joute

joute

n.f.
1. Au Moyen Âge, combat entre deux hommes à cheval armés d'une lance.
2. Litt. Lutte spectaculaire où l'on rivalise de talent : Une joute entre deux saxophonistes duel
Joute nautique ou joute lyonnaise,
jeu où deux hommes, debout sur une barque, cherchent à se faire tomber à l'eau en se poussant avec une longue perche.

joute

(ʒut)
nom féminin
1. histoire combat avec une lance, au Moyen Âge une joute entre deux chevaliers
2. figuré affrontement verbal une joute politique

JOUTE

(jou-t') s. f.
Combat à cheval d'homme à homme avec la lance. Une joute à lances brisées, à fer émoulu.
Les joutes étaient des combats d'occasion qui se faisaient le plus souvent sans dresser des lices, en étendant des cordes qu'on nommait estachettes [LE P. MÉNESTRIER, De la chevalerie, p. 233, dans LACURNE]
Joute sur l'eau, espèce de divertissement dans lequel deux hommes, placés chacun sur l'avant d'un batelet, tâchent de se faire tomber dans l'eau, en se poussant l'un l'autre avec de longues lances, au moment où les bateaux courent l'un contre l'autre.
Par extension, toute espèce de combat entre deux hommes.
La joute d'Arlequin et de Scapin, qui se menacent avec grand bruit, se donnent quelques coups de bâton, et s'enfuient chacun de leur côté [D'ALEMB., Lett. au roi de Prusse, 16 juin 1769]
Fig. Toute espèce de lutte ou de rivalité.
D'autres fois Psyché se divertissait à entendre un défi de rossignols, ou à voir un combat naval de cygnes, des tournois et des joutes de poissons [LA FONT., Psyché, I, p. 55]
Quand, la première fois, un athlète nouveau Vient combattre en champ clos aux joutes du barreau [BOILEAU, Lutr. VI]
Il se dit de certains animaux qu'on fait combattre les uns contre les autres. La joute des coqs. La joute des cailles.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Quand li lances froissent e faillent, O [avec] li espées s'entreassaillent, Ne vunt pas jostes demandant, Maiz à chapleis se vunt ferant [frappant] [, Rou, V. 9114]
    Diex, dist Geris, n'est pas joste d'enfant : Garis [protége] Gauthier mon neveu le vailant. [, Raoul de C. 173]
  • XIIIe s.
    Dunc li tourneimens [le tournoi] s'asembla ; Qui juste quist [chercha] tost la trova [MARIE, Milon.]
  • XVe s.
    Et messire Gille de Mauny le vit venant vers lui, qui ne desiroit autre chose que la joute [FROISS., I, I, 99]
    Beau sire, voulez-vous venger vostre compaignon à la jouste ou à l'espée ? [, Perceforest, t. I, f° 32]
  • XVIe s.
    Tout ainsi que nous nous accoustumons aux joustes et tournois et contrefaisons la guerre en plaine paix [MONT., I, 281]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, joûte, limite, séparation des propriétés ; provenç. josta, justa ; espagn. et portug. justa ; ital. giostra. Ménage le fait venir de justus : justa pugna, combat régulier. Mais, quand on étudie l'historique du verbe jouter, on voit que le sens d'être voisin est perpétuellement confondu avec celui de jouter. Joute, jouter viennent donc de la préposition latine juxta (voy. JOUXTE) : jouter, se joindre, et, comme disaient nos anciens, s'assembler. La signification de joûte dans le Berry y concourt. Palsgrave, p. 38, écrit jouxte, prononcé jouz-te.

joute

JOUTE. n. f. Ancien combat à cheval d'homme à homme avec la lance. Il emporta le prix de la joute.

Joute sur l'eau ou Joute nautique, Espèce de divertissement dans lequel deux hommes, placés chacun sur l'avant ou sur une plate- forme élevée à l'arrière d'un batelet, tâchent de se faire tomber à l'eau, en se poussant l'un l'autre avec de longues perches au moment où les bateaux s'approchent. Fig., Une joute d'éloquence. Une joute de courtoisie.

Par analogie, il se dit aussi en parlant de Certains animaux qu'on fait combattre les uns contre les autres. Une joute de coqs.

joûte


JOûTE, s. f. JOUTER, v. n. JOUTEUR, s. m. [l'ou est long au 1er. D' Oliv. L'Acad. n'y met point d'accent: 2ee muet au 1er, é fer. au 2d: te, , teur.] Joûte, combat à cheval d'homme à homme avec des lances. "S'exercer à la joûte. "Le temps des joûtes et tournois est pâssé depuis longtems. = Jouter, combatre avec des lances l'un contre l'aûtre. = Jouteur, celui qui joûte. — Ils se disent au figuré (st. famil.) des disputes et combats au jeu, dans les Sciences et Belles-Lettres, etc. "Je n'ai garde de jouter contre lui: c'est un rude jouteur.

Synonymes et Contraires

joute

nom féminin joute
Littéraire. Lutte de forces.
Traductions

joute

Lanzenbrechen, Lanzenstechen, Tjost

joute

justa

joute

giostra

joute

justa

joute

joust

joute

[ʒut] nf
(au Moyen-Âge)joust
(sportive)contest
(politique, médiatique, diplomatique)skirmish
joute oratoire → verbal sparring