insolemment


Recherches associées à insolemment: indolemment

insolemment

[ ɛ̃sɔlamɑ̃] adv.
Avec insolence : Ils répondent insolemment effrontément, grossièrement, irrespectueusement ; courtoisement, poliment impudemment

insolemment

(ɛ̃sɔlamɑ̃)
adverbe
respectueusement en manquant de respect, pour provoquer regarder qqn insolemment

INSOLEMMENT

(in-so-la-man) adv.
Avec insolence.
Mais aujourd'hui qu'on voit cette main parricide Des restes de ta vie insolemment avide [CORN., Rodog. III, 3]
Lâche, tu viens ici braver encor des femmes, Vanter insolemment tes détestables flammes [ID., Sertor. V, 4]
D'Hacqueville et l'abbé de Pontcarré étaient avec nous [Mme de Sévigné et le cardinal] ; j'étais insolemment avec ces trois hommes [SÉV., 22 avril 1672]
Jamais l'histoire n'eut plus besoin de preuves authentiques que dans nos jours, où l'on trafique si insolemment du mensonge [VOLT., Russie, Préf.]
Ils [les chacals] entrent insolemment et sans marquer de crainte, dans les bergeries, les écuries ; et, lorsqu'ils n'y trouvent pas autre chose, ils dévorent le cuir des harnais, des bottes, des souliers [BUFF., Quadrup. t. VI, p. 202]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Ces anemis tant orgueilleusement et insolemment les demoquoient [BERCHEURE, f° 43 bis.]
  • XVIe s.
    Si ne me semble pas croyable qu'il se fust voulu si insolentement et si superbement monstrer aux Atheniens [AMYOT, Alc. 65]
    Combien insolemment rebrouent Epicurus les stoïciens sur ce qu'il tient l'estre veritablement bon et heureux n'appartenir qu'à Dieu ! [MONT., II, 267]

ÉTYMOLOGIE

  • Insolent, et le suffixe ment. Insolemment a été fait alors que l'adjectif dérivé des adjectifs latins à une seule terminaison pour le féminin et le masculin n'en avait qu'une en français aussi ; insolente-ment est un remaniement qui n'a pas duré, et qui remettait la formation de l'adverbe en accord avec la nouvelle syntaxe des adjectifs.

insolemment

INSOLEMMENT. adv. D'une manière insolente. Parler insolemment. Répondre insolemment.

insolemment


INSOLEMMENT, adv. INSOLENCE, s. f. INSOLENT, ENTE, adj. [Inso-laman, lance, lan, lante: 3e br. au 1er, lon. aux 3 aûtres: 4e e muet.] Insolence, trop grande hardiesse et manque de respect. Insolent, hardi, qui perd le respect. Insolemment, avec insolence. "On ne peut soufrir son insolence. "Y eût il jamais une telle insolence! "Il a fait, il a dit mille insolences. "Il est insolent au dernier point. "Discours insolent. "Réponse insolente. = Subst. C'est un insolent, une insolente. — "Il, ou elle a répondu insolemment.
   REM. Insolent ne signifie quelquefois que, orgueilleux. "La prospérité rend les hommes insolens. "Insolent dans la victoire. "La fortune est insolente. = Mde. de B... lui fait régir la prép. de. "Ils devinrent insolens de leur force, et poussèrent plus loin leurs prétentions. Hist. des Tud. — Ce régime n'est pas assez autorisé, mais je n'ôserais le condamner. On dit, il est orgueilleux de ses succès; pourquoi ne pourrait-on pas dire aussi, insolent de ses succès, de sa force, de sa puissance?

Synonymes et Contraires
Traductions