loi

loi

n.f. [ lat. lex, legis ]
1. Prescription établie par l'autorité souveraine de l'État, applicable à tous, et définissant les droits et les devoirs de chacun ; l'ensemble de ces prescriptions : Ce projet de loi est en discussion à l'Assemblée nationale. Nul n'est censé ignorer la loi code, règle légalité ; illégalité
2. (Avec une majuscule) Ensemble des commandements que Dieu a révélés aux hommes ; ensemble des prescriptions propres à une religion : La Loi divine. Les tables de la Loi. La Loi coranique.
3. Règle de conduite établie par une personne, par la morale, la vie sociale, etc. ; volonté imposée : Les lois de l'hospitalité convention commandement, ordre domination, pouvoir, puissance
4. Ce qu'imposent les choses, les événements, les circonstances : La loi de l'économie de marché impératif, nécessité
5. Principe fondamental déterminant les choses, les hommes : La loi de la nature. La loi des séries.
6. Proposition générale énonçant des rapports nécessaires et constants entre des phénomènes physiques, économiques, etc. : Loi de la gravitation universelle. La loi du marché.
Avoir force de loi,
être imposé, appliqué, à l'égal d'une loi : Cette décision a force de loi.
Faire la loi quelque part,
s'y comporter en maître absolu.
Loi fondamentale ou lois fondamentales,
la Constitution ou les textes formant la Constitution d'un pays.
Se faire une loi de,
s'imposer l'obligation de.

LOI1

(loi) s. f.

