médaille


Recherches associées à médaille: médaille militaire

médaille

n.f. [ it. medaglia ]
1. Pièce de métal, génér. circulaire, portant un dessin, une inscription en relief, frappée en l'honneur d'une personne ou en souvenir d'un événement : Chaque membre a reçu une médaille commémorant les cinquante ans de l'association.
2. Pièce de métal représentant un sujet de dévotion : Pour son baptême, il a reçu une médaille de la Vierge.
3. Petite pièce de métal portée comme breloque ou comme plaque d'identité : Le collier du chien a une médaille indiquant l'adresse de ses maîtres.
4. Pièce de métal donnée en prix dans certains concours, certaines épreuves sportives ou en récompense d'actes de dévouement : L'équipe a gagné la médaille de bronze. Le maire lui a remis la médaille du travail.

MÉDAILLE

(mé-da-ll', ll mouillées, et non mé-da-ye) s. f.
Pièce de métal, qui représente le visage de quelque personne célèbre, ou quelque événement extraordinaire, avec une légende ou une inscription qui y a rapport. Médaille d'or, d'argent, de bronze.
Pensez-vous qu'il cherche à s'instruire par ses médailles, et qu'il les regarde comme des preuves parlantes de certains faits, et des monuments fixes et indubitables de l'ancienne histoire ? [LA BRUYÈRE, XIII]
Une médaille, même contemporaine, n'est pas quelquefois une preuve ; combien la flatterie n'a-t-elle pas frappé de médailles sur des batailles très indécises qualifiées de victoires, et sur des entreprises manquées qui n'ont été achevées que dans la légende ! [VOLT., Dict. phil. Histoire, III]
On a cette fameuse médaille où Catherine [de Médicis] est représentée toute nue entre les constellations d'Aries et Taurus, le nom d'Ébullé Asmodée sur sa tête, ayant un dard dans une main, un cœur dans l'autre, et dans l'exergue le nom d'Oxies [ID., Mœurs, 173]
Fig.
Les deux nations [anglaise et française] ont gardé les livrées de leur ancien état, et c'est ainsi que les langues sont les vraies médailles de l'histoire [RIVAROL, Dict. univ. de la langue franç. p. XIX.]
Par plaisanterie.
Ah ! visible démon, vieux spectre décharné, Vrai suppôt de Satan, médaille de damné, Tu m'oses donc bannir, et même avec menaces [CORN., l'Illus. com. III, 4]
Nom donné aux monnaies des peuples de l'antiquité. Histoire par les médailles. La face ou la tête d'une médaille.
Il reste quelques médailles du temps des Machabées, où l'on voit des épis de blé et des mesures, pour montrer la fertilité du pays et l'honneur qu'ils mettaient à le cultiver [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. XXXII, 3e part. p. 396, dans POUGENS]
Voyez-vous, à l'aspect d'une médaille antique, Palpiter du vieux temps l'amateur fanatique ? [DELILLE, Trois règ. IV]
Le cabinet des médailles, le lieu où, dans un établissement public, on conserve les médailles. Médaille fausse, celle qui est contrefaite. Médaille saucée, voy. SAUCÉ. Médaille fruste, celle qui est presque entièrement effacée. Médaille incuse, voy. INCUSE. Médaille fourrée, voy. FOURRÉ 1. Médaille martelée, voy. MARTELÉ. Médaille restituée, voy. RESTITUTION. Médaille inanimée, celle qui n'a point de légende. Médaille encastrée, médaille composée par des faussaires, avec deux pièces antiques, en prenant la face de l'une et le revers de l'autre. Médaille de la coronation, médaille frappée à l'effigie du pape régnant. Médailles coulées, celles où les faussaires ont cherché à faire disparaître les traces du coulage. Le corps d'une médaille, les figures qui y sont tracées. Fig. C'est une tête de médaille, c'est une personne dont les traits sont grands et fort marqués. C'est une vieille médaille, se dit d'une vieille femme.
J'ai fait serment que la première de ces vieilles médailles qui me tendra la joue.... [, Théât. ital. la Cause des femmes, dans LE ROUX, Dict. com.]
Le revers d'une médaille, le côté opposé à celui de la tête. Fig. Le revers de la médaille, un des aspects d'une chose.
Je ne vois la médaille que par son revers consolant [DIDER., Entret. avec la maréch. de ***, Œuv. t. I, p. 486, dans POUGENS.]
Le revers de la médaille, le mauvais côté, les mauvaises qualités d'une personne ou d'une chose. Fig. Tourner la médaille, mettre la chose en sens contraire.
