juger

1. juger

v.t. [ lat. judicare, de judex, judicis, juge, de jus, juris, le droit, la justice ]
1. Prononcer en qualité de juge une sentence sur : Juger un prévenu, une affaire.
2. Prendre une décision en qualité d'arbitre : Juger un différend arbitrer, régler
3. Estimer la valeur de : Juger un adversaire apprécier, jauger [litt.]
4. Être d'avis ; penser : Il n'a pas jugé utile de m'en faire part croire, estimer considérer
v.t. ind. (de)
1. Porter une appréciation sur qqch : On ne peut pas juger de la qualité des couleurs dans cette pénombre estimer, évaluer
2. Se faire une idée de qqch ; imaginer qqch : Jugez de mon inquiétude se représenter
En juger par,
évaluer qqch d'après telle ou telle chose : Si j'en juge par mon expérience.

se juger

v.pr.
Être soumis à la justice : L'affaire se jugera au mois d'octobre.
Se juger (+ adj.),
porter un jugement sur soi : Se juger offensé s'estimer

2. juger

ou

jugé

n.m.
Au juger,
d'après une appréciation rapide, une estimation sommaire de la situation : Évaluer une distance au juger.
Tir au juger,
exécuté sans épauler ni viser.

juger


Participe passé: jugé
Gérondif: jugeant

Indicatif présent
je juge
tu juges
il/elle juge
nous jugeons
vous jugez
ils/elles jugent
Passé simple
je jugeai
tu jugeas
il/elle jugea
nous jugeâmes
vous jugeâtes
ils/elles jugèrent
Imparfait
je jugeais
tu jugeais
il/elle jugeait
nous jugions
vous jugiez
ils/elles jugeaient
Futur
je jugerai
tu jugeras
il/elle jugera
nous jugerons
vous jugerez
ils/elles jugeront
Conditionnel présent
je jugerais
tu jugerais
il/elle jugerait
nous jugerions
vous jugeriez
ils/elles jugeraient
Subjonctif imparfait
je jugeasse
tu jugeasses
il/elle jugeât
nous jugeassions
vous jugeassiez
ils/elles jugeassent
Subjonctif présent
je juge
tu juges
il/elle juge
nous jugions
vous jugiez
ils/elles jugent
Impératif
juge (tu)
jugeons (nous)
jugez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais jugé
tu avais jugé
il/elle avait jugé
nous avions jugé
vous aviez jugé
ils/elles avaient jugé
Futur antérieur
j'aurai jugé
tu auras jugé
il/elle aura jugé
nous aurons jugé
vous aurez jugé
ils/elles auront jugé
Passé composé
j'ai jugé
tu as jugé
il/elle a jugé
nous avons jugé
vous avez jugé
ils/elles ont jugé
Conditionnel passé
j'aurais jugé
tu aurais jugé
il/elle aurait jugé
nous aurions jugé
vous auriez jugé
ils/elles auraient jugé
Passé antérieur
j'eus jugé
tu eus jugé
il/elle eut jugé
nous eûmes jugé
vous eûtes jugé
ils/elles eurent jugé
Subjonctif passé
j'aie jugé
tu aies jugé
il/elle ait jugé
nous ayons jugé
vous ayez jugé
ils/elles aient jugé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse jugé
tu eusses jugé
il/elle eût jugé
nous eussions jugé
vous eussiez jugé
ils/elles eussent jugé