Résumé

Prescription émanant de l'autorité souveraine.
Au pluriel, les lois, l'ensemble des prescriptions qui régissent chaque matière.
Les lois de la nature, la loi naturelle.
La loi divine.
La loi ancienne, la loi nouvelle.
Les lois humaines.
La loi fondamentale d'un État.
La loi de l'État, l'ensemble des lois qui régissent un État.
Lois politiques.
10° Loi agraire.
11° Homme de loi.
12° Loi se disait autrefois pour justice.
13° Conditions imposées par les choses.
14° Commandement qu'on se fait à soi-même.
15° Commandement qui est fait par quelque autorité.
16° Domination, conquête.
17° L'empire qu'une femme exerce sur un homme.
18° Obligations qui sont imposées d'homme à homme.
19° Les lois de la grammaire.
20° Les lois du jeu.
21° Les conditions nécessaires qui déterminent les phénomènes.
22° Loi de Lynch.
Prescription émanant de l'autorité souveraine. Établir, porter une loi. Chez les Romains, les lois se distinguaient ordinairement par le nom de famille des citoyens qui les avaient faites ou proposées : loi Cornélia, loi Julia, etc.
Sire, puisque le ciel entre la main des rois Dépose sa justice et la force des lois [CORN., Hor. V, 2]
Depuis qu'il est des lois, l'homme pour ses péchés Se condamne à plaider la moitié de sa vie [LA FONT., Fabl. XII, 27]
Rien n'est si fautif que ces lois qui redressent les fautes ; qui leur obéit parce qu'elles sont justes, obéit à la justice qu'il imagine, mais non pas à l'essence de la loi ; elle est toute ramassée en soi ; elle est loi, et rien davantage [PASC., Pens. III, 8, éd. HAVET.]
Il faut, dit-on, recourir aux lois primitives et fondamentales de l'État qu'une coutume injuste a abolies [ID., ib. III, 8]
Les seules règles universelles sont les lois du pays aux choses ordinaires, et la pluralité [le plus grand nombre] aux autres [ID., ib. VI, 7]
Les États périraient, si on ne faisait ployer souvent les lois à la nécessité [ID., ib. XI, 6]
Dieu, qui en est le maître [des biens], a permis aux sociétés de faire des lois pour les partager ; et, quand ces lois sont une fois établies, il est injuste de les violer [ID., Condit. des grands, I]
Maintenant ces âmes pieuses [le Tellier et Lamoignon], touchées sur la terre du même désir de faire régner les lois, contemplent ensemble à découvert les lois éternelles d'où les nôtres sont dérivées [BOSSUET, le Tellier.]
On voit les lois s'établir, les mœurs se polir, et les empires se former [ID., Hist. I, 2]
Lycurgue donnait des lois à Lacédémone [ID., ib. I, 6]
Ceux qui arrivent par une injustice jusqu'à opprimer l'autorité des lois, sont loués non-seulement par les flatteurs, mais parce qu'en effet le genre humain ne juge que par l'événement [ID., Pensées chrét. et mor. 29]
Lui seul [l'homme] vivant, dit-on, dans l'enceinte des villes.... Se fait des gouverneurs, des magistrats, des rois, Observe une police, obéit à des lois [BOILEAU, Sat. VIII]
Moi ! que j'aille crier dans ce pays barbare, Où l'on voit tous les jours l'innocence aux abois Errer dans les détours d'un dédale de lois, Et, dans l'amas confus de chicanes énormes, Ce qui fut blanc au fond rendu noir par les formes [ID., Sat. I]
Déjà de tous côtés la chicane aux abois S'enfuit au seul aspect de tes nouvelles lois ; Oh ! que ta main par là va sauver de pupilles ! Que de savants plaideurs désormais inutiles ! [ID., Épître I]
Bientôt ils [les flatteurs] vous diront que les plus saintes lois, Maîtresses d'un vil peuple, obéissent aux rois [RAC., Ath. IV, 3]
La rigueur de ses lois [de Rome] m'épouvante pour vous [ID., Bérén. I, 5]
J'aime la Grèce, dit Sésostris ; plusieurs Égyptiens y ont donné des lois [FÉN., Tél. II]
Les Grecs ont seuls la gloire d'avoir fait des lois fondamentales pour conduire un peuple sur des principes philosophiques, et pour régler toute sa politique et tout son gouvernement [ID., Dial. des morts anc. 12]
J'ai ouï dire souvent à Cicéron ici-bas que les lois des douze tables étaient les plus parfaites que les Romains aient eues [ID., ib.]
Rien n'est semblable à la majesté des lois romaines [ID., ib.]
Si la loi est juste en général, il faut lui passer quelques applications malheureuses [FONTEN., Fagon.]
Le grand défaut des lois de Lycurgue, comme Platon et Aristote l'ont remarqué, c'est qu'elles ne tendaient qu'à former un peuple de soldats [ROLLIN, Traité des Études, liv. V, 3e part. ch. 2]
Je hais les lois de Dracon, qui punissaient également les crimes et les fautes, la méchanceté et la folie [VOLT., l'Homme aux 40 écus, Des proportions]
L'Anglais, qu'on croit féroce, est humain dans ses lois ; et le Français, qui passe pour si doux, est en effet très inhumain [ID., Lett. Servan, 13 janv. 1768]
Il croyait que les lois étaient faites pour secourir les citoyens autant que pour les intimider [ID., Zadig, VI]
Il est très faux que le nom de loi n'ait été connu qu'après Homère ; il parle des lois de Minos dans l'Odyssée ; le mot de loi est dans Hésiode [ID., Rem. Pens. Pascal, VIII]
Je ne connais de lois que celles qui me protégent, et je trouve notre gouvernement le meilleur de la terre, parce que chacun y sait ce qu'il a, ce qu'il doit et ce qu'il peut [VOLT., Dial. 24]
Une loi de rigueur Contre vous, après tout, serait-elle écoutée ? [ID., Tancr. II, 1]
Les lois n'écoutent point la pitié paternelle [ID., ib. II, 3]
Tant que les lois ne seront faites que pour les sujets, ceux-ci s'appelleront comme ils voudront, ils ne seront que des esclaves ; la loi n'est rien, si ce n'est pas un glaive qui se promène indistinctement sur toutes les têtes [RAYNAL, Hist. phil. I, 15]
Il faut que les mœurs, les habitudes, les sentiments se rapportent aux lois, comme les lois se rapportent au modèle de la raison et à la nature des choses [MIRABEAU, Collection, t. III, p. 20]
La nation, la loi, le roi [, Devise placée sur la monnaie en 1791]
La loi fût-elle injuste, il la faut respecter [C. DELAV., Paria, IV, 5]
Lois draconiennes, voy. DRACONIEN. Avoir force de loi, être l'équivalent d'une loi. Cet usage a force de loi. Passé en loi, qui a pris l'autorité d'une loi.
On ne peut contester la coutume passée en loi, qui veut que les filles ne puissent hériter la couronne de France tant qu'il reste un mâle du sang royal [VOLT., Dict. phil. Loi salique.]
Force est restée à la loi, c'est-à-dire ceux qui s'opposaient de force à l'exécution de la loi ont été contraints par la force de la laisser s'exécuter Lois positives, lois écrites, par opposition à lois non écrites ou naturelles.
Avant qu'il y eût des lois faites, il y avait des rapports de justice possibles ; dire qu'il n'y a rien de juste ni d'injuste que ce qu'ordonnent ou défendent les lois positives, c'est dire qu'avant qu'on eût tracé de cercle, tous les rayons n'étaient pas égaux [MONTESQ., Espr. I, 1]
