hymne

1. hymne

n.m. [ gr. humnos ]
Chant, poème lyrique célébrant un personnage, une grande idée, un grand sentiment : Un hymne à la joie.
Hymne national,
chant patriotique adopté par un pays pour être exécuté lors des cérémonies publiques.

2. hymne

n.f. [ de 1. hymne ]
Cantique qui, dans la liturgie catholique, fait partie de l'office divin : Une hymne sacrée.

HYMNE

(i-mn') s. m.
Chez les anciens, poëme en l'honneur des dieux ou des héros.
Cantique en l'honneur de la divinité.
Peuples de toute la terre, poussez vers Dieu des cris d'allégresse ; chantez un hymne à la gloire de son nom, et relevez-la par vos louanges [SACI, Bible, psaume LXV, 2]
En général et poétiquement, chant.
Ces bois vont retentir des hymnes du matin [C. DELAV., Paria, I, 3]
Dans l'hymne de la nature, Seigneur, chaque créature Forme à son heure en mesure Un son du concert divin [LAMART., Harm. I, 3]
S. f.Terme de liturgie. Prière en strophes conformes à la prosodie latine, que l'on chante dans l'église. Une belle hymne.

REMARQUE

  • La distinction qui fait hymne du féminin en parlant des hymnes de l'Église, n'a rien qui se justifie, soit dans l'étymologie, soit dans l'historique du mot.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Bels sires, entend à l'ureisun de tun serf, et oi le ymne e la priere que jo te faz [, Rois, p. 261]
  • XVIe s.
    Vostre hynne est achevé, je ne vous lou'ray plus [RONS., 846]
    Chanter l'hymne du cygne [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. hymne ; esp. himno ; ital. inno ; du lat. hymnus, qui vient du grec. Les étymologistes le tirent du grec signifiant, chanter. Au contraire, d'après Curtius, le grec est de même racine que dans le verbe, tisser, et le mot, tissu ; à l'époque reculée où l'écriture était inconnue, la plupart des mots qui servent à indiquer une composition poétique étant empruntés à l'art du tisserand, du constructeur, etc.

hymne

HYMNE. n. m. Cantique en l'honneur de la Divinité. Seigneur, quels hymnes sont dignes de vous?

Il désignait chez les anciens une Sorte de poème en l'honneur des dieux ou des héros. Hymne en l'honneur d'Apollon, en l'honneur de Cérès. Callimaque a fait des hymnes en l'honneur de quelques dieux. L'hymne d'Apollon, de Cérès. Hymnes à Cérès, à Vénus. Hymnes orphiques. Hymnes homériques.

Il s'emploie ordinairement au féminin, en parlant des Hymnes qu'on chante dans l'église. Entonner une hymne. Chanter une hymne. Une belle hymne. Les hymnes chrétiennes.

Par extension, il se dit d'un Chant solennel composé pour célébrer la patrie, ses défenseurs, etc. Hymne patriotique. La Marseillaise est l'hymne national de la France. Hymne aux morts de la Grande Guerre.

hymne


HYMNE, s. f. et m. [Im-ne, comme s'il était écrit, imene.] Ce mot est fém. quand on parle des Cantiques de l'Église dans l'~ Ofice~ Divin; et masc. quand on parle de ceux des Anciens en l'honeur de leurs Dieux. "Santeuil a fait de très-belles hymnes. "Les hymnes sacrées d'Orphée. — L'Abé Des Fontaines le fait masc. en parlant de celles de l'Église. "Dans quelques-uns de ces hymnes (de Coffin) on remarque le feu et le goût de l'Ode. L'Acad. se contente de dire qu'il s'emploie ordinairement au fém. en parlant des Hymnes qu'on chante dans l'Église.

Traductions

hymne

Hymne, Lobgesang, Hymnus, Kirchengesanganthem, hymn, national anthemhymne, kerkgezang, lofzang, liedהמנון (ז), רננה (נ), שיר (ז), שיר הלל (ז), תהילה (נ), הִמְנוֹןhimnehymna, chvalozpěvύμνος, υμνωδία, εθνικός ύμνοςhimnohimno, cánticoinno, laude, odehymnuspieśń, hymnhinoгимнhymn, lovsång, psalmilahi, marşتَرْنِيمَةٌ, نَشِيدhymne, salmehymni, virsihimna国歌, 賛美歌송가, 찬송가hymne, salmeเพลงศาสนา, เพลงสดุดีbài hát ca ngợi, bài thánh ca圣歌, 赞美诗Химн (imn)
nom masculin
1. chant en l'honneur d'un pays
2. chant qui célèbre qqch ou qqn un hymne à l'amour

hymne

[imn] nmhymn
hymne national nmnational anthem