inquiet, ète

INQUIET, ÈTE

(in-ki-è, è-t') adj.
Qui n'est pas en repos, en quiétude, qui ne peut rester en place. Il est si inquiet qu'à peine entré dans un lieu, il veut en sortir.
L'on voit des gens brusques, inquiets, suffisants, qui, bien qu'oisifs et sans aucune affaire qui les appelle ailleurs, vous expédient pour ainsi dire en peu de paroles et ne songent qu'à se dégager de vous [LA BRUY., V]
Cheval inquiet, cheval qui, par trop d'ardeur, ne peut tenir en place, qui se tourmente et tourmente son cavalier. Que la souffrance met dans une agitation continuelle. Le malade a été inquiet toute la nuit. Sommeil inquiet, sommeil troublé, souvent interrompu. Regard inquiet, se dit d'un regard qui se porte sans cesse deçà et delà.
Des courtisans sur nous les inquiets regards Avec avidité tombent de toutes parts [VOLT., Œdipe, III, 1]
On dit de même : visage inquiet.
Dans les audiences vulgaires l'un toujours précipité vous trouble l'esprit ; l'autre, avec un visage inquiet et des regards incertains, vous ferme le cœur [BOSSUET, le Tellier.]
Qui n'est jamais content de sa situation, de son état.
Toute âme inquiète et ambitieuse est incapable de règle [BOSSUET, le Tellier.]
Et peut-être Albéroni, Gortz et Charles même étaient-ils plutôt des hommes inquiets qui tentaient de grandes aventures que des hommes profonds qui prissent des mesures justes [VOLT., Russie, I, 8]
Il se dit, dans ce sens, des passions, des mouvements de l'âme.
Mais le désir de voir et l'humeur inquiète L'emportèrent enfin [LA FONT., Fabl. IX, 2]
On énerve la religion quand on la change, et on lui ôte un certain poids qui seul est capable de tenir les peuples ; ils ont dans le fond du cœur je ne sais quoi d'inquiet qui s'échappe, si on leur ôte ce frein nécessaire [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Il [le monde] sait remuer si puissamment je ne sais quoi d'inquiet et d'impatient que nous avons dans le fond du cœur, qu'il nous tient toujours en mouvement [ID., Sermons, Vérit. convers. I]
Son chagrin inquiet l'arrache de son lit ; Elle veut voir le jour, et sa douleur profonde M'ordonne toutefois d'écarter tout le monde [RAC., Phèdre, I, 2]
Quelle ardeur inquiète Parmi vos ennemis en aveugle vous jette ? [ID., Brit. I, 3]
Fatiguez bien votre inquiet loisir [VOLT., Prud. II, 3]
S'il y a des hommes qui portent dans la retraite les passions inquiètes des courtisans.... [CONDORCET, Lieutaud.]
Leur inquiète activité continuera à faire répandre des torrents de sang [RAYNAL, Hist. phil. IV, ch. 32]
Qui est dans l'agitation d'esprit et dans la peine pour une crainte ou un tourment quelconque. Il attend des nouvelles, et il est inquiet sur l'issue de son procès.
Je vous trouve aujourd'hui l'âme toute inquiète [BOILEAU, Sat. III]
Osmin a vu le sultan et l'armée ; Le superbe Amurat est toujours inquiet [RAC., Baj. I, 2]
Il se dit, en ce sens, des sentiments et des passions.
L'ordre de son tyran et sa flamme inquiète Me pourront envier l'honneur de ma retraite [CORN., Sertor. I, 3]
Du moins de Laelius la prudence inquiète Sur le point du combat nous envoie un trompette [ID., Sophon. I, 1]
Avec quelle douceur et quelle charité consolait-il quelques-uns de ses amis dont il voyait la conscience irrésolue et inquiète [pour se faire de protestants catholiques] ! [FLÉCH., Duc de Montausier.]
Dissimulez, calmez ce transport inquiet [RAC., Andr. III, 1]
Vous vivez, vous calmez nos douleurs inquiètes [VOLT., Zaïre, II, 3]
Ta tendresse inquiète accroît ta vigilance [DUCIS, Othel. II, 2]
Qui marque l'inquiétude. Une attitude inquiète.

REMARQUE

  • Inquiet de.... marque la cause de l'inquiétude : Je suis inquiet de lui, inquiet de ne pas recevoir de nouvelles. Inquiet sur.... exprime l'objet de l'inquiétude : Je suis inquiet sur son sort, sur cette affaire.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Ce sont des excez fiebvreux de nostre esprit, instrument brouillon et inquiete [MONT., IV, 195]
    Les opinions de la philosophie eslevées et exquises se treuvent ineptes à l'exercice ; cette poinctue vivacité d'ame et cette volubilité soupple et inquiete trouble nos negociations [ID., III, 88]
    Cette jeune princesse qui avoit un esprit grand et inquiete, comme celui du feu cardinal de Lorraine son oncle [CASTELN., 187]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. inquietus, de in.... 1, et quietus, tranquille (voy. COI et QUIÉTUDE).