N'avoir ni foi ni loi, n'obéir ni à la religion ni aux lois, être sans frein religieux ou moral.
Qui méprise Cotin n'estime point son roi, Et n'a, selon Cotin, ni Dieu, ni foi, ni loi [BOILEAU, Sat. IX]
Être sans loi, être sans aucun frein moral.
Des traîtres, des ingrats sans honneur et sans loi [RAC., Phèdre, IV, 2]
Faire loi, tenir lieu de loi.
Sans recourir au Lévitique, qui, de l'aveu des plus grands auteurs de la réforme, ne faisait loi que pour les Juifs [BOSSUET, 6e avert. III, 80]
Les maximes du monde ne font point loi pour qui veut vivre pour soi-même [J. J. ROUSS., Ém. V]
On dit dans le même sens : donner la loi.
J'ai appris que feu Saint-Luc mettait Monseigneur à tous les maréchaux.... cela donne la loi aux autres [SÉV., 21 août 1675]
Au plur. Les lois, l'ensemble des prescriptions qui régissent chaque matière. Ce juge connaît bien les lois.
Les lois de la nature, et, plus ordinairement, la loi naturelle, les sentiments moraux et les principes de justice qui règnent entre les hommes indépendamment de toute loi écrite.
Ils [les hommes] confessent que la justice n'est pas dans ces coutumes [celles des nations], mais qu'elle réside dans les lois naturelles connues en tout pays [PASC., Pens. III, 8]
Tout ce temps [de Moïse à Jésus-Christ] est appelé le temps de la loi écrite, pour le distinguer du temps précédent qu'on appelle le temps de la loi naturelle, où les hommes n'avaient pour se gouverner que la raison naturelle et les traditions de leurs ancêtres [BOSSUET, Hist. I, 4]
Qu'est-ce que la loi naturelle ? l'instinct qui nous fait sentir la justice [VOLT., Dict. phil. Loi natur.]
On dit quelquefois en ce sens, la loi de nature.
Il se faut entr'aider, c'est la loi de nature [LA FONT., Fabl. VIII, 17]
Les hommes sous la loi de nature ou sous la loi écrite [BOSSUET, Hist. Préf.]
La loi divine, les préceptes positifs donnés par la révélation. On dit dans le même sens, au pluriel, les lois divines. Les lois divines et humaines, les lois qui viennent de Dieu et celles qui viennent des hommes.
Deux lois [l'amour de Dieu et celui du prochain] suffisent pour régler toute la république chrétienne, mieux que toutes les lois politiques [PASC., Pens. XXIV, 15]
La loi divine, se dit quelquefois pour la loi naturelle.
La loi ancienne, ou, absolument, la loi, dans le langage de l'Écriture, la loi de Moïse, la loi des Juifs. Les docteurs de la loi.
La première loi est abolie comme impuissante et inutile, parce que la loi ne conduit personne à une parfaite justice [SACI, Bible, St Paul, Ép. aux Hébr. VII, 18]
Faites aux hommes tout ce que vous voulez qu'ils vous fassent, car c'est là la loi et les prophètes [ID., Bible, Év. St Math. VII, 12]
La rencontre de ce peuple [les Juifs] m'étonne et me semble digne de l'attention ; je considère cette loi qu'ils se vantent de tenir de Dieu, et je la trouve admirable [PASC., Pens. XIV, 3]
Si la loi et les sacrifices sont la vérité, il faut qu'ils plaisent à Dieu et qu'ils ne lui déplaisent point ; s'ils sont figures, il faut qu'ils plaisent et déplaisent ; or, dans toute l'Écriture, ils plaisent et déplaisent [ID., ib. XVI, 6]
Hélas ! ce peuple ingrat a méprisé ta loi ; La nation chérie a violé sa foi [RAC., Esth. I, 4]
Je viens, selon l'usage antique et solennel, Célébrer avec vous la fameuse journée Où sur le mont Sina la loi nous fut donnée [ID., Athal. I, 1]
J'adore le Seigneur, on m'explique sa loi ; Dans son livre divin on m'apprend à la lire, Et de ma main déjà je commence à l'écrire [ID., ib. II, 7]
Que vous dit cette loi ?- Que Dieu veut être aimé ; Qu'il venge tôt ou tard son saint nom blasphémé ; Qu'il est le défenseur de l'orphelin timide ; Qu'il résiste au superbe et punit l'homicide [ID., ib.]
Fig. C'est la loi et les prophètes, se dit en parlant d'un homme, d'un livre, dont l'autorité est incontestable. La loi nouvelle, ou la loi de grâce, ou la loi de l'Évangile, c'est-à-dire la loi de Jésus-Christ, la loi des chrétiens.
Parmi les Juifs, les charnels, et les spirituels qui étaient les chrétiens de la loi ancienne ; parmi les chrétiens, les grossiers qui sont les Juifs de la loi nouvelle [PASC., Pens. XV, 10 bis.]
La loi n'a pas détruit la nature, mais elle l'a instruite ; la grâce n'a pas détruit la loi, mais elle l'a fait exercer [ID., ib. XXIV, 3]
Que le mariage soit un sacrement, c'est ce qui fait son excellence et sa plus belle prérogative dans la loi de grâce [BOURDAL., 2e dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 80]
La loi de Moïse ne défendait que les excès ; elle n'ordonnait pas encore cette rigoureuse attention sur les sens, que la loi de l'Évangile nous a depuis prescrite [MASS., Carême, Riche.]
Un membre de Jésus-Christ crucifié, un enfant de la loi nouvelle, un disciple de l'Évangile [ID., ib.]
Il se dit quelquefois de toute religion fondée sur un livre.
La loi trompeuse de Mahomet [LA MOTHE LE VAYER, Vertu des païens, II, Zénon]
Fig.
Ils [les païens vertueux] se sont laissé conduire à la lumière naturelle, aidée sans doute de la grâce, et, comme parle l'apôtre, ils ont été une loi vivante à eux-mêmes [ID., ib. I, État de la loi]
Les lois humaines, les lois établies par les hommes pour le maintien et l'ordre des sociétés. La loi des nations, le droit des gens. Les lois de la guerre, certaines maximes respectées même entre ennemis qui se font la guerre.
La loi fondamentale d'un État, la loi constitutionnelle, celle qui règle la nature, l'étendue et l'exercice des pouvoirs du gouvernement.
La loi de l'État, ou, simplement, la loi, l'ensemble des lois qui régissent un État. Observer, exécuter la loi. Contrevenir à la loi. Invoquer la loi. Cela tombe, rentre dans l'exception de la loi.
La loi de l'État veut que les rois de Thrace.... [MAIRET, Soliman, I, 1]
Les serfs affranchis prenaient la loi de leurs maîtres [MONTESQ., Espr. XXX, 25]
Fig.
Tant que nous sommes détenus dans cette demeure mortelle, nous vivons assujettis aux changements, parce que, si vous me permettez de parler ainsi, c'est la loi du pays que nous habitons [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Lois politiques, celles qui ont pour objet la conservation de l'État, en tant que corps politique. Lois organiques, celles qui ont pour objet de régler le mode et l'action des institutions ou établissements dont le principe a été consacré par une loi précédente. Lois civiles, celles qui règlent les rapports des citoyens entre eux.
