excite dans l'âme la pensée ou la crainte du déshonneur.
Seigneur, ce que je suis ne me fait point de honte [CORN., D. Sanche, I, 3]
La honte se met entre la vertu et le péché pour empêcher qu'on ne la quitte ; puis entre le péché et la vertu pour empêcher qu'on ne la reprenne [BOSSUET, Pensées chr. VIII]
Il n'eut point de honte d'écrire que... [ID., Hist. II, 3]
Ce lui serait une honte de se dire... [ID., ib. 6]
Elle lui pardonna son crime [au gouverneur qui avait fait tirer sur la reine], le livrant pour tout supplice à la honte d'avoir entrepris sur la vie d'une princesse si bonne et si généreuse [ID., Reine d'Anglet.]
La nature, dit Tertullien, a couvert tout le mal de crainte ou de honte [ID., Sermons, Vaines excuses des pécheurs, 2]
La honte est une passion que la nature raisonnable excite en nous et qui nous détourne, sans que nous remarquions même ni comment ni pourquoi, de tous les excès et de toutes les impuretés du vice [BOURDAL., Exhort. sur la flagellat. de J. C.]
Et que, pour retourner à Dieu, vous repreniez cette honte du péché que vous aviez perdue [ID., 13e dim. après la Pentec. Dominic.]
La honte du bien, dit saint Bernard, est en nous la source de tout mal, et la honte du mal est le principe de tout bien [ID., Exh. sur la Flagellat. de J. C. t. II, p. 79]
Combien de fois une honte criminelle vous a-t-elle fermé la bouche dans des occasions où il fallait s'expliquer hautement ! [ID., Myst. Épiphan. t. I, p. 112]
Je pourrais la décrire dans ces lieux sombres et retirés, où la honte tient tant de langueurs et de nécessités cachées, versant à propos des bénédictions secrètes sur des familles désespérées qu'une sainte curiosité lui faisait découvrir pour les soulager [FLÉCH., Aiguillon.]
Je veux voir son désordre et jouir de sa honte [RAC., Bajaz. IV, 6]
La sagesse n'a point de honte de paraître enjouée [FÉN., Tél. VIII]
Personne n'a jamais mieux su soulager et les besoins d'autrui et la honte de les avouer [FONTEN., des Billettes.]
La honte, compagne de la conscience du mal, était venue avec les années [J. J. ROUSS., Confess. III]
Avoir honte, éprouver de la honte.
J'ai honte de montrer tant de mélancolie [CORN., Hor. I, 2]
Monsieur, vous vous moquez ; j'aurais honte à la prendre [une bague] [MOL., le Dép. am. I, 2]
[L'envie] est un orgueil lâche et timide qui se cache, qui fuit le jour, qui, ayant honte d'elle-même... [BOSSUET, 2e serm. Démons, 2]
Il eut honte de se voir vaincu [FÉN., Tél. IV]
J'ai honte à ma fortune, en regardant la tienne [A. CHÉN., Idylles, le Mendiant.]
On le dit aussi au pluriel en ce sens.
J'aurais toutes les hontes du monde s'il fallait que... [MOL., Préc. 10]
Faire honte à quelqu'un, être pour lui une cause de honte.
Ne l'entreprenez pas, votre offre me fait honte [CORN., Médée, IV, 6]
J'ai peur qu'elle ne fasse honte à ses parents [SÉV., 398]
Sainte institution qui fait honte aux chrétiens [BOSSUET, Hist. III, 6]
Songez-vous que toute autre alliance Fera honte aux Césars, auteurs de ma naissance ? [RAC., Brit. II, 3]
Poétiquement. Faire honte, éclipser.
À quelles roses ne fait honte De son teint la vive fraîcheur ? [MALH., V, 18]
La belle enfin découvre un pied dont la blancheur Aurait fait honte à Galathée [LA FONT., Scam.]
Ses trésors, sous vos pas confusément semés, Ont de quoi faire honte à l'abondance même [MOL., Psych. IV, 2]
Faire honte, faire des reproches qui causent de la honte, de la confusion.
Je lui dis qu'il me fait mal au cœur, je lui fais honte, je lui dis que ce n'est point la vie d'un honnête homme [SÉV., 44]
Elle soupa le soir, et [la Voisin, empoisonneuse] recommença, toute brisée qu'elle était, à faire la débauche avec scandale ; on lui en fit honte, et on lui dit qu'elle ferait bien mieux de penser à Dieu [ID., 407]
Qu'il sache faire honte à tous ceux qui aiment une dépense fastueuse [FÉN., Tél. XXII]
Vous devriez mourir de honte, se dit, par exagération, à quelqu'un qui a commis une action très répréhensible.
Les Ribalier et les Cogé devraient mourir de honte s'ils n'avaient pas toute honte bue [VOLT., Lett. Damilaville, 28 sept. 1767]
Avoir perdu toute honte, être insensible au déshonneur. On dit dans le même sens : mettre bas toute honte, et avoir toute honte bue.
Bartholomée ayant ses hontes bues [LA FONT., le Calendr.]
....Soit que, sentant son cas, Simone encor n'ait toute honte bue [ID., Richard.]
Honte bue à présent, ma foi, sur l'inconstance [DU FRÉNY, Réconcil. norm. IV, 3]
Puisque Pigalle ma sculpté, il faut bien que je souffre qu'on me peigne, j'ai toute honte bue [VOLT., Lett. Florian, 3 août 1770]
Courte honte, insuccès.
Pour laisser le marquis avec sa courte honte [HAUTEROCHE, Bourg. de qual. III, 1]
....Tu me vois avec ma courte honte [TH. CORN., D. Bertr. de Cigarral, IV, 2]
Le chat court, mais trop tard, et bien loin de son compte, N'eut ni lard ni souris, n'eut que sa courte honte [LA MOTTE, Fabl. IV, 8]
Un homme s'en retourne, s'en revient avec sa courte honte quand il a reçu l'affront de n'avoir pu réussir en quelque entreprise. Cette locution est singulière ; et, comme elle manque d'historique, on ne sait comment l'expliquer avec quelque sûreté. Provisoirement, on peut penser que courte honte signifie proprement honte à court délai, honte qui arrive tout de suite.
Mauvaise honte, fausse honte de ce qui n'est pas blâmable, et quelquefois même de ce qui est louable.
Par je ne sais quelle bonté, ou, si l'on veut, mauvaise honte, je n'ai pas la force de rien refuser de ce que l'on me demande avec opiniâtreté [SCARRON, Œuvres, t. I, p. 177]
Mais aucun de ces maux n'égala les rigueurs Que la mauvaise honte exerça dans les cœurs ; De ce nid à l'instant sortirent tous les vices [BOILEAU, Ép. III]
La mauvaise honte est le mal le plus dangereux et le plus pressé à guérir [FÉNEL., Éduc. des filles, ch. 9]
Ce n'est pas le vrai honneur, c est une mauvaise honte qui me retient [FÉN., Dial. des morts anc. dial. 45]
Il [Charles XII] avait conservé, dans l'inflexibilité de son caractère, cette timidité qu'on nomme mauvaise honte [VOLT., Charles XII, 8]
Fausse honte, timidité mal placée, honte non justifiée.
Je me sens retenu par cette fausse honte [LA CHAUSSÉE, Préj. à la mode, II, 1]
Sotte honte, synonyme de fausse honte.
Je crois qu'il y eut en cette occasion plus d'orgueil à parler qu'il n'y aurait eu de sotte honte à se taire [J. J. ROUSS., Confess. VIII]
Dans le langage biblique, la honte, les parties que l'on doit cacher.
C'est pourquoi j'ai relevé vos vêtements sur votre visage, et on a vu votre honte [SACI, Bible Jérémie, XIII, 26]

