labyrinthe

labyrinthe

n.m. [ gr. laburinthos ]
1. (Avec une majuscule) Édifice légendaire, attribué à Dédale, qui était tellement complexe que l'on n'en trouvait que difficilement l'issue.
2. Réseau compliqué de chemins où l'on a du mal à s'orienter : Le labyrinthe des ruelles de Venise
3. Petit bois ou plantation de haies comportant des allées tellement entrelacées que l'on peut s'y égarer facilement.
4. Complication inextricable : Le labyrinthe des lois
5. Ensemble des parties qui composent l'oreille interne.

LABYRINTHE

(la-bi-rin-t') s. m.
Terme d'antiquité. Édifice composé d'un grand nombre de chambres et de passages disposés tellement, qu'une fois engagé on n'en pouvait trouver l'issue. Le plus célèbre de tous et le modèle de tous les autres était le labyrinthe d'Égypte.
Ce que nous avons dit sur le jugement qu'on doit porter des pyramides, peut être appliqué aussi au labyrinthe, qu'Hérodote, qui l'avait vu, nous assure avoir été encore plus surprenant que les pyramides [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 24, dans POUGENS]
Le labyrinthe de Crète, celui qui fut construit par Dédale pour Minos ; sa fille Ariadne remit à Thésée, qui allait y combattre le Minotaure, un peloton de fil sans lequel il n'aurait pu retrouver la sortie.
C'est moi, prince, c'est moi, dont l'utile secours Vous eût du labyrinthe enseigné les détours [RAC., Phèdre, II, 5]
Fig.
Le chemin de la justice n'est pas de ces chemins tortueux qui, semblables à des labyrinthes, vous font toujours craindre de vous perdre [BOSSUET, Polit. VIII, III, 5]
Caverne qui existe dans l'île de Candie, autrefois la Crète.
Le fameux labyrinthe de l'île de Candie n'est pas l'ouvrage de la nature toute seule ; M. de Tournefort assure que les hommes y ont beaucoup travaillé, et on doit croire que cette caverne n'est pas la seule que les hommes aient augmentée [BUFF., Hist nat. Preuv. théor. terr. Œuv. t. II, p. 362]
Petit bois qu'on place dans les jardins et qui est coupé d'allées tellement entrelacées, qu'on peut s'y égarer facilement. Le labyrinthe du Jardin des plantes.
À propos de labyrinthe, celui-ci [celui des Rochers] est fort joli [SÉV., 1er juin 1689]
Terme d'anatomie. Ensemble des cavités flexueuses situées entre le tympan et le conduit auditif interne ; on le nomme aussi oreille interne.
Labyrinthe de carrière, confusion qui s'établit entre les conduits d'une carrière depuis longtemps exploitée. Terme de métallurgie. Suite de canaux qui sont disposés auprès d'un bocard, et dans lesquels un courant d'eau entraîne et dépose la matière pilée.
Terme d'archéologie. Petits carreaux alternatifs formés de lignes croisées, qui se voient fréquemment sur les vases grecs, sur les médailles de Gnosse en Crète. Se dit aussi des compartiments de pavés, formés par des plates-bandes, en marbres de couleurs différentes, de manière à imiter le plan d'un labyrinthe.
Fig. Grand embarras, complication d'affaires embrouillées.
Que dis-tu [Henri IV mort] de cette belle âme [Marie de Médicis], Quand tu la vois si dignement Adoucir toutes nos absinthes, Et se tirer des labyrinthes Où la met ton éloignement ? [MALH., III, 3]
Ô triste labyrinthe et de peine et d'amour [ROTR., Bélis. II, 1]
Pour sortir d'un labyrinthe où il nous a mis [SÉV., 445]
Je m'y trouvai dans un labyrinthe d'embarras, de difficultés [J. J. ROUSS., Prom. 3]
Grâce à l'Ariane Suzon, je tiens le fil du labyrinthe, et le Minotaure est cerné [BEAUMARCH., Mère coupable, II, 7]
Difficultés, questions obscures.
Assis près d'un ruisseau, Les labyrinthes d'un cerveau L'occupaient [Démocrite] [LA FONT., Fabl. VIII, 26]
La mauvaise humeur où il [Jurieu] entre parce qu'il ne sait par où se tirer de ce labyrinthe [ses propositions sur la Trinité] [BOSSUET, 6e avert. 1]
Cet esprit philosophique qui doit dominer partout, et qui est le fil de tous les labyrinthes [VOLT., Élog. Marq. du Chatel.]
Adjectivement.
Ceci n'est-il point un peu labyrinthe ? l'entendez-vous ? [SÉV., 74]
Pensées qui se croisent.
Je viens d'en faire un [voyage] dans mon labyrinthe où votre aimable et chère idée m'a tenu fidèle compagnie ; je vous avoue que c'est un de mes plaisirs que de me promener toute seule ; je trouve quelques labyrinthes de pensées dont on a peine à sortir ; mais on a du moins la liberté de penser à ce qu'on veut [SÉV., 29 juill. 1671]

