lettre


Recherches associées à lettre: lettre d'amour, lettre de motivation

lettre

n.f. [ du lat. littera, caractère d'écriture ]
1. Signe graphique utilisé pour les écritures alphabétiques et dont l'ensemble constitue l'alphabet : La lettre d.
2. Signe alphabétique envisagé dans son aspect, dans ses caractéristiques : Lettre minuscule, majuscule. Écrire en lettres d'imprimerie.
3. Caractère d'imprimerie représentant une des lettres de l'alphabet : Une lettre ornée une lettrine
4. Sens strict des mots d'un texte, d'un discours : Ce jugement est conforme à la lettre de la loi (par opp. à l'esprit).
5. Message personnel écrit adressé à quelqu'un sous enveloppe : Je lui ai écrit trois lettres missive pli
6. Document officiel ou privé : Joindre une lettre de motivation.
À la lettre ou au pied de la lettre,
au sens propre, exact : Les journalistes ont pris son discours au pied de la lettre ; scrupuleusement, ponctuellement : Suivre le mode d'emploi à la lettre.
Avant la lettre,
avant le complet développement de qqch ; qui préfigure ce que sera l'état définitif : C'est une réorganisation avant la lettre.
En toutes lettres,
écrit sans abréviation : Inscrivez le nom de l'entreprise en toutes lettres ; avec des mots (et non avec des chiffres, des signes conventionnels, etc.) : La ligne « département » doit être complétée en toutes lettres.
Être, rester, devenir lettre morte,
sans effet, inutile : Nos demandes sont restées lettre morte.
Les cinq lettres ou le mot de cinq lettres,
Fam. le mot « merde ».
Lettre de cachet
Lettre de mort,
en Belgique, faire-part de décès.
Lettre ouverte,
écrit polémique ou revendicatif adressé à une personne, mais rendu public : « J'accuse » de Zola était une lettre ouverte au président de la République.
Passer comme une lettre à la poste,
Fam. facilement, sans difficulté : Les modifications sont passées comme une lettre à la poste.

lettres

n.f. pl.
1. Culture et activités littéraires : Avoir des lettres avoir beaucoup lu, être cultivé écrivaine
2. Ensemble des connaissances et des études concernant la littérature, la linguistique et les langues (par opp. à sciences) : Professeur de lettres classiques.

LETTRE

(lè-tr') s. f.

