larme

larme

n.f. [ lat. lacrima ]
1. Goutte de liquide salé produit par les glandes lacrymales situées sous les paupières, qui s'échappe parfois au-dehors et coule sur les joues : Être en larmes. Pleurer à chaudes larmes pleurer abondamment
2. Fig. Petite quantité d'un liquide : Une larme de vin 1. goutte
Avoir des larmes dans la voix,
parler d'une voix qui trahit le chagrin, l'émotion.
Avoir la larme à l'œil,
être ému ou attendri.
Avoir la larme facile,
pleurer à la moindre émotion.
Larmes de crocodile,
larmes hypocrites.
Rire aux larmes,
rire très fort, au point que les larmes coulent des yeux.

LARME

(lar-m') s. f.
Goutte d'humeur limpide qui sort de l'œil et dont la cause est ou une action physique ou une émotion morale.
Et mon trépas aura des larmes De quiconque aura de l'amour [MALH., V, 20]
Les larmes lui tombent des yeux à grands flots [VAUGEL., Q. C. VI, 9]
Moi-même en cet adieu j'ai les larmes aux yeux [CORN., Hor. II, 8]
Quand pourra mon amour baigner avec tendresse Ton front victorieux de larmes d'allégresse ? [ID., Hor. IV, 2]
Un soupir, une larme à regret épandue [ID., Poly. II, 2]
Elle [une pièce] ne va pas jusqu'à tirer des larmes [ID., Nicom. Examen.]
Pour me voir maintenant demander avec larmes Ce que j'ai mérité par le sang et les armes [MAIRET, Sophon. IV, 5]
Ces soupirs ridicules et ces larmes niaises ont fait rire tout le monde [MOL., Critique, 7]
Non, ce n'est pas toujours de tristesse que l'on pleure ; il entre bien des sortes de sentiments dans la composition des larmes [SÉV., 11 sept. 1680]
Monsieur le Prince [Condé] eut cette consolation en mourant [d'obtenir le retour du prince de Conti à la cour] ; mais jamais une joie n'a été noyée de tant de larmes [ID., 13 déc. 1686]
Je fus accablée de tous côtés de ses louanges [données à un de ses amis], et, suivant ma bonne coutume, les grosses larmes me tombaient des yeux [ID., 19 juill. 1690]
Que votre amitié trop tendre ne vous fasse pas jeter des larmes que votre raison doit condamner [ID., 30 nov. 1689]
Pour nous à qui Dieu par sa grâce a révélé ses vérités, nous avons lu dans ses Écritures qu'il y a un temps de pleurer et une mesure de larmes ; que le soleil, qui ne doit jamais se coucher sur notre colère, ne doit pas se coucher plus de sept fois sur notre affliction [FLÉCH., Lamoignon.]
Combien à vos malheurs ai-je donné de larmes ! [RAC., Andr. I, 1]
[Les flatteurs vous diront] Qu'aux larmes, au travail le peuple est condamné, Et d'un sceptre de fer veut être gouverné [ID., Ath. IV, 3]
Vos larmes, que ma main pouvait seule arrêter [ID., Bajaz. II, 5]
Périsse le Troyen auteur de nos alarmes. - Sa perte à ses vainqueurs coûtera bien des larmes [ID., Iph. II, 3]
Je ne viens point ici, par de jalouses larmes.... [ID., Andr. III, 4]
Triste, levant au ciel ses yeux mouillés de larmes [ID., Brit. II, 2]
Et les larmes du juste implorant son appui [de Dieu] Sont précieuses devant lui [ID., Esth. III, 3]
Qui changera mes yeux en deux sources de larmes Pour pleurer ton malheur ? [ID., Athal. III, 7]
Sans jeter une seule larme [LA BRUY., XI]
Je l'arrosai de mes larmes sans lui répondre [FÉN., Tél. III]
Nous ne pûmes retenir nos larmes [ID., ib. VI]
Il versa sur lui des larmes pieuses [ID., ib. XVII]
Il versait des larmes amères [ID., ib. XX]
[à la mort du Dauphin] M. le duc de Bourgogne pleurait d'attendrissement et de bonne foi, avec un air de douceur, des larmes de nature, de religion, de patience ; M. le duc de Berry, tout d'aussi bonne foi, en versait en abondance, mais des larmes pour ainsi dire sanglantes, tant l'amertume en paraissait grande ... Mme la duchesse de Bourgogne consolait aussi son époux, et y avait moins de peine qu'à acquérir le besoin d'être elle-même consolée.... quelques larmes, amenées du spectacle, et souvent entretenues avec soin, fournissaient à l'art du mouchoir, pour rougir et grossir les yeux [SAINT-SIMON, 293, 343]