HISTORIQUE

  • Des affaires qui sont pleines D'un labyrinthe de peines [RONSARD, 395]

ÉTYMOLOGIE

  • Qu'on fait venir de ra mare, en égyptien porte ou palais du roi Mare, avec le suffixe grec.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    LABYRINTHE.

    ÉTYMOLOGIE

    • Ajoutez : M. Mariette (Revue critique, 22 mars 1872, p. 182) conjecture avec plus de vraisemblance que c'est la transcription de l'égyptien Rope-ro-h'unt ou Lopero-h'unt, le temple de Ro-h'unt ; Ro-h'unt est une ville auprès de laquelle était le Labyrinthe.

labyrinthe

LABYRINTHE. n. m. T. d'Antiquité. Édifice composé d'un grand nombre de chambres et de galeries dont la disposition était telle, que ceux qui s'y engageaient parvenaient difficilement à en trouver l'issue. Le plus célèbre labyrinthe était celui d'Égypte que nous a décrit Hérodote. Le labyrinthe de Crète, Labyrinthe qui, suivant la mythologie, fut construit par Dédale pour le roi Minos.

LABYRINTHE, en termes de Jardinage, se dit d'un Petit bois coupé d'allées tellement entrelacées qu'on peut s'y égarer facilement. Le labyrinthe de Versailles.

Il désigne au figuré un Grand embarras, une complication d'affaires embrouillées. S'engager dans le labyrinthe de la procédure. Cette affaire est un labyrinthe d'où il ne sortira qu'à grand-peine.

LABYRINTHE, en termes d'Anatomie, se dit de la Cavité intérieure de l'oreille, parce qu'elle contient plusieurs conduits diversement dirigés.

labyrinthe


LABYRINTHE, ou LABYRINTE, s. m. [Labi-rein-te; 3e lon. Richelet écrit labi-rinte.] Lieu où il y a beaucoup de détours, qui rentrent l'un dans l'aûtre, en sorte qu'il est dificile d' en trouver l'issûe. "Le fameux labyrinte de Crète. "On a fait dans ce jardin un beau labyrinthe. = Ce mot est beau au fig. "La vivacité, le caprice, l'envie de plaire et de s'amuser l'ont engagée dans le labyrinthe d'une société bruyante et frivole. Marm. "Il est plongé dans un labyrinthe d'afaires, de négociations. = Labyrinthe, Dédale (synon.) Suivant M. l'Abé Roubaud, le 2e n'est que du style noble: le 1er est de tous les styles. On dira également le labyrinthe et le dédale des lois: on dira plutôt le labyrinthe que le dédale de la chicane. "Le palais de la Justice est un vaste dédale, et ses avenûes sont quelquefois de tortueux labyrinthes, etc. etc.

Synonymes et Contraires

labyrinthe

nom masculin labyrinthe
1.  Réseau compliqué de chemins.
2.  Complication inextricable.
Traductions

labyrinthe

labyrinth, mazeלבירינט (ז) [מבוך], מבוך (ז), סבך (ז), עקמומית (נ), פתפתולת (נ), מָבוֹךְdoolhofлабиринтλαβύρινθοςlabirinto迷宮, 迷路лабиринтIrrgarten, Labyrinthlaberintolabirintoمَتَاهَةٌbludištělabyrintsokkelolabirint미로labyrintlabiryntlabirintolabyrintทางวกวนlabirentmê cung迷宫迷宮 (labiʀɛ̃t)
nom masculin
ensemble de chemins dans lequel on peut se perdre

labyrinthe

[labiʀɛ̃t] nmlabyrinth, maze