jachère


Recherches associées à jachère: friche

jachère

n.f. [ bas lat. gascaria, d'un mot gaul. signif. « branche » ]
Terre non cultivée temporairement pour permettre au sol de se reposer ou pour limiter une production jugée trop abondante : Laisser une terre en jachère

jachère

(ʒaʃɛʀ)
nom féminin agriculture
1. état d'une terre qu'on ne cultive pas volontairement un champ en jachère une jachère annuelle
2. cette terre qu'on ne cultive pas labourer des jachères

JACHÈRE

(ja-chè-r') s. f.
État d'une terre labourable qu'on n'a pas ensemencée, à l'effet de la laisser reposer pour la faire produire de nouveau plus abondamment. La jachère est absolue ou complète ou morte, lorsque le sol est au moins une année sans recevoir de semence ; elle est relative ou incomplète, dans le cas contraire ; celle-ci est distinguée en jachère d'été et jachère d'hiver. Dans nos pays une terre est ordinairement en jachère, mais aujourd'hui en jachère cultivée, de trois années l'une. On appelle jachère cultivée les cultures améliorantes qui, dans l'assolement de trois ans, remplacent l'ancienne jachère morte ou complète.
La terre même quand elle repose. Labourer des jachères.
On le trouve [le motteux] assez souvent dans les jachères et les friches, où il vole de pierre en pierre [BUFF., Ois. t. IX, p. 343]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Par montaignes et par rivieres, Par prez, par vignes, par jachieres [, la Rose, 18580]
    Se fussent gasquieres desqueles il n'eust encore riens levé [BEAUMANOIR, XLIV, 53]
  • XVe s.
    Une belle terre gachée Ne peult porter jamais beau fruit [P. GRINGOIRE, Farce, à la suite du Jeu du prince des sots, Paris, 1511]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, gachières, gakières ; wallon, jouhîre ; namur. giciêre ; Hainaut, gaquiere ; bas-lat. gascaria, dans un texte du XIIe siècle. Origine inconnue. On ne sait même pas, vu la divergence des orthographes, si l's est primitive ou accidentelle, et, par conséquent, si le latin jacere ( 1er e long), gésir, y est pour quelque chose.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    JACHÈRE. Ajoutez :
    Jachère en eau, se dit de la transformation en étangs de terres qu'on veut laisser reposer.
    L'ancien système de culture fondé sur la jachère labourée n'était plus possible alors ; les bras faisaient défaut.... la culture des étangs, c'est-à-dire la jachère en eau, lui fut substituée, afin de rétablir l'équilibre entre le travail à faire et les forces disponibles [, Journ. offic. 2 avril 1874, p. 2550, 1re col.]

jachère

JACHÈRE. n. f. T. d'Agriculture. État d'une terre labourable qu'on laisse reposer ou qu'on abandonne. Dans ce pays, une terre est ordinairement en jachère de trois années l'une. Laisser une terre en jachère.

Il se dit aussi de la Terre même quand elle repose. C'est une jachère. Labourer des jachères.

jachere

Jachere, f. penac. Est la terre labourable que le laboureur laisse reposer un an sans y semer, pour l'année ensuyvant y semer du bled. Le Picard l'appelle Gaquiere, Veruactum, Interquiescens ager, Le mot vient du Latin Iaceo, Qui signifie estre couché. Aussi dit on, Lever les jacheres, quand on laboure les terres qui sont tappies, et que le soc des gisantes qu'elles sont, les esleve en rayes et seillons, Veruacta vomere vertere et efferre.

jachère


JACHèRE, s. f. JACHÉRER, v. act. [2e è moy. et long au 1er, é fer. et br. au 2d: dern. e muet au subst. é fer. au verbe.] Jachère, terre labourable qu'on laisse reposer un an. "Terre, qui est en jachère. "C'est une jachère. = Jachérer: labourer des jachères; doner le premier labour à une terre qu'on avait laissé reposer.

Traductions

jachère

כרב (ז), שלף (ז), כְּרָב

jachère

fallow

jachère

maggese, riposo

jachère

[ʒaʃɛʀ] nf
en jachère [champs] → fallow
être en jachère → to lie fallow