Résumé

Chaque caractère de l'alphabet.
Chaque caractère de l'alphabet quant à sa forme, sa grandeur, sa couleur, etc.
La manière d'écrire, la main d'une personne.
Caractère de fonte représentant en relief une des lettres de l'alphabet.
L'ensemble des caractères dont on se sert en imprimerie pour la composition d'un ouvrage.
Inscription qu'on met au bas d'une estampe pour en indiquer le sujet.
Le son ou l'articulation même que chaque caractère de l'alphabet représente.
Sens littéral.
Épître, missive, dépêche.
10° Nom donné à des collections de lettres publiées en forme d'ouvrage.
11° Lettre de change.
12° Lettre de voiture.
13° Lettre de créance.
14° Lettre de service.
15° En termes de marine, lettre de santé, lettre de mer, lettres de marque.
16° Lettre close.
17° Lettre de cachet.
18° Nom donné à certains actes expédiés en chancellerie.
19° Actes qui s'expédient sous le sceau de quelque autorité, communauté ou compagnie.
20° Connaissances que procure l'étude des livres.
Chaque caractère de l'alphabet. Un enfant qui commence à connaître ses lettres. L'A est la première lettre de l'alphabet.
Il faut commencer, selon l'ordre des choses, par une exacte connaissance de la nature des lettres [MOL., Bourg. gent. II, 6]
Les caractères des lettres sont institués pour conserver les divers sons qu'on forme en parlant, et leur fonction est de les rendre fidèlement au lecteur comme un dépôt qui leur est confié [ROLLIN, Traité des Ét. liv. I, ch. 1]
Joseph Scaliger, dans ses notes sur la Chronique d'Eusèbe, prouve que les lettres grecques et celles de l'alphabet latin qui en ont été formées, tirent leur origine des anciennes lettres phéniciennes, qui sont les mêmes que les samaritaines, dont les Juifs se sont servis avant la captivité de Babylone [ID., Hist. anc. Œuv. t. I, p. 137, dans POUGENS]
Leurs lettres [des Hébreux] étaient celles que l'on nomme aujourd'hui samaritaines, parce que les Samaritains les ont conservées [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. XV, 2e part. p. 180, dans POUGENS.]
Grégoire de Tours et Aimoin parlent de plusieurs ordonnances de Chilpéric touchant la langue ; ce prince fit ajouter à l'alphabet les quatre lettres grecques O, Psi, Z, N ; c'est ainsi qu'on les trouve dans Grégoire de Tours ; Aimoin dit que c'étaient O, Phi, X, Oméga [DUCLOS, Mém. lang. Œuv. t. IX, p. 237]
Lettres numérales, les lettres qui indiquent les nombres et dont on se servait avant l'introduction des chiffres arabes. Il y avait chez les Romains sept lettres numérales, C, D, I, L, M, V, X ; nous nous en servons encore quelquefois aujourd'hui. Lettre dominicale, voy. DOMINICALE. Terme militaire. Lettre de compagnie, marque que l'on applique sur les effets d'uniforme des soldats. Écrire un mot en toutes lettres, l'écrire sans abréviation. Écrire un nombre en toutes lettres, l'écrire non en chiffres, mais avec des mots. Fig. et familièrement. Dire, écrire une chose en toutes lettres, la dire, l'écrire sans rien taire, sans rien dissimuler. C'est un sot en trois lettres, c'est-à-dire il est extrêmement sot.
Vous êtes un sot en trois lettres, mon fils [MOL., Tart. I, 1]
Lettre initiale, ou, substantivement, l'initiale, lettre qui commence un mot et, particulièrement, un nom propre. Il n'a signé que les lettres initiales, que les initiales de son nom. Terme de grammaire. Lettre double, se dit des lettres qu'on redouble dans l'orthographe des mots, bien que souvent on n'en prononce qu'une seule. Dans donner, nn forment une lettre double.
Je me suis borné au retranchement des lètres [lettres] doubles qui ne se prononcent point [DUCLOS, Gramm. P. R. Rem. Œuv. t. IX, p. 44, dans POUGENS]
Lettre double, se dit aussi des caractères qui expriment deux articulations réunies. Dans pneumonie, pn forment une lettre double. Lettre double se dit enfin d'une lettre unique qui en vaut deux, comme Xi, Psi en grec. Notre x est une lettre double en ce sens, valant ks ou gs. Lettre oisive, celle qui ne représente aucune articulation : dans pouls, l'l est une lettre oisive ; c'est presque toujours un souvenir de l'étymologie. Lettre servile, voy. SERVILE. Lettres hiéroglyphiques, se dit improprement de certains caractères dont les anciens Égyptiens se servaient. Lettre de Bellérophon, signes par lesquels Proetus indiqua à Jobule, roi de Lycie, qu'il fallait faire périr Bellérophon envoyé auprès du roi avec ces signes ; et fig. missive perfide et mensongère.
Chaque caractère de l'alphabet quant à sa forme, sa grandeur, sa couleur, etc. dans les diverses écritures. Grande, petite lettre. Lettre gothique, italienne. Lettre capitale. Lettre onciale. Lettre financière, bâtarde, ronde ou française. Lettre anglaise. Lettre cursive ou courante. Lettre menue, maigre. Le plein, le délié, les jambages, le corps, la queue d'une lettre. Grosse lettre, lettre dont la hauteur dépasse celle des autres d'un même corps d'écriture.
Le maréchal lui apporte [à Charles XII] une liste de toutes ces routes, à la tête desquelles il avait affecté de mettre en grosses lettres.... Route de Leipsick à Stockholm [VOLT., Charles XII, 3]
Lettres rouges, lettres enluminées de minium, et qu'on voit dans les manuscrits en tête des chapitres et dans d'autres endroits remarquables. Fig. Cet homme est écrit sur mon livre en lettres rouges, il a des torts, des vices, des défauts que je n'oublierai jamais. Lettres d'or, lettres écrites ou imprimées avec une couleur d'or, pour les rendre plus remarquables. Fig. Cela devrait être écrit, imprimé, gravé en lettres d'or, se dit d'une belle sentence, d'une parole remarquable, etc.
Souviens-toi de m'écrire ces mots [il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger] ; je les veux faire graver en lettres d'or sur la cheminée de ma salle [MOL., l'Av. III, 5]
Fig. Lettres de sang, souvenir d'actions cruelles, de grands meurtres, etc.
Depuis cette époque, malheureusement gravée en lettres de sang, tous les habitants des possessions françaises dans l'autre hémisphère sont de nouveau enrégimentés [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 52]
Terme de paléographie et de diplomatique. Lettres armoriées, sorte de lettres capitales dessinées en noir, dans lesquelles les couleurs sont indiquées par la direction des traits, etc. comme les couleurs et les métaux dans le blason. Lettres blanches ou lettres à jour, lettres que l'on indique seulement par leurs contours extérieurs. Lettres capitulaires, lettres historiées placées au commencement des chapitres et des livres d'un manuscrit. Lettres enclavées, majuscules initiales qui renferment dans leur contour la seconde lettre ou même toutes les lettres du mot qu'elles commencent. Lettres de forme, caractères gothiques des manuscrits du XIVe siècle. Lettres solides, celles dont les pleins sont fort larges. Lettres tranchées, celles qui ont à la base et au sommet de chaque jambage un petit trait horizontal ou incliné. Lettres égyptiennes, sorte de capitales de forme carrée et sans déliés. Lettres damasiennes, lettres que le pape Damase fit faire par un calligraphe habile avec quelques modifications, au IVe siècle, pour écrire les inscriptions qu'il composa pour les tombes des martyrs les plus illustres ensevelis dans les catacombes. Terme de numismatique. Lettres incises, se dit des caractères qui sont gravés en creux sur une médaille, après qu'elle a été frappée, au lieu d'être en relief comme le reste de l'empreinte.
Il s'est dit pour la manière d'écrire, la main d'une personne.
J'ai trouvé ce billet enfermé dans son sein [d'Atalide] ; Du prince votre amant j'ai reconnu la lettre, Et j'ai cru qu'en vos mains je devais la remettre [RAC., Baj. IV, 5]
Terme d'imprimerie. Caractère de fonte représentant en relief une des lettres de l'alphabet. L'œil de cette lettre est trop petit. Lettres à queue, se dit des lettres g, j, p, q et y. Lettre grise ou historiée, grande lettre capitale ornée de certaines figures, et ordinairement gravée sur du bois ou sur du cuivre. Lever la lettre, prendre les lettres les unes après les autres dans les cassetins et les arranger sur le composteur, pour en faire des mots et des lignes. Lettre moulée, lettre imprimée. Cet écrivain imite parfaitement la lettre moulée. Par extension, lettre moulée, lettre dont la forme ressemble à la lettre imprimée. Écrire en lettres moulées.
L'emploi de garde des manuscrits, d'habiles gens le demandaient ; on le donna à Gail, qui ne lit pas même la lettre moulée [P. L. COUR., Lett. à MM. de l'Académie]
Absolument, l'ensemble des caractères dont on se sert en imprimerie pour la composition d'un ouvrage. Nous n'avons plus de lettre, tout a été épuisé. La lettre manque.
Inscription qu'on met au bas d'une estampe pour en indiquer le sujet. Estampe, gravure avant la lettre, épreuve tirée avant qu'on y ait gravé cette inscription. Substantivement. Une avant la lettre. Lettre blanche, grise, noire, se dit des différentes teintes que l'on donne aux lettres de l'inscription d'une gravure de prix, afin de distinguer les épreuves des différents tirages. Épreuve avec la lettre grise. Estampe après la lettre, épreuve tirée avec l'inscription au bas.
Le son ou l'articulation même que chaque caractère de l'alphabet représente. Lettre sifflante. Lettre linguale, labiale, nasale, palatale, dentale. Lettres euphoniques.
Les lettres sont divisées en voyelles ....et en consonnes [MOL., Bourg. gent. II, 6]
Sens littéral.
Les ministres de la nouvelle alliance, non pas de la lettre, mais de l'esprit, car la lettre tue, et l'esprit donne la vie [SACI, Bible, St Paul, 2e ép. aux Cor. III, 6]
Donnez aux enfants le goût des bons prônes et des homélies qui leur fassent entendre clairement la lettre de l'Évangile [FÉN., t. XVII, p. 66]
