légion


Recherches associées à légion: légionnaire

légion

n.f. [ lat. legio ]
1. Dans l'Antiquité, unité fondamentale de l'armée romaine.
2. Grand nombre d'êtres vivants : L'accusé est défendu par une légion d'avocats cohorte, nuée
Être légion,
être très nombreux : Les gens qui pensent comme vous sont légion. Les cas de ce genre sont légion.
La Légion d'honneur
(Avec une majuscule) honneur.
La Légion étrangère,
formation militaire française composée de volontaires, en majorité étrangers.

légion

(leʒjɔ̃)
nom féminin
1. histoire groupe de soldats dans l'armée romaine antique Une légion comportait 6000 soldats.
2. militaire ensemble formé par des militaires étrangers et français en France

LÉGION

(lé-ji-on) s. f.
Terme d'antiquité romaine. Corps de gens de guerre, composé d'infanterie et de cavalerie.
Tu sais que, quand l'aigle romaine Vit choir ses légions aux bords du Trasimène [CORN., Nicom. I, 5]
Vous dont j'ai pu laisser vieillir l'ambition Dans les honneurs obscurs de quelque légion [RAC., Brit. I, 2]
Les Romains ne levaient jamais que quatre légions dont chacune était environ de quatre mille hommes et de trois cents chevaux [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 431, dans POUGENS]
La légion se divisait en trois corps, qui étaient hastati, les hastaires ; principes, les princes ; triarii, les triaires [ID., ib. 1re part. p. 333]
Polybe, avec son bon sens ordinaire, compare l'ordonnance des Romains avec celle des Macédoniens.... il fait voir les avantages et les inconvénients de la phalange et de la légion ; il donne la préférence à l'ordonnance romaine ; et il y a apparence qu'il a raison, si l'on en juge par tous les événenents de ces temps-là [MONTESQ., Rom. 5]
Les officiers [de l'armée républicaine anglaise] voulaient l'égalité et la liberté, avec la fortune, les honneurs et le pouvoir absolu ; c'est ainsi que sous la tente, depuis les légions romaines jusqu'aux mamelouks, on a toujours compris la république [CHATEAUBR., Stuarts, la République.]
En France, sous François 1er, nom de certains corps d'infanterie.
Dans les premiers temps de la Restauration, nom des régiments de ligne. Chaque légion portait le nom d'un des départements de la France.
Il se dit des régiments de la garde nationale et de ceux de la gendarmerie. La première, la seconde, la troisième légion.
Au plur. Légions se dit, dans le style relevé et poétique, des armées. Déjà ses légions traversaient les Alpes.
[M. de Termes, du haut du ciel] .... Voit comme fourmis marcher nos légions Dans ce petit amas de poussière et de boue, Dont notre vanité fait tant de régions [RACAN, Consolation.]
Légion d'honneur, ordre institué par Napoléon 1er pour récompenser les services, les vertus, les talents distingués, les actions d'éclat de toute nature. Chevalier, membre de la Légion d'honneur. La décoration de la Légion d'honneur.
Fig. et familièrement. Un grand nombre de personnes. Ils étaient une légion.
Tant qu'une légion de pédants novateurs Imprimera l'ennui pour le vendre aux lecteurs [GILBERT, Mon apologie.]
Dans le style de l'Écriture. Des légions d'anges, des légions de démons, des multitudes d'anges, de démons.
Jésus lui demanda : quel est ton nom ? il lui dit : je m'appelle Légion, parce que plusieurs démons étaient entrés dans cet homme [SACI, Bible, Évang. St Luc, VIII, 30]
Un solitaire paresseux et sans emploi se trouvait souvent, comme ce misérable de l'Évangile, possédé d'une légion entière [BOURDAL., Dim. de la Septuag. dominic. t. I, p. 369]
S'appeler légion, expression figurée par laquelle on indique qu'un individu en représente un grand nombre. Fig.
C'est une légion de diables enfermés dans un seul pourpoint [BEAUMARCH., Mère coup. II, 21]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li permanables jugieres [le juge éternel] aparrat paürosement, et les legions des angeles seront presens à cest spectacle [, Job, p. 491]
    Dont [il] prist une aultre legion De nobles hommes, de vassaulx, Heaumes laciés, à bons chevaulx [, Brut, f° 94, dans LACURNE]
  • XIIIe s.
    Gent [il] apparaille an grant estour, Ki jà sunt assemblé mult tost ; Si en font il mult plentif ost ; Set legiuns i sunt numbrées, Ben de cumbatre aparaillées [, Édouard le confesseur, V. 4220]
  • XVIe s.
    Ces trouppes furent appellées legions, pour autant qu'elles estoient composées d'hommes esleuz et choisis entre les autres pour combattre [AMYOT, Rom. 19]
    Le grand roy François, desirant fortiffier et asseurer son royaume par tous moyens praticables, s'avisa d'establir des legions pour avoir toujours des gens prests, quand le besoin surviendroit, sans estre contraint d'aller mendier l'aide des estrangers [LANOUE, 325]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. legio ; espagn. legion ; ital. legione ; du lat. legionem, de legere, choisir, lever (voy. LIRE). Legio veut dire primitivement levée militaire.

