injure

injure

n.f. [ lat. injuria, ce qui cause du tort, de jus, juris, droit, justice ]
1. Parole qui blesse d'une manière grave et voulue : L'automobiliste couvrait le piéton d'injures
2. Litt. Action, procédé qui offense : Elle a dû essuyer bien des injures avant de pouvoir s'imposer en politique
affront, camouflet [litt.], outrage : Ils lui ont fait l'injure de vérifier tout son travailCette remarque fait injure à toute l'équipe
l'affront : Cette remarque fait injure à toute l'équipe
la blesse, l'offense
Les injures du temps ou des ans,
Litt. les dommages qu'ils provoquent : Ce monument a bien supporté les injures du temps.

INJURE

(in-ju-r') s. f.
Ce qui est contre le droit, la justice (d'après le sens étymologique), tort, dommage.
S'il y a plusieurs personnes qui n'aient pas plus de droit d'être expédiées l'une que l'autre, le juge qui prendra quelque chose de l'une à condition de l'expédier la première, péchera-t-il ? non certainement, selon Layman ; car il ne fait aucune injure aux autres selon le droit naturel [PASC., Prov. VIII]
Je ménage l'une et l'autre [ma santé et ma vie] comme un bien qui est à vous, et que je ne puis altérer sans vous faire une injure [SÉV., 27 déc. 1684]
Fig. Effets nuisibles produits par les saisons, l'âge, le temps, etc.
C'est moi qui ai commencé la mode de vous aimer et de vous trouver aimable ; une amitié si bien conditionnée ne craint pas les injures du temps [SÉV., à Coulanges, 26 avr. 1696]
Injures de toutes les saisons, chaleurs de l'été, froids de l'hiver.... [BOURD., Pensées, I, p. 346]
J'ai souffert les injures de l'air [FÉN., Tél. X]
Aristonoüs était encore exempt des injures d'une vieillesse caduque [ID., t. XIX, p. 105]
Il commençait à sentir les injures de la froide vieillesse [ID., Tél. X]
Le reste de son arbre généalogique avait été perdu par l'injure du temps [VOLT., Cand. 1]
À sauver, s'il se peut, par mes travaux constants, Et leurs noms et les miens des injures du temps [PIRON, Métrom. III, 9]
Le tombeau de Jésus-Christ est maintenant exposé aux injures de l'air [CHATEAUB., Itin. part. V]
Le froid devient plus ardent ; Moi j'en puis braver l'injure [BÉRANG., Hiver.]
Les injures du sort, les revers, les malheurs extraordinaires et non mérités. Poétiquement. Ce qui a subi l'injure.
Baucis en égala les appuis chancelants [de la table] Du débris d'un vieux vase, autre injure des ans [LA FONT., Ph. et Bauc.]
Outrage, ou de fait, ou de parole, ou par écrit.
.... le jure Que par ce faux soupçon vous lui faites injure [CORN., Rodog. I, 5]
On n'est pas où l'on pense en me faisant injure [MOL., Tart. IV, 7]
Lorsque l'injure a une fois éclaté, notre honneur ne va point jusqu'à vouloir cacher notre honte, mais à faire éclater notre vengeance [ID., D. Juan, III, 4]
C'était lui faire injure de l'implorer [PASC., Prov. IV]
C'est faire injure au maître d'une maison d'y entrer par la fenêtre [ID., ib. VI]
Elle aimait à prévenir les injures par sa bonté, vive à les sentir, facile à les pardonner [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Il vous est impossible, dites-vous, d'aimer sincèrement votre ennemi, et de lui pardonner de bonne foi l'injure que vous en avez reçue [BOURDAL., 5e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 186]
Vous verrez tous les jours le chanoine insolent Au seul mot de hibou vous sourire en parlant ; Votre âme, à ce penser, de colère murmure ; Allez donc de ce pas en prévenir l'injure [BOILEAU, Lutr. III]
Ses caresses n'ont point effacé cette injure [RAC., Bajaz. I, 1]
.... Vous en attendez quelqu'injure nouvelle [ID., Andr. II, 1]
De son temple détruit vengez sur eux l'injure [ID., Esth. III, 4]
On t'aime et tu murmures ! Souffrirai-je à la fois ta gloire et tes injures ? [ID., Iph. II, 8]
