léger, ère

LÉGER, ÈRE

(lé-jé, jè-r' ; au masculin, l'r ne se lie pas : un lé-jé avantage ; au pluriel, l's se lie : de lé-jé-z avantages. Dangeau, Gramm. p. 6, au XVIIe siècle, dit qu'on prononçait l'r dans léger, comme dans amer, enfer, fier) adj.

Résumé

Qui ne pèse guère.
Qui n'a pas le poids qu'il doit avoir.
Terre légère, terre meuble.
Qui n'accable pas par un poids moral.
Qui est de peu de poids, peu important.
Sommeil léger.
Facile à digérer.
Qui a peu de force, en parlant des boissons.
Dispos, agile.
10° Qui a le vol facile.
11° Troupes légères.
12° Vaisseau léger.
13° Cheval léger.
14° Qui n'est chargé d'aucun attirail.
15° Avoir la voix légère.
16° Avoir la main légère.
17° Délicat, par opposition à grossier, opaque.
18° Qui porte un cachet de délicatesse et d'élégance.
19° Ouvrage léger, en termes d'architecture.
20° Qui a peu de profondeur, qui effleure, superficiel.
21° Qui change facilement de sentiments, d'opinions, d'affections.
22° Inconsidéré.
23° À la légère.
24° De léger.
25° S. m. Ce qui est léger, la légèreté.
26° Léger de main.
27° Au plur. menus ouvrages de plâtre.
Qui ne pèse guère. Un corps léger. Un habit léger. Une étoffe légère. Une voiture légère.
Il paraît que Saturne est principalement composé d'une matière légère semblable à la pierre ponce [BUFF., Théor. terr. part. hyp. Œuv. t. IX, p. 347, dans POUGENS.]
Un air plus vif et plus léger que celui de nos plus hautes montagnes [ID., Quadrup. t. VI, p. 49]
Que la terre soit légère, formule qui se met souvent sur les pierres sépulcrales.
Que la terre te soit légère, Ô épouse digne de retourner à la vie et de recouvrer un jour le bien que tu as perdu [LAFONT., Inscription tirée de Boissard.]
Terme de marine. Brise légère, état du vent entre le calme et la petite brise.
Qui n'a pas le poids qu'il doit avoir. Pièce légère. Des espèces légères. Ce napoléon est léger d'un grain, de deux grains. Fig. Être léger d'un grain, être un peu fou.
Terre légère, terre meuble, qu'on remue aisément.
Fig. Qui n'accable pas par un poids moral.
Sachez, dit-il [Jésus-Christ], que mon joug est doux et léger ; il n'est léger qu'à lui et à sa force divine [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 8]
Allant chercher ailleurs des destins plus légers [M. J. CHÉN., Gracques, II, 3]
Fig. Qui est de peu de poids, peu important, peu considérable.
Et [Brutus] n'eût jamais souffert qu'un intérêt léger.... l'eût remise en question [la liberté de Rome] [CORN., Cinna, III, 2]
Ma perte est supportable et mon mal est léger [ID., Rodog. II, 2]
Et sous le nom d'un fils toute faute est légère [ID., Nicom. II, 2]
Elle ne connut plus d'autres ennemis que ses péchés ; aucun ne lui sembla léger [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Cette divine nourriture [la manne cachée] paraît mince et légère à ceux qui n'ont pas la foi, et à qui rien ne paraît solide que ce qui est palpable, sensible et corporel [ID., Élévat. sur myst. IX, 6]
Est-ce donc une légère offense De m'avoir si longtemps caché votre présence ? [RAC., Brit. II, 3]
Pouvez-vous refuser cette grâce légère Aux larmes d'une sœur, aux soupirs d'une mère ? [ID., Théb. II, 3]
Sans doute, ce chagrin qui vient de m'alarmer N'est qu'un léger soupçon facile à désarmer [ID., Bérén. II, 5]
Qu'il ne se borne pas à des peines légères [ID., Phèdre, IV, 6]
Tous les biens d'ici-bas sont faux et passagers, Leur possession trouble, et leur perte est légère [REGNARD, le Joueur, IV, 13]
De légères austérités, quelques retranchements.... suffiraient peut-être aujourd'hui pour vous acquitter envers votre juge [MASS., Carême, Fausse conf.]
Si de légères rigueurs vous paraissent si insupportables [ID., ib.]
Tout ce que vous vous permettez de léger contre quelque précepte [ID., Carême, F. légères.]