JUGER

(ju-jé. Le g prend un e devant a et o : je jugeais, nous jugeons) v. a.
Prononcer, en qualité de juge, sur une affaire ou sur une personne. Juger un procès, une personne.
L'affaire est prête à juger [, Dict. de l'Académie]
Et vous, rois, ouvrez maintenant votre cœur à l'intelligence ; instruisez-vous, vous qui jugez la terre [SACI, Bible, Psaum. II, 10]
Il nous veut tous juger les uns après les autres [RAC., Plaid. I, 1]
Il fut jugé à mort unanimement, sans que l'arrêt prononçât le genre du supplice [VOLT., Russie, II, 10]
La coutume horrible de juger et de condamner à mort pour des opinions religieuses fut introduite chez les chrétiens dès le quatrième siècle de l'ère vulgaire [ID., Hist. parlem. ch. XIX.]
On dit que l'affaire est jugée au moment que je vous écris, et j'attends avec impatience le moment de juger l'arrêt [ID., Lett. Mme de Lutzelbourg, 2 septembre 1753]
Fig.
J'appelle vérité cette règle éternelle, cette lumière intérieure qui juge nos jugements, qui nous éprouve, qui nous condamne [MASS., Avent, Épiphan.]
Juger sur l'étiquette du sac, ou, absolument, juger sur l'étiquette, prononcer un jugement sur une affaire en regardant seulement l'étiquette que portaient autrefois les sacs contenant les pièces d'un procès ; et fig. porter son jugement sur quelque affaire, sur quelque personne, sans avoir examiné les pièces, les raisons. Absolument.
Souvenez-vous, ma bonne, de la règle de Corbinelli, qu'il ne faut pas juger sans entendre les deux parties [SÉV., 15 nov. 1684]
Un ministre si zélé pour la justice ne devait pas mourir avec le regret de ne l'avoir pas rendue à tous ceux dont les affaires étaient préparées ; malgré cette fatale faiblesse qu'il commença de sentir, il écouta, il jugea [BOSSUET, le Tellier.]
Où courez-vous la nuit ? - Je veux aller juger [RAC., Plaid. I, 4]
Il se dit de la fonction des juges ou premiers magistrats des Hébreux.
Il y avait en ce temps-là une prophétesse nommée Débora, laquelle jugeait le peuple [SACI, Bible, Juges, IV, 4]
Il se dit de l'arrêt que Dieu porte sur les hommes.
Il me semble que je les vois déjà [les personnes de piété] dans un de ces trônes où ceux qui auront tout quitté, jugeront le monde avec Jésus-Christ, selon la promesse qu'il en a faite [PASCAL, Lett. à Mlle de Roannez, 3]
Que s'il [Dieu] ne dédaigne pas de juger ce qu'il a créé, et encore ce qu'il a créé capable d'un bon et d'un mauvais choix, qui leur [aux impies] dira ou ce qui lui plaît, ou ce qui l'offense, ou ce qui l'apaise ? [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Dieu juge chacun par sa conscience [ID., Polit. VII, II, 3]
La divine parole.... ceux qu'elle ne touche pas, elle les juge ; ceux qu'elle ne convertit pas, elle les condamne [ID., 2e sermon, Parole de Dieu, 3]
[Dieu] Juge tous les mortels avec d'égales lois, Et du haut de son trône interroge les rois [RACINE, Esth. III, 4]
Décider comme arbitre en quelque différend. Un coup difficile à juger. Je m'en rapporte à ce qu'il en jugera.
Juge-nous un peu sur une gageure que nous avons faite [MOL., Impromptu, 3]
Nous disputons qui est le marquis de la Critique de Molière ; il gage que c'est moi, et moi je gage que c'est lui. - Et moi je juge que ce n'est ni l'un ni l'autre [ID., ib.]
Parbleu, tu jugeras toi-même si j'ai tort [ID., Fâch. II, 2]
Se former, énoncer une opinion sur quelqu'un ou sur quelque chose. Vous jugez cet homme bien sévèrement. Juger un livre, une pièce de théâtre, un opéra.
Garde-toi, tant que tu vivras, De juger les gens sur la mine [LA FONT., Fabl. VI, 5]
Il ne faut pas juger les gens par l'apparence [ID., ib. XI, 7]
Mais nous, qui d'un autre œil jugeons les conquérants [RAC., Alex. II, 2]
Je remplis mon devoir, et j'obéis aux rois ; Le soin de les juger n'est point notre partage ; C'est celui des dieux seuls [VOLT., Sémir. III, 2]
Et l'on vous jugera, vous qui jugez les autres [M. J. CHÉNIER, (parlant de la Harpe), les Nouveaux saints]
Juger un homme, apprécier sa valeur intellectuelle ou morale.
Sous le ministère d'un homme qui jouissait d'une grande réputation, mais que la révolution a déjà jugé [, Décret du 23 floréal, ou 2e rapport de CAMBON, p. 87]
