jeté, ée

JETÉ, ÉE1

(je-té, tée) part. passé de jeter
Qui a reçu un mouvement communiqué.
La tête d'Asdrubal, jetée dans le camp des Carthaginois, apprit à leur chef le funeste sort de son frère [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 460, dans POUGENS]
Fig.
Je ne suis plus pour vous qu'une vile étrangère, Indigne des bienfaits jetés sur ma misère [VOLT., Guèbres, II, 3]
Fig. et familièrement. Jeté au panier, aux ordures, au sac aux ordures, tenu à mépris.
Il ne m'a pas paru que Mme de Schomberg ait encore pris ma place [auprès de Mme de la Fayette].... enfin je ne crois pas être tout à fait jetée au sac aux ordures [SÉV., 30 octobre 1680]
Disséminé, répandu.
Oh ! le bon mal [le rhumatisme] ! et que c'est bien fait de le voir un peu jeté parmi les courtisans ! [SÉV., 12 fév. 1676]
De l'argent jeté, de l'argent prodigué sans profit, sans utilité.
J'approuve bien de supprimer les étrennes, c'est de l'argent jeté [SÉV., 27 déc. 1684]
Fig. Qui a été placé, mis, dirigé non sans quelque violence ou rapidité.
Cet homme [le prieur de Cabrières].... se trouve jeté à la cour par un tourbillon qui lui fait traiter et guérir la beauté la plus considérable qui soit à la cour [Mme de Fontanges] [ID., À Guitaut, 18 mai 1680]
Je suis, dit-on, un orphelin Entre les bras de Dieu jeté dès ma naissance [RAC., Athal. II, 7]
Jetés par le destin dans des partis contraires [VOLT., Adélaïde, II, 2]
Sans secours, avec toi jeté dans ces déserts [ID., Oreste, II, 1]
Me voilà tout à coup jeté parmi le beau monde [J. J. ROUSS., Conf. V]
Jeté sur cette boule, Pauvre, laid et souffrant, Étouffé dans la foule, Faute d'être assez grand [BÉRANG., Vocat.]
Jeté hors de soi-même, qui n'est plus maître de soi.
Égaré, subjugué, jeté hors de moi-même, Je ne suis plus à moi, ....j'aime [DUCIS, Oscar, II, 2]
Terme militaire. Introduit, posté. Un régiment jeté dans la place.
On remarquait qu'on y avait marché [vers une position] languissamment ; qu'une division seule, jetée à trois lieues de tout secours, y avait été négligemment aventurée ; que les corps d'armée étaient restés hors de portée les uns des autres [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 2]
Étendu sur, en parlant de teintes, de couleurs, etc.
Une teinte de gris jetée sur tout le dessus du corps, assez claire sur la tête, et qui devient plus foncée et bleuâtre sur le dos [BUFF., Ois. t. XVII, p. 462]
Marbre jeté, voy. MARBRE.
Mis dans une certaine position, en parlant d'une partie du corps.
Le castagneux n'a pas plus que le grèbe la faculté de se tenir et de marcher sur la terre ; ses jambes traînantes et jetées en arrière ne peuvent s'y soutenir [BUFF., Ois. t. XV, p. 279]
Il se dit d'un vêtement mis à la hâte. Un manteau jeté sur ses épaules. Par analogie il se dit, en peinture et en sculpture, de la disposition des draperies.
Draperie qui pend de la barque, mal jetée [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 146, dans POUGENS]
Terme de beaux-arts et de littérature. Cela est jeté, bien jeté, se dit de tout ce qui est fait d'un seul jet, d'une esquisse heureuse et rapide.
Il faut voir comme cette figure est jetée [DIDER., Salon de 1765, Œuvr. t. XIII, p. 78, dans POUGENS]
Mis en avant par la parole ou l'écriture.
Un mot jeté de la sorte dans un discours vaut un panégyrique entier [ROLLIN, Traité des Ét. liv. VI, 2e part. chap. 2, § 3]
Un mot, quoique jeté au hasard et mal à propos, fait souvent germer des beautés nouvelles dans la tête d'un homme de génie [VOLT., Lett. Chabanon, 13 janv. 1766]
Coulé, après fusion, en un moule.
Le colosse de Rhodes, ouvrage immense jeté en fonte par un Indien [VOLT., Mœurs, 92]