imitation

imitation

n.f.
1. Action d'imiter qqn ou d'évoquer qqch ; son résultat : Son imitation de la directrice est parfaite. Cet article est une imitation du vôtre démarquage
2. Action de reproduire artificiellement une matière, un objet ; cette reproduction, cette copie : L'imitation d'un bronze antique. Une bague en imitation or. Ces statuettes sont des imitations.
À l'imitation de,
à la manière de, sur le modèle de : Cette fête a été instaurée en France à l'imitation des Américains.

IMITATION

(i-mi-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action d'imiter ; résultat de cette action.
Loin d'ici cette piété d'imitation et de complaisance qui porte dans le sanctuaire des vœux intéressés et profanes ! [FLÉCH., Duc de Mont.]
Ouvrage qui était une imitation du grand labyrinthe [FÉN., Tél. V]
Trop d'imitation éteint le génie [VOLT., Mél. littér. Cons. à L. Racine]
L'imitation est de tous les résultats de la machine animale le plus admirable [BUFF., Nature des anim.]
Parmi les hommes, ce sont ordinairement ceux qui réfléchissent le moins qui ont le plus le talent de l'imitation [ID., ib.]
Ce talent d'imitation, bien loin de supposer de l'esprit et de la pensée dans les animaux, prouve au contraire qu'ils en sont absolument privés [ID., ib.]
Il marcha sur ses traces par esprit d'imitation plutôt que par caractère [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 35]
Cela est au-dessus de toute imitation, se dit d'une chose qu'il est impossible de bien imiter. Les arts d'imitation, la peinture, la sculpture. Au théâtre, don ou talent de contrefaire les acteurs célèbres. Exceller dans les imitations.
Terme de littérature. Œuvre dans laquelle on se propose d'en imiter une autre. C'est plutôt une imitation qu'une traduction.
Mon imitation n'est point un esclavage ; Je ne prends que l'idée et les tours et les lois Que nos maîtres suivaient eux-mêmes autrefois [LA FONT., Poésies mêlées, LXX]
Imitation d'Anacréon, Titre d'une petite pièce de vers de la Fontaine.
Le conte du tonneau du doyen Swift est une imitation des trois anneaux ; la fable de ces trois anneaux est fort ancienne ; elle est du temps des croisades [VOLT., Mél. littér. Lettres à S. A. S. le prince de.... lett. 5]
Corneille a réformé la scène tragique et la scène comique par d'heureuses imitations [ID., Comm. Corn. Rem. Menteur, préf. commentaire.]
Cet ouvrage est une imitation de l'anglais, de l'allemand, est l'imitation d'un ouvrage anglais, allemand.
Terme de musique. Répétition d'une phrase ou d'un fragment de phrase musicale d'une partie dans une autre.
Par ellipse, Imitation se dit de l'Imitation de Jésus-Christ, ouvrage de piété très célèbre. Une belle édition de l'Imitation. L'Imitation a été mise en vers par P. Corneille.
Terme d'industrie. Sorte de contrefaçon qui n'a rien d'illicite, lorsqu'elle n'a point pour but de tromper l'acheteur. Vendre, fabriquer de l'imitation. Bijoux en imitation.
À l'imitation de, à l'exemple de, sur le modèle de. Cet édifice a été fait à l'imitation de tel autre.
À son imitation, les femmes de tous les grands seigneurs des Perses et des Mèdes mépriseront les commandements de leurs maris [SACI, Bible, Esth. I, 18]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Comme l'un [Cicéron] se fust entierement adonné à l'imitation des Grecz [J. DU BELLAY, Illustr. de la langue franç. I, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. imitationem, de imitari, imiter.

imitation

IMITATION. n. f. Action d'imiter ou Résultat de cette action. Avoir la manie de l'imitation. Se proposer l'imitation des plus grands hommes. Il agit ainsi par esprit d'imitation. La peinture et la sculpture sont des arts d'imitation. Il n'a pas d'invention, mais il a le talent de l'imitation. Cet artiste s'attache à l'imitation de la nature. Ce poète se borne à une servile imitation des anciens. On croirait que ces fleurs sont naturelles, tant l'imitation en est parfaite.

Cela est au-dessus de toute imitation, se dit d'une Chose qu'il est impossible de bien imiter.

Il se dit, particulièrement en termes de Littérature et de Beaux-Arts, des Ouvrages où l'on s'est proposé d'en imiter d'autres. Cette pièce de vers est une imitation de telle ode d'Horace. C'est plutôt une imitation qu'une traduction. Ce tableau est une imitation de la Nativité du Corrège.

Cet ouvrage est une imitation de l'allemand, de l'anglais, etc., Est l'imitation d'un ouvrage écrit en allemand, en anglais, etc.

Il se dit, par ellipse, pour l'Imitation de JÉSUS-CHRIST. Une belle édition de l'Imitation. L'Imitation a été mise en vers par Pierre Corneille. Acheter une Imitation.

IMITATION se dit, en termes d'Arts, d'Ouvrages d'orfèvrerie et de bijouterie où l'on imite, mais sans intention de fraude, l'or, l'argent, les pierres précieuses, l'écaille, l'ivoire, etc. Des bijoux, des dentelles en imitation. Vendre, acheter de l'imitation.

À L'IMITATION DE, loc. prép., À l'exemple de, sur le modèle de, etc. Faire quelque chose à l'imitation de quelqu'un. Cet édifice a été fait à l'imitation de tel autre.

imitation

Imitation, Imitatio.

Synonymes et Contraires

imitation

nom féminin imitation
2.  Ce qui est reproduit.
Traductions

imitation

imitation, mimicry, forgeryחיקוי (ז), חקיינות (נ), מעשה קוף (ז), חִקּוּי, חַקְיָנוּתimitatie, nabootsing, herhaling [muziek], namaak, navolging, namaak(sel)Attrappe, Imitationαπομίμησηimitazioneمُحَاكَاةٌnapodobeninaefterligningimitaciónjäljennösimitacija模造品모조품imitasjonimitacjaimitaçãoимитацияimitationการลอกเลียนแบบtaklitsự bắt chước模仿имитация模仿 (imitasjɔ̃)
nom féminin
1. fait de reproduire la façon d'être de qqn, d'un animal l'imitation d'un homme politique une très bonne imitation
2. copie d'un objet, d'une matière Ce tableau est une imitation. des gants imitation cuir

imitation

[imitasjɔ̃] nf
(= reproduction) → imitation
un sac imitation cuir → an imitation leather bag
à l'imitation de → in imitation of
[personnalité] → impersonation