PROVERBES

  • Que honte ne vous fasse dommage, c'est-à-dire il ne faut pas qu'une mauvaise honte empêche de faire une chose qui n'est point blâmable et qui peut être utile.
  • Un peu de honte est bientôt passé, on surmonte facilement un sentiment de honte pour quelque avantage.

REMARQUE

  • 1. On dit également : je n'ai point honte d'avoir fait cela, et je n'ai point de honte d'avoir fait cela. Dans la première phrase, honte est pris dans un sens général et indéterminé ; dans la deuxième, honte est pris dans un sens partitif. En effet la honte est un sentiment susceptible de plus et de moins.
  • 2. Avoir honte à, avoir honte de. On a essayé d'établir une distinction, disant qu'on se sert de à quand le verbe exprime une action, et de de quand il exprime un état : il a honte à mentir, il a honte d'avoir menti ; mais, avec quelque soin qu'on examine ces deux locutions, on ne peut voir aucune différence appréciable de sens, et c'est l'oreille qui doit déterminer le choix.
  • 3. Avoir ses hontes bues, locution singulière, mais dont on verra l'origine à l'historique. Un poëte du XIIIe siècle représente l'antechrist faisant verser à pleins brocs la honte ; il insiste sur cette fiction et sur cette figure de la honte bue. Cette fiction et cette figure ont eu assez de crédit pour introduire dans la langue la locution, qui, si on n'avait le poëme d'où elle provient, demeurerait inexplicable. C'est Génin qui a trouvé cette excellente explication.

SYNONYME

  • HONTE, PUDEUR. Les reproches de la conscience causent de la honte. Les sentiments de modestie produisent la pudeur.
    Elles font quelquefois l'une et l'autre monter le rouge au visage, mais alors on rougit de honte et l'on devient rouge par pudeur, [GIRARD., ]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Si me gardez et de mort et de hunte [, Ch. de Rol. II]
    Là mourrez vous à hunte et à viltet [, ib. XXXII]
    Por venger vostre hunte [, ib. CCLVIII]
  • XIIe s.
    Tex [telle] honte leur avint devant le roi de France [, Ronc. p. 197]
    Mais honte i aurez, pour voir [vrai] [, Couci, IV]
    Jamais [nous] n'aurons tel aise [facilité] de nos hontes vengier [, Sax. VI]
    Seigneur, dit l'apostoles, moult est cist hontes lais [, ib. X]
    Du tort et de la honte [je] me vorroie vengier [, ib. XVI]
    Car grant honte li faites [au roi] quant en sa curt entrez, Cum en feu e en flambe de vostre cruiz [croix] armez [, Th. le mart. 39]
    Erramment passa mer senz cungié de vescunte, Ne fist à sun prelat n'a saint iglise hunte ; Set ans fu en eissil [, ib. 66]
  • XIIIe s.
    Irons venger la honte doloreuse Dont chascuns doit estre irés et honteux [QUESNES, Romanc. p. 94]
    Et quant uns seul en remanoit de ça [n'allait pas à la croisade], Il [Quesnes] lui disoit et honte et reprouvier [HUES D'OISI, ib. p. 104]
    Et s'en alerent passer à Marseille, dont il reçurent grant honte et moult en furent durement blasmé [VILLEH., XXXI]
    Que ne me fassiez chose qui à honte me pere [ne se manifeste à ma honte] [, Berte, CXIII.]
    Ge tiens à grant honte... [, la Rose, 6801]
    Ele meïsme le raconte, Et escrit, et n'en a pas honte, à son ami... [, ib. 8846]
    Ele [l'Envie] est trop lie [joyeuse] en son corage, Quant el voit aucun grant lignage Decheoir et aler à honte [, ib. 247]
    Et chil à cui cius hontes [cette honte] sera fais [TAILLIAR, Recueil, p. 493]
    ....un entremès i ot D'une merveilleuse friture Des pechés fais contre nature.... D'une tonne de honte plaine Convint l'entremès abeuvrer ; Car ceus en convenist crever, Qui orent la friture eüe, S'il n'eüssent honte beüe [HUGUES DE MERY, le Tournoiement de l'antechrist.]
    Qui plus craint mort que honte n'a droit en seigneurie [, Ch. d'Ant. VIII, 179]
  • XIVe s.
    Car uns proverbes nous raconte, Que tels cuide vengier son honte, Qui l'acroist, et ensi avient [J. DE CONDET, p. 35]
    Ce sera honte à nous, onques telle ne fu, Se de ci en alons à loi de recreü [, Guesclin. 19937]
  • XVe s.
    Il sera tantost jour, et puis sauldrons tous ensemble, et verrons entour nous ; car la nuyt n'a point de honte [, le Jouvencel, f° 29, dans LACURNE]
    Et puisqu'il enquiert et serche sa honte et il la trouve, il est bien raison qu'il endure le mal qu'il a serché et quis [, Les 15 joies de mariage, p. 65]
    Qui a toutes ses hontes beues, Il ne lui chault que l'en lui die ; S'on le hue parmi les rues, La teste hoche à chiere lie [CH. D'ORL., Rondeau.]
  • XVIe s.
    Ayez honte et respect de vous-mesmes [MONT., I, 286]
    N'as-tu pas honte de chanter si bien ? [ID., I, 289]
    Platon advertissoit les vieux d'avoir honte des jeunes, à fin que les jeunes se maintinssent en leur endroit avec honte et reverence [LA BOËTIE, 312]
    Femme qui perd sa honte est sans estime et conte [COTGRAVE, ]
    Il ne va pas du tout à honte, qui de demie voye retourne [ID., ]
    Qui a honte de manger, a honte de vivre [ID., ]
    Qui n'a honte, il n'aura jà honneur [ID., ]
    Qui vit à compte vit à honte [ID., ]
    Vieil peché fait nouvelle honte [ID., ]
    Il a passé par devant l'huis d'un pasticier, il a ses hontes perdues [OUDIN, Curios. franç.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. onte ; provenç. ancta, amta, anta ; ital. onta ; de l'anc. h. allem. hônida ; vieux saxon, honda, déshonneur, de même radical que honnir. Honte a été des deux genres. Un dérivé hontage a été très usité.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    HONTE. - HIST.
  • XVIe s. Ajoutez :
    Mais voyant le peuple mutiné et armé pour repousser la force par la force, se retira avec sa courte honte [P. DE, L'ESTOILE, Journ. de Henri III, t. I, p. 202]
    (cité par M. Eman Martin, Courrier de Vaugelas, 1er déc. 1874, p. 130, qui comble ainsi la lacune que j'avais signalée en disant que courte honte n'avait point d'historique).