Vous savez.... Que je ne cherche pas à venger mes injures [ID., Athal. II, 5]
Il est difficile d'étouffer dans les commencements le sentiment des injures [LA BRUY., IV]
Si l'injure faite aux vivants est plus nuisible, celle qu'on fait aux morts est plus lâche [DIDER., Claude et Nér. I, 108]
Fig. Faire injure à, avec un nom de chose pour régime, déshonorer, flétrir cette chose.
Elle s'indignerait de voir sa créature à l'éclat de son nom faire une telle injure [CORN., Nicom. I, 2]
Faire injure signifie aussi soupçonner injustement.
À ma fidélité ne faites point d'injure [CORN., Cid, III, 6]
Particulièrement, parole offensante, outrageuse. Vomir des injures. Charger quelqu'un d'injures.
Celui qui jette une pierre contre des oiseaux les fera envoler ; ainsi qui dit des injures à son ami rompra l'amitié [SACI, Bible, Ecclésiast. XXII, 25]
Un homme sage est au-dessus de toutes les injures qu'on peut lui dire [MOL., Bourg. gent. II, 4]
Les injures que vous me dites [PASC., Prov. II]
Je vous avertis, ma très chère, que vous n'aimez point à lire.... je vous dis cette injure pour me venger de celle que vous m'avez faite [SÉV., 608]
Vous les verrez bientôt, féconds en impostures, Amasser contre vous des volumes d'injures [BOILEAU, Sat. IX]
Je crains votre silence, et non pas vos injures [RAC., Andr. IV, 5]
Et ton nom paraîtra, dans la race future, Aux plus cruels tyrans une cruelle injure [ID., Brit. V, 6]
Sa fureur contre vous se répand en injures [ID., Phèd. IV, 4]
Si ce n'est que cela, remettez-vous, mesdames, Je ne m'offense point des injures des femmes [DESTOUCHES, Phil. mar. II, 5]
Si l'on doit laisser tomber les injures, il faut relever les faits [VOLT., Lett. d'Argental, 5 févr. 1739]
Les injures atroces n'ont jamais fait de tort qu'à ceux qui les ont dites [ID., Conseil à L. Racine.]
Populairement. Se chanter mille injures, se dire toutes sortes d'injures.
À l'injure de, loc. adv.
En insultant, Jovinien et ses sectateurs, qui, à l'injure du fils de Dieu, niaient la virginité de sa mère [BOSSUET, Projet, Lett. de Boss. et de Leibnitz, 33]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Par les grans injures et par les grans rapines qui estoient faites en la prevosté, le menu peuple n'osoit demeurer en la terre le roy [JOINV., 296]
  • XIVe s.
    Que cette injure faicte à vous [Philippe le Bel] et à vostre pueple soit bien et souffisamment amendée [, Requeste, dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 233]
    Quant à faire venjances ou punicions selon justice, il a moult grant difference se les injures sunt voluntaires ou involuntaires [ORESME, Eth. 150]
    Vous savez que de grant injure vient moult de foiz grant grace [BERCHEURE, f° 10]
  • XVIe s.
    Retablir une injure [injustice] [MONT., I, 31]
    Les injures de la fortune [ID., I, 83]
    Souffrir une injure [outrage] [ID., I, 119]
    Il fut tout un jour à l'outrager de paroles diffamatoires en plaine place, et à luy dire toutes les injures dont il se pouvoit adviser [AMYOT, Péric. 8]
    Il y a ne sçay quoy de florissante nouveaulté qui empesche que l'injure du temps n'en empire la veue [ID., ib. 27]
    De crainte de venir aux injures et après aux mains [LANOUE, 557]
    Pour garantir l'armée de l'injure de l'hiver [ID., 629]
    St Paul a repoussé les mensonges et fausses injures de ses accusateurs [CALV., Inst. 1206]
    Action d'injure verbale ou par libelle diffamatoire se devra intenter en dedans l'an ; autrement, le dit an expiré, icelle action sera prescripte ; et l'injure reelle, que l'on dit blessure et navrure, danscinq ans [, Nouv. coust. génér. t. II, p. 129]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. injuria, enjuria ; espagn. injuria ; ital. ingiuria ; du latin injuria, de in.... 1, et jus, juris, droit.