légion

LÉGION. n. f. T. d'Antiquité romaine. Corps d'infanterie composé d'un nombre variable de soldats romains, auquel était rattaché quelquefois un corps de cavalerie formé d'étrangers, de gens de guerre composé d'infanterie et de cavalerie. La légion était la base de l'organisation militaire des Romains. Chaque légion était divisée en dix cohortes.

Il s'est dit autrefois, en France, de Certains corps d'infanterie et se dit encore aujourd'hui des Régiments composés principalement d'étrangers qui s'engagent ou se sont engagés au service de la France. Il a brillamment servi à la légion étrangère. La Légion polonaise de la Grande Guerre.

Il s'est dit aussi des Corps de garde nationale divisés par arrondissements. La première, la seconde, la troisième légion. Le colonel d'une légion. Il se dit encore aujourd'hui des Régiments de gendarmerie.

Légion d'honneur, Ordre militaire et civil institué en France par Bonaparte pour récompenser les services et les talents distingués. Grand chancelier, grand-croix, grand officier, commandeur, officier, chevalier de la Légion d'honneur. Il a obtenu, il a reçu, il porte la décoration de la Légion d'honneur. Nomination, promotion dans la Légion d'honneur. Être rayé des cadres de la Légion d'honneur.

Il signifie figurément et familièrement Un grand nombre de personnes. Une légion de parents, de cousins l'attendaient à la gare. Mes neveux sont légion.

En termes d'Écriture sainte, Des légions d'anges. Des légions de démons.

S'appeler légion, Expression figurée, empruntée de l'Évangile, par laquelle on indique qu'un individu en représente un grand nombre d'autres. Dans l'Évangile, Jésus demande au démon quel est son nom, le démon répond : Je m'appelle légion.

legion

Une Legion contenant 12500. hommes de guerre, ou selon Vegece, six mille, et aucunesfois plus, Legio legionis.

Legion qui n'est point asseurée ne ferme, Legio vacillans.

légion


LÉGION, s. f. LÉGIONAIRE, s. m. [Lé-gion; en vers, gi-ion, gio-nère; 1re é fer. 3e è moy. et lon. au 2d.] Corps de gens de guerre chez les Romains. "La 1re, 2e, etc. Légion. "La Légion Thébaine. Légionaire, soldat d'une Légion. "Les Légionaires combatirent vaillamment. En st. fig. fam. Legion se dit d'un grand nombre. "Des Légions de menteurs. La Font. = En style de l'Écritûre: des legions d'Anges, de Démons.

Synonymes et Contraires

légion

nom féminin légion
Traductions

légion

legion

légion

legione

légion

Legion

légion

Легион

légion

軍團

légion

Legie

légion

Legion

légion

Legion

légion

[leʒjɔ̃] nflegion
la Légion étrangère → the Foreign Legion
la Légion d'honneur → the Legion of Honour (Grande-Bretagne), the Legion of Honor (USA)