Que de larmes vont couler ! Je n'en doute pas, repartit Asmodée ; mais il y en aura bien de commande [LESAGE, Diabl. boit. ch. 13, dans POUGENS]
Vaincu par la beauté, désarmé par les larmes [VOLT., Orphel. III, 4]
Les larmes sont le langage muet de la douleur [ID., Dict. phil. Larmes.]
Nul de nous n'a vécu sans connaître les larmes [ID., Loi nat. part. 3]
Leurs yeux étaient remplis de ces heureuses larmes, De ces larmes qui font les plaisirs des amants [ID., Henr. IX]
Mme d'Épinay reçoit des lettres charmantes de M. de Voltaire ; il disait en l'une des dernières que le diable avait assisté à la première représentation de Tancrède sous la figure de Fréron, et qu'on l'avait reconnu à une larme qui lui était tombée des loges sur le bout du nez, et qui avait fait pish comme sur un fer chaud [DIDEROT, Lettres à Mlle Voland.]
Aussi tous mes sujets, les larmes dans les yeux, Porteront à l'envi vos vertus jusqu'aux cieux [DUCIS, Roméo, IV, 2]
Elle entendra mes pleurs, elle verra mes larmes [A. CHÉN., Élég. 22]
Les reines ont été vues pleurant comme de simples femmes, et l'on s'est étonné de la quantité de larmes que contiennent les yeux des rois ! [CHATEAUBR., Atala, le Drame.]
De l'œil des rois on a compté les larmes, Les yeux du peuple en ont trop pour cela [BÉRANG., Ém. Debraux.]
C'est ta jeunesse et tes charmes Qui m'ont fait désespérer, Et, si je doute des larmes, C'est que je t'ai vu pleurer [A. DE MUSSET, Nuit d'octobre.]
Une larme en dit plus que tu n'en pourrais dire ; Une larme a son prix, c'est la sœur d'un sourire [ID., Idylle.]
Larmes se dit avec pleurer.
Je voudrais, ma bonne, que vous fussiez venue avec moi après dîner [à une lecture que Corneille fit de sa Pulchérie].... vous auriez peut-être pleuré une petite larme, puisque j'en ai pleuré plus de vingt [SÉV., 15 janv. 1772]
J'ai vu Briolle, qui m'a fait pleurer les chaudes larmes par un récit naturel et sincère de cette mort [du prince de Condé] [ID., 13 déc. 1686]
Rire aux larmes, rire jusqu'à ce que les yeux en pleurent, rire beaucoup.
Cette sottise a fait rire M. de Chaulnes et d'Arrouy jusques aux larmes [SÉV., 77]
Nous avons ri aux larmes de votre madame de la Charse et de Philis sa fille aînée âgée de trente-neuf ans [ID., 215]
Faire venir les larmes aux yeux, exciter un attendrissement qui va jusqu'aux larmes.
Leur contenance triste me fit venir les larmes aux yeux [SÉV., 190]
On dit dans un sens analogue : Les larmes lui viennent aux yeux.
Les larmes lui vinrent aux yeux [FÉN., Tél. XI]
Fig. Des larmes de sang, se dit pour exprimer un très violent chagrin.
Pourvu qu'Adélaïde, au désespoir réduite, Pleure en larmes de sang l'amant qui l'a séduite [VOLT., Adél. du Guesclin. IV, 5]
Pleure en larmes de sang ta lâcheté funeste [M. J. CHÉN., Gracques, III, 12]
Pleurer à chaudes larmes, être tout en larmes, fondre en larmes, se noyer dans les larmes, pleurer abondamment.
Je reçois vos lettres comme vous avez reçu ma bague : je fonds en larmes en les lisant [SÉV., 15]
Je la trouvai tout en larmes [ID., 419]
Si l'on ne glissait pas dessus, on serait toujours en larmes [ID., 24]
Ses valets de chambre [de Turenne], ses laquais, ses pages, ses trompettes, tout était fondu en larmes et faisait fondre les autres [ID., 28 août 1675]
Tout s'attendrissait, tout fondait en larmes [FLÉCH., Dauph.]
S'abreuver de larmes, vivre dans les larmes, vivre de larmes, pleurer sans cesse, vivre dans la douleur, dans l'affliction.
Me nourrissant de fiel, de larmes abreuvée [RAC., Phèdre, IV, 6]
Sécher, essuyer ses larmes, se consoler. Essuyer les larmes de quelqu'un, calmer son affliction, le consoler.
Dans une heure au plus tard vous essuierez ses larmes [CORN., Poly. I, 1]
On craint qu'il n'essuyât les larmes de sa mère [RAC., Andr. I, 4]
Mêler ses larmes à celles de quelqu'un, partager sa douleur, s'affliger avec lui. Avoir recours aux larmes, pleurer pour fléchir, pour attendrir celui qu'on supplie. Avoir des larmes dans la voix, avoir une voix qui, dans les moments d'attendrissement, fait partager l'émotion. Terme de théâtre. Avoir des larmes, savoir pleurer.