Si la chose se fait, tant mieux ; sinon, il faudra se consoler comme de toutes les choses de ce monde ; et assurément le malheur est léger [VOLT., Lett. d'Argental, 9 février 1763]
Ma blessure est légère, elle m'est insensible [ID., Adél. du Guesclin. III, 1]
Jusqu'à l'événement de ce léger combat [ID., Tancr. III, 6]
Il [Charles IV] donne pour des sommes très légères le titre de villes impériales à Mayence, à Worms, à Spire, et même à Genève [ID., Ann. Emp. Charles IV, 1358]
Il me semble que c'est multiplier mal à propos les espèces que de les établir par des différences aussi légères [BUFF., Oiseaux, t. XV, p. 141]
Un don léger fait à ce jeune homme par Votre Majesté pour l'encourager dans ses études, serait digne du grand roi qui honore et protége les lettres d'un bout de l'Europe à l'autre [D'ALEMB., Lett. au roi de Prusse, 30 juill. 1781]
N'ayant guère que deux jours de la semaine à donner au léger travail de ma place [MARMONTEL, Mém. V]
Sommeil léger, sommeil qui n'est pas pesant, qui se dissipe aisément.
Le coucher dessus la dure, la psalmodie de la nuit et le travail de la journée attirent le sommeil à ce corps si tendre, sommeil léger qui n'appesantit pas l'esprit, et qui n'interrompt presque point ses actions [BOSSUET, la Vallière.]
Dès qu'un léger sommeil suspendait mes ennuis [RAC., Iphig. I, 1]
Avoir le sommeil léger, se réveiller au moindre bruit.
En parlant des aliments, facile à digérer. Des viandes légères. Des poissons légers. Qui nourrit peu.
Vers les neuf heures, son maître d'hôtel et un valet de chambre apportaient son couvert, un potage et quelque chose de léger [SAINT-SIMON, 414, 195]
Prendre un léger repas, un repas léger, prendre un repas frugal où l'on mange peu.
En parlant des boissons, qui a peu de force. Un vin léger. Une infusion légère. Du thé fort léger.
Dont le corps, les membres ont de la légèreté, dispos, agile. Marcher d'un pied léger.
Les Brutiens sont légers à la course [FÉN., Tél. X]
Rien n'est si beau, ni si rare, ni si léger à la course que les ânes de cette espèce [VOLT., Le blanc et le noir.]
Familièrement. Je suis allé là de mon pied léger, j'y suis allé à pied. Il se dit aussi du pas, de la course. Il marchait d'un pas léger. Une course légère.
10° Qui a le vol facile. Un oiseau léger. Terme de fauconnerie. Se dit d'un oiseau qui se soutient en l'air longtemps. Fig.
Je suis chose légère et vole à tout sujet, Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet [LA FONT., Poésies mêlées, LXIX.]
11° Troupes légères, troupes qu'on emploie hors de ligne pour reconnaître, harceler, poursuivre l'ennemi. Infanterie légère, le corps des chasseurs à pied. Cavalerie légère, se dit par opposition à la grosse cavalerie ou cavalerie pesamment armée. Artillerie légère, celle dont les canonniers sont à cheval.
12° Dans la marine, vaisseau léger, vaisseau dont la marche est rapide.
Quelques vaisseaux légers sont venus nous l'apprendre [RAC., Mithr. I, 4]
Léger de voiles, de rames, se dit d'un bâtiment qui marche bien à la voile, d'un canot qui va bien à l'aviron. Escadre légère, corps dit de réserve ou d'observation, qui peut n'être composé que de frégates. Bâtiments légers, se dit aussi de bâtiments d'un faible tirant d'eau.
Après avoir surmonté les difficultés, il faut qu'ils s'arrêtent à trois lieues de la ville, qu'ils débarquent leurs marchandises dans des bâtiments légers.... [RAYNAL, Hist. phil. VIII, 10]
13° Terme de manége. Cheval léger, cheval vif et bien portant. Cavalier léger, celui qui se tient ferme sans s'appesantir sur son cheval. Ce cheval est léger à la main, il ne s'appuie pas sur le mors. Léger de devant, se dit du cheval qui, en maniant, maintient son train de devant relevé et plus haut que les hanches.
14° Qui n'est chargé d'aucun attirail.
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas, Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile, Cotillon simple et souliers plats [LA FONT., Fabl. VII, 10]
La Garde m'a dit qu'il vous avait conseillé d'amener le moins de gens que vous pourrez.... il faut se rendre léger [SÉV., 26 janv. 1674]
Mon pauvre monsieur.... ma fille s'en va demain.... ils font leur compte qu'ils seront lundi à dîner à Rouvroy ; et c'est là où vous devez les venir voir, et leur pardonner de ne point aller à Époisse dans l'embarras où ils sont ; il viendra quelque autre année où ils seront plus légers [ID., Lett. à Guitaut, 12 sept 1679]
Fig. Se sentir léger, s'être déchargé de quelque chose qui pesait sur le cœur, sur l'esprit.