honte

HONTE. (H est aspirée.) n. f. Sentiment pénible excité dans l'âme par la conscience d'une faute commise et la confusion, le trouble qu'on en ressent. Avoir honte de mentir. Il a honte d'avoir fait cette mauvaise action. Il a honte de se montrer. La honte le retient. Il y a une bonne et une mauvaise honte. Il ne faut pas avoir honte de bien faire. J'éprouvais à leur aspect une sorte de honte. Rougir de honte. Pleurer de honte. Vous devriez mourir de honte. N'avez-vous point honte de manquer de parole, de vous comporter avec cette indécence? J'en ai honte pour vous. J'aurais honte de rapporter les propos indécents qu'il tenait. Je ne puis, sans quelque honte, vous faire cet aveu. Je puis l'avouer sans honte. Toutes les hontes sont accumulées sur sa tête.

Fausse honte, mauvaise honte, Honte mal placée qui provient d'un scrupule excessif ou d'une faiblesse de caractère et fait qu'on est confus de choses méritoires. C'est une mauvaise honte. Manquer au devoir par fausse honte. Une sotte honte le retint.

Faire honte à quelqu'un, Lui causer de la honte, être un sujet de honte pour lui. Ils tirent vanité de ce qui devrait leur faire le plus de honte. Cet écolier fait honte à tous les autres par son application. Votre activité fait honte à ces paresseux. Faire honte à quelqu'un signifie encore Faire à quelqu'un des reproches qui lui causent de la honte, de la confusion; et alors honte est souvent accompagné d'un complément. Faites-lui honte, il le mérite bien. Faites- lui honte de sa paresse. On lui en a bien fait honte.

Poétiquement, et en parlant des Choses, Faire honte, Effacer, éclipser. La blancheur de son teint fait honte à la neige.

Prov. et fig., Avoir perdu toute honte, Être sans pudeur, être insensible au déshonneur. On dit dans le même sens Avoir toute honte bue, mettre bas toute honte.

Prov., Revenir, s'en retourner avec sa courte honte, Revenir, s'en retourner après avoir essuyé un affront, un refus, ou sans avoir rien fait de ce qu'on s'était promis de faire.

