licence

licence

n.f. [ du lat. licentia, permission ]
1. Litt. Liberté excessive qui tend au dérèglement moral ; caractère de ce qui est licencieux, contraire à la décence : La licence de ses propos impudeur, inconvenance, indécence ; bienséance, pudeur
2. Liberté que prend un écrivain, un poète avec les règles de la grammaire, de la syntaxe, de la versification : Écrire « encor », sans « e », est une licence poétique.
3. Deuxième grade universitaire, obtenu au terme de trois ans d’études après le baccalauréat : Une licence ès lettres. Elle a obtenu sa licence de chimie.
4. Dans la langue juridique, permis d'exercer une activité soumise à autorisation préalable ; autorisation délivrée par l'Administration d'importer ou d'exporter divers produits : Une licence de buraliste.
5. Autorisation de participer à des compétitions officielles, délivrée par une fédération sportive.
Licence d'exploitation,
autorisation d'exploiter un brevet d'invention.

LICENCE

(li-san-s') s. f.
Liberté de faire donnée par permission.
N'ai-je point à rougir de cette déférence Qui d'un combat illustre achète la licence ? [CORN., D. Sanche, II, 3]
Faites parler les droits qu'on a dessus mon cœur, Je vous en donne la licence [MOL., le Dép. I, 2]
Et je vous viens, monsieur, avec votre licence, Signifier l'exploit de certaine ordonnance.... [ID., Tart. V, 4]
Hélas ! Ils se voyaient avec pleine licence ; Le ciel de leurs soupirs approuvait l'innocence [RAC., Phèdre, IV, 6]
Il vieillit en ce sens. Cependant on dirait encore très bien, comme Racine, pleine licence.
Permission spéciale pour exporter ou importer ou pour vendre certaines marchandises. Lors du blocus continental, Napoléon 1er donnait des licences pour introduire les marchandises anglaises. Terme de pêche. Concession faite de gré à gré par les agents de l'administration des eaux et forêts, du droit d'exploiter un cantonnement de pêche sur un fleuve ou sur une rivière navigable.
Terme universitaire. Degré entre celui de bachelier et celui de docteur.
Enfin, à force de battre le fer, il en est venu glorieusement à avoir ses licences [MOL., Mal. imag. II, 6]
Aujourd'hui, on ne dit plus ses licences, on dit sa licence, à moins qu'il ne s'agisse collectivement de la licence ès lettres, de la licence ès sciences, etc. Les quatre licences. Temps que l'on passait sur les bancs avant de pouvoir devenir licencié. Licence, nom donné, dans la faculté de théologie, aux deux ans que les bacheliers passaient sur les bancs, pour fournir des preuves de leur capacité avant d'être reçus docteurs.
Le cardinal de Guise n'a jamais été que sous-diacre et n'avait jamais songé à entrer en licence [SAINT-SIMON, 58, 226]
Il [le cardinal de Fleury] commença sa licence en 1676 ; mais il ne prit le bonnet de docteur que longtemps après [MAIRAN, Élog. du card. Fleury.]
Les licences universitaires ont été ainsi nommées parce qu'elles donnaient la licence, la permission d'enseigner, de plaider, de traiter les malades, etc.
Trop grande liberté, contraire au respect, à la retenue, à la modestie.
Il faut qu'enfin quelqu'un réprime ses licences [ROTR., Vencesl. III, 2]
Qui donc est ce coquin qui prend tant de licence Que de chanter et m'étourdir ainsi ? [MOL., Amph. I, 2]
Ils vous l'ont dit [qu'ils vous aimaient] ? - Aucun n'a pris cette licence [ID., Femm. sav. II, 3]
Mon mari avait le fonds excellent ; je l'avais corrigé de ses licences [MAINTENON, Lett. à Mlle de l'Enclos, 8 mars 1666]
Je sais sur ma conduite et contre ma puissance Jusqu'où de leurs discours ils portent la licence [RAC., Athal. II, 5]
Déréglement moral, insubordination.
Arrêter la licence par la terreur des supplices [PATRU, Plaid. 10, dans RICHELET]
La licence qu'on a prise d'ébranler les règles [PASC., Prov. X]