Un homme de bien laisse régler l'ordre des successions et de la police aux lois civiles, comme il laisse régler le langage et la forme des habits à la coutume [BOSSUET, Connaiss. IV, 5]
Lois criminelles, celles qui déterminent les délits, les crimes, la manière de les poursuivre, et les peines qui y sont appliquées. Loi pénale, celle qui prescrit quelque peine. Loi fiscale, celle qui règle l'impôt, dans sa quotité et son mode de perception. Loi d'exception, loi qui déroge momentanément à la loi, ou qui établit un privilége, ou qui déploie une rigueur inique à l'égard de certaines personnes. Loi somptuaire, loi qui a pour objet de restreindre les dépenses et le luxe. Loi martiale, loi qui autorise l'emploi de la force armée en certains cas. Proclamer la loi martiale. Loi municipale, loi qui règle l'administration des communes. La loi du talion, celle qui veut qu'on traite un coupable de la même manière qu'il a traité ou voulu traiter les autres. Loi bursale, loi ayant pour objet de procurer de l'argent à l'État en quelque besoin extraordinaire (terme aujourd'hui peu usité).
10° Terme d'antiquité romaine. Loi agraire, voy. AGRAIRE. Loi annonaire, loi qui, chez les Romains, pourvoyait à ce que les vivres n'enchérissent pas.
11° Homme de loi, celui qui fait profession d'interpréter les lois, jurisconsulte. Consulter un homme de loi. Les gens de loi. Il se dit aussi des gens de justice, des officiers ministériels près des tribunaux.
12° Loi se disait autrefois pour justice. Officier de loi. Main de loi. Se prenait même pour magistrat civil, juge. Procès pendant par-devant les lois. Ville de loi, ville qui possédait des coutumes locales, des lois particulières, un siége de juridiction. Se disait aussi des villes manufacturières ayant apprentissage et maîtrises.
13° Fig. Loi se dit des conditions imposées par des choses que l'on compare aux législateurs.
Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre Est sujet à ses lois [de la mort] [MALH., VI, 18]
Si du moins au hasard il [le malheur] décimait les hommes, Ou si sa main tombait sur tous tant que nous sommes, Avec d'égales lois ! [LAMART., Méd. I, 7]
14° Commandement qu'on se fait à soi-même.
Quittez, quittez, madame, un dessein si tragique, Ne vous imposez point de loi si tyrannique [CORN., Cid, III, 3]
C'est une plaisante chose à considérer, de ce qu'il y a des gens dans le monde qui, ayant renoncé à toutes les lois de Dieu et de la nature, s'en sont fait eux-mêmes auxquelles ils obéissent exactement [PASC., Pens. VI, 49]
Se faire une loi de quelque chose, s'en imposer à soi-même l'obligation.
Il proposa cinq ou six tempéraments qui auraient été reçus, si le roi ne s'était point fait une loi de ne les point recevoir [SÉV., 135]
Ma bonne, votre commerce est divin ; ce sont des conversations que nos lettres.... j'admire votre soin et votre exactitude ; mais, ma très chère, ne vous en faites point une loi [ID., SÉV. 7 août 1675]
Un libertin d'ailleurs qui sans âme et sans foi Se fait de son plaisir une suprême loi [BOILEAU, Sat. IV]
Je sais qu'ils se sont fait une superbe loi De ne point à l'hymen assujettir leur foi [RAC., Bajaz. I, 3]
15° Commandement qui est fait par quelque autorité. Faire, dicter, imposer la loi.
Ceux qui m'ont fait la loi La reçoivent de moi [MALH., V, 4]
Ne me réplique plus, suis la loi qui t'est faite [CORN., Médée, II, 2]
Oui, vous avez raison, belle et sage Clarice ; Ce que vous m'ordonnez est la même justice ; Et comme c'est à nous à subir votre loi... [ID., le Ment. II, 1]
....Sur toute chose Observe exactement la loi que je t'impose [ID., Cinna, V, 1]
Je ne sais point répondre autrement pour un roi, à qui, dessus son trône, on veut faire la loi [ID., Nicom. II, 3]
Le synode trouvait fort étrange que les accusés voulussent faire la loi à leurs juges [BOSSUET, Var. 14]
Celui qui règne dans les cieux.... est aussi le seul qui se glorifie de faire la loi aux rois [ID., Reine d'Anglet.]
Quelque loi qu'il vous dicte, il faut vous y soumettre [RAC., Phèdre, III, 3]
Fig. Il se dit des choses qui commandent.
Léonore : Cette haute vertu qui règne dans votre âme Se rend-elle sitôt à cette lâche flamme ? - L'infante : Ne la nomme point lâche, à présent que chez moi Pompeuse et triomphante elle me fait la loi [CORN., Cid, II, 5]
Une haine plus forte à tous deux fit la loi [ID., Cinna, V, 2]
Quelle docte et sainte ivresse Aujourd'hui me fait la loi ? [BOILEAU, Ode I]
On le regarde [le péché] comme une faiblesse, un penchant de la nature, une suite de l'âge, une loi du tempérament [MASS., Carême, Passion.]
On trouve faire loi, sans l'article.
Qui de nous deux à l'autre a droit de faire loi ? [MOL., Sgan. 1]
On trouve aussi faire des lois.
....Sertorius gouverne ces provinces, Leur impose tribut, fait des lois à leurs princes [CORN., Sert. I, 1]
Je fus ambitieuse, inconstante et parjure ; Plus votre amour fut grand, plus grande en est l'injure ; Mais plus il a paru, plus il vous fait de lois Pour défendre l'honneur de votre premier choix [ID., Sophon. II, 4]
" Mais, dit Voltaire, par un caprice de langue on dit faire la loi à quelqu'un, et non pas faire des lois à quelqu'un " , Comm. Corn. rem. Sertorius. La vérité est que faire des lois en ce sens n'est pas bon, et que faire la loi n'est pas le produit d'un caprice : faire des lois à quelqu'un signifierait lui faire, pour lui tout seul, un certain nombre de prescriptions obligatoires, et ce n'est pas ce qu'on veut dire ; faire la loi est une expression figurée, qui signifie commander, régir ; il faut avouer qu'ici faire des lois serait un contre-sens. Donner la loi, commander.
Que lui doit importer qui donne ici la loi ? [CORN., Nicom. V, 7]
Sans lui j'obéirais où je donne la loi [ID., Hor. V, 3]
Le recevoir chez vous, c'est recevoir un maître, Qui, tout vaincu qu'il est, bravant le nom de roi, Dans vos propres États vous donnerait la loi [ID., Pomp. I, 1]
Il est un décret de la nature que vous ne changerez pas : c'est que les grandes masses donnent la loi aux petites [RAYNAL, Hist. phil. XVIII, 42]
Être une loi pour quelqu'un, être accepté par lui comme une loi.
Ce que vous en croyez me doit être une loi [CORN., Hor. V, 2]
N'avoir point d'autre loi que, n'obéir qu'à, ne consulter que.
Je n'ai point d'autre loi que mon ambition, point d'autre loi que ma convoitise, point d'autre loi que mon amour-propre, point d'autre loi que toutes mes cupidités [BOURDAL., Exhort. sur le jug. du peuple contre J. C. t. II, p. 49]
Recevoir la loi, être contraint de se soumettre.
Vous me voulez faire la loi, Vous qu'on voit si souvent la recevoir de moi [MOL., Psyché, V, 4]
Il reçut la loi que lui imposa Scipion [BOSSUET, Hist. I, 9]