C'est à tort et contre la lettre de la sainte Écriture que ces auteurs ont supposé que la terre était, avant le déluge, totalement différente de ce qu'elle est aujourd'hui [BUFF., Hist. nat. preuv. théor. terr. Œuv. t. I, p. 276, dans POUGENS.]
Si leurs pieds souvent glissèrent, Si leurs lèvres transgressèrent Quelque lettre de ta loi, Ô père, ô juge suprême, Ne regarde en eux que toi [LAMART., Harm. II, 1]
Fig. La lettre tue et l'esprit vivifie, phrase qui, empruntée à l'Évangile, signifie qu'il faut, dans l'interprétation d'une loi, d'un précepte, d'une parole, non pas s'attacher seulement au sens littéral, mais chercher à pénétrer la pensée raisonnable, l'idée véritable, l'intention réelle. Fig. Lettre morte, écrit, précepte qui n'a plus ni autorité ni valeur. Cette loi est devenue lettre morte. À la lettre, au pied de la lettre, selon le sens littéral, selon le propre sens des paroles.
Je vous aime de tout mon cœur, mais c'est au pied de la lettre, sans en rien rabattre [SÉV., 226]
Je crois tout au pied de la lettre [ID., 269]
La suite de la prophétie [de Jacob] regarde, à la lettre, la contrée que la tribu de Juda devait occuper dans la terre sainte [BOSSUET, Hist. II, 2]
Vous me direz peut-être que c'est une exagération [qu'il est aussi difficile qu'un riche soit sauvé qu'il l'est qu'un chameau passe par le trou d'une aiguille].... moi je soutiens au contraire qu'il faut entendre cette parole à la lettre [ID., Panég. St Franç. d'Assise, 2]
Sans une femme de ce quartier-là qui passait, et qui a eu pitié d'elle ; je dis pitié à la lettre [MARIV., Marianne, IIe part.]
Ce mot de beneficium signifiait un fief à la lettre [VOLT., Mœurs, 48]
De ne rien prendre à la lettre Nos juges ont fait serment [BÉRANG., Halte-là.]
Fig. À la lettre, exactement, ponctuellement. Cela est vrai à la lettre.
....Qui suit toujours une règle à la lettre, En viole souvent l'esprit [LA MOTTE, Fabl. III, 13]
Aider à la lettre, suppléer à ce qui manque à quelque passage obscur ou défectueux. Fig. Aider à la lettre, entrer dans l'intention de celui qui parle ou qui écrit, en expliquant ce qu'il a dit ou écrit d'une manière obscure. Aider à la lettre, signifie aussi quelquefois altérer un peu la vérité, soit pour tromper, soit pour amuser. Ajouter à la lettre, dire quelque chose qui n'est pas dans ce qu'on lit, dire plus qu'il n'y a.
Épître, missive, dépêche. Entretenir un commerce de lettres avec quelqu'un. Le secret des lettres. Lettres de recommandation, d'avis.
Si vous ne faites cas de moi, monseigneur, qu'à cause que l'on dit que j'ai quelque sorte d'esprit, et que je sais faire quelquefois une belle lettre, vous ne m'estimez que par la qualité que j'estime le moins [VOIT., Lett. 175]
Nous remarquerons qu'il [saint Augustin] a été persuadé de la vérité des lettres qui se voient de saint Paul à Sénèque [LA MOTHE LE VAYER, Vertu des païens, I, Avant-propos.]
Et que lui voulez-vous ? - Lui rendre seulement la lettre que voici [MOL., L'Ét. II, 13]
Ne me dites plus de mal de votre façon d'écrire ; on croit quelquefois que les lettres qu'on écrit ne valent rien, parce qu'on est embarrassé de mille pensées différentes ; mais cette confusion se passe dans la tête, tandis que la lettre est nette et naturelle [SÉV., à Mme de Grignan, 8 déc. 1673]
Je suis fort aise que vous ayez remarqué, comme moi, la diligence admirable de nos lettres, et le beau procédé de Riaux [surintendant des postes] et de ces autres messieurs si obligeants qui viennent prendre nos lettres et les portent nuit et jour, en courant de toutes leurs forces, pour les faire aller plus promptement [ID., 16 oct. 1675]
Une lettre, monsieur, remet bien une affaire ; Et trois ou quatre mots en hâte barbouillés Font souvent embrasser des amants bien brouillés [REGNARD, le Distr. IV, 7]
On a peu de lettres d'elle [de Ninon], il y en a deux ou trois d'imprimées dans le recueil de St-Évremond ; l'abbé de Chateauneuf en avait beaucoup ; mais en mourant il a brûlé tous ses papiers [VOLT., Mél. litt. sur Mlle de l'Enclos.]
Vous serez étonnée, madame, de recevoir lettres sur lettres d'un homme que vous avez traité de négligent [ID., Lett. Mme Du Deffant, 6 mars 1761]
Cette lettre, seigneur, à Zaïre adressée [ID., Zaïre, IV, 4]
L'abbé de Mably me donna des lettres pour Paris, entre autres une pour M. de Fontenelle et une pour le comte de Caylus [J. J. ROUSS., Conf. VII]
Oh ! la belle lettre, mon cher maître, que vous venez d'écrire à frère Damilaville sur l'affaire du malheureux Sirven ! [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 26 mars 1765]
Il ne savait pas que, quelque longue que soit la lettre d'une femme, elle n'y met jamais sa pensée la plus chère qu'à la fin [BERN. DE ST-PIERRE, Paul et Virg.]
Fig. Avoir lettre de quelque chose, en avoir assurance. Lettre en chiffres, lettre écrite en caractères de convention, dont la valeur n'est connue que des correspondants. Lettre circulaire, ou, substantivement, une circulaire, lettre qu'on écrit dans les mêmes termes à plusieurs personnes sur le même sujet.
Louis XIV fit alors [dans sa détresse] ce qu'il n'avait jamais fait avec ses sujets : il se justifia devant eux ; il adressa aux gouverneurs des provinces, aux communautés des villes une lettre circulaire par laquelle, en rendant compte à ses peuples du fardeau qu'il était obligé de leur faire encore soutenir, il excitait leur indignation, leur honneur et même leur pitié [VOLT., Louis XIV, 21]
10° Nom donné à des collections de lettres publiées en forme d'ouvrage. Les Lettres de Cicéron. Les Lettres de Mme de Sévigné.
...l'exemple assez plaisant d'un nommé Rangouze, qui avait fait un recueil de Lettres, qu'il avait fait imprimer sans chiffre ; de sorte que le relieur mettait celle que l'auteur voulait la première ; et, par ce moyen, tous ceux à qui il donnait ce volume, se voyant à la tête, s'en trouvaient plus obligés [MLLE DE SCUDÉRY, les Conversations, Dialogue.]
Les Lettres de Sénèque sont adressées à Lucilius, son ami et son élève dans la philosophie stoïcienne [DIDER., Claude et Nér. II, 1]
Il me fit lire les Lettres de Voiture, qu'il regardait comme des chefs-d'œuvre, et qui me parurent spirituelles et ridicules [GENLIS, Mme de Maintenon, t. I, p. 100, dans POUGENS]
Les petites Lettres, nom donné dans le temps aux Provinciales.
Quelquefois, pour nous divertir, nous lisons les petites Lettres : bon Dieu quel charme ! et comme mon fils les lit ! [SÉV., 21 déc. 1689]
Et vous aimez les Provinciales, petites Lettres, comme alors on les appelait, quand elles allaient de main en main [P. L. COUR., Pamphl. des pamphl.]
11° Terme de commerce. Lettre de change, lettre par laquelle un banquier ou un négociant tire sur son correspondant une somme d'argent au profit ou à l'ordre d'un tiers, qui en a fourni la valeur.
On mande de Hollande qu'on y veut interdire tout commerce avec la France, hormis celui des lettres et des lettres de change ; mais les provinces de Zélande et d'Utrecht s'y opposent [DANGEAU, Journal, t. XIII, p. 470]
L'invention admirable des lettres de change sortit du sein du désespoir [des Juifs persécutés], et pour lors seulement le commerce put éluder la violence et se maintenir par tout le monde [VOLT., Dict. phil. Juifs, III]
Tirer, payer à lettre vue (lettre est pour lettre de change). Lettre de crédit, lettre dont le porteur est autorisé à toucher de l'argent chez le correspondant à qui elle est adressée. Lettre de gage, titre de crédit qu'une société de crédit foncier reçoit du propriétaire emprunteur ou qu'elle émet en son lieu et place, et qui est garanti par le fond social et par l'ensemble des propriétés sur lesquelles la société a hypothèque.
12° Lettre de voiture, écrit qu'on donne aux voituriers en les chargeant de marchandises, qui contient l'indication des articles, et à présentation duquel ils sont payés de leur salaire.
13° Lettre ou lettres de créance, lettre qui porte qu'on doit donner confiance à celui qui la remet. L'ambassadeur présenta ses lettres de créance. Lettre de créance se dit aussi de la lettre qu'un banquier ou un négociant donne à un voyageur comme lettre de change ou de crédit. Lettre de recréance, lettre qu'un prince envoie à son ambassadeur ou ministre, pour la présenter au prince d'auprès duquel il le rappelle, ou lettre qu'un prince donne à l'ambassadeur ou ministre rappelé d'auprès de lui pour la remettre au prince qui le rappelle.
14° Lettre de service, lettre par laquelle le ministre de la guerre annonce à un officier qu'il est appelé à exercer les fonctions de son grade. On dit quelquefois lettres de service au pluriel, quoiqu'il n'y en ait qu'une. Ce lieutenant général a reçu ses lettres de service. Lettre de passe, lettre en vertu de laquelle un militaire passe d'un corps à l'autre. Ce capitaine vient d'obtenir la lettre de passe, les lettres de passe qu'il demandait.
15° Terme de marine. Lettre de santé, pièce qu'un capitaine, avant son départ d'un port, reçoit du comité de santé ou de l'autorité soit supérieure, soit consulaire. Lettre de mer, passe-port délivré à un navire quand il sort d'un port.
Interrogatoire dudit jour 8 septembre (1690) de Jacob Hetty.... qu'il naviguait sans pavillon et lettres de mer de cette ville [Hambourg].... lorsqu'il a été pris [par Jean Bart] [, dans JAL]
Autrefois, lettres de marque, représailles concédées à des particuliers par le roi ou le prince, quand, hors l'état de guerre, les sujets d'un autre pays avaient fait des ravages, et que, par voie de justice ordinaire, droit n'était pas rendu aux intéressés. Aujourd'hui, lettres de marque, commissions en course qu'un gouvernement, en guerre contre un autre, accorde à ses sujets, pour faire une sorte de course maritime privée contre les navires particuliers des sujets de son ennemi. Par le sens ancien, on voit que, dans lettres de marque, marque signifie, non indice, mais frontière, et, par extension, pays.