Il signifie encore Humiliation, déshonneur. Essuyer la honte d'un refus, d'une disgrâce. La honte doit en retomber sur lui. Il n'en recueillera que de la honte. Cette action imprime à sa mémoire une honte éternelle. Couvrir quelqu'un de honte. Effacer la honte d'une mauvaise action. Il y a de la honte à se conduire ainsi. Il n'y a pas de honte à être pauvre. Elle se vit contrainte d'avouer sa honte. Pleurer sa honte. Quelle honte pour nous! À la honte de la raison, du bon sens.

Être la honte, faire la honte de sa famille, etc., Lui faire un grand déshonneur. Les mauvais ouvrages, les ouvrages immoraux font la honte de leurs auteurs. De tels hommes sont la honte de l'humanité.

honte

Honte, Ignominia, Pudor, Verecundia.

La honte qu'on a de s'enfuir, Deformitas fugae, negligentiaeque alicuius.

N'eust-ce point esté une grande honte si, etc. Nonne esset puditum, si hanc causam, etc.

Ils commencent à crier que c'estoit grande honte, Tum vero indignum facinus clamitantes. B. ex Liu.

Honte leur vient au devant de l'esprit, et les vient assaillir, Pectora versat illis pudor.

¶ Avec honte, Verecunde, Pudenter.

Sans honte, Impudenter.

Avoir honte, Verecundari, Pudere.

Avoir honte du fait d'autruy, Dispudere.

Avoir quelque peu de honte, Suppudere.

Avoir honte de se trouver devant aucun, Erubescere ora alicuius.

De quoy on doit avoir honte, Poenitendus, Erubescendus, Pudendus.

J'ay honte de nous voir ainsi habillées comme nous sommes, Poenitet ambatum ornatae vt sumus.

J'ay honte de l'homme, Poenitet me hominis.

N'as-tu point de honte de ceci? Non te haec pudent?

Le Roy a eu honte, Subiit regem verecundia.

Qui n'a aucune honte, Longissime a pudore remotus, Inuerecundus, Impudens.

Dire honte et vilenie, Improbrare.

Effacer la honte qu'on a eu d'avoir perdu une bataille, Delere maculam bello aliquo susceptam.

Effacer une honte, et recouvrer honneur, Eleuare ignominiam.

Faire honte, Ignominiam inferre, Pudorem plagiario imponere, Ferire frontem alicuius.

Je te feray cette honte, Obstringam te hac verecundia. B.

Perdre toute honte, Perfricare faciem, vel frontem, Perfricare os.

Recevoir grande honte et grand vitupere, Maculam suscipere.

Venger la honte d'aucun, Demere ignominiam alteri.