Il ne voulait recevoir de loi que de lui-même [ID., ib. III, 6]
Prendre loi de, obéir à.
De toi les astres prennent loi [RÉGNIER, Stances relig.]
C'est mal vivre en Romain que prendre loi d'un homme [CORN., Sertor. I, 1]
Nous craignons votre exemple, et doutons si dans Rome Il n'instruit point le peuple à prendre loi d'un homme [ID., ib. III, 2]
Ses désirs prendront loi de mes propres désirs [ID., Agés. IV, 1]
Arrêtez, prince indigne.... Bien que de vous mon cœur ne prenne point de loi Et ne doive en ces lieux aucun compte qu'à soi, Je veux bien me purger, pour votre seul supplice, Du crime que m'impose un insolent caprice [MOL., D. Garc. II, 5]
Tout ce qui respire N'attend que vos regards pour en prendre la loi [ID., Psyché, III, 3]
....Je n'ai plus recours qu'à ma rage ; D'elle seule aujourd'hui je veux prendre la loi [TH. CORN., Circé, II, 8]
16° Domination, conquête.
J'ai rangé sous mes lois une grande partie de l'Asie [VAUGEL., Q. C. liv. IV, dans RICHELET]
Les royaumes entiers tomberont sous ses lois [CORN., Cid, II, 5]
Persuadé qu'il ne faut pas se dégrader de son consentement, mais souffrir ce que la loi du plus fort voudra faire [MAINTENON, Lett. à Mme de Caylus, 11 sept. 1716]
Celui qui sut vaincre Numance, Qui mit Carthage sous sa loi [BOILEAU, Poésies div. VIII]
L'Inde et l'Hydaspe entiers couleront sous vos lois [RAC., Alex. IV, 2]
Le Grec a sous ses lois les peuples de Messine [VOLT., Tancr. I, 1]
Autorité, puissance.
Mais ne présume pas qu'en te donnant ma foi L'hymen m'ait pour jamais asservi sous ta loi [BOILEAU, Lutr. II]
Quoiqu'à regret, seigneur, ils [les janissaires] marchent sous ses lois [d'Amurat] [RAC., Bajaz. I, 1]
Et vous, rentrez, ma fille, et du moins à mes lois Obéissez encor pour la dernière fois [RAC., Iphig. IV, 4]
....Tout, si je vous en crois, Doit marcher, doit fléchir, doit trembler sous vos lois [ID., ib. IV, 6]
Non, mon regard immense veille Sur tous les mondes à la fois ; La mer, qui fuit à ma parole, Ou la poussière qui s'envole, Suivent et comprennent mes lois [LAMART., Médit. I, 8]
Par exagération et politesse, être sous les lois de quelqu'un, lui être tout dévoué.
Au nom de Dieu, ma chère madame.... croyez qu'on ne peut être à vous ni sous vos lois avec plus de sincérité que j'y suis [SÉV., à Mme de Guitaut, n° 1397, éd. RÉGNIER.]
17° L'empire qu'une femme exerce sur un homme.
Il possédait ton âme, il vivait sous tes lois [CORN., Cid, IV, 2]
Cependant à l'objet qui me tient sous sa loi.... [ID., le Ment. III, 1]
Votre frère entre sous les lois de Ninon [SÉV., 27]
Hermione elle-même a vu plus de cent fois Cet amant irrité revenir sous ses lois [RAC., Andr. I, 1]
Au mois de mai j'ai vu Rosette, Et mon cœur a subi ses lois [BÉRANG., Print. et Aut.]
18° Obligations qui sont imposées d'homme à homme. Les lois du devoir, de l'honneur, de la bienséance, de la politesse.
Mais puisque mon devoir m'imposait d'autres lois.... [CORN., Poly. II, 2]
Son amitié pour vous lui faisait cette loi [ID., Nicom. IV, 5]
La plus sainte des lois, ah ! c'est de vous sauver [RAC., Bajaz. II, 3]
L'intérêt de l'État fut leur unique loi [ID., ib.]
Il y a de certaines familles, qui par les lois du monde, ou ce qu'on appelle de la bienséance, doivent être irréconciliables [LA BRUY., VIII]
La nature et l'hymen, voilà les lois premières, Les devoirs, les liens des nations entières [VOLT., Orphel. II, 3]
19° Les lois de la grammaire, de la syntaxe, les règles établies par la grammaire, la syntaxe.
La grammaire, qui sait régenter jusqu'aux rois, Et les fait, la main haute, obéir à ses lois [MOL., F. sav. II, 6]
20° Les lois du jeu, les conventions qui règnent entre les joueurs.
À la honte des hommes on sait que les lois du jeu sont les seules qui soient partout justes, claires, inviolables et exécutées [VOLT., Dict. phil. Lois, 3]
Terme de trictrac. Loi de plein, de coin, les conditions qu'il faut observer pour faire son plein, pour prendre son coin.
21° Fig. Loi, dans le domaine des sciences, signifie les conditions nécessaires qui déterminent les phénomènes, le rapport constant et invariable entre les phénomènes ou entre les diverses phases d'un même phénomène. Les lois de l'attraction, du mouvement, de la réfraction. L'immutabilité des lois de la nature. Les lois qui président à ce phénomène.
Tout a sa loi, tout a son ordre [BOSSUET, Conn. de Dieu, IV, 5]
Ce n'est pas ici l'univers tel que l'ont conçu les philosophes ; formé, selon quelques-uns, par un concours fortuit des premiers corps, ou qui, selon les plus sages, a fourni sa matière à son auteur, qui, par conséquent, n'en dépend ni dans le fond de son être ni dans son premier état, et qui l'astreint à certaines lois que lui-même ne peut violer [ID., Hist. II, 1]
Le Dieu qu'il [Moïse] nous a montré.... peut faire et défaire ainsi qu'il lui plaît ; il donne des lois à la nature, et les renverse quand il veut [ID., ib.]
Les lois, dans la signification la plus étendue, sont les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses, et dans ce sens tous les êtres ont leurs lois ; la divinité a ses lois ; le monde matériel a ses lois ; les intelligences supérieures à l'homme ont leurs lois ; les bêtes ont leurs lois ; l'homme a ses lois [MONTESQ., Esp. I, 1]
Comme nous voyons que le monde, formé par le mouvement de la matière et privé d'intelligence, subsiste toujours, il faut que ses mouvements aient des lois invariables [ID., ib.]
Les effets généraux sont pour nous les vraies lois de la nature [BUFF., Théor. de la terre, 1er disc.]
La notion philosophique de loi naturelle consiste toujours à saisir la constance dans la variété [A. COMTE, Politique positive, t. II, p. 41]
Lois de l'intelligence ou de la pensée, se dit des conditions nécessaires à l'accomplissement des fonctions de l'intelligence. Lois sociologiques, lois reconnues dans le développement de l'histoire. Terme de physique. Loi de Mariotte, loi d'après laquelle les volumes des gaz sont en raison inverse des pressions.
22° Loi de Lynch, Lynch-law, justice sommaire que le peuple exerce, aux États-Unis d'Amérique, contre les individus qui jouissent de l'impunité par l'insuffisance des lois ; il les pend, ou leur inflige un certain nombre de coups de fouet. On dérive ce nom d'un certain John Lynch, colon de la Caroline au XVIIe siècle, que ses concitoyens investirent d'un pouvoir discrétionnaire, afin de juger et de réprimer immédiatement les désordres inséparables d'une colonie naissante ; cette mesure aurait été adoptée par les autres États de l'Amérique du nord pour des circonstances semblables. Il en a été fait depuis 1848 de fréquentes applications en Californie.