16° Lettre close, lettre du souverain, contre-signée par un secrétaire d'État et cachetée du sceau de l'État. Il a reçu une lettre close pour se rendre à l'assemblée. Fig. et familièrement. Lettre close ou lettres closes, se dit de quelque chose qui reste inconnu, impénétrable pour nous.
Le fond de cette intrigue est pour moi lettre close [MOL., Dép. am. II, 1]
Ces matières pour vous sont encor lettres closes [TH. CORN., D. Bertr. de Cigarral, I, 1]
Il nous le faut lire [Homère], non pour l'imiter, mais pour apprendre de lui à lire dans la nature, aujourd'hui lettre close à nous, qui ne voyons que des habits, que des usages [P. L. COUR., Prosp. d'une trad. d'Hérod.]
Lettres patentes, lettres qui, à la différence des lettres closes, ne sont pas cachetées, et qui confèrent un titre, un privilége, etc.
Il [Mazarin] n'eut point de lettres patentes de premier ministre, mais il en fit les fonctions ; on en a expédié pour le cardinal Dubois [VOLT., Louis XIV, Ministre d'État.]
Il [le parlement] refusa constamment, pendant dix-huit mois, l'enregistrement des lettres patentes qui établissaient l'Académie française [ID., Hist. parl. ch. 52]
17° Lettre de cachet, lettre close spéciale par le moyen de laquelle on envoyait, sans jugement, un particulier dans une prison d'État ou en exil.
Tout ce que vous insinuerez au roi contre les lettres de cachet n'en diminuera pas le nombre ; on est persuadé qu'elles sont fort nécessaires [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 11 janv. 1706]
Un moine inventa la poudre à canon ; un évêque, les bombes ; un capucin, le père Joseph, si fameux sous le ministère du cardinal de Richelieu, imagina les espions soudoyés par la police et les lettres de cachet [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 230, dans POUGENS]
La lettre de cachet s'expédie, mais elle n'est point signée [VOLT., Louis XIV, 27]
Pourquoi tant d'assassinats religieux et tant de lettres de cachet prodiguées par le jésuite le Tellier sont-ils le partage d'un peuple si renommé pour la danse et pour l'opéra comique ? [ID., Lett. à l'abbé Audra, 4 sept. 1769]
Croiriez-vous bien, mademoiselle, lui dit-il d'abord, que votre frère est venu me demander une lettre de cachet contre vous ? [ID., Ingénu, 15]
Pour notre histoire, elle est composée de tracasseries de cour, de grandes batailles perdues, de petits combats gagnés et de lettres de cachet [ID., Lett. Gaillard, 28 avril 1769]
Un Anglais, en lisant cet article, a demandé : qu'est-ce qu'une lettre de cachet ? on n'a jamais pu le lui faire comprendre [ID., Dict. phil. Arrêts notables.]
On peut compter quatre-vingt mille lettres de cachet décernées contre les plus honnêtes gens de l'État, sous le plus doux des ministères [DIDEROT, Opin. des phil. (jésuites).]
Et ce billet, ce cruel billet, n'est-il pas cent fois plus accablant qu'une lettre d'exil ? [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 223, dans POUGENS]
18° Lettres, au pluriel, certains actes expédiés en chancellerie, au nom du prince, et dont plusieurs sont abolis par nos lois nouvelles ; ces lettres de chancellerie s'appelaient généralement lettres royaux. Lettres subreptices, obreptices. Lettres de rémission, d'attache, de naturalité, de grande naturalisation, de légitimation, de committimus. Lettres du grand sceau, expédiées par les secrétaires du roi et scellées en la grande chancellerie, en présence du garde des sceaux. Lettres du petit sceau, scellées en la petite chancellerie, en présence d'un maître des requêtes. Lettres d'État, lettres qui s'expédiaient au grand sceau, en faveur des personnes employées au service de l'État, et qui avaient l'effet de suspendre, pendant six mois, les procédures civiles dans lesquelles ces personnes étaient intéressées.
Si la justice est écoutée, on rendra la requête comme une pièce folle, téméraire et sans fondement ; si elle ne l'est pas, nous lâcherons nos lettres d'État, et vous viendrez cet hiver [SÉV., 14 mars 1689]
Lettres d'abolition, lettres par lesquelles le roi remettait, de pleine autorité, le crime au criminel. Lettres de sang, lettres de grâce que l'on délivrait à ceux qui s'étaient rendus coupables d'un homicide. Lettres de rescision, lettres du roi qu'on obtenait en la petite chancellerie, pour casser un contrat et remettre les parties en l'état où elles étaient avant que d'avoir contracté. Lettres de grâce, lettres du roi qui remettaient une peine.
Un crime constaté par des lettres de grâce flétrit toujours moins que le châtiment [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. 4]
Les dominicains [accusés d'avoir empoisonné Henri VII] obtinrent, trente ans après, du fils de Henri VII, Jean, roi de Bohême, des lettres qui les déclaraient innocents ; il est triste d'avoir eu besoin de ces lettres [VOLT., Mœurs, 68]
Lettres de répit, lettres qui accordent un répit. Fig.
Les lettres de répit qu'il prend contre la mort Ne lui serviront guère, ou je me trompe fort [REGNARD, Légat. I, 2]
Lettres de noblesse, lettres conférant la noblesse.
Le contrôleur général, Pontchartrain, vendit des lettres de noblesse pour deux mille écus, en 1696 : cinq cents particuliers en achetèrent ; mais la ressource fut passagère et la honte durable [VOLT., Louis XIV, 30]
Lettres de représailles, pouvoir écrit donné, en temps de paix, à un bâtiment, pour se venger d'actes commis par une nation étrangère. Lettres d'armes, lettres du roi qui permettaient les combats de chevalerie.
19° Au plur. Lettres se dit aussi de certains actes qui s'expédient sous le sceau de quelque autorité, ou de quelque communauté ou compagnie ecclésiastique ou séculière. Lettres de tonsure, de prêtrise, etc. Lettres de maître ès arts. Lettres de bourgeoisie. Lettres de paix, lettres que les évêques écrivaient autrefois à leurs confrères sur les matières de foi, pour faire connaître aux fidèles les prélats et les peuples avec qui ils étaient unis. Lettres de profession, vœux d'une religieuse, signés par elle après qu'elle les a prononcés solennellement. Lettres apostoliques, lettres des papes, nommées plus communément, depuis plusieurs siècles, rescrits, brefs, etc.
20° Au plur. Connaissances que procure l'étude des livres. La république des lettres.
J'ai été nourri aux lettres dès mon enfance, et, pour ce qu'on me persuadait que par leur moyen on pouvait acquérir une connaissance claire et assurée de tout ce qui est utile à la vie, j'avais un extrême désir de les apprendre [DESC., Méth. I, 6]
Bien qu'il fût ignorant et sans lettres, il parlait si bien des choses divines et dans un sens si profond, que tout le monde en était étonné [BOSSUET, 2e panég. St Franç. de Paule, 2]
M. Hudde, grand mathématicien, a dit qu'il était étonnant que cette découverte eût échappé à tous tant qu'ils étaient de géomètres et de philosophes et eût été réservée à un homme sans lettres, tel que Leuvenhoeck [FONTEN., Hartsoeker]
Rose avait des saillies et des reparties admirables, beaucoup de lettres, une mémoire nette [SAINT-SIMON, 85, 168]
Ce fut à Alexandrie qu'il y eut le plus de ces Juifs qui s'appliquèrent aux lettres grecques [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. XXXIII, 3e part. p. 412]
Les lettres forment la jeunesse et font les charmes de l'âge avancé ; la prospérité en est plus brillante ; l'adversité en reçoit des consolations [VOLT., Alz. Épît. dédic.]
Les lettres, dans leur état actuel, ont plus besoin de concorde que de protection ; elles ne peuvent être dégradées que par leurs propres dissensions [BUFF., Rép. au duc de Duras, Œuvr. t. X. p. 57, dans POUGENS.]
Il est bien juste que la philosophie et les lettres aient quelques consolations au milieu des persécutions qu'elles souffrent [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 9 août 1777]
Claude meurt âgé de soixante-quatre ans, il n'était ni sans études ni sans lettres ; il sut écrire et parler la langue grecque [DIDER., Claude et Nér. I, 34]
Les lettres ne donnent pas précisément un état ; mais elles en tiennent lieu à ceux qui n'en ont pas d'autre [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. 11]
Le goût des lettres, des sciences et des arts a gagné insensiblement, et il est venu au point que ceux qui ne l'ont pas l'affectent [ID., ib.]
Homme de lettres, au plur. gens de lettres, se dit des personnes livrées à la culture des lettres.
L'homme de lettres est sans secours, il ressemble aux poissons volants ; s'il s'élève un peu, les oiseaux le dévorent ; s'il plonge, les poissons le mangent [VOLT., Dict. phil. Lettres ou lettrés.]
Ce qui constitue l'homme de lettres n'est pas une vaine affiche, ou la privation de tout autre titre, mais l'étude, l'application, la réflexion et l'exercice [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. 12]
Les belles-lettres, la grammaire, l'éloquence et la poésie.
J'avais cru ne trouver dans les belles-lettres que de la douceur et de la tranquillité, et certainement ce devrait être leur partage ; mais je n'y ai rencontré que trouble et qu'amertume [VOLT., Lett. Berger, sept. 1755]
Il n'importe guère où l'on vive, pourvu qu'on vive pour les beaux-arts ; et l'histoire est la partie des belles-lettres qui a le plus de partisans dans tous les pays [ID., Lettres en vers et en prose, 105]
Les lettres humaines, synonyme moins usité de lettres.
On l'applique [saint Benoît] à l'étude des lettres humaines pour polir son esprit [FLÉCH., Panég. I, 373]
On dit qu'il n'y a pas trop de quoi rire à nos affaires de terre et de mer ; il faut s'égayer avec les lettres humaines et inhumaines, pour ne pas se chagriner des affaires publiques [VOLT., Lett. Thiriot, 25 sept. 1760]
Les saintes lettres, l'Écriture sainte.
Pour mieux entendre cet ordre des conseils de Dieu, posons, avant toutes choses, cette vérité si souvent établie dans les saintes lettres.... [BOSSUET, Hist. II, 8]