Absolument. Ne jugez point si vous ne voulez être jugé.
....Le plus souvent l'apparence déçoit ; Il ne faut pas toujours juger sur ce qu'on voit [MOL., Tart. V, 3]
M. de Montmoron mourut il y a quatre jours d'une violente apoplexie, en six heures ; c'est une belle âme devant Dieu ; cependant il ne faut pas juger [SÉV., 4 oct. 1684]
Croire, estimer, être d'opinion.
Que jugez-vous que je doive faire ? Tant que j'ai pu juger qu'elle [ma vie] vous était chère.... [ROTROU, Bélis. II, 4]
Elle croit, elle qui jugeait la foi impossible [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Nous jugeons assez de là que l'impureté était regardée.... [BOURDAL., Car. Impur. II, 125]
Un bruit assez étrange est venu jusqu'à moi, Seigneur ; je l'ai jugé trop peu digne de foi [RAC., Iph.]
Vous-même jugerez s'il faut qu'elle vous suive [VOLT., Olymp. I, 2]
Conjecturer. Il n'est pas difficile de juger ce qui en arrivera.
Mais des fureurs du roi que puis-je enfin juger ? [RAC., Mithr. II, 6]
En ce sens il se dit avec à. Je jugeai à son air qu'il était malade.
Le dernier [Philopémen], à voir agir les Romains dans la Macédoine, jugea bien que la liberté de la Grèce allait expirer [BOSSUET, Hist. III, 6]
J'entrevois vos mépris, et juge à vos discours Combien j'achèterais vos superbes secours [RACINE, Iphigénie, IV, 6]
Se figurer, s'imaginer. Il est aisé de juger d'où cela part.
Ceux qui voyaient la reine d'Angleterre attentive à peser toutes ses paroles, jugeaient bien qu'elle était sans cesse sous les yeux de Dieu [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Ceux qui ont vu de quel front il [Charles 1er] a paru dans la salle de Westminster.... peuvent juger aisément combien il était intrépide à la tête de ses armées [ID., ib.]
Jugez ce que les saints auraient pensé des vôtres [pénitences] et ce que l'Église en pense encore aujourd'hui [MASS., Carême, Inconst.]
Au jeu de paume, juger la balle, prévoir le lieu où la balle va tomber ; et fig. prévoir quel tour une affaire prendra. Terme de chasse. Reconnaître l'âge, le sexe, la taille et l'espèce de bête par le pied, les fumées, etc. Tirer au juger, tirer sans voir distinctement la bête, et en jugeant qu'elle est en tel endroit.
10° Terme de médecine. Terminer une maladie, en faire la crise. Un dépôt jugea la fièvre.
11° Absolument. Discerner la convenance ou la disconvenance de deux idées.
La vraie perfection de l'entendement est de bien juger [BOSSUET, Connaiss. I, 16]
Qui doute que les enfants ne conçoivent, qu'ils ne jugent, qu'ils ne raisonnent conséquemment ? [LA BRUY., XI]
Juger, c'est affirmer qu'une chose que nous concevons est telle ou n'est pas telle : comme lorsque, ayant conçu ce que c'est que la terre, et ce que c'est que rondeur, j'affirme de la terre qu'elle est ronde [DUCLOS, Gramm. P. R. Œuv. t. IX, p. 53, dans POUGENS]
12° V. n. Porter un jugement, prononcer un arrêt (emploi qui est rare).
La Syrie à vos lois est-elle assujettie Pour souffrir qu'une femme [Théodore] y soit juge et partie ? Jugez de Théodore [CORN., Théod. V, 7]
Et quant à ce rebelle.... Rome entre vous et lui jugera de l'outrage [ID., Nicom. IV, 4]
Lancer ses traits et puis retirer sa main, accuser M. Koenig, mon ami, d'être un faussaire.... opprimer Koenig et moi avec les mêmes artifices ; c'est ce que Maupertuis a fait, et c'est sur quoi l'Europe littéraire peut juger [VOLT., Lett. Roquet, 1752]
13° Juger de, apprécier, se faire une opinion sur. Je ne pouvais pas bien juger de la distance.
Et vous pouvez juger des soins qu'elle en a pris Par les hautes vertus et les illustres marques.... [CORN., Nicom. II, 3]
Et me venger enfin ou sur vous ou sur moi, Si j'eusse mal jugé de tout ce que je voi [ID., ib. V, 10]
Le monde juge bien des choses ; car il est dans l'ignorance naturelle, qui est le vrai siége de l'homme [PASC., Pensées, III, 18, édit. HAVET.]
Quand il [le pape] voulut juger des cinq propositions, le point de la grâce efficace fut mis à couvert de toute censure [ID., Prov. XVII]
Saint Augustin voulait qu'on jugeât des personnes par la foi, et non de la foi par les personnes [BOURDAL., Exhort. char. env. les nouv. cath. t. I, p. 130]
