insensible

insensible

adj.
1. Qui n'éprouve pas certaines sensations physiques : Des dents insensibles au froid
2. Qui n'est pas accessible à certains sentiments ; indifférent : Il est devenu insensible à la détresse humaine
imperméable à, inaccessible : Comment peut-on rester insensible aux paroles de cette chanson ?
fermé, réfractaire à ; ouvert, réceptif
3. Qui est difficile à percevoir ; qui se fait progressivement : Il y a une différence insensible entre ces deux rouges à lèvres
imperceptible, indiscernable, léger ; marqué, net, tangible : Une hausse insensible de la T.V.A.

INSENSIBLE

(in-san-si-bl') adj.
Qui n'a pas de sensibilité physique. Les végétaux, quoique vivants, sont insensibles.
J'emploie toutes choses, monsieur, les raisonnables et les insensibles, pour vous persuader votre retour [BALZ., Lett. V, 9]
Je comprends mieux que personne du monde ces sortes d'attachements qu'on a pour des choses insensibles et, par conséquent, ingrates ; mes folies pour Livry en sont de belles marques [SÉV., 18 oct. 1688]
Sur la pierre insensible où mes pleurs ont coulé [M. J. CHÉN., Fén. IV, 3]
Affecter la froideur d'une insensible image [C. DELAV., Paria, II, 2]
Ossements desséchés, insensible poussière, Levez vous, recevez la vie et la lumière [LAMART., Méd. I, 30]
Qui ne sent point, ne ressent point l'impression que l'objet doit faire sur les sens. Être insensible au froid, au chaud.
Les secrets à l'aide desquels la peau devient insensible pour quelque temps à l'action du feu, comme l'huile de vitriol et d'autres corrosifs [VOLT., Ann. Emp. Charles le Chauve, 877]
Terme de manége. Bouche insensible, bouche qui ne répond pas à l'effet des rênes.
Qui n'a pas la sensibilité morale.
Et je suis insensible alors qu'il faut trembler [CORN., Cinna, IV, 5]
Il est vrai que les hommes aperçoivent moins cette malheureuse délicatesse dans les âmes vertueuses ; on les croit insensibles, parce que non-seulement elles savent taire mais encore sacrifier leurs peines secrètes [BOSSUET, Marie-Thér.]
Un Dieu qu'on fait à sa mode, aussi patient, aussi insensible que vos passions le demandent, n'incommode pas [ID., Ann. de Gonz.]
Soumis à la loi seule, insensible comme elle [VOLT., Tancr. II, 6]
Mes baisers, à l'entendre, étaient froids, insensibles [A. CHÉN., Elég. XIX.]
L'homme insensible et froid en vain s'attache à peindre Ces sentiments du cœur que l'esprit ne peut feindre [ID., Ép. I]
Insensible à, qui n'est pas touché de.
Crois-tu donc que je sois insensible à l'outrage ? [CORN., Hor. IV, 5]
La plupart des gens de travail pensent à boire et à manger, ils sont comme insensibles à toutes les autres choses [NICOLE, Ess. de morale, dans RICHELET]
êtes-vous donc insensible au plaisir de revoir vos proches ? [FÉNEL., Tél. XI]
Insensible à la vie, insensible à la mort, Il ne sait quand il veille, il ne sait quand il dort [L. RAC., Rel. II]
Insensible à sa chute et grand dans ses misères [VOLT., Zaïre, II, 1]
Particulièrement. Qui n'est pas sensible à l'amour.
Le seul pour qui je tâche à le rendre visible [mon cœur] Ou n'ose en rien connaître ou demeure insensible [CORN., Sertor. II, 1]
Ah ! si d'un autre amour le penchant invincible Dès lors à mes bontés vous rendait insensible [RAC., Mithr. IV, 4]
L'insensible Hippolyte est-il connu de toi ? [ID., Phèdre. II, 1]
L'Amour était vivement piqué de voir que ce vieillard inconnu, non-seulement était insensible à ses traits, mais encore lui enlevait Télémaque [FÉN., Tél. VIII]
Une femme insensible est celle qui n'a pas encore vu celui qu'elle doit aimer [LA BRUY., III]
Substantivement.
Mais, mon cœur, essayons de vaincre l'insensible [DESMARETS, Mirame, II, 2]
Il fait de l'insensible, afin de mieux surprendre [CORN., Rodog. IV, 6]
Que tout aime à présent ; l'insensible n'est plus [LAFONT., Fabl. XII, 26]
Ciel ! comme il m'écoutait ! par combien de détours L'insensible a longtemps éludé mes discours ! [RAC., Phèd. III, 1]
Qui n'est connu, perçu que difficilement par les sens, ou même qui n'est pas perçu du tout. Le mouvement de l'aiguille d'une horloge est insensible à l'œil.
Souvent il se disait en son cœur que le plus malheureux effet de cette faiblesse de l'âge était de se cacher à ses propres yeux, de sorte que tout à coup on se trouve plongé dans l'abîme, sans avoir pu remarquer le fatal moment d'un insensible déclin [BOSSUET, le Tellier.]
Et d'un vol insensible il se vit transporté Dans un vaste palais d'admirable beauté [PERRAULT, dans RICHELET]
Que l'insecte insensible enseveli sous l'herbe Et l'aigle impérieux qui plane au haut du ciel Rentrent dans le néant aux yeux de l'Éternel [VOLT., Fanat. I, 4]
Elle s'avance à son but par les degrés les plus insensibles [DIDER., Interpr. de la nature, n° 37]
Le diamètre apparent des satellites de Jupiter étant insensible, on ne peut pas mesurer exactement leur grosseur [LAPLACE, Exp. I, 7]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Que nis [même] les choses insensibles, Qui rien n'entendent ne sentent, à Dieu le createur s'assentent [obéissent] [, Ste Leocade, dans BARBAZAN, t. I, p. 278]
  • XIVe s.
    Mouvement insensible. Gens insensibles [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
    [Le cartilage] plus prochain en dureté à l'os, de complexion froide et seiche, insensible et flexible aucune fois [H. DE MONDEVILLE, f° 9]
    Jehan du Monstier, homme fol, insensible et furibonde [DU CANGE, insensibilis.]
  • XVIe s.
    Je veux, pour ne le voir, devenir un rocher Sourd, muet, insensible [RONSARD, Poëmes, liv. 1er .]
    Une pente douce et comme insensible [MONT., I, 82]
    Vous gaignez credit à passer oultre d'une facile et insensible inclination [ID., III, 291]
    [La mort] chose si soubdaine, si inevitable, si insensible [ID., I, 302]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. insensibilis, de in.... 1, et sensibilis, sensible.