PROVERBES

  • Que veut le roi, le veut la loi, c'est-à-dire la volonté du roi et celle de la loi ne sont pas distinctes, elles concordent toujours.
  • On dit aussi : si veut le roi, si veut la loi (si dans ce cas signifie ainsi).
  • Un roi, une foi, une loi, se dit pour exprimer qu'il ne faut souffrir dans l'État ni révolte contre l'autorité royale, ni religion nouvelle, ni infraction à la loi.
  • Nécessité n'a point de loi, c'est-à-dire un extrême péril, un extrême besoin peuvent rendre excusables des actions répréhensibles.
  • On dit de même : force n'a point de loi.
    Qu'eût fait Alaciel ? force n'a point de loi [LA FONT., Fiancée.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Qui dreite loi et dreit jugement refuserad.... [, Lois de Guill. 41]
    Si recevez la lei [croyance] de chrestiens [, Ch. de Rol. III]
    Donc [il] a parled à lei [à la façon] de chevalier [, ib. LVIII]
  • XIIe s.
    Escoler fu en la loi paenie [, Roncis. 25]
    La loi Jesu as tenu droitement [, ib. 102]
    Par toute Espaigne là où courent mes lois [, ib. 122]
    Le premier roi de France fist Diex par son commant Couronner à ses anges dignement en chantant, Puis le commanda estre en terre son sergent, Tenir droite justice et la loi mettre avant [, Sax. I]
    À l'arcevesque en vunt li evesque parler ; Dient que lur estuet [il leur faut] les leis le rei [les lois du roi] guarder [, Th. le mart. 40]
    ço que reis volt est leis, ço dient li alquant [quelques-uns] ; As terriens seignurs sunt tuit obeisant [, ib. 38]
  • XIIIe s.
    S'il pooit tant faire qu'il l'en peust mener, elle le prendroit à segneur [mari] et relinquiroit sa loy [religion] [, Chr. de Rains, 5]
    Anchiennement, si comme noz avons entendu des segneurs de loys, fu fes uns establissemens, comment on maintenroit le [la] larguece des voies et des quemins [chemins] [BEAUMANOIR, XXV, 1]
    La lois voit bien l'ome quant il est sorpris d'ire, mais il ne voit pas la loi [BRUN. LATINI, Trésor, p. 352]
  • XIVe s.
    Le XXe jour d'avril, que li ville issy [sortit] pour loy faire [exécuter l'arrêt] de pluiseurs maisons abatre [CAFFIAUX, Abattis de maisons, p. 20]
    Les loys sont chose sourde, la quelle l'en ne puet [peut] requerre ne prier [BERCHEURE, f° 28, recto.]
    Toutes amendes qui selon droit ou coustume sont appellées loy [DU CANGE, lex mulcta.]
    Les trente eswardeurs [magistrats] feront serment solennel que il feront la loy de la ville aussi bien au povre comme au riche [ID., Legem facere.]
  • XVe s.
    [Les députés] excusoient de la mort de son bailly toute la loi [le corps municipal] et les hommes notables de la ville [FROISS., II, II, 55]
  • XVIe s.
    La peur qui sert au peuple et de frein et de loy, Ne sçauroit estonner ny ta vertu ny toy ; La loy ne sert de rien, quand la vertu nous garde [RONS., 289]
    La necessité estant venue qui donne loy aux grands, elle fera faire par force ce qu'on n'aura voulu faire de gré [LANOUE, 33]
    Si je n'avoi banni de mon ouvrage les duels ; prenant en cela loi de la loi qui a prononcé contre les vaines gloires les arrêts du vrai honneur [D'AUB., Hist. II, 281]
    Jesus Christ est la fin de la loy : mais il appert clairement par la loy et les prophetes comhien ceste sentence est vraye [CALV., Inst. 254]
    Par ce mot de loy je n'enten pas seulement les dix preceptes.... mais la forme de religion telle que Dieu a publiée par la main de Moyse [ID., ib. 255]
    Pourtant on ne pouvoit mieux dire, que d'appeler la loy un magistrat muet, et le magistrat une loy vive [ID., ib. 1202]
    Alors, libres de crainte, ils eurent loy de tourner leur pensée à la perte qu'ils venoient de faire [MONT., I, 63]
    Se soubmettre aux lois soubs lesquelles on est né [ID., I, 221]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. leg, ley, lei ; catal. lley ; esp. ley ; port. lei ; ital. legge ; du lat. Legem ( 1er e long), que les étymologistes latins rattachent non à legere, mais à ligare ( i bref) ce qui lie. Mais l'e changé en i fait une grave difficulté ; quant à le tirer de legere ( 1er e bref), le changement de e (bref) en e (long) fait une difficulté aussi, mais moins grande, et le sens n'est guère satisfaisant. L'origine reste donc obscure.

