hotte

(Mot repris de hottes)

*hotte

n.f. [ du frq. ]
1. Grand panier que l'on porte sur le dos à l'aide de bretelles : Une hotte de vendangeur.
2. Appareil électroménager destiné à expulser ou à recycler l'air chargé de vapeurs grasses dans une cuisine (on dit aussi hotte aspirante ou hotte filtrante).

HOTTE

(ho-t') s. f.
Ouvrage de vannier, sorte de panier qui a des bretelles et qu'on porte sur le dos. Porter la hotte. Hotte d'un chiffonnier.
Il portait son petit neveu, Et tous nos dieux en une hotte [SCARR., Virg. II]
Il n'est bon qu'à porter la hotte, c'est un homme incapable. Fig.
Les délices dont M. et Mme de Marsan jouissent présentement, méritent bien que vous les voyiez quelquefois, et que vous les mettiez dans votre hotte ; et moi je mérite d'être dans celle où vous mettez ceux qui vous aiment ; mais je crains que vous n'ayez point de hotte pour ces derniers [SÉV., Lett. du 29 mars 1696]
Hottes battues, ou hottes poissées, les hottes qui servent à porter le vin du pressoir dans les tonneaux, elles sont battues, ou serrées, ou poissées de manière que le vin ne coule pas au travers.
Cuvette recevant les eaux des cuisines et des combles.
Louchet d'un instrument à draguer.
Nom qu'on donne à la pente intérieure d'une cheminée, en forme de hotte renversée, dans les cheminées des cuisines. Partie inférieure et évasée d'une cheminée, qui recouvre un fourneau de laboratoire, une forge, et qui doit faciliter l'élévation des principes volatils ou gazeux qui s'en échappent. Fausse hotte, hotte sans issue, élevée perpendiculairement sur le manteau d'une cheminée.
En Normandie, nom d'un petit tombereau à porter le fumier sur les terres.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Le roy meismes y vis-je mainte foiz porter la hotte aus fossés, pour avoir le pardon [JOINV., 269]
    Or voil ge que tu m'ensaignes comment ge porrai la terre oster. Et Merlins dist : à chevax et à charretes, et à homes à cox, et porter loig à hotes [, Merlin, f° 37, verso]
  • XVe s.
    À ung portefays qui porta en une hote le dict chien es greves et l'enterra..., Comptes de l'hôtel de ville de Tours [, Bibl. des chart. 4e série, t. I, p. 169]
  • XVIe s.
    Là il arriva qu'une femme en deschargeant sa hotte eut le col couppé d'une coulevrine, et pour ce que sa charge tomba sur sa teste separée, on disoit qu'elle avoit enterré sa teste [D'AUB., Hist. I, 174]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. lotte (par fusion de l'article l') ; du suisse hutte, hotte ; allemand provincial, Hotze, corbeille.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    HOTTE. Ajoutez :
    Porter la hotte, se dit du lièvre sur le point d'être forcé ; son dos arqué décrit alors un axe convexe, [, Chasse illustrée, t. II, p. 115]

hotte

HOTTE. (H est aspirée.) n. f. Sorte de panier qui est ordinairement d'osier et qu'on met sur le dos avec des bretelles pour porter diverses choses, Hotte à porter de la terre, à porter du pain, à porter de la viande. Porter du linge dans une hotte. La hotte d'un chiffonnier.

Par analogie, il se dit de la Pente du tuyau de cheminée en forme de hotte renversée, depuis la barre jusqu'au haut du plancher.

hotte

Hotte, f. penac. Corbis messoria, vel dossuaria. B.

hotte


HOTTE, s. f. HOTTÉE, s. f. HOTTEUR, EûSE, s. m. et f. [l'h s'aspire: Hote, té-e, teur, teû-ze: 2e e muet au 1er, é fer. et long au 2d; longue aussi au dern.] Hotte, panier, ordinairement d'osier et qu'on met sur le dôs avec des bretelles. Porter la hotte. "Porter du pain dans une hote. = Hotée, plein une hotte. "Une hotée de pain, de fruits. "Dix hottées de terre, de fumier. = Hoteur, eûse, celui, celle, qui porte la hotte.

Traductions

hotte

Abzug, Bütte, Dunstabzug, Dunstabzugshaube, Hotze, provincial, Rauchfang, Rückentragkorb, Wrasenabzug, Kiepehood, extractor fan, fume hood, basketcappa, gerla후드Hood (ˈɔt)
nom féminin
1. grand panier que l'on porte sur le dos la hotte du père Noël
2. dispositif qui aspire les fumées une hotte aspirante

hotte

[ˈɔt] nf
[Père Noël] → sack
[cheminée] → hood
hotte aspirante → cooker hood