interdiction

interdiction

n.f.
1. Action d'interdire : Interdiction de fumer défense ; autorisation permission
2. Défense perpétuelle ou temporaire faite à une personne de remplir ses fonctions : Ce médecin est frappé d'une interdiction temporaire d'exercer.

INTERDICTION

(in-tèr-di-ksion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action d'interdire, d'empêcher, de prohiber. Frapper d'interdiction.
Cette interdiction de remontrances [du parlement] sous Louis XIV pendant près de cinquante années est une partie curieuse de l'histoire [VOLT., Lett. Morellet, 12 déc. 1767]
Ils se plaignent tous les jours des entraves que l'envie nationale, la manie des interdictions et des prohibitions, les petites spéculations du négoce exclusif ne cessent de mettre à leur activité [RAYNAL, Hist. phil. XI, 9]
On eut recours à la funeste voie des interdictions [ID., ib. V, 13]
Interdiction de commerce, défense de faire le commerce avec une nation contre laquelle l'État est en guerre.
Tout ordre qui porte défense à un officier ou à un corps soit ecclésiastique, soit civil, d'exercer les fonctions de son ministère. L'interdiction d'un fonctionnaire public. On lui défendit à peine d'interdiction de sa charge....
En jurisprudence criminelle. Interdiction des droits civiques, civils et de famille, privation totale ou partielle des droits civiques, civils et de famille, prononcée contre l'individu reconnu coupable. Interdiction légale, celle qui résulte de la condamnation à certaines peines, telles que les travaux forcés, la détention, la réclusion, ou même de certaines condamnations purement correctionnelles. Terme d'histoire romaine. Interdiction du feu et de l'eau, formule que l'on employait pour condamner à une espèce de mort civile ou de bannissement.
Toutes les lois de Sylla ne portaient que l'interdiction de l'eau et du feu [MONTESQ., Esp. VI, 15]
En jurisprudence civile, action d'ôter à quelqu'un la libre disposition de ses biens, et même de sa personne, quand on reconnaît qu'il est hors d'état de se conduire. Provoquer l'interdiction d'une personne. Demande en interdiction. Interdiction ecclésiastique, voy. INTERDIT.
Terme féodal. Interdiction par veuvage, prohibition faite à la femme noble, devenue veuve, d'aliéner, sans le consentement de ses enfants, les biens qu'elle tenait de ses propres parents.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Quelques monitions, excommunications ou interdictions que le pape puisse faire, les sujets.... [P. PITHOU, 15]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. interdictionem, de interdicere, interdire.

interdiction

INTERDICTION. n. f. Action d'interdire. L'interdiction d'un genre de commerce. Cette interdiction blesse des intérêts qu'il eût fallu ménager.

Il signifie particulièrement Défense, perpétuelle ou temporaire, de continuer l'exercice de certaines fonctions, faite par sentence ou arrêt, par décision d'une autorité supérieure. Cet huissier a été puni d'interdiction. On lui défendit à peine d'interdiction, à peine d'interdiction de sa charge... Fixer la durée d'une interdiction.

En termes de Jurisprudence criminelle, Interdiction des droits civiques, civils et de famille, Privation, déchéance totale ou partielle des droits civiques, etc., prononcée par le juge contre celui qui a été reconnu coupable. Interdiction légale, Celle qui résulte de la condamnation à certaines peines, telles que les travaux forcés, la détention, la réclusion, etc. Interdiction de séjour, Défense faite à un condamné libéré de se présenter dans les lieux dont l'interdiction lui a été prononcée par jugement.

INTERDICTION se dit également, en termes de Jurisprudence civile, de l'Action d'ôter à quelqu'un la libre disposition de ses biens, et même de sa personne, quand on reconnaît qu'il est en état d'imbécillité, de démence ou de fureur.

Interdiction ecclésiastique. Voyez INTERDIT.

interdiction


INTERDICTION, s. f. INTERDIRE, v. act. INTERDIT, s. m. [In-têrdik-cion, dîre: 2e ê ouv. 3e lon. aux deux derniers.] Interdire, c'est 1°. défendre à. "On lui a interdit l'entrée de cette maison. = 2°. Défendre par sentence aux Éclésiastiques l'exercice de leurs ordres, et la célébration des Sacremens et du service divin. "Interdire un Prêtre, une Église, une Ville, etc. = 3°. Défendre à des Oficiers de Justice d'exercer leurs charges. En termes de Palais, c'est défendre à un particulier de contracter, de disposer de son bien, pour cause d'incapacité ou de dissipation. "On l'a interdit, on l'a fait interdire. = 4°. Étoner, troubler, déconcerter. En ce sens, il ne se dit que dans les tems composés: "La peur l'avait tellement interdit, que, etc. "Il était si interdit, qu'il ne répondit pas un seul mot. "Il demeura tout interdit. = Interdiction ne se dit proprement que dans le 3e sens, et interdit dans le 2d: "Défendre à peine d'interdiction. "Mettre une Église, une Ville en interdit. = On dit aussi, interdiction du comerce; arrêt d'interdiction contre un prodigue, etc.~
   REM. 1°. Interdire se conjugue comme dire, excepté la 2e persone du pluriel du présent, où il faut dire interdisez, et non pas interdites. = Pour l' aoriste, Andry de Bois-Regard, Th. Corneille, La Touche, de Wailly, etc.~ n'admettent que j'interdis, il interdit, etc. Ménage est seul de son sentiment, pour interdisis, interdisit, etc. Dans le Dict. Gram. on se contente de dire qu'interdis est le meilleur. Ce n'est pas assez dire: il falait avertir que c'est le seul bon.
   2°. Bossuet fait régir à interdire l'ablatif (la prép. de) qui est le régime de bannir. "Elles devoient être interdites (bannies) de toute la vie Chrétienne. — Ce régime est inusité. = Interdire régit plus régulièrement la prép. de devant l'infinitif. "La nature n'a pas interdit aux femmes d' être raisonables, sensibles, honêtes, vertueûses. Marm. "Pourquoi seroit-il interdit aux autres nations, en s'engageant dans la carrière que les Grecs ont frayée, de pénétrer au delà des bornes, où ils se sont arrêtés. L'Ab. Langier.

Synonymes et Contraires

interdiction

nom féminin interdiction
Traductions

interdiction

Verbot, Interdiktverbod, interdict, ontzegging [recht], ontzetting uit ambt, schorsing, banban, prohibition, disallowance, proscription, vetoאיסור (ז), המנעה (נ), כבילה (נ), מצווה לא תעשה (נ), הַמְנָעָה, אִסּוּרforbudmalpermesoprohibiciónαπαγόρευση, εμπόδιοinterdizione, proibizione, bandoحَظْرzákazkieltozabrana禁止금지forbudzakazproibiçãoзапретförbudคำสั่งห้ามyasaklệnh cấm禁令забрана (ɛ̃tɛʀdiksjɔ̃)
nom féminin
ce qui n'est pas autorisé interdiction de fumer

interdiction

[ɛ̃tɛʀdiksjɔ̃] nfban
interdiction de faire qch → ban on doing sth
"interdiction de fumer" → "no smoking"
interdiction de séjour nf (DROIT)injunction banning convicted person from specified places