immortifié, ée

IMMORTIFIÉ, ÉE

(i-mmor-ti-fi-é, ée) adj.
Qui n'est point mortifié.
Détruisons tout ce qu'il y a encore de trop immortifié, de trop mondain, [BOSS., 1re exhort. À l'ouverture d'une visite]
Faire paraître des saillies d'une passion immortifiée [ID., Sermons, Instr. aux ursul. de Meaux, sur le silence, 2]
Une vie dissipée, immortifiée, quelquefois plus sensuelle, par proportion, et plus mondaine que la vie même du monde [BOURDAL., Pensées, t. II, p. 488]
Serais-je si lâche et si immortifié quand il s'agit de corriger mes défauts ? [FÉN., t. XVII, p. 356]
Combien d'âmes immortifiées et impénitentes ! [MASS., Profess. relig. Serm. 1]
Un naturel inquiet, curieux, immortifié, ennemi de la retraite et de la prière [ID., Confér. Cond. des clercs dans le monde.]

ÉTYMOLOGIE

  • Im... négatif, et mortifié.