REMARQUE

  • 1. On ne dit point : Cet homme a des belles-lettres ; on dit : Cet homme a des lettres, a de la littérature.
  • 2. Lettres royaux est une façon archaïque de parler, conservée longtemps par l'usage de la chancellerie, les adjectifs en al étant, dans l'ancien français, semblables au masculin et au féminin, attendu qu'ils proviennent d'adjectifs latins en alis, qui ont même forme pour ces deux genres ; il est donc fort ridicule d'appeler, en se fondant sur la langue moderne, lettres royaux un solécisme ; royaux est au féminin, et ce sont nos aïeux qui pourraient nous accuser d'avoir assimilé fautivement les adjectifs latins en is aux adjectifs en us, a.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Le brief [il] desploie, s'a la letre choisie [vue] [, Roncis. 25]
  • XIIIe s.
    Les letres de fin or estoient, Et en lisant ce recontoient : Ci gist la blanche Blanchefleur [, Romancero, p. 59]
    Quant il li baillerent les lettres lor seigneurs [VILLEH., X.]
    Li rois ouvre la cire, la letre reversa [déplia] [, Berte, CXXII]
    Viellarz estoit auques [un peu] li prestres, Ne fu onques de letres mestres [, Ren. 7390]
    Renart a brisié le soiax [sceau], Et puis lut les letres roiax [, ib. 26034]
    Et envoia à cascun des signeurs des naves unes lettres closes [, Chr. de Rains, 200]
    Et qui bien entendroit la letre, Le sens verroit en l'escripture Qui esclarcist la chose oscure [, la Rose, 7200]
    Ne n'ot pas honte de ce dire, Qu'il vosist miex non savoir letre, Que sa main por escrire i metre [, ib. 6501]
    Car sachiés que cist nobles songes, Où fausse glose volés metre, Doit estre entendus à la letre [, ib. 6634]
    Car circoncis fu à la letre [suivant la prescription de l'Écriture], Et baptizié pour nous demectre Du pechié que tu maudeïs [J. DE MEUNG, Tr. 18]
    Nus moleres [mouleur] ne puet moler ne fondre chose là où il i ait leitres ; et se il le fesoit, il seroit en la merci le roi de cors et d'avoir [, Liv. des mét. 94]
    Et aucune fois cil qui ont les convenences s'obligent à tenir les par lettres [BEAUMANOIR, XXXV, 1]
    Et quant li ordenaires ara certefié par letres pendans, que tix [tel] clers s'est obligiés en droit asseurement.... [ID., XI, 37]
    Les messagers l'empereur Ferri [Frédéric] vindrent au roi et li apporterent lettre de creance, et dirent au roy.... [JOINV., 258]
    Proference [prononciation] clere et souef, si que chascune letre ait son son, et chascuns moz son accent [BRUN. LATINI, Trésor, p. 364]
  • XIVe s.
    Lettres papaux [, Chron de St-Denis, t. II, f° 13, dans LACURNE]
    En cest roman ait six vingt et vi grosses lettres ymaginées, qui chascune costoit un florin [DE LABORDE, Émaux, p. 358]
  • XVe s.
    Le duc l'ouit voulentiers, et escrivit les lettres ouvertes et closes, qui furent scellées de son scel, moult douces et moult amiables à ceux de Gand [FROISS., t. II, p. 306, dans LACURNE]
    Roy sans lettres comme un asne seroit, S'il ne savoit l'escripture ou les lois [E. DESCH., Poésies mss. f° 263]
    Contre fort et contre faux ne valent lettres ne sceaux [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 134]
    Et de tels y a qui ne souloient savoir mot de lettre, qui ont appris leurs heures, et soigneusement les disent [, Boucic. IV, 3]
  • XVIe s.
    Ils pretendent orgueilleusement la doctrine de l'esprit, mesprisant quant à eux toute lecture, et se moquant de la simplicité de ceux qui suivent encore la letre morte et meurtrissante, comme ils l'appellent [CALV., Instit. 46]
    Homs mort n'a porteur de lettres [toute procuration est caduque par la mort de celui qui l'a donnée] [LOYSEL, 377]
    Faire profession de lettres [MONT., I, 58]
    Un homme de lettres [ID., I, 174]
    L'eloquence et congnoissance des bonnes lettres [ID., I, 288]
    Prester à la lettre [ID., II, 181]
    Je sais bien qu'à le prendre à la lettre.... [ID., IV, 127]
    Luy mesme luy enseigna les lettres, combien qu'il eust un serf nommé Chilon, honeste homme et bon grammairien [AMYOT, Caton, 41]
    Il composoit et escrivoit de sa propre main de belles histoires en grosse lettre, afin que son filz dès la maison de son pere eust congnoissance des gens de bien du temps passé [ID., ib.]
    A mis en musique à quatre parties douze chansons spirituelles, dont la lettre est de Jean Antoine de Baïf [DUVERDIER, Biblioth. p. 15, dans LACURNE]
    De vous dire par quels moyens, ce me sont lettres clauses [PASQUIER, Recherches, livre III, p. 218]
    Ostez de nostre escriture les lettres que nous ne prononçons pas, vous introduirez un chaos en l'ordre de nostre grammaire, et ferez perdre la cognoissance de l'origine de la plus grande partie de nos mots [ID., Gramm. franç. p. 209, dans LIVET]
    Tesmoing passe lettre [COTGRAVE, ]
    Lettres capitales sont requises à l'escriture.... elles se mettent en teste et au commencement des escritz.... s'appliquent en frontispices de bastimentz, en chiffres, festons, guillochis, faces de livres, commencements de chapitres ; servent encores en tous commencementz de clauses et periodes, de vers et de noms propres [PALLIOT, dans LIVET, Gramm. franç. p. 284]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, létre ; bourguig. lôttre ; provenç. lettra, letra ; catal. lletra ; espagn. et portug. letra ; ital. lettera ; du latin littera, que L. Meyer dit être pour lictera, du radical sanscrit likh, graver, écrire, au lieu que Corssen le rattache à linea, ligne, linere, litum, enduire. La chose reste incertaine. Lettre au sens de missive, d'épître, vient du latin litterae, qui avait ce sens au pluriel.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    LETTRE.
    Ajoutez :
  • Pied de la lettre, bout ou extrémité opposée à l'œil ; on l'appelle pied, parce que c'est cette extrémité qui sert de point d'appui à la superficie et au corps de la lettre, qui peut être considérée dans son tout comme ayant trois parties distinctes, [, Encyclopédie, t. XII p. 565, 1re col.]
  • Plus loin dans l'article LETTRE, n° 8, la locution figurée au pied de la lettre est mentionnée. M. Eman Martin, Courrier de Vaugelas, 15 février 1875, p. 169, dit qu'elle provient de pied de la lettre, terme d'imprimerie ; il a raison.
  • Ajoutez :
  • Dans le langage familier, une lettre à cheval, une lettre de reproche (une lettre à cheval, c'est-à-dire une lettre cavalière). Écrire à quelqu'un une lettre à cheval.

lettre

LETTRE. n. f. Chacun des caractères d'un alphabet représentant un son, voyelle ou consonne. Cet enfant commence à connaître ses lettres, à assembler ses lettres. L'A est la première lettre de l'alphabet. Lettre hébraïque, grecque, arabe. Notre orthographe admet beaucoup de lettres étymologiques que les grammairiens regardent comme inutiles parce qu'elles ne se prononcent pas.

Écrire un mot en toutes lettres, L'écrire sans abréviation.

Écrire un nombre en lettres ou en toutes lettres, L'écrire, non en chiffres, mais avec les mots qui correspondent aux chiffres.

Fig. et fam., Écrire une chose en toutes lettres, L'écrire sans rien taire, sans rien dissimuler. Je ne lui ai rien caché de cette aventure, je la lui ai écrite en toutes lettres. On dit dans le même sens Dire une chose en toutes lettres.

Fig. et fam., Cela devrait être écrit, imprimé, gravé en lettres d'or, se dit d'une Belle sentence, d'une parole remarquable, etc.

Fig. et fam., C'est un sot en trois lettres, Il est sot à n'en pas douter.

Lettre dominicale. Voyez DOMINICAL.

Estampe, gravure avant la lettre, Épreuve tirée avant qu'on ait gravé au bas de la planche l'inscription qui en indique le sujet. Estampe avec la lettre grise, Épreuve tirée lorsque l'inscription n'est encore gravée qu'au trait. Estampe après la lettre, Épreuve tirée avec l'inscription au bas.

Il désigne aussi Chaque caractère de l'alphabet sous le rapport de sa forme dans les diverses écritures. Lettre gothique, italienne. Lettre bâtarde, ronde ou française. Lettre anglaise. Lettre cursive ou courante. Le plein, le délié, les jambages, le corps, la queue d'une lettre. Bien former, mal former ses lettres.

En termes d'Imprimerie, il se dit d'un Caractère de métal, alliage de plomb, d'antimoine et d'étain, représentant en relief une des lettres de l'alphabet. Lettre majuscule, minuscule. Lettre capitale. Lettre du bas de casse. Lettre italique. L'oeil de cette lettre est trop petit, est trop gros.

Lettre grise, Grande lettre capitale ornée de certaines figures et ordinairement gravée sur bois ou sur cuivre.

Lever la lettre, Prendre les lettres les unes après les autres dans les cassetins d'une casse et les aligner sur le composteur pour en faire des mots et des lignes.

Lettre moulée, Lettre imprimée. Il se dit, par extension, d'une Lettre tracée à la main dont la forme ressemble à la lettre imprimée.