honte


HONTE, s. fém. HONTEUX, EûSE, adj. HONTEûSEMENT, adv. [On aspire l'h: la honte, et non pas l'honte: 1re lon. 2e e muet au 1er, lon. aux trois aûtres, teû, teû-ze, teû-zeman; 3e e muet.] Honte se dit tantôt d'un sentiment de confusion, excité par l'idée du déshoneur; tantôt du déshoneur qui caûse ce sentiment. "Avoir honte de faire, ou d'avoir fait une mauvaise action. — "La honte suit les mauvaises actions. = Honte, pudeur, modestie ne sont rien moins que synonimes. L'Acad. blâma autrefois Corneille d'avoir dit, épargne ma honte, pour, épargne ma pudeur, ma modestie. "Les reproches de la conscience causent la honte: les sentimens de la modestie produisent la pudeur. GIR. Synon.La honte est le remord du mal qu'on a fait: la pudeur, la modestie sont une horreur naturelle du mal qu'on ne veut pas faire.
   La honte me retient. - - D'Orval, elle t'abuse:
   La honte est dans l'ofense, et non pas dans l'excuse.
       La Chaussée.
Rem. 1°. Honte n'a point de pluriel. Corneille et La Bruyère lui en donent un.
   Non, mais vous avez dû perdre le souvenir
   Des hontes que pour vous j'avois su prévenir.
       Rodogune.
"La plus brillante fortune ne mérite point, ni le tourment que je me donne, ni les humiliations, ni les hontes que j'essuie. — Il me semble que ce pluriel ne fait point mal en cet endroit; mais il ne ferait pas si bien âilleurs.
   Rem. 2°. Honte, quand il est seul, et qu'il n'est pas joint à quelque verbe, n'a de régime que dans une seule ocasion. On dit: la honte de nos faûtes, est un moyen de nous corriger: mais on ne dit pas, la honte de cette action, pour dire la honte qu'on en a, ou qu'on doit en avoir. Encôre moins, dit-on, la honte du mal, la honte du bien, pour dire, la crainte de cometre le mal, de pratiquer le bien, le respect humain. Ainsi; Boileau ne me paraît pas exact, quand il dit, (Ép. III.)
   Des superbes mortels le plus afreux lien,
   N'en doutons pas, Arnaud, c'est la honte du bien.
Avec le régime, honte a le 2d sens d'ignominie, de déshoneur. "Comment soutiendrez-vous la honte de cette action.
   Rem. 3°. Honte, régit de et l'infinitif. "La honte de céder l'emporte dans son coeur sur la crainte du trépas. Jér. Dél. "Le Roi (Amauri) rapporte dans la Syrie la douleur d'avoir échoué dans une entreprise injuste, et la honte de s'être laissé tromper. MARIN, Hist. de Saladin. = Avec le v. avoir, il se dit ordinairement sans article, même dans la proposition négative. "Il a honte de sa folie, il a honte de bien faire.. "Il n'a pas honte de méconaître son bienfaiteur. * Fénélon dit: "N'ayez point de honte à attribuer à leurs instructions ce que vous ferez de meilleur. — Il y a deux chôses à remarquer dans cette phrâse: 1°. La prép. de devant honte, qui est tout au moins inutile, et contre l'analogie. On dit, il n' a pas raison, vous n'avez pas tort de faire, de dire, etc. et non pas, il n'a pas de raison, vous n'avez pas de tort, etc. Il me semble donc, que l'on doit dire: n'ayez point honte, et non pas, n'ayez point de honte de, etc. Je ne dissimulerai pas que l'Acad. met en exemple. N'avez-vous point de honte de manquer de parole. Mais je m'en raporte. — La 2e chôse à remarquer, c'est la prép. à devant l'infinitif au lieu de la prép. de. Il paraît que l'illustre Auteur a confondu dans cette ocasion le v. avoir actif, avec avoir impersonel. On dit: il y a de la honte à être méchant: il n'y a pas de honte à être paûvre: mais on dit: il a honte d'être paûvre: il n'a pas honte d'être méchant. * La Bruyère met, au contraire, la prép. de