m

m

[ ɛm] n.m. inv.
Treizième lettre (consonne) de l'alphabet : « Comme » s'écrit avec deux « m ».
M,
chiffre romain valant mille.

M

(è-m') s. f.
La treizième lettre de notre alphabet. Une M majuscule.
Pour le B, la lèvre supérieure prend son appui au-dessous de l'inférieure ; et pour l'M les deux lèvres, d'un mouvement égal, ne font que s'unir et se détacher [MARMONTEL, Élém. litt. Œuv. t. VIII, p. 504, dans POUGENS]
Ici l'M à son tour sur ses trois pieds se dresse [DE PIIS, Harmon. imit. I]
Suivant l'épellation nouvelle, M se nomme me et est masculin : un me majuscule.
M, devant un nom propre, signifie monsieur ; MM signifie messieurs ; Mme signifie madame ; et Mlle signifie mademoiselle.
Dans les chiffres romains, M est le signe numérique de 1000. CM veut dire 900. Surmontée d'une ligne horizontale, cette lettre vaut mille fois 1000, ou un million.
M est la marque des anciennes monnaies françaises qui ont été frappées à Toulouse. M M. celles des monnaies fabriquées à Marseille.
Les médecins, dans leurs ordonnances, se servent de la lettre M pour signifier une mesure qui se nomme manipule ; et pour le mot latin misce, qui signifie mêlez, ou mixtio, mélange (f. m. s. a. : fiat mixtio secundum artem).

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    La bone loi nous vint par m, Qui des lettres est dame et geme ; M a trois piés en sa figure [, Senefiance de l'ABC, dans JUBINAL, t. II, p. 280]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. m (dit em suivant Priscien) ; du phénicien mim.

m

M. (On prononce EMME.) n. f. Une M. La treizième lettre de l'alphabet. Elle représente une des consonnes.

Quand M est précédée de A, E I ou Y, O, U, elle forme souvent avec cette lettre une voyelle nasale, et, par suite, ne se prononce pas, comme dans Champ, Chambre, Temple, Sembler, Faim, Timbre, Thym, Bombe, Dompter, Ombre, Parfum. Elle ne se prononce pas non plus dans Damné, Automne. Elle se prononce, au contraire, dans certains mots d'origine latine ou étrangère, comme Album, Ultimatum, Pensum, Abraham, Jérusalem, Éphraïm, Stockholm.

Quand l'M est redoublée, après A, E I ou Y, O, U, tantôt la seconde m seule se prononce, comme dans Gramme, Femme, Homme, Somme, tantôt les deux M se prononcent, comme dans Grammaire, Immédiatement, Immense, Comminatoire.

Lorsque cette lettre est redoublée dans les mots composés de la préposition En, la première m se prononce comme n. Ainsi on prononce Emmener, Emmailloter, etc., comme si on écrivait Enmener, Enmailloter.

Elle se prononce également dans certains mots où cette lettre est suivie de l'n comme Amnistie, Somnifère, Memnon.

m


M, s. f. On prononce ème, suivant l'apellation anciène, et me suivant la nouvelle. — C'est la 13e lettre de l'Alphabet, et la neuvième des consones. = Quand elle est au comencement de la syllabe, c'est une des consones apelées liquides, parce que le son en est doux et coulant, et une des labiales, parce qu'elle se prononce des lèvres: ma, me, mi, mo, mu. Quand elle termine la syllabe, elle forme avec la voyèle ou la diphtongue qui la précède, une voyèle nazale. Ainsi, am, em, im, om, um, sont de vraies voyèles, des sons simples; quoiqu'ils soient exprimés avec deux caractères. Voy. la lettre N. — Dans ces ocasions, ils ont le son d'an, en, in, on, un; excepté à la tête des mots començant par imm, où les deux m ont leur son naturel. — Remarquez, 1°. que ces syllabes, am, em, im, om, um peuvent se trouver devant une voyèle ou devant une consone. Si elles se troûvent devant une voyèle, la voyèle précédente fait toute seule une syllabe, et l'm apartient à la voyèle suivante: elle n'est point alors nazale; mais labiale. Ainsi dans Image, Amitié, etc. I et A ont leur son propre, et m se joint à l'a ou à l'i suivant: I-ma-ge, A-mitié. — Devant un b ou un p, elles sont nazales et ont le son d'an: Am-bition, empêcher, etc. prononcez an-bi-cion, an-pêché, etc. = 2°. Si l'm est redoublée aprês l'a, on n'en prononce ordinairement qu'une, Grammaire, Épigramme, abondamment, etc. pron. gramère, épigrame, abon-daman, etc. — Aprês l'e, elle est nazale, et a le son d'an: emmanché. Pron. Anmanché. = 3°. Devant l'n, elle se prononce dans amnistie, hymne, indemnité, et ses dérivés, automnal, calomnie, somnambule, et quelques mots grecs, comme Memnon, Agamemnon. Prononcez comme s'ils étaient écrits a-me-nistie, hi-mè-ne, inda-me-nité, etc. l'e muet surajouté extrêmement bref. Il ne se prononce point dans damner et ses dérivés, condamner, condamnation. Prononcez condâné, condânation. Et ainsi de solemnel, si on l'écrit avec une m. Aujourd' hui on écrit solennel avec deux n. = 4°. Les voyèles nazales prènent l'm au lieu de l'n devant b, p, ph, et m: chambre, ample; amphithéâtre; puissamment; embarras, empire, emmener; imbu, importun, Nymphe, immortel; tomber, trompeur, triomphe, nommer, humble, etc. = 5°. L'm finale se prononce toujours, mais elle prend le son de l'n. "Nom, renom, faim, etc. Pron. non, renon, fein, etc. — Exceptez Jérusalem, Éphrem, qu'on prononce Jérusalème, Éphrème, l'e final très-muet. = 5°. L'm se redouble ordinairement après les syllabes, im, com, gom, pom, som, hom; immense; commerce; pomme, gomme, somme, homme, hommage, etc. mais comme, exceptez après im, la 2e m ne se prononce pas, M. Duclos écrit, come, gome, home, some, et nous écrivons nous-mêmes comerce, comode, homage. — Dans l'anciène ortographe, qui prévaut encôre, il n'y a d'aûtre exception que comète, comédie et ses dérivés, comité, concomitance. — Dans toute aûtre circonstance l'm n'est point redoublée, à six mots près, qui sont dommage, femme, lemme, dilemme, nommément, où l'on n'en prononce qu'une. M. Duclos écrit fame: nous écrivons domage, nomément: on pourrait aussi écrire lème, dilème.
   Le son de l'm consone est le même en français que celui de morgen en allemand, de mind, en anglais, de meno en italien, de memar en Espagnol.

Traductions

m

م, مِيلٍ لِكُلِ سَاعَةٍμ, μ.α.ώ.м, миль в часmil za hodinuengelske mil i timenMeilen pro Stundemphmillas por horamailia tunnissamilja na satmph毎時・・・マイル시속 마일 수mijl/ukm/tmile na godzinęmilhas por horamphตัวย่อของไมล์ต่อชั่วโมงmil/saatdặm trên giờ每小时英里 (ɛm)
nom masculin invariable
lettre de l'alphabet

M

m [ɛm]
nm inv (= lettre) → M, m, M
M comme Marcel → M for Mike
abr
(=masculin) → m
(=mètre) → m
M. (=Monsieur) → Mr