LETTRE signifie aussi absolument, dans le même Art, l'Ensemble des caractères mobiles dont on se sert pour la composition d'un ouvrage. La lettre manque. Faire de la lettre, Distribuer la composition.

En parlant d'un texte, il se dit du Sens littéral, par opposition au sens figuré ou extensif. La lettre tue, mais l'esprit vivifie. Juger suivant la lettre de la loi. S'en tenir à la lettre. Il s'arrête trop à la lettre.

À la lettre, au pied de la lettre, Selon le sens littéral des paroles. Il ne faut pas prendre cette phrase, cette expression à la lettre, au pied de la lettre. La chose doit s'entendre à la lettre.

Fig., À la lettre, Exactement, ponctuellement. Vos intentions seront remplies à la lettre. Mes ordres ont été exécutés à la lettre.

Lettre morte se dit d'un Titre sans valeur, d'un pouvoir révoqué, d'un testament annulé par un autre, d'un traité qui ne doit pas recevoir d'exécution. Cette convention est devenue lettre morte. Par extension, Les recommandations qu'on lui fait, les avertissements qu'on lui donne, les reproches qu'on lui adresse sont pour lui lettre morte.

LETTRE signifie encore Ce qu'on écrit à quelqu'un pour l'informer d'une nouvelle, lui donner un ordre, lui demander un service, etc. L'enveloppe, la suscription d'une lettre. J'ai reçu votre lettre, vos lettres. Écrire une lettre. Dater une lettre. Cacheter, fermer, ouvrir, décacheter une lettre. Dicter, signer une lettre. Mettre une lettre à la poste. Répondre à une lettre. Intercepter des lettres. Violer le secret des lettres. Lettre d'affaires. Lettre de condoléance ou de condoléances. Lettre d'amour. Lettre anonyme. Lettre de recommandation. Lettre d'avis. Une lettre écrite, tapée à la machine.

Les Lettres de Cicéron, Recueil de lettres de Cicéron. On dit de même Les lettres de Pline, de madame de Sévigné, de Voltaire, etc.

Lettre circulaire. Voyez CIRCULAIRE.

Lettre de change, en termes de Commerce, se dit d'une Traite faite d'une place à une autre, par laquelle un banquier ou un négociant tire sur son correspondant une somme d'argent au profit ou à l'ordre d'un tiers, qui en a fourni la valeur par lui-même ou par un autre. Les lettres de change sont d'un usage courant dans le commerce. Tirer, négocier, endosser, accepter, faire protester, acquitter, payer une lettre de change. Par ellipse, Tirer, payer à lettre vue.

Lettre de crédit, Lettre dont le porteur est autorisé à toucher de l'argent du correspondant à qui elle est adressée. Donner, porter, présenter une lettre de crédit.

Lettre de marque, Commission dont tout capitaine ou patron d'un navire armé en course devait être pourvu.

Lettre de voiture, Lettre qui contient l'indication des objets dont un entrepreneur de transports est chargé et sur la présentation de laquelle le client acquitte les frais.

Lettre close, Lettre du souverain, contresignée par un secrétaire d'État et cachetée du sceau de Sa Majesté. Envoyer une lettre close. Il a reçu une lettre close pour se rendre à l'assemblée. Autrefois les lettres closes s'appelaient aussi Lettres de cachet. Envoyer en exil ou enfermer par lettre de cachet. Solliciter, obtenir une lettre de cachet. Lettre close se dit figurément et familièrement d'un Secret qu'on ne peut ou qu'on ne doit pas pénétrer. Je respecte ses secrets, ce sont des lettres closes pour moi. On dit surtout, au singulier, Lettre close pour désigner un Ordre d'idées ou de sentiments auquel on est étranger, un écrit, une parole, une explication dont le sens vous échappe. Je ne comprends rien à ce que vous m'écrivez : c'est pour moi lettre close.

Lettre ouverte se dit d'une Brochure, d'un article de journal auquel on donne la forme d'une lettre. Lettre ouverte à M. le Ministre des Finances.

Lettre de service, Lettre par laquelle le ministre de la Guerre annonce à un officier qu'il est appelé à exercer les fonctions de son grade ou certaines fonctions spéciales. On dit quelquefois Lettres de service, au pluriel, quoiqu'il n'y en ait qu'une.

Lettre de créance, Lettre qui porte qu'on doit donner confiance à celui qui la remet. L'ambassadeur présenta ses lettres de créance. Lettre de créance se dit aussi de la Lettre qu'un banquier ou qu'un négociant donne à un voyageur, comme lettre de change ou de crédit, pour toucher de l'argent quand il en aura besoin. Il a des lettres de créance sur Hambourg.

Lettre d'introduction, Lettre par laquelle on annonce à quelqu'un la visite de la personne qui apporte la lettre et par laquelle on sollicite un bon accueil pour cette personne.

Lettre de rappel se dit, en termes diplomatiques, de la Lettre par laquelle un gouvernement rappelle un ambassadeur ou un ministre. Il se dit aussi d'une Lettre ayant pour objet de remettre en mémoire une invitation, une convocation.

LETTRES, au pluriel, se dit de Certains actes expédiés en chancellerie. Lettres de naturalisation. On disait autrefois Lettres patentes. Lettres de grâce, d'abolition, de rémission, de rescision, d'attache, de naturalité, de légitimation, de committimus, de noblesse, de répit, de représailles, etc. Lettres du grand sceau, du petit sceau. Mettre des lettres au sceau. Sceller, expédier, donner des lettres. Lettres subreptices, obreptices. Ces lettres de chancellerie s'appelaient généralement Lettres royaux, l'usage ayant conservé pour ce cas une façon de parler qui appartenait à l'ancien français.

Il s'est dit pareillement de Certains actes qui s'expédient sous le sceau de quelque autorité, ou de quelque communauté ou compagnie ecclésiastique ou séculière. Lettres de tonsure, de prêtrise, etc. Lettres de bourgeoisie. Etc.

Lettres apostoliques, Lettres des papes, nommées plus communément, depuis plusieurs siècles, Rescrits, Brefs, etc.

Lettre pastorale, Lettre adressée par un évêque aux fidèles de son diocèse et lue en chaire par les curés.

LETTRES se dit aussi, au pluriel, de Tout ce qui a rapport à la culture de l'esprit et particulièrement à la littérature proprement dite. La république des lettres. Le roi François Ier a été appelé le Père des lettres. Ce prince aime, cultive, favorise, protège les lettres. Il a beaucoup d'esprit, mais il n'a point de lettres. Un homme sans lettres.

Homme de lettres, Femme de lettres se dit de Quelqu'un qui fait métier d'écrire. La profession d'homme de lettres. La Société des Gens de Lettres.

On appelait Belles-lettres La grammaire, l'éloquence et la poésie.

Par excellence, Les saintes lettres, l'Écriture sainte.

On dit également Lettres par opposition aux Sciences. Les classes de lettres. Professeur de lettres. Baccalauréat ès lettres.

lettré

LETTRÉ, ÉE. adj. Qui a des lettres, du savoir. Un homme lettré. Une femme lettrée. Le public lettré. Gens ignares et non lettrés. Substantivement, Un lettré. Les lettrés. Il se dit particulièrement, en Chine, d'une Classe d'hommes qui cultivent les lettres et exercent les emplois publics. Les lettrés de la Chine. La classe des lettrés.

lettre

Une Lettre, Litera.

Une menuë lettre, Literula.

Lettres qui blanchissent et s'effacent, Caducae literae, Fugientes literae.

Lettre transposée, Commota litera.

¶ Lettres missives, Epistola, Libelli, Literae literarum, Tabellae, vel Tabulae.

Lettres de recommandation, Commendatitiae literae.

Lettres desguisées: comme le chifre qu'on donne aux Ambassadeurs, Furtiua scripta.

Lettres envoyées bien dru, Crebrae literae.

Lettres esquelles on escrit franchement et apertement de quelque chose sans crainte, Liberae literae.

Lettre escrite à son pere, Inscripta epistola patri.

Une petite lettre missive, Literulae.

Lettres où il y a beaucoup de vanteries, Iactantes et gloriosae epistolae.

Lettres ou d'un prince, ou d'un magistrat, ou d'un privé, mais le plus souvent lettres patentes d'un prince, Diploma.

Lettres pleines de douceur, Refertae suauitate literae.

Lettres outrageuses et terribles, Atroces literae.

Lettres poignantes, Aculeatae literae. Bud. ex Cicerone.

Lettres par lesquelles on reprend aucun et tanse on, Obiurgatoria epistola.

Lettres pleines de courroux et piquantes, Ardentes literae.