Oui, depuis que j'ai pris ce généreux dessein, Je me sens de moitié plus léger et plus sain [REGNARD, Légat. II, 10]
Être léger d'argent, n'en être pas embarrassé, appesanti, n'en avoir guère.
Abîmé de dettes et léger d'argent [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I, 2]
Par extension. Être léger d'une chose, ne pas l'avoir.
Et de nos courtisans les plus légers d'étude Elle [la fresque] a pour quelque temps fixé l'inquiétude [MOL., Gloire du Val de Grâce.]
Ce fut le troisième qui refusa l'ordre [Fabert et l'archevêque de Sens avant lui] ; combien d'autres auraient dû faire de même, sans parler des légers [de preuves de noblesse] ! [SAINT-SIMON, 143, 82]
15° Avoir la voix légère, chanter aisément et avec agrément les roulades, les fioritures, les traits et les passages difficiles et surtout rapides.
16° Avoir la main légère, se dit de tout homme qui, dans un art, opère facilement et adroitement. Ce chirurgien a la main légère. Avoir la main légère, mettre de la liberté et de la rapidité dans son écriture. Avoir la main légère, se dit d'un cavalier qui se sert bien des aides de la main. Il se dit aussi d'un filou qui dérobe adroitement. Fig. Avoir la main légère, user de son pouvoir, de son autorité avec modération. Par extension et familièrement. Avoir la main légère, ou être léger de la main, être prêt à frapper, pour peu qu'on nous choque.
Sa main est à frapper, non à donner, légère [REGNARD, le Joueur, III, 5]
Délicat, par opposition à grossier, à opaque. Une vapeur légère.
Cette flamme légère brûle les écorces des arbres, mais sans attaquer le corps [RAYNAL, Hist. phil. XVII, 6]
Terme de peinture. Couleur légère, couleur aérienne et transparente.
Le tic-tic étant d'une couleur cendrée mêlée d'un bleu foncé sur le dessus du corps, au lieu que l'autre est sur les mêmes parties d'un bleu céleste léger [BUFF., Ois. t. XIII, p. 335]
18° Qui porte un caractère de délicatesse et d'élégance. Une taille légère.
Il y avait en Transylvanie et en Valachie des chevaux à tête légère, à grands crins pendants jusqu'à terre, et à queue touffue [BUFF., Quadrup. t. I, p. 119]
Qui porte un caractère de délicatesse et de facilité, en parlant de l'esprit. Conversation légère. Esprit léger. Il se dit aussi en ce sens des ouvrages des arts et des lettres. Tableau léger de touche, de pinceau. Ornements légers. Draperie légère. Cette broderie est légère, est d'un dessin léger. Cet auteur a le style léger.
La prose plus souvent vient subir d'autres lois, Et se transforme, et fuit mes poétiques doigts ; De rimes couronnée, et légère, et dansante, En nombres mesurés elle s'agite et chante [A. CHÉNIER, Ép. IV]
Ouvrages légers, ouvrages dont le sujet est peu important et dont le principal mérite est la facilité et l'agrément.
Il [Fontenelle] fit beaucoup d'ouvrages légers, dans lesquels on remarquait déjà cette finesse et cette profondeur qui décèlent un homme supérieur à ses ouvrages mêmes [VOLT., Louis XIV, Écrivains, Fontenelle.]
Poésie légère, la poésie qui a le caractère de facilité et d'agrément. Au plur. Poésies légères, pièces de vers qui appartiennent à ce genre de poésie, et qui sont d'ailleurs assez courtes. On a réuni en un volume toutes ses poésies légères.
19° Terme d'architecture. Ouvrage léger, ouvrage beaucoup percé et dont le peu de matière fait la beauté. Terme de maçonnerie. Se dit de tous les ouvrages où l'on emploie le plâtre seul, ou le plâtre avec la latte.
20° Fig. Qui a peu de profondeur, qui effleure, superficiel. Prendre une légère teinture d'une science. N'avoir qu'une légère notion de quelque chose. Pour vous en donner une légère idée.
21° Fig. Qui change facilement de sentiments, d'opinions, d'affections.
