immortel, elle

IMMORTEL, ELLE

(i-mmor-tèl, tè-l') adj.
Qui n'est point sujet à la mort. Les anges, les démons sont immortels.
Servez ce roi immortel [Dieu] et si plein de miséricorde, qui vous comptera un soupir et un verre d'eau donné en son nom plus que tous les autres ne feront jamais tout votre sang répandu [BOSS., Louis de Bourbon.]
Quel sera donc ce repos d'aller immortels à Jésus-Christ immortel ; d'être avec le divin Sauveur non dans les ombres de la mort, mais dans la terre des vivants ! [ID., 1er sermon, Purification, 1]
Quand l'aveugle destin aurait fait une loi Pour me faire vivre sans cesse, J'y renoncerais par tendresse, Si mes amis n'étaient immortels comme moi [Mlle DE SCUDÉRY, dans RICHELET]
Pour Platon, on voit dans tous ses ouvrages, qu'aussi bien que Socrate son maître, et Pythagore qui les avait précédés, il croit l'âme immortelle [ROLLIN, Hist. anc. t. XIII, liv. XXVI, ch. 3, art. 3]
Les dieux immortels, nom que les anciens donnaient à leur divinités. Qui ne peut pas périr, en parlant des choses.
Vous aurez dans cette image [la mémoire que Bossuet conserve du prince] des traits immortels ; Je vous y verrai tel que vous étiez à ce dernier jour sous la main de Dieu, lorsque sa gloire commença à vous apparaître [BOSS., Louis de Bourbon.]
[Ô Dieu]... C'est à nous de chanter, nous à qui tu révèles Tes clartés immortelles [RAC., Athal. II, 9]
[Ô Neptune] Dans les longues rigueurs d'une prison cruelle Je n'ai point imploré ta puissance immortelle [ID., Phèdre, IV, 2]
Une immortelle main de sa perte [d'Hippolyte] est chargée ; Neptune me la doit [ID., ib. IV, 4]
Nous avons un jour à vivre ; passons le doucement, sans nous quereller pour des difficultés qui seront éclaircies dans la vie immortelle qui commencera demain [VOLT., Dict. phil. Âme.]
Il lui faut [à l'homme] l'espérance et l'empire et la gloire, L'avenir à son nom, à sa foi des autels, Des dieux à supplier, des vérités à croire, Des cieux et des enfers, et des jours immortels [LAMART., Harm. II, 10]
Par exagération. Qu'on suppose ne devoir jamais cesser.
On déclare une guerre immortelle et irréconciliable à tous les plaisirs [BOSS., la Vallière.]
Nous courons à l'autel Nous jurer, malgré nous, un amour immortel [RAC., Andr. IV, 5]
Je n'aurais pas, seigneur, reçu ce coup mortel, Dans le temps que j'espère un bonheur immortel [ID., Bérén. IV, 5]
Rome n'a point pour eux une haine immortelle [VOLT., Brutus, III, 7]
Qui se prolonge au delà du terme ordinaire.
J'ai dit à M. de Pomponne que vous étiez jalouse de l'immortelle vie de monsieur d'Angers ; il me conta la vivacité de ce prélat, qui, hormis la vue, est encore tout en vie à quatre-vingt-douze ans passés [SÉV., 21 mars 1689]
Fig. Dont la mémoire doit durer toujours. Les immortels ouvrages de ce poëte. Une gloire immortelle.
Quand vous [le Dauphin] songerez à vos devoirs, ne manquez pas de considérer à quoi vous obligent les immortelles actions de Louis le Grand et l'incomparable piété de Marie-Thérèse [BOSS., Mar.-Thér.]
Sa mort [d'Hector] seule a rendu votre père immortel [RAC., Andr. I, 4]
Les siècles sont à toi, le monde est ta patrie ; Quand nous ne sommes plus, notre ombre a des autels Où le juste avenir prépare à ton génie Des honneurs immortels [LAMART., Médit. I, 14]
Substantivement. Les immortels, les divinités du paganisme. L'Olympe, séjour des immortels. Une immortelle.
Grâces aux immortels, l'effort de mon courage Et ma grandeur future ont mis Rome en ombrage [CORN., Nicom.II, 3]
L'apologue est un don qui vient des immortels [LA FONT., Fabl. VII, à Mme de Montespan.]
Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue, Que Je ne dise rien qui doive être repris ! [ID., Fabl. XI, 7]
... quand la poésie, Sortant de la nuit du tombeau, Reprendrait le sceptre et la vie Sous quelque Richelieu nouveau, Pourrais-Je, au char de l'immortelle, M'enchaîner encor pour longtemps [GRESSET, la Chartreuse.]
Les immortels, nom d'un corps d'élite chez les anciens Perses.
Ils [les Mèdes] furent relevés par les Perses, surnommés les immortels, qui formaient un corps de dix mille hommes : c'étaient les meilleures troupes de l'armée ; elles n'eurent pas un meilleur succès que les premières [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 216, dans POUGENS]
Au masc. Familièrement. Un immortel, un membre de l'Académie française. Les quarante immortels.
Ce qui est immortel [en l'homme], l'immortel et le corruptible, le spirituel et le charnel, l'ange et la bête en un mot, se sont trouvés tout à coup unis [BOSS., Sermons, Mort, 2]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Immorteles sont dites, pour ce que la memoire de ces œuvres ne doit Jamais faillir [BERCHEURE, f° 12]
    Et volenté est bien aucune foiz de choses impossibles, si comme nous voulons ou povons vouloir estre immortels [ORESME, Eth. 64]
  • XVIe s.
    Amitié, qui se convertira en une haine pernicieuse et inimitié immortelle, si vous la mesprisez [CARLOIX, IV, 9]
    Que le roy des Parthes ne vouloit point une guerre immortelle à l'encontre des Romains [AMYOT, Crassus, 57]
    Je lui ay fait dresser et la veue et les ailes Au bien-heureux sejour des choses immortelles [DESPORTES, Diane, I, 69]
    Cicero, qui dict vouloir employer sa solitude et sejour des affaires publiques à s'en acquerir par ses escripts une vie immortelle [MONT., I, 282]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. immortal ; ital. immortale ; du lat. immortalis, de in négatif, et mortalis, mortel.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    IMMORTEL. Ajoutez :
    Arbre immortel, l'erythrina corallodendron, L., l'endrachium madagascariense [BAILLON, Dict. de bot. p. 247]