lambeau

lambeau

n.m. [ du frq. labba, bout d'étoffe ]
1. Morceau d'étoffe, de papier, d'une matière quelconque, déchiré, détaché, arraché : Ses vêtements étaient en lambeaux loque
2. Fig. Fragment d'un ensemble ; partie détachée d'un tout : Il ne reste que des lambeaux de la richesse touristique de cette région bribe bout
3. En chirurgie plastique, fragment de peau prélevé sur un patient en vue d'une greffe.

LAMBEAU

(lan-bô) s. m.
Partie détachée et déchirée.
On eût dit, à les voir [les martyrs], qu'à mesure qu'on leur enlevait quelque lambeau de leur chair, leur âme s'en serait trouvée beaucoup allégée, comme si on les eût déchargés d'un pesant fardeau [BOSSUET, Panég. St Gorgon, 2]
Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux Que des chiens dévorants se disputaient entre eux [RAC., Athal. II, 5]
Terme de chirurgie. Amputation à un seul lambeau, à deux lambeaux, amputation dans laquelle on fait un ou deux lambeaux pour recouvrir la plaie, par opposition à amputation circulaire. Il se dit, en particulier, de morceaux d'étoffes déchirées.
Il n'était point couvert de ces tristes lambeaux Qu'une ombre désolée emporte des tombeaux [CORN., Poly. I, 3]
Je l'ai trouvé couvert d'une affreuse poussière, Revêtu de lambeaux, tout pâle.... [RAC., Ésth. II, 1]
Caché sous les lambeaux de l'obscure indigence [LEGOUVÉ, Épich. et Nér. V, 2]
Des pauvres en lambeaux, des pauvres qui n'ont que des vêtements en pièces.
Fig. Partie considérée comme arrachée, déchirée d'un tout.
Verrais-je d'un œil sec déchirer par lambeaux Une succession qui doit, par parenthèse, Vous rendre un jour heureux et nous mettre à notre aise ? [REGNARD, Légat. I, 2]
Les membres de la Convention n'ont offert que des talents tronqués et des lambeaux d'éloquence [CHATEAUB., Génie, III, IV, 1]
Quand la censure à son rocher funeste De ton génie a promis les lambeaux [BÉRANG., Censeur.]
Fragments d'auteurs incomplétement cités.
Que les faiseurs de lettres pastorales [les ministres réfugiés], qui se parent des lambeaux de saint Cyprien [BOSSUET, Lett. pastor. sur la comm. pasc. 4]
Nous n'avons point les règlements de police de Lacédémone ; nous n'en avons l'idée que par quelques lambeaux de Plutarque, qui vivait longtemps après Lycurgue [VOLT., Polit. et législ. Comm. Esprit des lois, XVI]
Vous m'avez parlé de cet ancien poëme, fait il y a vingt-cinq ans, dont il court des lambeaux très informes et très falsifiés [ID., Lett. Thiriot, 9 mai 1755]
Terme de vénerie. Peau velue qui couvre le bois du cerf et qui s'en détache à une certaine époque de l'année.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Couverts de grandes couvertures De drap d'or, traynant à lambeaulx [, Vigiles de Charles VII, t. II, p. 125, dans LACURNE]
    Lambeaulx de satin jaune [, Petit Jehan de Saintré, p. 189, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. LAMBEL.

lambeau

LAMBEAU. n. m. Morceau d'une étoffe déchirée. Ce vêtement est tout en lambeaux, s'en va en lambeaux, par lambeaux. Elle a laissé un lambeau de sa robe à ces épines.

Il se dit aussi des Morceaux de chair déchirée. Sa chair tombait par lambeaux, en lambeaux.

