inertie

inertie

[ inɛrsi] n.f. [ du lat. inertia, incapacité ]
1. Manque d'activité, d'énergie, d'initiative : Tu dois sortir de ton inertie !
apathie, indolence, léthargie, passivité ; dynamisme, entrain, vitalité : Les habitants protestent contre l'inertie du député
2. En mécanique, propriété de la matière qui fait que les corps ne peuvent d'eux-mêmes modifier leur état d'immobilité ou de mouvement : L'inertie d'un gaz.
Force d'inertie,
résistance que les corps, en raison de leur masse, opposent au mouvement ; fig., résistance passive d'une personne, qui consiste principalement à ne pas obéir.

inertie

(inɛʀsi)
nom féminin
figuré dynamisme manque d'énergie, d'activité être plongé dans une grande inertie

INERTIE

(i-nèr-sie) s. f.
Terme scientifique. Etat de ce qui est inerte ; défaut d'aptitude à changer spontanément d'état. Terme de physique. Propriété qu'ont les corps de ne pouvoir modifier d'eux-mêmes l'état de mouvement ou de repos dans lequel ils sont.
Tout corps, étant indifférent de lui-même au repos et au mouvement, et ayant cette inertie qui est un attribut de la matière, suit nécessairement la ligne dans laquelle il est mû [VOLT., Phil. New. III, 4]
Cette tendance de la matière à persévérer dans son état de mouvement ou de repos est ce que l'on nomme inertie ; c'est la première loi du mouvement des corps [LA PLACE, Expos. III, 2]
Force d'inertie dans les corps, résistance au mouvement qui ne vient que de leur masse et qui est proportionnelle, comme la pesanteur, à la quantité de matière qui leur est propre.
Elle [la boule] est soutenue par mon plancher, et vous donnez à mon plancher libéralement la force d'inertie ; inertie signifie inactivité, impuissance ; or n'est-il pas singulier qu'on donne à l'impuissance le nom de force ? [VOLT., Dict. phil. Force physique.]
Fig. Force d'inertie, résistance passive qui consiste principalement à ne pas obéir aux ordres qui prescrivent une action. Il rencontra dans la nation une force d'inertie qui arrêta toutes ses mesures.
Terme de médecine. Inertie de la matrice, état de cet organe qui, après l'expulsion du fœtus, ne revient pas sur lui-même, et ne resserre ni ne rapproche ses parois.
Manque d'activité intellectuelle ou morale.
Si une grande application de l'esprit compense souvent le défaut de pénétration, c'est que l'application est une force qui se déploie sur les organes et en surmonte l'inertie [BONNET, Ess. analyt. âme, ch. 23]
Il retombe promptement dans son inertie naturelle [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 80, dans POUGENS]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. inertia, de iners, inerte.

inertie

INERTIE. (TIE se prononce CIE) n. f. T. didactique. État de ce qui est inerte. Principe d'inertie.

Spécialement, Force d'inertie, La propriété qu'ont les corps de rester dans leur état de repos ou de mouvement, jusqu'à ce qu'une cause étrangère les en tire. Il signifie, figurément, Résistance passive, qui consiste principalement à ne pas obéir, à ne pas exécuter ce qui est commandé. Il oppose à toutes les réclamations la force d'inertie. Il rencontra dans la nation une force d'inertie qui neutralisa toutes ses mesures.

INERTIE se dit, figurément, du Manque absolu d'activité ou d'énergie. Rester dans une complète inertie. Être plongé dans une profonde inertie. Tirez-le de cette inertie. Vivre dans un état d'indifférence et d'inertie. Tomber, languir dans l'inertie.

inertie

INERTIE, s. fém. [Inêrcî-e 2e ê ouv. 3e lon.] Indolence, inaction. Ce mot a passé de la physique dans le langage comun. * M. Linguet a hazardé inerte. "L'enfance débile, la vieillesse presque aussi inerte, etc.

Synonymes et Contraires

inertie

nom féminin inertie
Traductions

inertie

התמדה (נ), עמידה במקום (נ), רפיון ידיים (ז), הַתְמָדָה

inertie

setrvačnost

inertie

inerteca forto, inerteco, inertforto

inertie

inercia, inercia química

inertie

inerts, inertsus, loidus, tegevusetus

inertie

hitaus, inertia, vastahakoisuus

inertie

treghet, treighet

inertie

tröghet

inertie

inerzia

inertie

инерция

inertie

慣性

inertie

inerti

inertie

관성

inertie

[inɛʀsi] nfinertia