Des trésors et tous les biens du monde me pourraient-ils donner autant de joie que votre amitié ? mais aussi tournez la médaille, rien ne serait pis que le contraire [SÉV., 74]
Fig. La médaille est renversée, c'est-à-dire la fortune a changé, les choses ne sont plus dans le même état.
Nostradamus.... a prédit dans ses vers Qu'en l'an deux mil, date qu'on peut débattre, De la médaille on verrait le revers [BÉRANG., Nostradamus.]
Chaque médaille a son revers, chaque chose a un bon et un mauvais côté.
Pour toi, les médailles n'ont pas de revers, les roses pas d'épines, les cieux pas de nuages, les femmes pas de caprices [CH. DE BERNARD, Un acte de vertu, § V]
Pièce d'or, d'argent ou de cuivre, qui représente un sujet de dévotion, et qu'un prêtre a bénite. Médailles de tel saint. Médailles pendues à un chapelet.
Prix qu'on donne aux poëtes, aux orateurs, aux artistes qui ont obtenu les premiers rangs dans le concours, aux manufacturiers qui se sont distingués, etc.
Qui diable a imaginé cette médaille ? on ne l'aurait pas donnée à l'auteur de Britannicus, qui n'eut que cinq représentations.... il n'y a de médailles que celles que la postérité donne [VOLT., Lett. d'Argental, 22 janv. 1758]
On donne aussi des médailles dans les concours agricoles. Médaille d'honneur, médaille décernée pour actes de dévouement et faits de sauvetage. Médailles militaires, médailles qu'on donne à des militaires en commémoration de quelque campagne, de quelque fait d'armes. Médaille de Crimée. Médaille de Sainte-Hélène, médaille donnée aux anciens militaires qui avaient fait la guerre sous le premier empire.
Plaque de métal numérotée que portent à Paris les portefaix, colporteurs, etc.
En architecture, bas-relief de forme ronde, sur lequel est représentée la tête de quelque personne illustre, ou quelque action mémorable.
Médaille de Judas, voy. LUNAIRE 2.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    En une aultre maison de la ville [Florence] avoit [Pierre de Médicis] retiré tout ce qu'il avoit vaillant et bien trois mil medailles d'or et d'argent, bien la pesanteur de quarante livres : et croy qu'il n'y avoit point autant de belles medailles en Italie [COMMINES, dans DE LABORDE, Ém. p. 385]
  • XVIe s.
    Trois medalles dont les deux sont d'albastre et l'autre de bronze, lesquelles ledict seigneur a prinses et retenues pour en faire à son plaisir, et icelles faict mettre, assavoir, les deux d'albastre en son cabinet d'Amboyse, et l'autre de bronze en ses coffres [DE LABORDE, Ém. p. 386]
    Trois medalles [médaillons] de bronze grandes comme le naturel [ID., ib.]
    Il y a les histoires pour en avoir memorial ; ou bien figures ou medales de bestes, ou villes, ou païs [CALV., Inst. 62]
    Voyez là une belle medaille [visage] de coquu [RAB., Pant. IV, 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. medalh d'aur, monnaie, dans DU CANGE, medalla ; espagn. medalla : ital. medaglia, avec le sens ancien de monnaie ; bas-lat. medalea, medalla, monnaie ; medallata, valeur d'une medalla ; d'un mot fictif metalleus, dérivé de metallum, métal. Médaille est entré tardivement, sous cette forme, dans le français, et il y vient de l'Italie ; mais il y est depuis l'origine sous la forme maaille (voy. MAILLE, monnaie).

médaille

MÉDAILLE. n. f. Pièce de métal frappée ou parfois fondue en l'honneur d'une personne illustre, ou pour conserver le souvenir d'une action mémorable, d'un événement, d'une entreprise. On comprend aussi sous le nom de Médailles les Anciennes monnaies des Grecs, des Romains, etc. Médaille d'or, d'argent, de cuivre, de bronze. Médaille antique. Médailles impériales, consulaires. Médaille bien conservée, entière. Médaille à fleur de coin. Médaille frappée, moulée. Le coin ou la matrice d'une médaille. Le poinçon d'une médaille. Le module d'une médaille. La légende, le champ, l'exergue, l'inscription d'une médaille. Cabinet de médailles. Frapper, fondre une médaille, des médailles. Histoire par les médailles. La face ou l'avers d'une médaille. Le revers d'une médaille. Médaille saucée. Voyez SAUCER. Médaille fruste. Voyez FRUSTE. Médaille incuse. Voyez INCUSE. Médaille fourrée. Voyez FOURRER. Médaille martelée. Voyez MARTELER. Médaille restituée. Voyez RESTITUTION.