Il ne faut pas juger des hommes comme d'un tableau ou d'une figure, sur une seule et première vue ; il y a un intérieur et un cœur qu'il faut approfondir [LA BRUY., XII]
On ne juge pas de la racine par les branches, mais des branches par la racine [ROLLIN, Hist. anc. liv. XXVI, 2e part. ch. 2, art. 2]
Si le ciel veut un meurtre, est-ce à moi d'en juger ? [VOLT., Fanat. IV, 4]
Il [Boileau] était jeune, et dans l'âge où l'on juge des hommes par la réputation, et non point par eux-mêmes [ID., Dict. phil. Rochester et Waller.]
Jugeons des actions des hommes, et laissons Dieu juger de leur foi [J. J. ROUSS., Lettre à d'Alembert.]
On dit dans un sens analogue. L'œil juge des couleurs. L'oreille juge des sons. Juger des coups, regarder des joueurs et apprécier en quoi ils jouent bien ou mal. Fig. Juger des coups, être simple spectateur des événements, et n'avoir qu'à les blâmer ou à les louer.
Le maréchal du Plessis ne quittera point Paris ; il est bourgeois et chanoine ; il met à couvert tous ses lauriers et jugera des coups [SÉV., 8 avr. 1672]
Aujourd'hui on dit souvent juger les coups ; c'est une autre nuance de sens.
14° Juger de, se faire une idée de. Vous pouvez juger de ma surprise.
Juge de son pouvoir [de mon amour] : dans une telle offense, J'ai pu délibérer si j'en prendrais vengeance ! [CORN., Cid, III, 4]
Si nos cheveux sont comptés, jugez de nos œuvres [MASS., Avent, Jugem.]
15° Juger de, porter, en bien ou en mal, un jugement sur autrui. Il juge bien de tout le monde. Juger mal de son prochain.
Et la mort d'Annibal m'eût fait mal juger d'eux [des Romains] [CORN., Nicom. I, 5]
J'ai mal jugé de toi, j'ai tort, je le confesse [MOL., l'Ét. I, 10]
Juger d'autrui par soi-même, estimer les sentiments d'autrui par les siens.
Seigneur, ne jugez pas de son cœur par le vôtre [RAC., Brit. V, 1]
La vertu simple et sévère juge des autres par elle-même [MASS., Pet. carême, Écueils.]
16° Juger de, être connaisseur en, apprécier le mérite de. Il juge bien de la poésie et de la peinture. Il juge mal de ces sortes de choses.
Par la raison qu'il y en a plusieurs qui sont capables de juger d'une pièce selon les règles, et que les autres en jugent par la bonne façon d'en juger, qui est de se laisser prendre aux choses [MOL., Critique, 6]
Ceux qui jugent d'un ouvrage par règle sont à l'égard des autres comme ceux qui ont une montre à l'égard des autres [PASC., Pensées, VII, 5]
Je ne puis juger de mon ouvrage en le faisant ; il faut que je m'éloigne comme les peintres, et que je m'en éloigne, mais encore pas trop [ID., XXV, 63]
Là, tous mes sots, enflés d'une nouvelle audace, Ont jugé des auteurs en maîtres du Parnasse [BOILEAU, Sat. III]
Pour juger des poëtes, il faut savoir sentir, il faut être né avec quelques étincelles du feu qui anime ceux qu'on veut connaître [VOLT., Ess. poés. épique, ch. II]
Absolument.
Ceux qui sont accoutumés à juger par le sentiment ne comprennent rien aux choses de raisonnement [PASC., Pens. VIII, 33]
Tous les jours à la cour un sot de qualité Peut juger de travers avec impunité [BOILEAU, Sat. IX]
Tel excelle à rimer qui juge sottement [ID., Art p. IV]
17° Se juger, porter un jugement sur soi-même, avoir une opinion sur soi-même.
Il se juge en autrui, se tâte, s'étudie [CORN., Pomp. III, 1]
Jugez-vous : répondez avec la vérité Que vous devez au moins à ma sincérité [VOLT., Zaïre, IV, 6]
Jugez-vous dans mon cœur, prenez-le pour votre conscience [STAËL, Corinne, XII, 2]
Porter un jugement les uns sur les autres. Ils ne se jugent pas l'un l'autre bien favorablement. Dans le langage de la dévotion, s'infliger une perpétuelle mortification.
Le jugement général en causera une générale [émotion] dans le monde, excepté ceux qui se seront déjà jugés eux-mêmes [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 8]
18° Croire quelque chose sur son propre compte. Il s'était jugé digne d'une récompense.
19° Être jugé. Le procès se jugera demain.
20° Terme de médecine. Une maladie se juge par des sueurs, par une diarrhée, etc. quand une amélioration sensible et soutenue se manifeste à la suite d'une évacuation quelconque.

