lésé


Recherches associées à lésé: être lésé, lésée

lésé, e

adj.
1. Qui subit un préjudice : Des clients lésés ont porté plainte.
2. Qui comporte une lésion : Un muscle lésé.

lèse

LÈSE. Mot emprunté d'un participe latin. Blessé, violé. Il s'emploie principalement avec le mot majesté. Crime de lèse-majesté humaine, de lèse-majesté divine. Criminel de lèse-majesté.

Il se joint quelquefois, par analogie, à d'autres noms féminins. Crime de lèse-humanité, de lèse-nation, de lèse-patrie. Par plaisanterie, En désobéissant à l'ordonnance du médecin, vous commettez un crime de lèse-faculté.

lèse


LèSE, adj. fém. LÉSER, v. act. LÉSION, s. fém. [Autrefois on écrivait avec un z, et comme on prononce lèze, lézer, lézion; et quelques Auteurs ou Imprimeurs l'écrivent encore de même aujourd'hui: 1re è moy. et long au premier, é fermé au 2d, la 2e est un e muet à l'adj. un é fer. au verbe.] On dit, crime, criminel de lèze-Majesté divine, humaine. C'est un terme consacré. Un Auteur a dit, en imitation, crime de lèse-république; et pourquoi, dit, ironiquement, l'Auteur du Dict. Néol. ne pourrait-on pas dire aussi, crime de lèse-Dieu, de lèse-Père, de lèse-État, etc. = Léser. Ofenser, faire tort. Il a le second sens plus souvent que le 1er. "Il n'y a que lui de lésé dans cette afaire. "Elle est beaucoup lésée; on l'a lésée considérablement dans cette vente, dans cette transaction. = Lésion, tort, domage qu'on souffre en quelque marché, en quelque contrat. "Lézion énorme, d'outre moitité du juste prix. "Il y a ou il n'y a pas lésion. "Où est donc la lésion? = * Au Bârreau, quelques-uns disent lésif, lésive: "C'étoit à lui à veiller à son intérêt, et à ne pas s'engager dans un marché qu'il pouvoit croire lésif.

Traductions

lésé

גזול (ת), מקופח (ת), גָּזוּל, מְקֻפָּח