LOI2

(loi) s. f.
Terme de monnayage. Le titre auquel les monnaies doivent être fabriquées, c'est-à-dire la quantité d'alliage qu'elles doivent contenir.

ÉTYMOLOGIE

  • Loi 1, la loi en monnaie étant une règle, une loi (voy. ALOI).

loi

LOI. n. f. Prescription de l'autorité souveraine, qui règle, ordonne, permet ou défend. Proposer, discuter, amender, voter, sanctionner, promulguer, publier une loi. Se soumettre, obéir aux lois. Abroger, rapporter une loi. Citer, alléguer, interpréter une loi. Le préambule, les articles, les dispositions, le texte d'une loi. Loi en vigueur. Loi tombée en désuétude. Cette coutume a maintenant force de loi. Force est restée à la loi. Étudier, connaître les lois. L'esprit d'une loi. La lettre d'une loi. La loi Falloux. La loi Bérenger.

La loi fondamentale d'un État, Celle qui règle la nature, l'étendue et l'exercice des pouvoirs du gouvernement. On dit aussi, dans ce sens, La loi constitutionnelle.

La loi de l'État ou, simplement, La loi, Toute règle qui est reçue dans l'État et qui y a force de loi, soit qu'elle ait rapport au gouvernement général, soit qu'elle fixe le droit des particuliers. Observer la loi. Enfreindre, violer, transgresser, éluder, tourner la loi. Invoquer la loi. Nul n'est censé ignorer la loi.

Lois politiques, Celles qui ont pour objet la conservation de l'État, abstraction faite des sociétés et des individus qu'il renferme.

Lois organiques, Celles qui ont pour objet de régler le mode et l'action des institutions ou établissements dont le principe a été consacré par une loi précédente.

Lois civiles, Celles qui règlent les droits et les devoirs, les intérêts et les rapports des citoyens entre eux.

Lois criminelles, Celles qui déterminent les délits, les crimes, la manière de les poursuivre, et les peines qui y sont applicables.

Loi pénale, Celle qui prononce quelque peine.

Loi fiscale, Celle qui règle la quotité et le mode de perception des contributions publiques.

Loi somptuaire, Celle qui atteint le luxe par l'impôt.

Loi martiale, Loi d'exception qui subordonne les autorités civiles à l'autorité militaire. Proclamer la loi martiale.

Loi d'exception, Loi qui déroge momentanément à la loi constitutionnelle de l'État ou à quelque autre loi générale.

La loi du talion, Loi primitive qui consistait à traiter un coupable de la même manière qu'il avait traité ou voulu traiter autrui. Par extension et figurément, il signifie Conception de justice sommaire qui consiste à rendre oeil pour oeil, dent pour dent.

Loi agraire, Loi qui, chez les Romains, réglait le partage ou l'administration des terres conquises.

Homme de loi, Celui qui fait profession d'interpréter les lois, jurisconsulte. Consulter un homme de loi, les gens de loi. Il se dit aussi quelquefois, surtout au pluriel, des Gens de Justice, des officiers ministériels près des tribunaux.

Fig., Faire loi, Tenir lieu d'une loi, avoir l'autorité, la force d'une loi. Dans les langues vivantes, l'usage fait loi. L'exemple de cet écrivain ne fait pas loi. Prov., Nécessité fait loi.

Fig., Se faire une loi de quelque chose, S'en imposer à soi-même l'obligation. Il s'est fait une loi de la discrétion. Il s'est fait une loi de se promener tous les matins.

Fig., Faire, donner, dicter, imposer la loi, Commander, ordonner avec autorité.

La loi des nations, Le droit des gens.

Les lois de la guerre, Les règles que les nations sont convenues d'observer entre elles pendant la guerre.

LOI signifie aussi Puissance, autorité. Alexandre rangea toute l'Asie sous sa loi, sous ses lois. Les peuples vécurent heureux sous ses lois. La loi du vainqueur. La loi du plus fort.

Subir, recevoir la loi de quelqu'un, Se soumettre à sa volonté.

LOI se dit spécialement de l'Ensemble des règles de conduite émanant de Dieu ou de ses représentants sur la terre.

Loi divine signifie quelquefois la Loi naturelle, et plus souvent les Préceptes positifs donnés par la révélation. On dit aussi, dans l'un et l'autre sens, Les lois divines. On dit, par opposition, Les lois humaines, Les lois établies par les hommes pour le maintien et l'ordre des sociétés.

L'ancienne loi, ou absolument, dans le langage de l'Écriture, La loi, La loi de Moïse, la loi des Juifs. Les livres de la loi, les docteurs de la loi.

Prov. et fig., Ce qu'écrit cet auteur, c'est la loi et les prophètes, C'est une vérité incontestable.