REMARQUE

  • Dans le sens de être d'opinion, de sentiment que, juger régit l'indicatif quand la phrase est affirmative, et le subjonctif quand elle est négative ou interrogative : Je juge que vous devez partir ; Je ne juge pas que vous deviez partir ; Jugiez-vous que je dusse partir ? Dans le sens de croire, il régit l'infinitif quand le verbe régi se rapporte au sujet de la phrase : Il jugea devoir se comporter ainsi. Quand le verbe ne se rapporte pas au sujet de la phrase, il faut se servir de que avec l'indicatif : Votre père a jugé que vous devez vous comporter ainsi.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Si il ne pot prover sor saintz que melz [mieux] ne sot juger [, Lois de Guill. 1]
    Si as juget [tu as décidé] qu'à Marsilion en alge [j'aille] [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Dont [pour cela] [ils] firent la hataille sur deus homes jugier [remettre la bataille à deux champions] [, Sax. IV]
    À mort serez jugié se je ne vous estrif [tire d'affaire] [, ib. XXIV]
    Mult achate l'onur qui est à mort jugiez [, Th. le mart. 121]
  • XIIIe s.
    Se cil qui est apelés de defaute de droit ou de faus jugement est convaincus en l'apel et atains, il pert le jugier et le [la] justice de sa terre [BEAUMANOIR, LXI, 39]
    Ele fu jugie à ardoir [être brûlée], et fu arse [ID., XXXIX, 14]
    Il iroit contre le jugié.... [ID., VI, 20]
    L'autre point si est tel, que il [les Bédouins] croient que nulz ne peut mourir que jeusques au jour que il lui est jugé [JOINVILLE, 260]
  • XIVe s.
    Le juge corrumpu qui a jugié injustement un champ à la partie, il ne prent pas le champ pour soy, mais il prent l'argent [ORESME, Eth. 161]
  • XVe s.
    Et pour tels comme ils sont eux-memes, ils jugent les autres [MONSTREL., liv. I, ch. 9]
    Voyant grande quantité de lances debout, ce leur sembloit, jugerent que c'estoient les batailles du roy qui estoient aux champs [COMM., I, 11]
    Il [le prince] sera jugé, à l'oppinion des gens, d'estre de la condition et nature de ceulx qu'il tiendra les prochains de luy [ID., II, 3]
    Qui veut bien juger, il doit la partie escouter [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 408]
  • XVIe s.
    Son port et sa façon ne le jugeoient pas de maulvaise affaire ny de seditieuse humeur [CARLOIX, III, 13]
    Erreur de calcul ne passe jamais en force de chose jugée [LOYSEL, 872]
    Les juges non royaux sont tenus de soutenir leur jugé, au peril de l'amende sur eulx ou leur seigneur [ID., 881]
    Il leur fist prester le serment de juger selon le droit et l'equité [AMYOT, Cimon, 14]
    C'est le jour [celui de la mort] qui doibt juger de toutes nos années [MONT., I, 67]
    Un habile homme ayant jugé que ce n'estoit que fantaisie.... [ID., I, 100]
    Pour juger du lustre de l'escarlatte, on nous ordonne de.... [ID., II, 100]
    Qui trop tost juge, tost se repent [H. EST., Precell. 188]
    Mieulx vault juger entre ennemis qu'entre ses amis [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 348]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. jutjar, jutgar ; espagn. juzgar ; portug. julgar ; ital. giudicare ; du lat. judicare, de jus, droit, et dicere, dire, prononcer.