insensible

INSENSIBLE. adj. des deux genres. Qui ne peut point éprouver de sensations. Une matière insensible et inerte. Les végétaux, quoique pourvus d'organes, paraissent insensibles.

Il signifie plus ordinairement Qui ne sent point, qui ne reçoit point l'impression que l'objet doit faire et fait habituellement sur les sens. Être insensible au froid, au chaud. Il souffre si patiemment qu'on le croirait insensible. Fig., Dieu semble parfois insensible à nos maux, insensible à nos plaintes. Il a l'âme dure et insensible. Il est devenu insensible à force d'avoir souffert. Une femme insensible à l'amour. Il est insensible aux louanges comme aux reproches.

INSENSIBLE signifie aussi Qui est imperceptible, qu'on n'aperçoit, qui n'est connu que difficilement par les sens, ou même dont on ne peut s'apercevoir. Le mouvement de l'aiguille d'une horloge, de l'ombre d'un cadran solaire est insensible, est insensible à l'oeil. Cette transformation se fait d'une manière insensible. Pente insensible. Des nuances presque insensibles.

insensible

Insensible, Sensu cassus, Sensus expers.

Traductions

insensible

insensitive, unmoved, unfeelingאטום נפש (ז), חסר רגישות (ת), ערל רגש (ת), קהוי לב (ת), קשה לב (ת), קשוח (ת), קשיח (ת)ongevoelig, geleidelijk, gevoelloos, onmerkbaar, onverschillig, onkwetsbaarkaltschnäuzig, unempfindlichinsensibileغَيْرٌ حَسَّاسٌnecitlivýufølsomαναίσθητοςinsensiblevälinpitämätönneosjećajan鈍感な둔감한ufølsomnieczułyinsensívelбесчувственныйokänsligที่ไม่ไวต่อความรู้สึกของผู้อื่นduyarsızvô tâm感觉迟钝的 (ɛ̃sɑ̃sibl)
adjectif
1. qui n'éprouve aucune sensation physique être insensible au froid
2. qui n'éprouve aucun sentiment Il est insensible au malheur des autres.

insensible

[ɛ̃sɑ̃sibl] adj
(= dur, indifférent) → insensitive
Il la trouve insensible → He thinks she's insensitive.
(= imperceptible) → imperceptible
[membre] → numb