légat

(Mot repris de légats)

légat

n.m. [ lat. legatus, de legare, envoyer avec une mission ]
Représentant officiel du pape.

LÉGAT

(lé-ga ; le t se lie : lé-ga-t à latere ; au pluriel, l's se lie : les lé-ga-z a latere) s. m.
On appelle ainsi, dans l'histoire de la république romaine, les lieutenants des généraux en chef et ceux des gouverneurs des provinces ; dans l'histoire de l'empire, les lieutenants des proconsuls ou gouverneurs des provinces du sénat, les gouverneurs des provinces de l'empereur (légats impériaux), et les commandants des légions (légats légionnaires).
Cardinal qui était préposé par le pape pour gouverner quelque province de l'État ecclésiastique. Le légat de Bologne, de Ferrare.
Légat à latere (mot à mot : le légat du côté), ou, simplement, légat, cardinal envoyé avec des pouvoirs extraordinaires par le pape, auprès de quelqu'un des princes chrétiens, à un concile, etc.
La reine [Catherine d'Aragon, femme de Henri VIII] ne comparait pas ; l'archevêque [Cranmer], par contumace, déclara le mariage nul dès le commencement, et n'oublia pas dans sa sentence de prendre la qualité de légat du saint-siége, selon la coutume des archevêques de Cantorbéry [BOSSUET, Var. VII, § 13]
Les papes s'étaient mis en possession d'envoyer dans toute la chrétienté des légats à latere qui exerçaient une juridiction sur toutes les Églises, en exigeaient des décimes, donnaient des bénéfices, exerçaient et étendaient le pouvoir pontifical, autant que les conjonctures et les intérêts des rois le permettaient [VOLT., Mœurs, 41]
Légat-né du saint-siége, qualité que prennent quelques prélats. La qualité de légat-né est une dignité habituelle attribuée à certains siéges, tels que celui d'Arles et de Reims.
Vicaire apostolique ou ecclésiastique délégué par commission temporaire pour rassembler les synodes chargés de maintenir la discipline de l'Église.

PROVERBE

    Il a plus d'affaires que le légat, se dit d'un homme fort occupé.
Pascal l'a pris au sens propre d'envoyé : Je ne sais pas, comme homme ou comme légat [c'est-à-dire que, quand Jésus-Christ dit qu'il ne sait pas quand viendra la dernière heure, il parle comme homme ou comme simple envoyé], Pens. XXV, 188, éd. HAVET.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E après son enterrement [du pape] Ne demora pas longement Que tuit li legat s'asemblerent E le romain clergé manderent [, Grégoire le Grand, p. 98]
  • XVIe s.
    Le pape n'envoie point en France legats a latere avec faculté de reformer.... [P. PITHOU, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. legat ; catal. llegat ; espagn. legado ; ital. legato ; du lat. legatus, envoyé, de legare (voy. LÉGUER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. LÉGAT (lé-ga), s. m. Synonyme vieilli de legs.
    Quiconque ne part point d'auprès d'un malade.... avec dessein d'avoir ou la succession ou quelque légat... [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne]
    Une chanson huguenote célèbre s'appelait le légat de la vache à Colas, où chaque couplet léguait satiriquement quelque membre de cette vache (voy. VACHE au Dictionnaire).

    ÉTYMOLOGIE

    • Lat. legatum, chose léguée (voy. LÉGUER).

légat

LÉGAT. n. m. Anciennement, Cardinal préposé par le Pape pour gouverner quelque province de l'État ecclésiastique. Légat de Bologne. Légat de Ferrare.

Légat a latere ou simplement Légat, Cardinal envoyé, avec des pouvoirs extraordinaires, par le Pape auprès d'un gouvernement, à un concile, etc. Le légat présenta ses lettres. Les légats du Pape présidèrent au concile de Trente.

légat


LÉGAT, s. m. [1re é fer. le t final ne se prononce pas.] Cardinal, Gouverneur de quelque Province de l'État Éclésiastique; ou envoyé extraordinairement par le Pape auprès de quelque Prince Chrétien. = Ce mot, et celui de Nonce, ne se disent plus en français que des Ambassadeurs du Pape. Leibnitz done donc mal-à propos ce nom à ceux des Empereurs d'Allemagne. = * Quoiqu'on dise légataire, on ne dit point légat, mais legs. Voyez ce mot. Légat, en ce sens est un gasconisme.

Traductions

légat

legaat

légat

legado

légat

Legat

légat

Legat

légat

Legát

légat

[lega] nm (RELIGION)legate