Fig. et fam., Le revers de la médaille. Voyez REVERS.

Prov. et fig., Toute médaille a son revers. Voyez REVERS.

Prov. et fig., C'est un profil de médaille, se dit d'une Personne dont les traits sont d'un dessin net et pur.

MÉDAILLE se dit aussi d'une Pièce d'or, d'argent, ou de cuivre, généralement bénite, qui représente un sujet de dévotion. Médailles de baptême, de première communion. Il a plusieurs médailles suspendues à son chapelet.

Il se dit encore de Certains prix qu'on donne aux poètes, aux orateurs, aux artistes, aux industriels qui ont obtenu les premiers rangs dans les concours ouverts par les académies ou par le gouvernement, etc. Il a obtenu une médaille d'or, d'argent, de bronze à la dernière Exposition universelle. Médaille d'honneur du Salon.

La médaille militaire, Décoration instituée en 1852 en faveur des sous-officiers et soldats les plus méritants et qu'on donne également aux généraux en récompense de services éclatants. La médaille de 1870, du Tonkin, du Maroc, Médailles données aux militaires en commémoration de ces campagnes. La médaille de Sainte-Hélène, Médaille donnée aux anciens militaires de la République et du Premier Empire.

Médaille de sauvetage, des épidémies, Médailles qui se donnent aux marins, aux médecins, etc.

MÉDAILLE se dit, de plus, d'une Plaque de métal numérotée que portent les commissionnaires, les porteurs des gares de chemins de fer, etc.

Il se dit également d'une Pièce de métal attribuée aux membres de certaines corporations. Médaille de membre de l'Institut. Médaille de député.

médaillé

MÉDAILLÉ, ÉE. adj. Qui a reçu une médaille. Un artiste médaillé. Substantivement, Les médaillés de Sainte-Hélène. Les médaillés militaires.

médaille


MÉDAILLE, s. f. MÉDAILLER, Acad. ou MÉDAILLIER, Trév. s. m. MÉDAILLISTE, s. m. MÉDAILLON, s. m. [Méda-glie, da-glié, gliste, glion; 1re é fer. 2e br. Mouillez les ll.] Médaille, pièce de métal, fabriquée en forme de monaie et où est gravée la figure de quelque Prince, de quelque Saint ou de quelque monument, etc. = Médaillon se dit des plus grandes médailles. = Médailler, cabinet rempli de tiroirs, dans lequel les médailles sont rangées. = Médailliste, celui qui se conaît en médailles. = On dit en style proverb. tourner la médaille, examiner la chôse d'un aûtre côté, sous un aûtre point de vûe. "Tous les biens possibles pourroient-ils me doner autant de joie que votre amitié? Comme aussi, tournez la médaille, rien n'est pire que le contraire. Sév. = Chaque médaille a son revers; chaque chôse a deux faces. — Vieille médaille, vieille persone, dont les traits sont grands et fort marqués.

Traductions

médaille

Medaille, Denkmünzemedalmedaille, penning, dienstplaatje, judaspenning [plant], munt, plak, erepenningאות כבוד (ז), מדליה (נ), פארה (נ), אוֹת כָּבוֹד, מֵדַלְיָה, פְּאֵרָהmedaljeمدالية, مِدَالِيَةٌmedaile, vyznamenánímedaljemedalomedallamitalimedaljamedáliamedagliaメダル, 勲章, 賞牌메달medalismedalmedalhamedaliaмедальmedalja, медаљаmedalj奖章μετάλλιοmedaljeเหรียญmadalyahuy chươngМедал (medaj)
nom féminin
1. pièce de métal que l'on donne comme récompense médaille d'or remporter une médaille
2. petit bijou que l'on accroche à une chaîne une médaille en argent

médaille

[medaj] nfmedal