indire

INDIRE

(in-di-r') v. a.
Terme de droit féodal. Doubler certaines impositions féodales, en certains cas déterminés, par exemple : pour le voyage d'outre-mer ; pour une nouvelle chevalerie ; quand le seigneur est prisonnier de guerre ; pour le mariage d'une fille.
D'où vient que vous êtes si révolté contre moi, lui dis-je [à un fermier], et que vous ne voulez pas payer le droit d'indire ? [SÉV., 25 août 1677]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. Indicere ( le 2nd i est un i long), prescrire, de in.... 2, dans, et dicere, dire.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    INDIRE. Ajoutez :
    Fixer la date d'une convocation.
    Le roi commanda à M. le chancelier de l'indire [une assemblée du clergé] à Montargis, et de l'éloigner de Paris, pour éviter toutes les ligues et factions des esprits remuants [FR. GARASSE, Mém. publiés par Ch. Nisard, Paris, 1861, p. 56]