La loi nouvelle, ou La loi de grâce, La loi de JÉSUS-CHRIST, la loi des chrétiens.

N'avoir ni foi, ni loi, Être sans religion et sans morale.

Prov., Nécessité n'a point de loi, Un extrême péril, un extrême besoin peuvent rendre excusables des actions répréhensibles en elles-mêmes.

Loi morale se dit encore d'un Ensemble de règles de conduite morale imposées par la conscience.

La loi naturelle, Règles de conduite que l'homme trouve dans son instinct, par opposition aux lois écrites. Aimer ses père et mère, être reconnaissant envers ses bienfaiteurs sont des lois naturelles. La loi naturelle nous défend de faire à autrui ce que nous ne voudrions pas qu'on nous fît.

On dit quelquefois dans le même sens : La loi de nature. Il faut s'entraider, c'est la loi de nature.

LOI se dit, par analogie, de Ce qui règle l'ordre du monde physique. Lois de la nature. Lois physiques. Les lois de l'attraction, du mouvement, de la pesanteur, de la gravitation. La loi de Mariotte. On dit, par extension, Les lois de l'histoire, de la psychologie, etc. Les lois de l'esprit, de la pensée.

Il se dit aussi, d'une manière plus générale, de Certaines règles, de certaines obligations auxquelles on doit se conformer, et dans cette acception on l'emploie plus ordinairement au pluriel qu'au singulier. Les lois de l'honneur, du devoir, de la bienséance, de la politesse. Les lois de la grammaire, de la syntaxe.

loi

LOI. n. f. T. de Monnayage. Titre auquel les monnaies doivent être alliées et fabriquées.

loi


LOI, s. f. [Loa: monos. Plur. autrefois loix, aujourd'hui, lois.] Loi, au propre, est une règle établie par autorité divine ou humaine, qui oblige à certaines chôses et en défend d'aûtres. "Loi naturelle, ou divine, ou humaine. "La loi de Moïse. "La loi de Grâce. "Établir, ou abroger une loi. "Se soumettre à la loi, ou, enfreindre la loi, etc. = Par extension, il se dit de certaines obligations de la vie civile. "Les lois de la bienséance, de l' honêteté, de la société, etc.
   Faire la loi, régit le datif: "Il leur a fait la loi. Mais, quand il est sans régime, on dit, faire loi, sans article. "Votre opinion ne fera pas loi. MARM. — Au reste ces deux expressions ont un sens diférent; et l'on s'en aperçoit bien dans la phrâse suivante. "Au lieu de vous dire le mien (mon goût) qui ne fait la loi à persone, etc. Pluche. Il falait, qui ne fait loi pour persone, etc. — Faire la loi, c'est prescrire des lois: Faire loi, c'est être une loi à suivre. Le 1er se dit des persones, le 2d des chôses. = On dit aussi doner des lois à, et recevoir la loi de; gouverner et être gouverné. L'Être suprême... donne des loix à l'Univers. Jér. Dél. "Son corps reçoit la loi de l'âme qui l'anime. Ibid. = Se faire une loi, régit de devant les verbes; et prendre la loi, devant les noms. "Je me suis fait une loi de ne pas répondre aux injûres. "Je prendrai toujours la loi de vous. * Corneille dit, prendre loi sans article, ce qui est contre l'usage actuel, même en vers.
   Ses desirs prendront loi de mes propres desirs.
       Agésilas.
  Que le foible parti prenne loi du plus fort.
= Aquérir force de loi, se dit sans article. "Si le bill pouvait acquérir la force de loi. TARGE, Traduct. de Smollet. Retranchez la. — Ce même Auteur dit ailleurs. "Ce bill acquit depuis force de loi, mais habituellement, il dit, la force.
   On dit, proverbialement, d'un méchant homme, qu'il n'a ni foi, ni loi. Et de ce qui est incontestable, que c'est la loi et les Prophètes. "Il vous loue fort... du soin que vous avez de payer vos arrérages. C'est tout: c' est la loi et les Prophètes. SÉV. = Le proverbe dit: nécessité n'a point de loi: on ne peut faire l'impossible. Ou plutôt la nécessité, le besoin absolu force à faire ce qu'on ne ferait pas sans cela. MARIN.
   REM. Loi, dans le sens de foi, religion ne doit pas s'unir avec les pronoms possessifs, quand on parle des hommes. On dit, ma foi, ma religion; mais on ne doit pas dire avec Boileau.
   Le fidèle atentif aux règles de sa loi.
La raison de cela, c'est que la foi est l'acte du fidèle qui croit, et loi l'acte du Législateur qui ordone. Foi, se dit activement des fidèles, et Loi passivement. On dit, en parlant de Dieu, qu'il nous ordone d'observer sa loi. Le pronom possessif est là à sa place.

Synonymes et Contraires

loi

nom féminin loi
Traductions

loi

Gesetz, Bestimmunglaw, act, statute, legislationwetדין (ז), הלכה (נ), חוק (ז), הֲלָכָה, חֹקwetlleizákon, právolovleĝoleylakilöglexprawoleilegelag, 法律νόμοςзаконleggeقَانُونٌzakon法律lovกฎหมายyasaluật (lwa)
nom féminin
ensemble des règles à respecter

loi

[lwa] nf
la loi → the law
contraire à la loi → against the law
enfreindre la loi → to break the law
nul n'est censé ignorer la loi → ignorance of the law is no excuse
(= règle, décret individuel) → law
C'est une loi injuste → It's an unjust law.
appliquer une loi → to enforce a law, to apply a law
enfreindre une loi → to break a law
proposition de loi → private bill
projet de loi → bill
(fig) (de la mode)dictate; (de l'étiquette)rule
les lois de la mode → the dictates of fashion
(scientifique)law
(domination)domination
imposer sa loi à qn → to dominate sb
faire la loi → to lay down the law