Il signifie au figuré Partie détachée, fragment, débris. On n'a entendu que quelques lambeaux de ce discours. Il ne lui est resté un lambeau de cette succession. Plusieurs États se formèrent des lambeaux de l'empire romain.

lambeau

Lambeau, m. dissyllab. acut. Signifie une petite piece detaillée (soit de drap, velours ou autre estoffe) qui ne tient que de peu à autre chose. Ainsi dit on, Sa robe s'en va par lambeaux. Vestis in minutas ac intercisas discinditur vel dilaceratur particulas, La descente de ce mot semble estre de lamberare vieux verbe Latin, qui signifie comme dit Festus scindere, et laniare, Mettre en pieces. Mais en fait d'armoiries, lambeau est une espece de brisure, laquelle comme Toison d'or Roy d'armes du Duc de Bourgongne a laissé par escrit, ne peut estre portée en escu que par les fils aisnez seulement. De sorte, comme il dit, que si à un pere survivent deux fils, le puisné ne peut prendre les lambeaux, parce que son aisné se peut marier, et avoir un fils, auquel les lambeaux appartiennent. Feron le nomme tousjours Lambel au singulier, mais le François en semblables mots terminans en el use le plus souvent de deux terminaisons, de l'une desquelles finissant en eau le pluriel se fait comme Bel, beau, beaux. Chastel, chasteau, chasteaux, Nouvel, nouveau, nouveaux, Seel, seau, seaux, Damoisel, damoiseau, damoiseaux, et de chacun fait le feminin en plusieurs, comme de bel, belle; de beau, beauté; de nouvel, nouvelle; de nouveau, nouveauté: estant ceste difference esdites deux terminaisons, que quant aux adjectifs, ceux qui finissent en l, veulent le substantif qui les suit commencer par voyele, bel enfant, nouvel amant, au lieu que les autres le veulent commençant par consonante, beau cheval, nouveau vestement. A laquelle regle peut avoir quelque faillance, selon la diversité des dialectes François, mais je parle du plus fleuri langage. Et quant audit Lambel, ou Lambeau, il est tousjours mis au chef de l'escu, par travers d'iceluy à trois billetes pendans, comme il se voit en l'escu d'Orleans et plusieurs autres. Aucuns tirent ce mot de Lemnisci, qui sont petites bandeletes de la naïfve couleur de la laine dont elles sont faictes, qui anciennement pendoyent du cercle ou diademe des couronnes, comme dit Festus. Budée le rend par Limbus, comme l'extrayant de ce mot là.

Le lambeau d'une robe, Peniculamentum.

lambeau


LAMBEAU, s. m. [Lanbo: 1re lon. 2e dout. au sing. lon. au plur. Lambeaux.] Au propre, pièce d'une étofe déchirée. "Son habit est tout en lambeaux; s'en va par lambeaux. "Il y a laissé un lambeau de son habit. = Il se dit au figuré des ouvrages d'esprit: "On n'a retenu que quelques lambeaux (morceaux) de son discours. Acad. — "Le temps détruit toutes chôses et les réduit en pièces et en lambeaux. TRÉV. Cette expression figurée est peu usitée hors de ce qui regarde les ouvrages d'esprit. = Lambeau, se prend en mauvaise part. On ne dit point un précieux lambeau, un lambeau éloquent.

Synonymes et Contraires

lambeau

nom masculin lambeau
1.  Morceau de tissu.
chiffon, haillon, loque -littéraire: guenille -vieux: chiffe.
2.  Partie détachée d'un tout.
Traductions

lambeau

Fetzen, Hader, Lappen, Lumpenrag, scrap, shred, tattersflard, lap, lomp, lor, tod, vod, vodje, (afgescheurd) stukאונה (נ), בדל (ז), אוּנָהflardesquinçall, estripall, pellingotlap, pjaltĉifonoharapo, trapo, jirarepaledrusla, tuskaklutandrajo, farrapo, molambo, trapolappbrandello, brano (lɑ̃bo)
nom masculin pluriel lambeaux
morceau déchiré de qqch des lambeaux de tissu

lambeau

[lambeaux] (pl) [lɑ̃bo] nmscrap
en lambeaux → in tatters, tattered