juger

JUGER. v. tr. T. de Jurisprudence. Décider une affaire, un différend en qualité de juge. Juger un procès. Juger définitivement. Juger précipitamment. Juger impartialement. Juger sur les pièces. Juger avec connaissance de cause. Juger contre droit et raison. Juger en dernier ressort.

Juger une personne, Juger son procès. Je vous jugerai quand j'aurai vu les pièces. On l'a jugé, il est absous. On dit dans un sens analogue Dieu viendra juger les vivants et les morts.

Fig., Juger sur l'étiquette. Voyez ÉTIQUETTE.

Juger par contumace. Voyez CONTUMACE.

La chose jugée se dit d'un Point de contestation qui a été définitivement jugé par les tribunaux. Il y a chose jugée quand... Le respect dû à la chose jugée. L'autorité de la chose jugée.

Jugement passé en force de chose jugée, Décision qui ne peut plus être réformée par aucune voix légale, attendu que la partie condamnée n'est pas pourvue dans le délai fixé.

Bien jugé, mal appelé; mal jugé, bien appelé, Formules employées dans les arrêts quand un juge supérieur confirme ou casse la sentence d'un juge subalterne. Substantivement, dans le même sens Le bien-jugé. Le mal-jugé. Maintenir le bien-jugé.

Fam., C'est un homme jugé, se dit en mauvaise part d'un Homme dont on connaît le peu de mérite, le peu d'honnêteté.

JUGER signifie aussi Décider comme arbitre et comme étant choisi par ceux qui sont en différend. C'est notre arbitre, il nous jugera. Je m'en rapporte à ce qu'il en jugera. Un cas difficile à juger.

Juger des coups, Regarder des joueurs et apprécier en quoi ils jouent bien ou mal. Il signifie figurément Être simple spectateur des événements, les louer ou les blâmer sans y prendre part.

Il signifie encore, en termes de Logique, Prononcer un jugement. Un enfant de dix ans est en état de raisonner et de juger.

Il signifie souvent Se former, avoir, énoncer un avis, une opinion sur une personne ou sur une chose. Vous jugez cet homme trop sévèrement. Vous me jugez fort mal, si vous avez une telle opinion de moi. Je l'ai jugé au premier abord. Juger un ouvrage, un tableau, une pièce de théâtre. C'est là nous juger témérairement. Les préventions nous empêchent de juger sainement. Il se juge lui-même très sévèrement. Nous nous jugeons rarement comme les autres nous jugent. Ce poète s'est jugé lui-même dans sa préface. Ils ne se jugeaient pas l'un l'autre bien favorablement. Dans ce sens, il est souvent accompagné de la préposition DE. Juger des gens sur l'apparence, sur la mine. Juger de la pièce par l'échantillon. Je ne pouvais pas bien juger de la distance. On juge mal des événements, quand on n'en connaît point les véritables causes. Juger sainement des choses. On dit dans un sens analogue : L'oeil juge des couleurs. L'oreille juge des sons. Il juge bien de la poésie, de la peinture. Il juge mal de ces sortes de choses, il ne s'y connaît point. J'en jugerais comme un aveugle des couleurs.