Comme la république avait son faible inévitable, c'est-à-dire la jalousie entre le peuple et le sénat, la monarchie des Césars avait aussi le sien, et le faible était la licence des soldats qui les avaient faits [BOSSUET, Hist. III, 7]
N'a-t-il pas eu, dans la licence même de la guerre, une constante et scrupuleuse retenue ? [FLÉCH., Duc de Mont.]
Enfin de la licence [de la comédie] on arrêta le cours [BOILEAU, Art p. III]
Ainsi que la vertu, le crime a ses degrés ; Et jamais on n'a vu la timide innocence Passer subitement à l'extrême licence [RAC., Phèdre, IV, 2]
Quel frein pourrait d'un peuple arrêter la licence ? [ID., IV, 4]
Cette jeunesse vécut avec une licence sans bornes [FÉN., Tél. X]
Cette ville est toujours dans la licence [MONTESQ., Esp. VIII, 2]
Turenne laissa toujours à ses soldats une assez grande licence [VOLT., Lett. Colini, 21 oct. 1767]
Plongé dans la licence, au vice abandonné [ID., Triumv. II, 1]
La liberté n'est pas toujours licence [ID., la Prude, II, 1]
Terme de littérature. Ce qui se fait contre les règles exactes de l'art. Il y a d'heureuses licences qui plaisent plus que l'observation des règles.
Alors qu'une œuvre brille, et d'art et de science, La verve quelquefois s'égare en la licence [RÉGNIER, Sat. IX]
C'est sur ces exemples [de Grotius et la Passion, de Buchanan et l'histoire de Jephté] que j'ai hasardé ce poëme, où je me suis donné des licences qu'ils n'ont pas prises [CORN., Exam. de Poly.]
Purger notre théâtre des ordures que les premiers siècles y avaient comme incorporées, et des licences que les derniers y avaient souffertes [ID., Imit. Ép. au pape Alexandre VII]
Si l'on veut s'arrêter aux licences de la conversation, c'est le vrai moyen d'estropier la langue à tout moment [D'OLIVET, Ess. gramm. 2e sect. § 6]
Licence poétique, impropriété dans les termes, irrégularité dans la construction, la dérivation et la syntaxe qu'on tolère chez les poëtes, comme :
est-ce pas vous ? pour n'est-ce pas vous ? Monsieur, la poésie a ses licences, mais Celle-ci passe un peu les bornes que j'y mets [PIRON, Métrom. V, 6]
Fig. et familièrement.
Gardez-vous bien de lâcher le moindre mot qui puisse faire connaître au bon d'Hacqueville que je vous ai envoyé sa lettre ; vous le connaissez, la rigueur de son exactitude ne comprendrait point cette licence poétique [SÉV., 1er janv. 1676]
Il se dit avec le même sens, en peinture, en sculpture, en architecture, en musique. Les colonnes accouplées ont été une licence en architecture.
Au plur. Traits de plume hardis, composés pour orner les pages d'écriture.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Madoc bailla les lettres, qui de l'aler contence ; Il les bailla la pape [au pape] quant il en out licence [, Th. le mart. 112]
  • XIIIe s.
    Li rois commende que nus ne soit semons qui n'ait licence de venir à son jor [, Liv. de jost. 93]
    Dame, à moi vous serez confesse, Car cil freres n'a pas licence De vous enjoindre penitence [RUTEB., 267]
  • XIVe s.
    Et en toutes autres commutacions, desqueles faire la loy donne licence [ORESME, Eth. 149]
    Lesquels se complegnoient les uns aus autres, de ce dont il avoient perdu celle licence et maniere de vivre [BERCHEURE, f° 28, recto.]
  • XVIe s.
    Ilz abandonnerent de tout poinct la ville, appellans servitude le non avoir pleine licence de pouvoir vivre entierement à leur plaisir [AMYOT, Pyrrh. 33]
    En pleine licence de divorces, il se passa 500 ans avant que nul s'en servist [MONT., III, 6]
    Chacun desireux de voir, l'un son frere, l'autre son oncle, demandoit licence aux superieurs [LANOUE, 557]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. licencia ; catal. llicencia ; espagn. licencia ; ital. licenzia ; du lat. licentia, de licere, être permis (voy. LICET).