injure

INJURE. n. f. Insulte, outrage, ou de fait, ou de parole, ou par écrit. Injure sanglante, irréparable. Endurer, souffrir une injure. Oublier, pardonner les injures. Venger l'injure de quelqu'un. Laver une injure dans le sang. L'oubli, le mépris, le pardon des injures. Une injure à l'honneur, faite à l'honneur. Faire satisfaction d'une injure. Réparer l'injure qu'on a faite.

Il se prend, particulièrement, pour une Parole offensante, outrageante. Dire des injures à quelqu'un. Ils en vinrent aux injures. Vomir des injures. Éclater en injures contre quelqu'un. Charger quelqu'un d'injures. Une injure grossière. Pop., Se chanter mille injures, et fam., Dire ou se dire de grosses injures.

Il désigne figurément la Dégradation, la ruine, la perte de certaines choses par l'effet des intempéries, de la durée, de l'âge. Ces monuments, ces édifices ont éprouvé, ont ressenti l'injure du temps. Cette statue est exposée aux injures de l'air, du temps. L'injure de l'âge.

INJURE signifiait autrefois Injustice. On dit encore C'est lui faire injure. Vous me faites injure en me supposant de telles intentions. Les injures du sort, Les revers, les malheurs extraordinaires et non mérités.

injure

Injure, Iniuria, Maledictum, Probrum.

Injure verbale, Conuitium, Maledictum. B.

Laide injure, Blasphemia.

Laisser l'injure, Concedere iniuriae.

Par injure, Contumeliae causa.

Nulle injure m'a esmeu, Nulla iniuria meipsum pepulit.

Prendre à injure, Accipere ad contumeliam, In contumeliam vertere.

A qui on a fait aiséement injure, Obnoxius iniuriis.

On l'accusoit d'injures, Postulabatur iniuriarum.

Condamné en cas d'injures, Iniuriarum damnatus.

Dire à quelqu'un forces injures, Vexare aliquem maledictis, Onerare aliquem iniuriis.

Reprocher quelque cas par injure, In maledicto vel criminis loco aliquid alicui obiicere.

Recevoir quelque petite injure, Offensiunculam accipere.

Reparer une injure, Expiare iniuriam.

Venger une injure, Soluere iniuriam.

Ne venger point une injure, Concedere iniuriae.

Il faut endurer l'injure des enfans, et la considerer en soy-mesme sans dire mot, Accipiunda et mussitanda iniuria adulescentium est.

Il voudroit que cette injure ne m'eust esté faite, Hanc iniuriam mihi nolit factam esse.

J'ay action d'injure à l'encontre de toy, et une autre à l'encontre de toy Chremes, Vna iniuria est tecum, altera est tecum Chreme.

Faire injure, Iniuriam facere.

Faire injure et desplaisir, Iniuriam iniungere.

Garder qu'aucune injure ne soit faite à aucun, Iniuriae obuiam ire.

Guarir la playe d'une injure faite, Sanare vulnus iniuriae.

Endurer injure, Iniuriam sustinere.

Faire beaucoup d'injures et de tort, Plurimas iniurias alicui imponere.

Appaiser les injures, Leuare iniurias.

Poursuyvre quelques injures, Exequi iniurias.

Ne me dites point d'injure, Bona verba quaeso. B. ex Terentio.

Agir en matiere d'injures, Iniuriarum formulam intendere alicui. Budaeus.

