jubé

(Mot repris de jubés)

jubé

n.m. [ du premier mot lat. de la formule liturgique Jube, Domine, benedicere ]
Galerie haute qui sépare le chœur de la nef dans certaines églises.

JUBÉ

(ju-bé) s. m.
Lieu élevé dans une église en forme de galerie, et qui est ordinairement entre la nef et le chœur. Chanter l'évangile au jubé. Le jubé de l'église Saint-Étienne du Mont.
On lisait autrefois les lettres de paix dans les jubés [THIERS, Dissert. des jubés, ch. V]
Fig. Venir à jubé, se soumettre, venir à la raison par contrainte, malgré qu'on en ait. Il viendra à jubé, je vous en réponds.
Laissez-moi jouer mon personnage, je la ferai venir à jubé [HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, III, 3]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Despense pour le jubé [de la cathédrale de Troies], et premier pour les maçons [, Bibl. des chartes, 5e série, t. III, p. 234]
  • XVe s.
    Et soit en Hollande ou en Frise, je le feray bien venir à jubé là où il doit [G. CHASTEL., Chr. des ducs de Bourg. II, 58]

ÉTYMOLOGIE

  • Le jubé a été ainsi nommé à cause du jube, domne, benedicere, qu'on y chante, de jubere, ordonner (voy. JUSSION). Quant à l'origine de la locution venir à jubé, on ne la sait pas, à moins qu'on ne pense que dans cette locution il y a un jeu de mot sur le latin jube, ordonne ; de sorte que venir à jubé serait venir, et dire : ordonne, commande-moi.

jubé

JUBÉ. n. m. Sorte de tribune en forme de galerie, située dans une église, et qui est ordinairement entre la nef et le choeur. Chanter l'évangile au jubé.

jubé

Jubé, Voyez Juppe.

Le Jubé, ou Pulpitre, Odeum. B.

jubé


JUBÉ, s. m. Lieu élevé dans une Église en forme de galerie. "En plusieurs Églises le Diacre va chanter l'Évangile dans le jubé. = On dit, proverbialement, faire venir à jubé; obliger à se soumettre. "Je le ferai bien venir à jubé. "Il est venu à jubé.

Traductions

jubé

lektorium

jubé

Chorbühne, Lettner, Singchor