Et toi, crédule amant, que charme l'apparence, Et dont l'esprit léger s'attache avidement Aux attraits captieux de mon déguisement [CORN., Rodog. IV, 5]
Elle n'est point parjure, elle n'est point légère [ID., Poly. II, 1]
Quoi !.... tu m'aurais fait changer ? J'aurais pour cette honte un cœur assez léger ? [ID., Héracl. V, 3]
Les femmes accusent les hommes d'être volages, et les hommes disent qu'elles sont légères [LA BRUY., IV]
Les hommes en un sens ne sont point légers, ou ne le sont que dans les petites choses ; ils changent leurs habits, leur langage, les dehors.... ils gardent leurs mœurs toujours mauvaises, fermes et constants dans le mal [ID., XI]
Le peuple athénien était naturellement aussi bon que léger ; dans quel état despotique a-t-on jamais pleuré ainsi l'injustice de ses arrêts précipités ? [VOLT., Dict. phil. Démocratie.]
Qu'est-ce que l'homme léger ? c'est un oiseau que vous ne tenez que par l'aile ; au premier instant il vous échappera, et ne vous laissera dans la main qu'une plume [DIDER., Claude et Nér. II, 8]
Quel dommage qu'un caractère si séduisant fût si léger, et qu'avec tant de sincérité, de fidélité même dans ses amours, elle n'eût pas plus de constance ! [MARMONTEL, Mém. III]
Mme de Montespan était si légère que la gaieté de toutes ces religieuses effaça presque entièrement de son esprit les impressions qu'elle avait reçues dans la cellule de Mme de la Vallière [GENLIS, Mme de Maintenon, t. I, p. 260, dans POUGENS]
Le Français léger ne fait cas que des lourds volumes ; le gros Anglais veut mettre tout en feuilles volantes : contraste singulier, bizarrerie de nature ! [P. L. COUR., Pamphlet des pamphlets.]
Cet homme a la tête légère, le cerveau léger, l'esprit léger, c'est une tête légère, c'est-à-dire il est peu sage, peu sensé.
22° Fig. Inconsidéré.
Les amants sont toujours de légère croyance : S'ils pouvaient conserver un rayon de prudence ! [LA FONT., Filles de Minée.]
Cet odieux chrétien, l'élève de la France, Est jeune, impatient, léger, présomptueux [VOLT., Zaïre, IV, 7]
La comtesse de la Suze, légère dans sa conduite et plaintive dans ses poésies [GENLIS, Mme de Maintenon, t. I, p. 104, dans POUGENS]
23° À la légère, loc. adv. D'une façon peu pesante. Être vêtu à la légère. Armé à la légère, se disait, dans l'antiquité, des soldats qui ne portaient pas l'armure pesante des hoplites ou infanterie qui combattait en ligne.
Antigone plaça sa cavalerie sur les deux ailes, son infanterie au centre, les éléphants sur une première ligne tout le long du front de la bataille, et remplit de soldats armés à la légère les vides qui se trouvaient entre les éléphants [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. VII, p. 150, dans POUGENS]
D'une façon peu copieuse.
Ses repas [de l'aigle] ne sont point repas à la légère [LA FONT., Fabl. V, 18]
Du reste, nos repas ne sont point repas à la légère [SÉV., 56]
Fig. Inconsidérément, sans beaucoup de réflexion.
Tu n'aurais pas, à la légère, Descendu dans ce puits [LA FONT., Fabl. III, 5]
Vous décidez cela bien à la légère ; en savez-vous plus que moi ? [MARIVAUX, Surpr. de l'amour, III, 4]
24° De léger, loc. adv. Sans une due réflexion.
Moi-même qui ne crois de léger aux merveilles [RÉGNIER, Sat. XII]
Ah ! Climène, j'ai cru vos yeux trop de léger [LA FONT., Poésies mêlées, XXXVII]
Orgon : Non, rien de plus méchant n'est sorti de l'enfer. - Elmire : Mon Dieu ! l'on ne doit point croire trop de léger [MOL., Tart. IV, 6]
Mon cher lecteur, je vous ai déjà prié de ne rien croire de léger [VOLT., Dict. phil. Empoisonnements.]
25° S. m. Ce qui est léger, la légèreté.
Corneille, Racine, Molière, la Bruyère, Bossuet, Fénelon, ont eu beau faire : le faux, le petit, le léger sont le caractère dominant [VOLT., dans le Dict. de DOCHEZ.]
Où avait-il puisé les idées du grand, du simple, du noble, du lourd, du léger, du svelte, du grave, de l'élégant, du gracieux ? [DIDEROT, dans le Dîct. de BESCHERELLE.]
26° S. m. Léger de main, tour de passe-passe.