Intenter proces en matiere d'injures, Actionem iniuriarum intendere, Dicam scribere iniuriarum, Arcessere hominem iniuriarum. Bud.

Proces en matiere d'injures, Iudicium iniuriarum. B.

injûre


INJûRE, s. f. INJURIER, v. act. INJURIEUX, EûSE, adj. INJURIEûSEMENT, adv. [Injûre, jurié, ri-eû, eû-ze, eû-zeman. 2e lon. au 1er. 4e lon. 5ee muet.] Injûre, tort, outrage. Injurier, dire des injûres. Injurieux, outrageux, ofensant. Injurieûsement, d' une manière injurieûse. "Faire injûre, ou une injûre à quelqu'un. "Oublier, pardoner les injûres.
   Je ne veux point, dit-il, me répandre en injûres.
       Destouches.
"Il m'a injurié. "Il injurie tout le monde. "Discours, écrit injurieux pour la Religion; injurieux à sa gloire. "Parler injurieûsement contre quelqu' un: le traiter injurieûsement.
   Injûre, invective, (synon.) Le 1er consiste dans les termes; le 2d, dans les chôses et la manière. "Le mépris, l'insolence injurient: la colère, le zèle invectivent. Une injure, dite de sang froid, est plus piquante qu'une longue invective, parce qu'il vaut mieux exciter une grande colère que le mépris, etc. ROUB. Synon.
   REM. 1°. Faire injûre, ou une injûre, et dire une injûre, des injûres, sont deux chôses diférentes. Le 1er signifie faire tort, injustice, (Voy. TORT.) le 2d veut dire, parler à quelqu'un en termes injurieux. Madame de Sévigné les réunit tous deux dans la même phrâse. "Je vous avertis, Ma très-chère, que vous n'aimez point à lire, et que votre fils tient cela de vous. Je vous dis cette injûre, pour me venger de celle, que vous m'avez faite.
   2°. Richelet dit, tirer quelque chôse à injûre: cette expression n'est point de l'usage actuel. On dit, tenir, réputer à injûre. = On dit figurément, les injûres de l'air; l'injûre du tems, de la fortune. "Déguiser l'injûre de ses vieux ans. Corn. Le sort, le destin injurieux, la fortune injurieûse.
   3°. INJURIEUX, ne se dit que des chôses, qui ont raport à la persone. * Bossuet le dit des persones mêmes. "Le St. Esprit nous ayant montré deux moyens de conoître la vérité (l'Écritûre et la Tradition) nous serions injurieux envers lui, si nous négligions l'un des deux. — Cela n'est pas à imiter.

Synonymes et Contraires

injure

nom féminin injure
1.  Parole blessante.
grossièreté, insolence, insulte, invective -familier: nom d'oiseau.
compliment, louange -littéraire: encens.
2.  Littéraire. Procédé qui offense.
Traductions

injure

Beleidigung, Anstoß, Kränkunginsult, abuse, strong language, affront, curse, injury, offence, offensebelediging, affront, krenking, smaad, scheldwoordגידוף (ז), הטחת דברים (נ), הכלמה (נ), התלהמות (נ), חירוף (ז), חריצת לשון (נ), נאצה (נ), ניאוץ (ז), עלבון (ז), קללה (נ), קריאת גנאי (נ), שוט לשון (ז), גִּדּוּף, הִתְלַהֲמוּת, נִאוּץ, נְאָצָה, עֶלְבּוֹןbeledigingfornærmelseinsulto, ofendoafrenta, injuria, insulto, ofensamóðgunfornærmelseinjúria, insultoförnärmelse, förolämpningimproperio, ingiuria, insulto, vituperio侮辱 (ɛ̃ʒyʀ)
nom féminin
insulte, parole agressive crier des injures à qqn

injure

[ɛ̃ʒyʀ]
nfinsult
Il a pris ça comme une injure → He took this as an insult. injures
nfplabuse no pl, insults
lancer des injures à quelqu'un → to hurl abuse at somebody, to hurl insults at somebody