immodestie

immodestie

n.f.
Sout. Manque de pudeur, de réserve décence

IMMODESTIE

(i-mmo-dè-stie) s. f.
Manque de modestie, de bienséance.
C'est une chose honteuse que l'immodestie de la plupart des chrétiens à l'église [, Dict. de l'Acad.]
Manque de pudeur.
Ces femmes de l'île de Cypre dont la beauté était choquante à cause de leur immodestie [FÉN., Tél. VII]
Mme Deshoulières déplora, dans une de ses poésies, le peu de respect que l'on porte aujourd'hui aux dames, et elle en attribua la cause à l'immodestie de leurs discours et de leurs actions [BAYLE, Lett. à l'abbé Duclos, 3 janv. 1697]
Action, parole qui blesse les convenances, la pudeur.
Vous ne me persuaderez point de souffrir les immodesties de cette pièce [MOL., Critique, 7]
Ayez horreur des nudités de gorge et de toutes les autres immodesties [FÉN., t. XVII, p. 87]
Faut-il que le temple soit souillé par vos immodesties ! [MASS., Carême Temples.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. immodestia, de in négatif, et modestia, modestie.

immodestie

IMMODESTIE. n. f. Manque de modestie, de bienséance. C'est une chose honteuse que l'immodestie de la plupart des chrétiens à l'église.

Il signifie aussi Manque de pudeur. L'immodestie des regards. L'immodestie dans la manière de s'habiller.

immodestie

Immodestie, Immodestia.