Mademoiselle Sainval, comme je vous l'ai dit, me demande à jouer Olympie ; si elle a ce qu'on n'a plus au théâtre, c'est-à-dire des larmes, de tout mon cœur [VOLT., Lett. d'Argental, 11 avril 1767]
Avoir le don des larmes, pleurer à volonté.
Je crois vous avoir déjà dit Qu'il [Énée] donnait des pleurs à crédit Et qu'il avait le don des larmes [SCARRON, dans le Dict. de BESCHERELLE.]
Il signifie aussi pleurer de façon à faire pleurer les autres.
On me mande qu'elle [une actrice] joue avec beaucoup d'intelligence et de vérité, mais qu'elle n'est pas d'une figure agréable et qu'elle n'a pas le don des larmes [VOLT., Lett. Richelieu, 27 mai 1767]
La larme à l'œil, en versant quelques larmes.
La larme à l'œil, le regret dans le cœur, la confusion sur la face, il [un pécheur] vient crier miséricorde [BOSSUET, 1er sermon, Pâques, 2]
Le 23, le duc de Bourgogne fit assassiner le duc d'Orléans, et le lendemain assista à ses funérailles la larme à l'œil, et portait un des coins du drap mortuaire [ST-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. V, p. 192, dans POUGENS]
Familièrement. Avoir toujours la larme à l'œil, s'attendrir très facilement, ou affecter une grande sensibilité. Fig. Larmes de crocodile, larmes hypocrites, répandues dans le dessein de tromper, comme la fable raconte que le crocodile feint de gémir pour attirer sa proie. Fig. et poétiquement. Les larmes de l'aurore, la rosée.
Physiologiquement. Humeur excrémentitielle qui est sécrétée par la glande lacrymale, lubrifie le globe de l'œil, en facilite les mouvements dans l'orbite, et qui n'a avec l'expression des émotions qu'un rapport secondaire.
Espèce de symbole destiné le plus souvent aux monuments funèbres, lequel a la forme d'une larme. Un drap mortuaire semé de larmes.
Venez tous ! soit qu'au sein des jeux et des alarmes, Votre écu de Milan porte le vert dragon, Le manteau noir d'Agra semé de blanches larmes.... [V. HUGO, Odes, IV, 12]
....J'ai, faible et plein d'alarmes, Vu trois fois un drap noir semé de blanches larmes Tendre ce corridor [ID., F. d'aut. 6]
En larme ou en larmes, en forme de larmes.
Les ailes sont noires aussi, mais marquetées, avec assez de régularité, de taches d'un blanc obscur arrondies et en larmes [BUFF., Ois. t. XIII, p. 111]
Terme d'architecture. Larmes ou campanes, ornements qui pendent en forme de clochettes sous la corniche dorique et sous d'autres membres. On dit plus ordinairement goutte.
Familièrement et par similitude. Une goutte, une petite quantité d'un liquide. Donnez-moi une larme de vin.
Suc qui coule de plusieurs arbres ou plantes, soit naturellement, soit quand on les taille. Les larmes de la vigne. Larmes de sapin, liqueur qui s'amasse entre l'écorce et le bois de sapin et qui a l'odeur de la térébenthine.
Larmes de cerf, liqueur épaissie dans deux fentes que le cerf a au-dessous des yeux, et qui sont les ouvertures des larmiers.
Terme de pharmacie. Petite masse arrondie de substance molle ou peu dure. Manne en larmes.
Larmes-de-verre, ou larmes bataviques, petites masses de verre en fusion qu'on a laissées tomber dans l'eau froide et qui, par suite d'un refroidissement inégal, dû à la mauvaise conductibilité du verre pour le calorique, deviennent telles que, si l'on vient à casser la queue, la tête se met en poussière ; c'est là le phénomène qui excitait l'admiration des physiciens au XVIIe siècle. Larmes volcaniques, masses de matières vitreuses, affectant des formes plus ou moins arrondies.
Terme de chasse. Larmes de plomb, petit plomb pour tirer les petits oiseaux.
10° Larme-de-Job, un des noms vulgaires du coïx larme (graminées), dit aussi larmilles, larmier et herbe à rosaire, dont les fruits renferment une semence grosse comme un pois, d'un beau poli et de couleur jaunâtre, tirant sur un brun rouge. C'est aussi le nom du staphylier pinné ou à feuilles ailées, appelé encore patenôtrier. Larme-du-Christ, le grémil.