Lettres qui annoncent la victoire, Literae victrices.

Les lettres s'addressoient à luy, Literae erant ei inscriptae. Bud. ex Cicerone.

Lettres qui disent tout au long et par le menu, Literae argutae.

Les lettres ne disoient autre chose que, etc. Caput literarum erat, et caetera.

Lettres qui racontent les choses en bon ordre, Compositissimae literae.

Lettres qu'on a receu au soir, Literae vespertinae.

Il envoye lettres sur lettres, par lesquelles il le remercie, Gratias aliis super alias epistolis agit ei.

Jusques à ce qu'on t'apporte mes lettres, Dum tibi literae meae veniant.

Bailler lettres à porter, Committere literas alicui.

Bailler une paire de lettres à celuy à qui on nous avoit enchargé de les bailler, Epistolam vel literas reddere.

Contrefaire lettres, Assimulare literas, Literas alieno nomine componere.

Donner lettres à porter seurement, Recte vel tuto dare literas.

Ces lettres furent données au messager le treziéme jour de Juing, Datum III. Id. Iunij.

Envoyer lettres en forme de requeste, Literas suppliciter mittere.

Envoye aucun au devant de moy avec lettres, par lesquelles tu m'escrives si c'est ton advis que, etc. Mitte mihi quaeso obuiam literas, numquid putes Reip. etc.

Ils envoyent lettres à Jugurtha, par lesquelles ils luy mandent qu'il vienne bien tost en la province, Literas ad Iugurtham mittunt, quam ocyssime ad prouinciam accedat.

Jamais ne m'escrivit une seule lettre, Ad me numquam literam misit.

Fay que tes lettres viennent hastivement au devant de moy, Fac vt mihi tuae literae volent obuiae.

Menacer par lettres, Per literas minitari.

Ouvrir une lettre, Epistolam explicare, vel resoluere.

Surprendre les lettres, Intercipere literas.

Ouvrir les lettres qui s'addressent à un autre, Epistolam alteri inscriptam aperire.

Si tu ostes une seule lettre, Si vllam literam moueris.

Porter lettres, Ferre tabulas alicui.

Prendre lettres de recommandation envers aucun, Literas commendatitias ad aliquem ex altero sumere.

Qu'il y ait qui me rapporte tes lettres, Vt sit qui a te mihi epistolam referat.

Recevoir lettres qu'aucun nous envoye, Literas aut epistolam accipere ab aliquo.

J'ay receu tes lettres par les mains de Philotimus, Accepi literas tuas a Philotimo.

Je reçoy certes peu de lettres de toy, mais elles sont fort douces, Raras tuas quidem, sed suaues accipio literas.

Saluer aucun par lettres, Salutem alicui scribere.

Tes lettres ont comblé ma joye, Incundissimae tuae literae cumulum mihi gaudij attulerunt.

De lettre à lettre, Locum ad literam subiicere.

Qui est sans lettres et sçavoir, Illiteratus.

Lettres Royaux, Rescriptum, Codicilli, Diplomata. B.

Lettres de remission, Codicilli veniales. B.

Lettres, tiltres et enseignemens, Literae atque authoritates. B.

Embassades envoyez au Roy avec lettres et mandement de la Cour, Legati ad Regem missi cum authoritate Curiae. B.

Lettres d'amortissement, Codicilli emortuae manus. B.

Lettres d'acquiescement, Venia codicillaris manus vltro dandi aduersario. Bud.

Faire signifier à partie une renontiation d'appel, ou lettres d'acquiescement, Renuntiare prouocationem prouocato. B.

Lettres antidatées, Literae pridie subscriptae quam datae, vel quam in acta relatae, Repetita die subnotatae. B.

Lettres d'anticipation, Compendium codicillare prouocationis. Budaeus.

Lettres attributives jurisdiction, Lettres de committimus, Diploma mandatae iurisdictionis. B.

Lettres authentiques, Bons tiltres et enseignemens, Literae authoritatem publicarum tabularum obtinentes, vel fidem obtinentes publicam, Tabulae, vel literae authoritatis plenae. B.

Bailler salvation de lettres et de tesmoings, Refutationibus et reprehensionibus testium testimoniorumque et literarum rescribere. Bud.

Lettres de clericature, ou de tonsure, Verticis sancti praesidium, Tessera et elogium initiati verticis. B.

Lettres de couronne, ou autre ordre de l'Eglise, Tessera sanctae iurisdictionis pontificiae, Libati nouacula verticis elogium. B.

Lettres commandées par le Roy par l'importunité de requerans, Placita a principe eblandita.

Lettres de commandement du Roy, Authoritas codicillaris. B.

Lettre de congé d'accorder, Litis conuentio partium dirimendae venia. Bud.

Lettres d'Edict leuës, publiées, et enregistrées, aux charges et modifications accoustumées en la Cour, Recitatum in Curia, palamque recitatum Edictum, Curiamque authorem fuisse perscriptum est, cum exceptionibus tamen et modificatione Curiae solennibus. Bud.

Lettres en forme d'Edict, Edictum codicillare. B.

Enteriner unes lettres Royaux, Diploma comprobare. B.

Demandeur à l'enterinement de lettres Royaux, Diplomatis impetrator. Bud.

Obtenir lettres d'estat, Iusticium militari iure vel legatorum impetrare. Bud.

Lettres d'evocations, Diplomata causarum translatiua. B.

Faire anticiper l'appelant par vertu de lettres Royaux, Citeriorem diem diplomatis venia prouocatori denuntiare. B.

Impetrans de lettres Royaux, Diplomatarij. B.

Lettres d'offices, de Baillifs, Seneschaux, et autres juges sortissans nuément en la Cour, Codicilli praefecturarum et magistratuum, quae e Curia nostra iura resortitione petunt. B.

Lettres d'offices donnez par le Roy, Honorum magistratuumque codicilli a regibus collatorum. B.

Lettres d'offices publiées et enregistrées en la Cour, Codicilli magistratus in Curia recitati, assensuque procuratoris. Regij promulgati, Curia authore facta, et solennis subscriptio addita. Budaeus.

Estre debouté de lettres Royaux que l'on a obtenuës, Repulsam diplomatis ferre. B.

Verifier le contenu és lettres Royaux qu'on a obtenuës, Diplomatum argumenta iudicibus approbare. B.

L'impetrant debouté des lettres Royaux par luy obtenuës, Diplomatis impetrati in medium deductio omnibus sententiis antiquata est. Budaeus.

Lettres patentes du Roy, Codicilli a principe impetrati, Codicilli Regij. B.

Les lettres patentes du Roy ont esté verifiées et enterinées par la Cour, La Cour a ordonné que les lettres patentes du Roy seront leuës et publiées, Codicillis Regiis recitandis et promulgandis Curia fundus et author fuit. Bud.

Lettres de pleine puissance et auctorité Royale, Principis non tam placita quam libita. B.

Lettres postidatées, ou de plus fresche date qu'elles ne sont escrites, Literae postridie subscriptae quam perscriptae, Recentiore die subnotatae. Bud.

Prendre les choses à l'escorce, ou à la lettre, et à toute rigueur de droict, Verbis et literis summoque contendere. B.

Produire de nouvel par lettres Royaux, Copias subitarias causae labanti conscribere. B.

Vous ne sçauriez prouver cela par lettres, ne tesmoings, Vnicam cedo huius rei authoritatem, Vnum profer testimonium. B.

Le repli des lettres, Margo diplomatis replicatus. B.

Lettres Royaux, Mandatum diplomaticum, Diploma, Diploma principale, vel Regium, AEquitatis adminicula, Codicilli principales. Bud.

Lettres Royaux decisives du proces, Diploma litis decretorium. Budaeus.

Faire la leçon à un juge par unes lettres Royaux, Diplomate iudici praeire quid de causa iudicare debeat. B.

Lettres Royaux pour rabiller les fautes d'un proces, Diplomata litium instauratiua. B.

Se faire relever par lettres Royaux, Diplomatis patrocinio alleuari. Budaeus.

Ceux qui ont perdu leur proces par quelque faute, ou inadvertence, s'en peuvent faire relever par lettres Royaux, Qui vel errore ducti, vel inconsulta scriptione, vel editione, vel enuntiatione temeraria, de gradu exciderunt processus iudicialis, codicillorum principalium adminiculo in gradum reponuntur. Bud.

Par lettres Royaux relever, ou remettre sus un proces perdu, Causas exanimatas, diplomatibus exuscitare et recoquere. B.

Relever par lettres Royaux celuy qui avoit perdu sa cause, Iuri experiundo, diplomate restituere eum qui causa ceciderat. B.