avec avoir impersonel. "Quelle plus grande honte y a-t'il d'être refusé d'un poste que l'on mérite, ou d'y être placé sans le mériter? = Avec l'article, honte a un autre sens, et c'est le 2d de ce mot: c'est avoir la confusion, l'humiliation. "Le pauvre Abbé Têtu a toujours des vapeurs: j'ai la honte de faire de mon mieux pour le guérir, sans pouvoir réussir. Madame De Coul. = Ce que nous avons dit d'avoir honte, s'aplique à faire honte: il doit être également sans article. "Votre fils ne fera pas de honte à ses parens. Sév. le de est inutile. = Au reste, faire honte a deux sens, tantôt il a raport à celui qu'on veut corriger, en lui inspirant de la honte; tantôt il a raport à ceux qui soufrent de la confusion en conséquence de leurs faûtes ou de celles des aûtres. "Ce discours de Coriolan fit honte au peuple de son animosité. Vertot. "La proscription de cet illustre Sénateur fait honte au peuple romain. Un Père dit à son fils. "Je vous fais honte de vos égaremens, afin qu'un jour vous ne nous fassiez pas honte par vos bassesses. = Faire honte, ne se dit pas avec le pron. pers. "Ceux, qui reçoivent une belle lettre d'amitié, se font honeur, en la montrant: ceux qui reçoivent une lettre d'amour, se feraient honte, en la publiant. Quoiqu'on dise, se faire honeur, se faire un mérite de, etc. On ne dit point, se faire honte, se faire confusion de, etc. Wailly. = Attacher de la honte à. Voy. INEXPLICABLE. Il vaux mieux dire, ce me semble, atacher du déshoneur. = Voy. HONTEUX.
   À~ ma honte, à sa honte, adv. "Je le dis à ma honte. "Tant pis pour l'esprit: ce que vous dites est tout à fait à sa honte. Fonten. = On dit aussi, à la honte de: "L'on y détruisit inhumainement plus de 300 villages et châteaux, à la honte éternelle de ceux, qui aprouvèrent et ordonèrent une telle conduite. Targe-Smollet. — Ailleurs ce Traducteur, trop litéral, l'unit au v. être impersonel. "Il est à la honte de la Nation, que des hommes, qui n'avoient jamais vu l'énemi en face, fussent avancés aux places des braves oficiers, qui etc. cela sent l'anglicisme. Nous dirions, en pareil câs: il était honteux pour la Nation que, etc.
   On dit, proverbialement, s'en retourner avec sa courte honte; sans avoir réussi. = Un peu de honte est bientôt bûe; bientôt pâssée.
   HONTEUX, qui a de la honte. (n°. 1°.) Il régit de devant les noms et les verbes: il se dit des persones. "Les méchans sont souvent honteux de leurs succès: ils devraient l'être de leur bonheur. "Les jeunes gens ont honte de pratiquer la vertu: ils sont honteux d'être surpris à bien faire. = Qui caûse de la honte: il se dit des chôses: "Crime, procédé honteux: action, conduite honteûse~, etc. = En parlant d'un jeune homme, qui parait dans le monde et qui n'en a pas l'usage, embârrassé: "Il est encôre tout honteux. Le Proverbe dit, en ce sens, qu'il n'y a que les honteux qui perdent.
   REM. Être honteux de, et avoir honte de, ont des nuances diférentes pour le sens et pour l'emploi: l'un regarde plutôt le pâssé, l'autre le présent. "Il est honteux de ce qu'il a fait: il n'a pas honte de le refaire encôre. Ainsi, Madame B... et l'Ab. Vertot n'ont pas parlé bien exactement, quand ils ont dit; l'une. "Ils ne furent pas honteux (pour; ils n'eurent pas honte) de se mettre à la tête de ces bandits. H. d'Angl. l'aûtre: "Ils n'avoient pas été honteux (ils n'avoient pas eu honte) d'ôter à un Sénateur-Consulaire, et honoré de deux Dictatûres, le Droit de Citoyen. Révol. Rom.
   HONTEûSEMENT, Avec honte et ignominie: fuir; mourir honteûsement.

