imbu, ue

IMBU, UE

(in-bu, bue) part. passé d'imboire
Pénétré d'un liquide. Du papier imbu d'huile.
Fig. Dont l'esprit ou le cœur est pénétré de.
Les faux principes dont ils sont imbus [BOSSUET, Var. XIV, § 90]
Les Français, toujours imbus de cet esprit de chevalerie, qui a été si longtemps la brillante folie de toute l'Europe [RAYNAL, Hist. phil. X, 13]
Il se dit, en un sens analogue, de ce qu'on sait. Il est imbu de cette affaire.
Assez imbu de belles-lettres, parlant bien, écrivant d'un style pur, aisé, naturel et du meilleur goût [MARMONTEL, Mém. V]
S. m.Terme de peinture en bâtiment.
Nom de la première couche à l'huile dont les substances sont entrées en partie dans les plâtres neufs ou dans les pores d'un bois spongieux [MORISOT, (comp. EMBU).]