Lettres de relievement d'interruption ou peremption d'instance, Codicilli ad interpellandum litigij silentium. Bud.

Obtenir lettres de relievement d'interruption, Hiulcum litis contextum sarcire, Veniam diplomaticam interruptae causae impetrare. Budaeus.

Renouer un vieil proces par lettres de relievement de peremption, Litem longo interuallo repetere diplomatis venia. B.

Relievement par lettres Royaux, Restitutiones diplomaticae. Budaeus.

Remedier par lettres Royaux à quelque faute faite en un proces, Plagam in forensi dimicatione acceptam, codicillari medicamento sanare, vel cicatrice obducta tegere. B.

On peut bien remedier à cet inconvenient par unes lettres Royaux, Salua res est, nobis iactura iuris errore aut negligentia facta, diplomate sarcienda est. Bud.

Remedes de lettres Royaux, Subsidia diplomatica. B.

Une cause, ou un proces qui se perdoit, remis sus par unes lettres Royaux, Causa labans, opportune sustentata subsidiis impetrationis diplomaticae, vel adminiculo impetratiuo. B.

Lettres de remission ou pardon, Diplomata venialia, Codicilli veniales. Bud.

Ceux qui demandent lettres de remission, pardon, dispense, et telles autres, Officinae veniarum supplices. B.

Porteur de lettres de remission, ou pardon, Rei confessi et codicillorum impetratores. Bud.

Renouveler par lettres Royaux un bien vieil proces, Causam vermiculantem et obliuionis carie exesam diplomaticis mangoniis interpolare. Bud.

lettré

Lettré, Literatus, Bonus.

lettre


LETTRE, s. fém. LETTRÉ, ÉE, adj. [Lètre, lètré, tré-e: 1re è moy. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Lettre est, 1°. chaque caractère de l'alphabet. = 2°. Épitre. missive, dépêche. "J'ai reçu votre lettre, "Lettre de crédit, de change, etc. = 3°. Au pluriel, actes qui s'expédient au nom du Prince. Lettres closes, ou patentes. "Lettres de grâce, d'abolition, etc. — Et dans certaines compagnies, actes qui s'expédient sous le sceau de quelque puissance. "Lettres de tonsûre, de Prêtrise, etc. Lettres de Maître-ès-arts, etc. = 4°. Science et doctrine. Les lettres humaines, Les Belles-Lettres. La République des Lettres. "François I fut le père des Lettres. "Cet homme a beaucoup d'esprit, mais il n'a point de lettres. = 5°. À~ la lettre, au pied de la lettre, dans le sens litéral. "Cela est vrai à la lettre. "Il ne faut pas le prendre au pied de la lettre. "Rien n'empêche qu'on ne puisse prendre au pied de la lettre la parole de notre Sauveur. Boss. "La Maréchale n'aura point de pain au pied de la lettre. Mde de Coul. "Je vous aime de tout mon coeur, mais c'est au pied de la lettre et sans en rien rabattre. Sév. "Je plaisantois... vous prenez tout au pied de la lettre, ce n'est pas ma faute. Th. d'Éduc. = 6°. Aider à la lettre, au propre, supléer à ce qui manque à quelque passage obscur et défectueux; au figuré, entrer dans l'intention de celui qui parle ou qui écrit; et expliquer ce qu'il a dit ou écrit obscurément.
   LETTRÉ, qui a des lettres, de l'érudition. "Homme lettré. = En st. prov. "Gens ignâres et non lettrés.
   Rem. 1°. Il ne faut pas confondre Lettre avec Épitre. Lettre se dit généralem. de toutes les lettres qu'on écrit d'ordinaire, à quoi il faut ajouter, lettre de cachet, de change, de créance. Épître ne se dit qu'en deux ou trois câs: Épître dédicatoire; Épître de St. Paul, de St. Jean, etc. L'Épître de la Messe; les Épîtres de Cicéron, de Sénèque, de Pline, et d'autres Anciens Les Lettres en vers s'apèlent aussi Épîtres. BOUH. On dit aussi Épître pour lettre, dans le style badin, ou critique. J'ai reçu votre longue Épître. "Il m'accable de ses fades Épîtres. = Il faut dire, lettre de change, et non pas d'échange, comme on dit en quelques Provinces. = 2°. On a dit long-tems, au singulier, un Litérateur, plutôt qu'un homme de lettres; celui-ci est pourtant fort bon. "Qu'est-ce qu'un bel-esprit, un homme de lettres, en comparaison d'un homme vertueux? Marin. L'Homme Aimab. Mais au pluriel, gens de lettres se dit plus souvent, et a une signification plus étendûe que Litérateur. Depuis quelque tems, on ne voit paroître que des compilations, par une Société de Gens de Lettres. = M. Fréron, en imitation d'Homme de Lettres, a dit, Femme de Lettres. Je ne sais si quelqu'un l'a répété d'après lui. "Parmi les Femmes de Lettres vivantes~, qui sont célèbres. — Plus récemment on lit dans l'Ann. Litt. "Je ne conçois pas les Hommes de Lettres. Je crois qu'on doit toujours dire les gens de lettres. = 3°. On dit, avoir des lettres, pour, de la litératûre. L' Ab. des Fontaines, dit, en ce sens, n'avoir aucunes lettres, expression qui me parait tout au moins douteûse. On se faisoit gloire autrefois de n'avoir aucunes lettres. L'Acad. dit: "Il n'a point de lettres; mais on ne peut conclûre d'une expression à l'autre. = 4°. Ajouter à la lettre, exagérer, en dire plus qu'il n'y en a. = Avoir lettres de, avoir des nouvelles sûres, ou l'assurance de. = On dit d'un ouvrage achevé, qu'il n'y manque pas une lettre. = Ce sont lettres clôses: c'est un secret. = On dit d'une date ou d'une somme qu'elle est en toutes lettres, pour dire qu'elles ne sont pas en chiffres. On aplique figurément cette expression à d'autres objets. "M. William Burck (quoique Anglais, Protestant et Philosophe) ôse écrire en toutes lettres, (ouvertement~) que ses malheureux habitans (de l'Amérique) n'eurent d'autre réfuge que l'humanité des Prêtres. Ann. Litt. * Échanger~ des~ lettres, avoir un commerce épistolaire, est un latinisme germanique. "J' en écrivis sur ce ton là~ à M. Oldenbourg, avec qui auparavant je ne m'étois entretenu de telles choses, quoique nous eussions déja échangé plusieurs lettres. Leibnitz; c. à. d. quoique nous nous fussions déja écrit plusieurs fois. = 5°. Plusieurs terminent leurs lettres, en disant, qu'ils ont l'honneur d'être avec respect, etc. cette manière de les terminer déplait à beaucoup de gens de goût. Ils prétendent qu'on doit mettre; j'ai l'honeur d'être, simplement; ou je suis avec respect, etc.

Synonymes et Contraires

lettre

nom féminin lettre
Écrit adressé à quelqu'un.
billet, message, mot, papier, pli -littéraire: épître, missive -populaire: bafouille.
Traductions

lettre

Brief, Buchstabe, Letter, Typeletterbrief, letter, epistel, missive, schrijven, karakterאות (נ), איגרת (נ), מכתב (ז), אִגֶּרֶת, אוֹת, מִכְתָּבbriefcarta, lletradopis, písmenobrev, bogstavletero, literocarta, letra, carácter, epístolakirjain, kirje, aakkonenbetű, levélhurufbókstafur, bréf, sendibréf, stafurlettera, carattere文字, 手紙charta, epistola, litteraraidėburtsbokstav, brevlist, literaletra, carta, caractér, missivacaracter, literă, scrisoareбуква, письмо, литераpísmenočrkabokstav, brevharf, mektupлітераγράμμα, επιστολήbriefحَرْفٌ, رِسَالَةٌpismo, slovo글자, 편지จดหมาย, ตัวอักษรchữ cái, thư信函, 字母Писмо (lɛtʀ)
nom féminin
1. signe de l'alphabet L'alphabet latin comporte 26 lettres.
2. ce que l'on écrit à qqn recevoir une lettre
3. la littérature faire des études de lettres
4. exactement suivre des conseils à la lettre

lettre

[lɛtʀ]
nf
[alphabet] → letter
en lettres majuscules, en lettres capitales → in capital letters, in capitals
en toutes lettres → in full
(= courrier) → letter
écrire une lettre → to write a letter
(autres locutions) à la lettre → to the letter
avant la lettre → before the term existed, before the term was coined
..., écologiste avant la lettre → ..., an ecologist before the term existed, ..., an ecologist before the term was coined lettres
nfpl
(culture) avoir des lettres → to be well read
(= littérature) → literature sg
(ÉDUCATION)arts subjects