levron

LEVRON

(le-vron) s. m.
Lévrier au-dessous de six mois ou environ.
Cambyse un jour faisait combattre ensemble un lionceau et un jeune levron [P. L. COUR., Trad. d'Hérod.]
Il est affamé comme un jeune levron, se dit d'un jeune homme de bon appétit. Étourdi comme un jeune levron, se dit de celui qui fait les choses à la hâte et sans les bien considérer.
Lévrier de petite taille.
Les grands lévriers viennent du Levant ; ceux de taille médiocre, d'Italie ; et les lévriers d'Italie transportés en Angleterre sont devenus levrons, c'est-à-dire lévriers encore plus petits [BUFF., Quadrup. t. I, p. 369]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    [Mon cheval] Deux levrons [sorte de maladie] ha en ses genous ; à l'euil le voit chascuns de nous [MACHAUT, p. 80]
  • XVIe s.
    Un jeune levron, un jeune homme ignorant [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. LÉVRIER.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    LEVRON.
    Ajoutez :
    Lévriers allongés sont propres pour la chasse ; Mais près des dames, non ; levrons en raccourci, Nichés auprès du feu, tiennent bien moins de place [CHAPELLE, Épitaphe d'un chien]

levron

LEVRON. n. m. Jeune lévrier ou lévrier de fort petite taille.