JUGER signifie également Décider en bien ou en mal du mérite d'autrui, de ses pensées, de ses sentiments, du motif de ses actions. Bien juger, mal juger de quelqu'un ou de ses actions. Vous en jugez légèrement, témérairement. Jugez favorablement de lui. Absolument, Ne jugez point, si vous ne voulez être jugé. Jugez équitablement.

Juger d'autrui par soi-même, Estimer les sentiments d'autrui par les siens. Jugez d'autrui par vous-même et voyez si vous seriez bien aise qu'on se conduisît ainsi avec vous.

JUGER signifie aussi Conjecturer, estimer que, être d'avis, d'opinion que... Si j'en juge par ce premier essai, nous réussirons. Je jugeai, à son air, qu'il était fort inquiet. Je jugeai que telle chose arriverait. Que jugez-vous de cela? Je ne sais qu'en juger. Si vous jugez qu'il puisse remplir cette mission, confiez-la-lui. Le parti que vous jugerez le meilleur. Que jugez-vous que je doive faire? Il n'a pas jugé à propos de s'y trouver. On a jugé nécessaire d'y pourvoir de bonne heure. Vous en jugez-vous capable? Ils se jugèrent faits l'un pour l'autre. Vous jugez, vous pouvez bien juger qu'il n'en fut pas fort content. Jugez un peu de ma surprise. Jugez si je fus ravi de le voir. Il est aisé de juger d'où vient le coup.

En termes de Chasse, Tirer au jugé, Tirer sans voir la pièce sur laquelle on tire.

juger

Juger, Iudicium facere, Iudicare.

Juger et arrester, Adiudicare, Decernere.

Juger et estimer, Arbitrari, Autumare, Computare, Decernere, Diiudicare, Interpretari, Iudicare, Opinari, Putare.

On l'estimoit et jugeoit-on estre un autre Timarchides, Prope alter Timarchides numerabatur,

Juger mal des choses, Secus interpretari. B. ex Suet.

Juger aigrement, Praebere se iudicem acrem vitiorum.

Juger au proffit d'aucun, Decernere secundum aliquem.

Juger selon, etc. Litem dare secundum tabulas alicuius.

Le juge pour toy, Secundum te litem do.

Si les juges jugent pour moy, Si iudices pro causa mea senserint.

Ce n'est pas à tout le monde d'en juger, Non cuiusuis est pronuntiare.

Selon que je puis juger ou cognoistre par signes, Quantum coniectura auguramur.

Je n'en sçay que juger, Nequeo satis decernere.

Il est plus vertueux que tous ne jugeoient, Opinionem vicit omnium.

Celle qui juge, Disceptatrix.

Facile à juger ou penser, Existimatu facile.

Il n'est pas facile d'en juger, Non est interpretatio facilis.

Juger en dernier ressort, et comme par arrest de la Cour de Parlement, Iure summae et vltimae cognitionis iudicare. Budaeus.

N'estre point subject à juger selon le droict escrit, mais par equité, Iurisdictionem ex commentariis, non ex contextu legum depromere. B.

Un procez difficile à juger, Causae perplexa iudicatio. B.

Juger un procez, Rem cognoscere et iudicare, Inire consilium de causa instructa. B.

Juger tellement un procez qu'il n'y faille plus retourner, Absoluere iurisdictionem, et sacra iusticiae peragere. B.

Faire juger un procez, In consilium iudices mittere. Bud.

Juger par equité, AEqui et boni momenta cum iure summo expendere, Exquisitam iuris interpretationem, et limatam iuris subtilitatem aequo et bono posthabere. B.

Puissance de juger en dernier ressort, et comme par arrest, Iurisdictio libera, et sine Curiae appellatione. B.

Puissance de juger selon equité et conscience, Iurisdictio libera. B.

Puissance de juger par arrest, Summa causarum cognitio. B.

Juger par dons et par argent, Pecunia delectum causarum discrimenque tollere, Praetio exaequare omnia iura. B.

