insulte

insulte

n.f.
Parole ou acte qui outrage, blesse la dignité ou l'honneur : Ils échangèrent des insultes injure, invective affront, offense, outrage

INSULTE

(in-sul-t') s. f.
Action d'attaquer par un coup de main. Une place exposée aux insultes de l'ennemi.
Le comte de Nassau emporta d'insulte la ville de Guise, [MÉZERAY., ]
Ils parviennent au pied de la muraille, qui de ce côté là se trouva peu élevée, parce qu'un endroit si escarpé paraissait hors d'insulte, [VERTOT, Rév. rom. VII, 206]
Agression offensante de fait ou de parole.
J'admirai un jour la patience de M. Quinault en cette place, qui souffrit en bon chrétien l'insulte que lui fit M. Charpentier, en lui disant qu'on devait s'étonner qu'avec si peu de mérite et une si basse naissance il eût fait une si grande fortune [FURETIÈRE, Factums, t. I, p. 196]
À ces pécheurs insolents, s'ils ne s'humilient bientôt par la pénitence, est réservée dans le jugement cette dérision, cette moquerie terrible, et cette juste et inévitable insulte d'un Dieu outragé [BOSSUET, Sermons, Jugement dernier, 2]
La raillerie, l'injure, l insulte leur découlent des lèvres comme leur salive [LA BRUY., V]
Vous avez fait, madame, une secrète étude Du mépris, de l'insulte et de l'ingratitude [VOLT., Adélaïde, II, 5]
Insulte se dit de l'outrage qu'on fait à quelque sentiment.
Le mot : tout est bien, pris dans un sens absolu et sans l'espérance d'un avenir, n'est qu'une insulte aux douleurs de notre vie [VOLT., Désast Lisbonne, Préface]

REMARQUE

  • Dans le XVIIe siècle, insulte était du masculin.
    Mais je veux qu'Attila, pressé d'un autre amour, Endure un tel insulte au milieu de sa cour [CORN., Attila, II, 1]
    Evrard seul, en un coin prudemment retiré, Se croyait à couvert de l'insulte sacré [BOILEAU, Lutr. V]
    Deux puissants ennemis.... à nos sacrés autels font un profane insulte [ID., ib. VI]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Avint que [il] oy insult et cry de gens arrivans au dit lieu.... lesquelz ainsi armez.... de fait le assaillirent [DU CANGE, insultus.]
    Et aloient les dessus diz faisans la dite commotion et insult parmi la ville, en hurlant et taboulant aux huis et portes [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Insult [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. insultus, action d'assaillir (voy. INSULTER) ; ital. insulto.

insulte

INSULTE. n. f. Outrage, de fait ou de parole, avec dessein prémédité d'offenser. Faire insulte à quelqu'un. Faire une insulte, des insultes à quelqu'un. Il a reçu une cruelle insulte, une insulte grave. De telles insultes veulent une éclatante réparation.
Synonymes et Contraires

insulte

nom féminin insulte
2.  Atteinte à quelque chose.
affront, atteinte, défi, outrage -littéraire: injure.
Traductions

insulte

insult, brickbat, offence, offense, scatheגידוף (ז), הלבנת פנים (נ), העלבה (נ), חירוף (ז), חריצת לשון (נ), ניאוץ (ז), קללה (נ), קריאת גנאי (נ), קְלָלָה, גִּדּוּף, הַלְבָּנַת פָּנִיםbelediging, aantastingBeleidigungπροσβολή, βρισιάaffronto, insulto, vituperio, offesaإِهَانَةٌurážkafornærmelseinsultoloukkausuvreda侮辱모욕fornærmelseobrazainsultoоскорблениеförolämpningการดูถูกhakaretsự lăng mạ侮辱обида侮辱 (ɛ̃sylt)
nom féminin
parole agressive contre qqn

insulte

[ɛ̃sylt] nfinsult