licence

LICENCE. n. f. Permission. Ce religieux était sorti sans en avoir demandé la licence à son supérieur. Dites ce que vous avez à dire, je vous en donne pleine licence.

Il désigne plus ordinairement une Permission spéciale, accordée par le gouvernement, pour exporter ou pour vendre certaines marchandises. Il obtint une licence pour expédier du vin en pays étranger. Licence pour le débit du tabac en détail. Un nouveau cabaret ne peut ouvrir sans une licence.

Il se dit aussi, dans les Facultés de lettres, de sciences, de droit, du Degré qui est entre celui de bachelier et celui de docteur. Il a passé brillamment ses examens de licence en droit. Licence d'histoire. Licence libre. Licence d'enseignement.

Il signifie encore Liberté trop grande, contraire au respect, à la retenue et à la modestie. C'est un homme qui prend des licences, qui se donne de grandes licences. Prendre bien des licences avec quelqu'un.

Il signifie aussi Liberté excessive, dérèglement, insubordination. La licence des moeurs. Une licence effrénée. Réprimer la licence. Agir ainsi, c'est ouvrir la porte à la licence. La licence n'a plus de frein, n'a plus de bornes. Une liberté qui dégénère en licence.

En poésie, il se dit de Toute liberté que le poète se donne dans ses vers contre la règle et l'usage ordinaire. Licence poétique.

licence

Licence, et permission, Licentia.

Abandonnement et licence de tuer un homme, Proscriptio.

Ils ont licence par la coustume, More habent licentiam.

licence


LICENCE, s. f. LICENCIEMENT, s. m. LICENCIER, v. act. [Li-sance, ciman, ci-é: 2e. lon. Richelet écrit licenciment comme on prononce.] Licence. * Aûtrefois permission. "Doner licence à tout le monde de nous dire des injûres. D'Abl. = Aujourd'hui, Liberté trop grande. "Il prend des licences; il se done de grandes licences. = Dérèglement. "Licence effrénée. "C'est ouvrir la porte à la licence. "Ce n'est pas liberté, c'est licence. = Licence Poétique, liberté que les Poètes se donent contre les règles du langage, ou contre l'usage. Dans le st. famil. on aplique cette expression à d'autres objets. "Gardez-vous bien de faire conoître au bon d'Hacqueville que je vous ai envoyé sa lettre. La rigueur de son exactitude ne comprendroit pas cette licence poétique. SÉV. = Licence est, dans les Universités, le tems qu'on est sur les bancs pour obtenir le degré de licencié. "Faire sa licence, comencer, achever sa licence, entrer en licence; sortir de licence. = Licencié, s. m. qui a fait sa licence, qui a pris ses degrés de licence. * Plusieurs et Richelet entre aûtres, écrivent licentié avec un t, contre l'analogie.
   LICENCIER, act. Congédier. "Licencier des troupes. = Se Licencier, s'émanciper. "Il s'est licencié jusqu'à dire, etc. "Il s'était licencié à des paroles un peu dûres. M. Marin pense que ces phrâses ne sont guère d'usage, et qu'il n'y a que le peuple qui parle ainsi. L'Acad. les met sans remarque. * Bossuet l'emploie sans régime. "Il étoit temps de ramener les catholiques, qui se licencioient. On ne le dit point de la sorte. S'émanciper, qui a le même sens, s'emploie bien sans régime; mais se licencier doit être toujours acompagné de la préposition à, ou de quelque adverbe: "Il se licencie beaucoup. = Licenciement, congé qu'on done à des troupes, dont on n'a plus besoin. "Licenciement des troupes.

Synonymes et Contraires

licence

Traductions

licence

Lizenz, Erlaubnis, Gewerbeschein, Konzession, BA, Gradlicense, licence, permission, degree, authorization, dispensation, doctorate, leave, BAdoctoraal, licentie, permissie, toestemming, vergunning, verlof, BA, graadהיתר (ז), רישוי (ז), רישיון (ז), רשות (נ), רִשּׁוּי, רְשׁוּת, רִשָּׁיוֹןlisensiellicènciatilladelse, B.A., gradάδεια, βαθμός, Πτυχίο πανεπιστημίουlicencio, licenco, permesoautorización, licencia, licenciatura, permiso, grado, licenciadolicentiaconsentimento, licença, permissão, bacharel em humanidades, grauruhusa文凭, 许可证, 文学士, 程度laurea, licenza, patente, tessera, grado, laurea in discipline umanisticheبَكَالُوريوس, دَرَجَةBc., míraaste, humanististen tieteiden kandidaattistupanj, sveučilišni prvostupnik文学士, 程度문학사, 정도grad, universitetsgradlicencjat w dziedzinie nauk humanistycznych, stopieńбакалавр гуманитарных наук, степеньfilosofie kandidat, gradตัวย่อของสายการบินบริติชแอร์เวย์, องศาderece, lisans derecesiCử nhân Khoa học Xã hội, mức độлиценз (lisɑ̃s)
nom féminin
1. diplôme d'études supérieures avoir une licence de lettres
2. sport autorisation de participer aux compétitionssportives payer sa licence de tennis
3. autorisation d'exercer une activitécommerciale une licence de débit de boissons

licence

[lisɑ̃s] nf
(= permis) → licence (Grande-Bretagne), license (USA)
licence d'exploitation → licence (Grande-Bretagne), license (USA)
licence d'exportation → export licence (Grande-Bretagne), export license (USA)
(= diplôme) → degree, bachelor's degree
licence ès lettres → arts degree
licence en droit → law degree
(poétique)licence (Grande-Bretagne), license (USA)
(= débauche) → licentiousness