hosanna

hosanna

n.m. [ mot hébr. signif. « sauve-nous, je t'en prie » ]
1. Acclamation de la liturgie juive passée dans la liturgie chrétienne.
2. Litt. Cri de joie ; chant de triomphe : La foule entonnait des hosannas.

HOSANNA

(o-za-nna) s. m.
Prière que les Juifs prononcent pendant la fête des Tabernacles.
Terme de liturgie. Hymne qui se chante le jour des Rameaux et qui commence par le mot hosanna. Le dimanche hosanna, le dimanche des Rameaux.
Par extension, louange, bénédiction, cri de joie.
Tant ceux qui marchaient devant que ceux qui suivaient, criaient : Hosanna, salut et gloire [SACI, Bible, St Marc, XI, 9]
Les séraphins sont invités à répéter avec le chœur des fidèles l'hosanna éternel [CHATEAUB., Génie, IV, I, 6]
Chaque heure a son tribut, son encens, son hommage, Qu'elle apporte en mourant aux pieds de Jéhova ; Ce n'est qu'un même sens dans un divers langage ; Le matin et le soir lui disent : hosanna ! [LAMART., Harm. II, 6]
Quelque chose de grand s'épandra dans les cieux ! Ce sera l'hosanna de toute créature ! [V. HUGO, Crép. 22]
Au plur. Des hosannas.

ÉTYMOLOGIE

  • Mot hébreu, formé de hoscha, sauve, verbe à l'impératif, venant de ischa, salut (d'où le nom de Jésus), et na, présentement.

hosanna

HOSANNA. (On prononce les deux N.) n. m. T. de Liturgie. Acclamation religieuse originairement en usage chez les Hébreux et qui est employée dans certains offices de l'Église. Il entra dans l'église pendant l'hosanna. Chanter un hosanna.

Fig. et fam., Crier hosanna, Faire une ovation à quelqu'un; ou se réjouir de quelque chose.

Traductions