Juger par ce qui est escrit et produit, Causam ex dictis scriptisque iudicare.

Un procez prest à juger, reculé, Causa iudicationi matura retro inhibita. B.

Le proces est en estat de juger, ou est prest à juger, Ex iis quae hactenus acta, conuenta, prolata, consignata sunt, iudicium expectatur, Controuersia iudicio est matura, Per litigantes iamdiu licuit iudicibus ius dicere, Litigatores iam nihil morantur iudices, quominus in consilium eant. Causa liquide instructa, et vtrinque acta causae liquida iudicium primo quoque tempore manens, Litis agitatio iam profligata et ad iudicationem vergens, certamen in procinctu est. B.

Juger sur le champ, Comperendinatum adimere causae, vel negare, Iudicium repraesentare. B.

Juger à toute rigueur, Iudicare praefracte. B.

Il ne faut pas tout juger d'une sorte, Il ne faut pas manger tout poisson à une saulse, In iure vario et dispari conditione idem statui non debet. Bud.

Juge la Cour s'il luy plaist, le procez, ma partie et moy n'attendons plus que le coup, Agant iam, si quid agunt Praesides et Conscripti, atque aleae causam mandent: nostrae enim iam partes atque aduersarij, vota nuncupantium, etc. B.

On juge communéement ainsi, Stat in iudiciis haec sententia. B.

Un procez qui sera bien tost jugé, Causa propediem vel proxime inducenda. B.

Qui n'est point jugé, Iniudicatus.

Chose jugée, Indicatum, Diiudicata res.

Le procez sera jugé par ce qui sera trouvé par devers la Cour, Ius causae iudiciumque eo stabit, quod apud acta prolatum inuenietur. Budaeus.

Bien jugé, mal appelé, et l'amendera, Recte atque ordine iudicatum, temereque prouocatum, adiecta statae mulctae clausula. Budaeus.

Mal jugé, bien appelé, Recte atque ordine prouocatorem prouocasse, iudicemque vnde erat prouocatum, nec iure, nec legibus iudicasse. B.

La Cour dit qu'il a esté mal jugé, Curia sententiam pro nulla habendam esse censuit, et inducendam. B.

Et par ce je conclu qu'il a esté mal jugé ou decerné, et executé, bien appelé par moy et demande despens, dommages, et interests, Proinde perperam et inique iudicatum esse, vel decretum vel lege actum contendo, et merito prouocatum, impendiaque litis postulo, et quanti mea interest aestimari. B.

Synonymes et Contraires

juger

verbe juger
1.  Rendre un jugement.
2.  Évaluer la valeur de.
3.  Porter un jugement sur.
4.  Avoir tel avis sur.

juger (se)

verbe pronominal juger (se)
Se considérer comme.
Traductions

juger

beurteilen, richten, urteilen, wertenjudge, adjudicate, try, deem, adjudge, rulebeoordelen, berechten, oordelen, vonnissen, (be)oordelen, denken, geloven, rechtspreken (over), uitspraak doen (in), zich indenken, zich voorstellen, achten, rechtsprekenדן (פ'), שפט (פ'), שָׁפַט, דָּןoordeeljutjardømmejuĝijuzgartuomitacensere, iudicarejulgarсудить, заблагорассудиться, считатьdömaδικάζω, κρίνωgiudicareсъдия法官 (ʒyʒe)
verbe transitif
1. droit prendre une décision de justice juger un criminel
2. donner son avis juger qqn sur son apparence

juger

[ʒyʒe]
vt
(DROIT) [+ affaire, accusé] → to try
(exprimer un jugement sur) [+ comportement, personne] → to judge
juger par soi-même → to judge for oneself
il faut juger sur pièces → you must judge for yourself
(= considérer) juger qn satisfaisant → to consider sb satisfactory
juger qch satisfaisant → to consider sth satisfactory
juger que → to think that, to consider that
juger bon de faire → to see fit to do
vi
juger de → to judge
jugez de ma surprise → imagine my surprise
à en juger par ... → judging by ...
nm
au juger → by guesswork