implacable

implacable

adj. [ du lat. placare, apaiser ]
1. Dont on ne peut apaiser la violence, la dureté : Une haine implacable acharné, déchaîné, farouche impitoyable, inflexible, intraitable ; généreux, humain
2. Se dit de qqch à quoi on ne peut échapper ; inévitable : La mort est implacable inéluctable, inexorable, fatidique imparable

IMPLACABLE

(in-pla-ka-bl') adj.
Qui ne peut être apaisé.
Il interroge encor, mais en juge implacable [CORN., Théod. V, 1]
Avec toutes ces explications, il ne faut pas s'étonner s'il sut adoucir Luther, jusqu'alors implacable [BOSSUET, Var. IV, § 22]
Maintenant chassée, poursuivie par ses ennemis implacables qui avaient eu l'audace de lui faire son procès [ID., Reine d'Anglet.]
Un poignard à la main, l'implacable Athalie Au carnage animait ses barbares soldats [RAC., Athal. I, 2]
Et ne connais-tu pas l'implacable Agrippine ? [ID., Brit. II, 2]
Implacable Vénus, suis-je assez confondue ? [ID., Phèd. III, 2]
Il fallait s'accommoder d'un maître jaloux, impérieux, implacable sur tout ce qui blessait sa jalousie [FÉN., Dial. des morts mod. 19]
Il passait pour ami fidèle et pour implacable ennemi [HAMILT., Gramm. 6]
Sachez que je n'aime point autrement, que je suis jalouse, vindicative, furieuse, implacable [VOLT., Écoss. II, 2]
Fig.
Implacable ennemi des amoureuses lois [RAC., Phèd. I, 1]
Il se dit aussi des choses.
Un courroux implacable, un orgueil endurci [CORN., Sert. IV, 2]
[Charles 1er] poursuivi à toute outrance par l'implacable malignité de la fortune [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Il faut bien se résoudre à l'implacable inimitié du parti [MAINTENON, Lett. à Mme de Caylus, 1er janv. 1717]
Mais veut-il que l'on garde une haine implacable ? [RAC., Esth. III, 5]
La haine et la division de ces grands hommes n'avaient rien d'implacable, d'amer, d'outré, comme chez les Romains des derniers temps de la république [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 209, dans POUGENS]
La victoire est chez vous implacable, inhumaine [VOLT., Orphel. V, 2]
Les plus implacables haines n'ont pas souvent des fondements plus importants [ID., Zadig, 4]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Quand on vous découvriroit implacable, tenant vostre cœur [rancune] et inexorable [CARLOIX, I, 38]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. implacabilis, de in négatif, et placare, apaiser. Sur placare, voisin de placere, voy. PLAIRE.

implacable

IMPLACABLE. adj. des deux genres. Qui ne peut être apaisé. C'est un homme implacable dans sa colère. Il fut implacable contre ses adversaires. Une colère implacable. Une haine implacable.

implacable


IMPLACABLE, adj. [Inplakable: 3e dout.] Qui ne se peut apaiser. "Homme, haine, colère implacable. = Dans le style simple et modéré, il se place après le subst. Dans le style élevé, il le précède avec élégance. "Les implacables fureurs. Rouss. "L'implacable vieillesse. L. Rac. = * Il ne se dit que des chôses qui ont raport à la persone. On ne dit point des flots implacables, une tempête implacable. "Ses injustes prétentions venoient de l'engager dans une guerre implacable. Hist. d'Angl. Le mot est impropre.

Synonymes et Contraires
Traductions

implacable

implacable, relentless, fierce, remorselessאטום לב (ת), אכזר (ת), אַכְזָרonverbiddelijk, meedogenloos, onafwendbaarαδιάλλακτοςimplacávelimplacabile, insanabile (ɛ̃plakabl)
adjectif
1. qui est sévère et sans pitié un jugement implacable
2. auquel on ne peut échapper un destin implacable
3. que rien ne peut modifier une logique implacable

implacable

[ɛ̃plakabl] adjimplacable