SYNONYME

  • LARMES, PLEURS. Pleurs n'est synonyme de larmes qu'au pluriel. Un pleur, d'ailleurs usité seulement dans le style biblique et le style élevé, signifie lamentations ; et, au pluriel, il retient quelque chose de cette signification : Elle entendra mes pleurs, elle verra mes larmes, dit A. Chénier cité plus haut. Larme est proprement l'humeur limpide qui humecte les yeux, quelle que soit la cause qui la fasse couler. Pleurs indique toujours une émotion, et presque toujours une émotion triste. L'oignon coupé ou épluché fait venir des larmes dans les yeux et non des pleurs.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Mais si co [ce] avient par vus, vus le purrez suffrir, Mais tuz li vis [visage] de lermes vus en devra corrir [, Th. le mart. 84]
    Mis en iert [sera] li roiaumes en larmes et en plors [, Sax. XXVII]
    La dame fist à Deu sun present et sa oblatiun ; sun quer [cœur] menne chaldes [chaudes] lermes [, Rois, p. 3]
    Les larmes lor vienent as ex [aux yeux] [GAUTIER D'ARRAS, Ille et Galeron.]
  • XIIIe s.
    De la pitié qu'en a, mainte larme a plorée [, Berte, XLVI]
    Là plore à lermes espandues Les granz honors qu'ele a perdues [, la Rose, 6185]
    Et alors li cheoient les lermes des yex moult grosses [JOINV., 229]
  • XVe s.
    Je vous donne cette verge [bague] qui est d'or, esmaillé de larmes noires [LOUIS XI, Nouv. XXVI]
  • XVIe s.
    Vous n'avez que des larmes aux yeux, et eux les armes aux mains [D'AUB., Hist. II, 185]
    Les gommes, larmes, ou liqueurs espaisses, et resines [PARÉ, XXVI, 14]
    En larmes de fol ne se doit on fier [COTGRAVE, ]
    Mieulx est de ris que de larmes escripre, Pour ce que rire est le propre de l'homme [RAB., Aux lecteurs.]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, lâme ; namur. lârme ; provenç. lacrima, lacrema, lagrema ; catal. llagrima ; esp. et ital. lagrima ; du lat. lacryma, lacruma, anc. forme dacrima, congénère avec le grec ; comparez le gothique tagr, larme ; anc haut allem. zahar ; angl. tear ; et le celtique : kimry, daigr, dagar ; bas-bret. daérawen.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    LARME. Ajoutez :
    11° La Sainte Larme de Vendôme, relique célèbre dans le moyen âge conservée à Vendôme.

