laquais

laquais

n.m. [ gr. médiév. oulakês, du turc ulaq, coureur ]
1. Anc. Valet de pied qui portait la livrée.
2. Litt. Homme d'un caractère servile ; valet.

laquais

(lakɛ)
nom masculin
serviteur qui porte un costume les laquais du château

LAQUAIS

(la-kê ; l's se lie : un la-kê-z effroné) s. m.
Valet de livrée, employé principalement pour suivre son maître ou sa maîtresse.
Qui passera de nous deux ? qui cédera la place à l'autre ? le moins habile ? mais je suis aussi habile que lui ; il faudrait se battre sur cela ; il a quatre laquais, et je n'en ai qu'un : cela est visible, il n'y a qu'à compter ; c'est à moi à céder, et je suis un sot si je conteste [PASCAL, Pensées, V, 6, édition HAVET.]
Je vous promets un laquais fort grand ; les petits ne sont bons à rien [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 172, dans POUGENS]
Alidor, dit un fourbe, il est de mes amis ; Je l'ai connu laquais avant qu'il fût commis [BOILEAU, Sat. IX]
Le bel honneur pour vous en voyant vos ouvrages Occuper le loisir des laquais et des pages [ID., ib.]
L'auteur des Pensées se soumettant aux quatre laquais [laissant passer celui qui a quatre laquais, tandis que lui n'en a qu'un] est bien autrement philosophe que ces penseurs que les quatre laquais ont révolté [CHATEAUB., Génie, III, II, 6]
Je dis... qu'à nous deux, Monseigneur, nous faisons un assemblage infâme : J'ai l'habit d'un laquais, et vous en avez l'âme [V. HUGO, Ruy Blas, V, 3]
Mentir comme un laquais, mentir avec impudence, mentir habituellement.
Parasite effronté, menteur comme un laquais, Vivant toujours d'emprunt et ne payant jamais [DESTOUCHES, Diss. II, 1]
Il y aurait une cruauté révoltante à citer en présence d'un domestique un proverbe qui insultât à sa condition, comme celui-ci : mentir comme un laquais [GENLIS, Veillées du chât. t. II, p. 448, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    En l'année passée, au dernier voyage de l'armée de Catalogne, le suppliant eut charge de par son capitaine de mener et conduire certain nombre de gens arbalestriers, apelés laquaiz [DU CANGE, lacinones.]
    Deux hommes de guerre que, selon l'usage du temps present en fait de guerre, on nomme halagues [ID., ib.]
    Alagues, alacays, et lacays [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Ces champisses contenances de nos laquais y estoient aussi [chez les Romains] [MONT., I, 374]
    Le bastion que le seigneur de Milho, avec quelques autres capitaines de gens de pied et trois mille laquais françois, eut en garde [JEAN D'AUTON, Annales de Louis XII, p. 160, dans LACURNE]
    N'ayant chacun que deux chevaux et un valet et un laquais [BRANT., Capit. franc. t. IV, p. 88, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. et portug. lacayo ; ital. lacchè. D'après Diez, laquais provient d'un radical qui est dans le provençal lacai, gourmand ; anc. portug. lecco, répondant au provençal lec, même sens, de l'ancien verbe leccare, lécher, être gourmand. D'autre part, d'Herbelot le tire de l'arabe lacaa, exposer : enfant exposé ; et Pihan, avec plus de vraisemblance, de l'arabe lakiyy, attaché à quelqu'un ou à quelque chose. Ce qui appuie une origine arabe, c'est que le mot est originairement espagnol et portugais, et qu'une de ses formes est alacay ; c'est là que nous l'avons pris, comme le montre l'historique alagues, alacays, et c'est de nous qu'il vient en italien. On remarquera que primitivement il a signifié une sorte de soldat.

laquais

LAQUAIS. n. m. Il se disait d'un Valet de livrée, destiné principalement à suivre son maître ou sa maîtresse. On dit aujourd'hui Valet de pied.

Fam., Mentir comme un laquais, Mentir avec impudence, mentir habituellement. On dit dans un sens analogue Avoir l'âme d'un laquais, Avoir l'âme basse.

laquais


LAQUAIS, s. m. [Lakê; 2e ê ouv. et long.] Valet de livrée; valet de pied. Voy. VALET.

Synonymes et Contraires

laquais

nom masculin laquais
Littéraire. Personne servile.
esclave, valet -familier: chien, larbin.
Traductions

laquais

lakei

laquais

Lakai

laquais

λακές

laquais

lacchè

laquais

Lakej

laquais

[lakɛ] nmlackey