Synonymes et Contraires

honte

nom féminin honte
1.  Sentiment de gêne.
2.  Action condamnable.
3.  Sentiment d'humiliation.
Traductions

honte

shame, disgrace, shamefulness, sense of shameבושה (נ) [בוש], בושת פנים (נ), ביזיון (ז), בשנה (נ), דיראון (ז), חרפה (נ), כלימה (נ), נבזות (נ), נבלות (נ), נכלמות (נ), פדיחה (נ), בּוּשָׁה, בִּזָּיוֹן, נִבְזוּת, דֵּרָאוֹן, בֹּשֶׁת פָּנִים, כְּלִמָּה, חֶרְפָּהschande, schaamte, schaamte(gevoel), schroomBlamage, Scham, Beschämung, l'anc, Schamhaftigkeit, Schande, Verschämtheit, Schamgefühlhontovergüenzaaib, kenistaan, rasa maluonta, vergogna, disonoreντροπήعارhanbaskamhäpeäsramota恥ずかしい思い수치심skamwstydvergonhaстыдskamความอับอายutançsự xấu hổ羞耻срам (ˈɔ̃t)
nom féminin
1. sentiment désagréable d'humiliation Il a honte de ce qu'il a fait. Ton comportement me fait honte !
2. chose scandaleuse C'est une honte !

honte

[ˈɔ̃t] nfshame
avoir honte de qch → to be ashamed of sth
faire honte à qn → to make sb feel ashamed
c'est une honte! → it's a disgrace!