    PROVERBE

      Il est plus près de Sainte Larme que de Vendôme, il est sur le point de verser des larmes, il est menacé d'une affliction ; ce qui revient à dire : il est près de Sainte Larme, et ce n'est pas de la Sainte Larme de Vendôme, [, Courrier de Vaugelas, 1er déc. 1875, p. 114]

larme

LARME. n. f. Goutte d'humeur limpide qui se forme dans l'oeil, par l'effet d'une impression vive, soit physique, soit morale. Les larmes sortaient, coulaient de ses yeux avec abondance. Les larmes lui en sont venues aux yeux. Le visage baigne, mouillé de larmes. Des yeux noyés de larmes. J'aurais voulu pouvoir renfoncer mes larmes. Elle eut peine à retenir ses larmes. Être touché, attendri jusqu'aux larmes. Un torrent de larmes. Rire aux larmes. Refouler ses larmes.

Fig., Pleurer à chaudes larmes, être tout en larmes, fondre en larmes, Pleurer abondamment.

Fig., Vivre dans les larmes, Pleurer sans cesse, vivre dans la douleur, dans l'affliction.

Fig., Sécher, essuyer ses larmes, Se consoler. Essuyer les larmes de quelqu'un, Calmer son affliction, le consoler. Mêler ses larmes à celles de quelqu'un, Partager sa douleur, s'affliger avec lui.

Avoir recours aux larmes, Pleurer pour fléchir, pour attendrir celui qu'on supplie.

Fam., Avoir toujours la larme à l'oeil, S'attendrir très facilement, ou affecter une grande sensibilité.

Avoir des larmes dans la voix se dit d'une Personne qui a quelque chose d'ému et de touchant dans la voix. En nous racontant ce malheur, il avait des larmes dans la voix. Cette actrice a des larmes dans la voix.

Avoir le don des larmes se dit, dans le langage mystique, de la Faculté que possèdent certaines personnes de verser des larmes dans la prière. Il signifie, par extension, Pleurer à volonté, s'émouvoir aisément jusqu'aux larmes.

Fig. et avec une nuance de regret, de remords : Verser des larmes de sang. Cette faute mériterait d'être pleurée avec des larmes de sang.

Fig. et fam., Larmes de crocodile, Larmes hypocrites que répand une personne dans le dessein d'en tromper une autre.

LARME se dit aussi d'un Ornement, figurant à peu près une larme, qu'on fait entrer, comme un symbole de tristesse, dans la décoration des catafalques, des mausolées, etc. Larmes d'argent. Un drap mortuaire semé de larmes.

Il se dit, par analogie et familièrement, d'une Goutte, d'une petite quantité de vin ou de quelque autre liqueur. Il n'a pris qu'une larme de vin. Je n'en veux qu'une larme.