L'ange Gabriel, par un léger de main, glisse le charbon à la place de la pierre précieuse [VOLT., Philos. Déf. Bolingbr. XXIV]
27° S. m. pl.Terme de construction. Les légers, menus ouvrages de plâtre, tels qu'une cloison hourdée et ravalée des deux côtés.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Et escremissent [font des armes] cil bachelier leger [, Ch. de Rol. VIII]
  • XIIe s.
    Prist un escu fort et grant et legier [, Ronc. p. 50]
    Bals [hardi] fu et preus, et le cors ot legier [, ib. p. 63]
    Mais tous lor serremens [ils] fausserent de legier [, Sax. IV]
    Dame, nul mal que j'aie, [je] Ne tieng fors à legier [, Couci, VIII]
    Grans fu ma joie, et ma peine legiere [, ib. XVIII]
  • XIIIe s.
    Et toute la puissance du soudan se logerent sur le fleuve de Rexi d'autre part, devant nostre ost, pour nous deffendre le passage ; laquelle chose estoit legiere [JOINV., 220]
  • XIVe s.
    Et un jour advint qu'ilz allerent ensemble en la rue où les legieres femmes [de mauvaise vie] sont establies [, Chron. de St-Denis, t. I, f° 18]
  • XVe s.
    Or avint un jour à ces Flamands, qu'ils s'en vinrent environ trois mille, tous legers et habiles compagnons [FROISS., I, I, 141]
    Et firent tant qu'ils vinrent devant les barrieres de Bergerac, qui n'étoient mie legeres à prendre, car une partie de la riviere de Garonne les environne [ID., I, I, 217]
    Et essayeroit de trouver quelque chose de legier à vaincre où ils peussent estre les maistres, pour leur faire revenir le cueur [COMM., II, 2]
    Vallere recite non seulement les haults faits des vaillans et vertueux hommes, mais aussi ceulx des jongleurs et des gens de legere vie [, Hist. de la Toison d'or, t. II, f° 52, dans LACURNE]
    Lancelot estoit en legiere prison ; car l'en le mettoit tous les jours hors de la tour [, Lancelot du lac, t. II, f° 16, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il envoya ceulx de ses gens qui estoient armez à la legere pour harceler les barbares [AMYOT, Cam. 69]
    Une navire legere à la voile [ID., Péricl. 51]
    Bien vaillant homme de sa personne, mais au demourant estourdy et leger [ID., Pélop. 26]
    Uses hardiment des noms pour les adverbes, comme ils combatent obstinez, pour obstineement, il voleleger, pour legerement [DU BELLAY, I, 32, verso]
    ... Quand d'un pied leger elle presse Le dos des cerfs leger courans [ID., II, 61, recto]
    À vous [les vents], troppe legere, Qui d'aile passagere Par le monde volez [ID., VII, 6, verso.]
    Leger à croire, recueillir et ramasser toutes nouvelles, surtout les fascheuses, tenant tous rapports pour veritables et asseurés [CHARRON, Sagesse, I, 54]
    Quant à ce que m'honorez tant par vos lettres, je ne le veux ni puis recognoistre ; je n'ay pas si peu vescu avec moy, que je ne me sente leger de plus de grains que ne dites ; mais c'est l'amitié que me portez qui vous aveugle [PASQUIER, Lettres, t. I, p. 578]
    Le trop et le peu, le long et le court, le legier et le poisant, le prez et le loing [MONT., IV, 107]
    Si la douleur est violente, elle est courte ; si elle est longue, elle est legiere [ID., I, 304]
    Oubli, nouveau plaisir, course du temps leger N'ont pouvoir d'ebranler mes pensers immuables [DESPORTES, Diane, II, 75, stances.]
    Jamais plus beauté si legere Sur moi tant de pouvoir n'aura ; Nous verrons, volage bergere, Qui premier s'en repentira [ID., Bergeries, VI, Villanelle.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. ligei ; Berry, liger, ou ligère des deux genres ; wallon, lègîr ; namur. lègêr ; provenç. leugier ; catal. lleuger ; espagn. ligero ; portug. ligeiro ; ital. leggiere ; d'une forme latine fictive leviarius, dérivée de levis, léger. Le provençal avait le simple, leu, et l'italien avait lieve. Levis est pour legvis ; sanscr. laghu, léger.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • LÉGER. Ajoutez : - REM. Corneille a dit léger à avec un verbe à l'infinitif.
    Qu'il est bon de se taire, et qu'en paix on respire, Quand de parler d'autrui soi-même on s'interdit, Sans être prompt à croire, ou léger à redire Plus qu'on ne nous a dit ! [CORN., Imit. III, 4583]
    Cette tournure est très bonne et peut être employée avec d'autres infinitifs.