Il se dit également, surtout au pluriel, du Suc qui coule de certains arbres ou plantes, soit naturellement, soit quand on les taille. Les larmes de la vigne, du sapin. Manne en larmes.

Larmes de cerf. Voyez LARMIÈRES.

larme

Une Larme, Lachryma.

Larmes fainctes et simulées, Confictae lachrymae.

Les larmes luy sont venues aux yeux, Lachrymae obortae.

Faire sortir les larmes des yeux, Excutere lachrymas.

Racines qui distillent larmes, Radices lachrymosae.

Jetter larmes, Lachrymare, et Lachrymari.

Jetter force larmes, Lachrymas proiicere.

Respandre beaucoup de larmes, Fundere lachrymas.

Retenir ses larmes, Lachrymas tenere, vel continere.

Les larmes sortoyent à tous de joye qu'ils avoyent, Manabant omnibus gaudio lachrymae.

Abondant en larmes, Lachrymosus.

En façon de larmes, Lachrymose.

larme


LARME, s. fém. LARMOYANT, ANTE, adj. LARMOYER, v. n. [3e lon. au 2d et au 3e, é fermé au dern. moa-ian, iante, .] Larme, 1°. goutte d'eau qui sort de l'oeuil, et dont la cause la plus ordinaire est la douleur. Il y a pourtant des larmes de joie. "Il ne jeta qu'une larme ou deux. Verser des larmes, un torrent de larmes. "Se fondre en larmes. "Essuyez vos larmes: mettez-fin à vos larmes. = Ce mot fournit à quelques expressions du style familier. = Pleurer à chaudes larmes. "Il se mit à pleurer à chaudes larmes sur cet arc, dont Ulysse, s'étoit servi. Mde Dacier, Odyssée. = Rire aux larmes. "J'ai ri aux larmes de cette peinture que vous nous faites, etc. Sév. = Les grosses larmes expriment une grande douleur. "Les grosses larmes me sont tombées des yeux, quand je me suis représenté le spectacle de ce pauvre Doyen, pénétré de douleur. La même. = Avoir le don des larmes, pleurer facilement. "Ne soyez jamais en peine de ceux qui ont le don des larmes! Je prie Dieu de ne jamais sentir de ces douleurs, où les yeux ne soulagent point le coeur. La Même. Voy. CROCODILE. = 2°. Goutte ou petite quantité de quelque liqueur. "Une larme de vin. "Je n'en veux qu'une larme. = 3°. Suc, qui coule de plusieurs arbres, ou plantes, quand on les tâille, comme le sapin, la vigne, etc.
   LARMOYER, pleurer, jeter des larmes. Larmoyant, qui fond en larmes. "On la trouva toute larmoyante. = Ces mots étaient déjà vieux du tems de La Bruyère, et il paraît les regretter. L'Acad. les met sans remarque. On les emploie encôre dans le st. familier.

Synonymes et Contraires

larme

nom féminin larme
Petite quantité d'un liquide.
doigt, filet, goutte, nuage, once, pointe, soupçon, teinte, trace -littéraire: ombre, trait -populaire: chouia.
avalanche, cascade, déluge, flot, flux, pluie, torrent -familier: paquet -littéraire: averse, océan.
Traductions

larme

Träne, larmoyant, Tröpfchentear, droptraan, druppelדמעה (נ)traangota, llàgrimatåreδάκρυlarmolágrima, gotapiisk, pisarkyynelkönnymatatárlagrima, lacrimaašaraplīsumstårełzalágrimaслезаtårсльозиدَمْعَةslzasuza눈물น้ำตาgözyaşınước mắt眼泪 (laʀm)
nom féminin
liquide qui sort des yeux quand on pleure être en larmes

larme

[laʀm] nf
[chagrin] → tear
être en larmes → to be in tears
pleurer à chaudes larmes → to cry one's eyes out
(fig) une larme de [vin, liqueur] → a drop of