mérite


Recherches associées à mérite: mériter

mérite

n.m. [ lat. meritum, gain, de merere, gagner ]
1. Ce qui rend qqn, sa conduite dignes d'estime, de récompense : Vous avez du mérite à travailler dans de telles conditions. Elle se fait un mérite d'avoir réussi sans l'aide de personne gloire, honneur
2. Ensemble de qualités intellectuelles et morales dignes d'estime : C'est une personne de mérite valeur
3. Qualité louable de qqn, de qqch : Il a le mérite de dire toujours ce qu'il pense vertu avantage ; désavantage
4. (Avec une majuscule) Nom de certaines distinctions honorifiques : Ordre du Mérite agricole.

MÉRITE

(mé-ri-t') s. m.
Ce qui rend une chose digne de récompense ou de punition.
Toute action de miséricorde fera placer chacun en son rang selon le mérite de ses œuvres [SACI, Bible, Ecclésiast. XVI, 15]
Comment la vie active et la vie contemplative ont chacune leur mérite devant Dieu [BOSSUET, États d'orais. IX, 13]
Humble dans les grandes choses, grande dans les petites, et joignant surtout à la pureté de ses intentions le mérite de l'obéissance [FLÉCH., Panégyr. Ste Thér.]
De ta constance ailleurs va montrer les mérites [TH. CORN., Ariane, III, 4]
Que ce soit un courtisan fidèle ou un gentilhomme de Bonaparte [qui ait imaginé de donner Chambord au duc de Bordeaux], c'est la même chose pour nous qui n'y saurions avoir jamais d'autre mérite que celui de payer [P. L. COUR., Simple discours.]
Se faire un mérite de quelque chose, tirer gloire, tirer avantage d'avoir, de faire quelque chose.
Sans que de mon pouvoir je me fasse un mérite [MOL., Psyché, III, 3]
Elle est toujours l'objet de la jalousie de la Plessis, qui se fait un mérite auprès de ma mère de la haïr comme le diable [SÉV., 246]
Se faisant un mérite de sa complaisance [BOSSUET, Hist. I, 11]
Et loin de repousser le coup qu'on vous prépare, Vous voulez vous en faire un mérite barbare [RAC., Iphig. IV, 4]
Ils se font un mérite de leur ignominie [MASS., Pet. car. Drapeaux.]
Ce qui rend une personne digne de récompense ou de punition.
Les méchants sont soufferts pour l'instruction ou pour le mérite des justes [MASS., Carême, Mélange.]
En ce sens il se dit très souvent au pluriel.
Proportionnez vos vœux à vos mérites [ROTR., Vencesl. I, 4]
Ce peuple tantôt châtié, et tantôt consolé dans ses disgrâces, par les différents traitements qu'il reçoit selon ses mérites, rend un témoignage public à la Providence qui régit le monde [BOSSUET, Hist. II, 5]
Qu'il soit récompensé par delà ses mérites [C. DELAV., Paria, IV, 3]
En ce sens et au pluriel il prend quelquefois le caractère du langage familier.
....Est-ce un sujet pourquoi Vous fassiez sonner vos mérites ? [LA FONT., Fabl. IV, 3]
Vous m'honorez vraiment par delà mes mérites [REGNARD, Ménechmes, III, 5]
Familièrement et ordinairement en mauvaise part. Il sera traité selon ses mérites. Par dérision, faire valoir tous ses mérites, exagérer ses services.
Les mérites de la passion de Jésus-Christ, ses souffrances et sa mort, en tant qu'elles ont satisfait pour les hommes à la justice divine et qu'elles leur confèrent les effets de la grâce.
Sans la prière, quelle part avez-vous aux mérites de Jésus-Christ ? [BOURDALOUE, 5e dim. après Pâques, Dominic. t. II, p. 199]
Les mérites des saints, les bonnes œuvres des saints. Les mérites, les bonnes œuvres, par rapport à la récompense que Dieu y attache.
Nous agissons de nous-mêmes ; ce qui fait que nous avons des mérites qui sont véritablement nôtres, contre l'erreur de Calvin [PASC., Prov. XVIII]
Ils ne s'assurent point en leurs propres mérites [RAC., Athal. III, 7]
La certitude que nos peines ne sont pas perdues, que nos dégoûts sont pour nous de nouveaux mérites [MASS., Carême, Dégoûts.]
Il [Jésus-Christ] couronnera ses dons, en récompensant mes faibles mérites [ID., Carême, Pécheresse.]
Droit à la miséricorde divine.
Que les vrais Juifs ne considéraient leur mérite que de Dieu, et non d'Abraham [PASC., Pens. XX]
Mérite de condignité, droit sur l'héritage céleste qui appartient au véritable fidèle ayant persévéré jusqu'à la fin dans la foi qui agit par la charité, et ayant par ce moyen accompli la loi selon la mesure de cette vie [BOSSUET, Réfut. catéch. Ferry, I, II, 13]
Ce que les personnes ont de digne et d'estimable.
Dans les belles âmes, Le seul mérite a droit de produire des flammes [CORN., Cid, I, 3]
Je sais que le mérite est sujet à l'envie [ID., Suréna, IV, 1]
La nature fait le mérite, et la fortune le met en œuvre [LA ROCHEFOUC., Max. 153]
Le monde récompense plus souvent les apparences du mérite, que le mérite même [ID., ib. 166]
Quelque disposition qu'ait le monde à mal juger, il fait encore plus souvent grâce au faux mérite qu'il ne fait injustice au véritable [ID., ib. 455]
Les hommes n'ayant pas accoutumé de former le mérite, mais seulement le récompenser où ils le trouvent formé [PASC., Pens. XXV, 107, édit. HAVET.]
Que si son rang la distinguait, j'ai eu raison de vous dire qu'elle était encore plus distinguée par son mérite [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Qu'un père si éclairé vous ait témoigné cette confiance jusqu'au dernier soupir.... c'est le plus beau témoignage que votre vertu pouvait remporter ; et, malgré tout votre mérite, Votre Altesse n'aura de moi aujourd'hui que cette louange [ID., Louis de Bourbon.]
Ce sera dans nos jours s'être fait un nom parmi les hommes et s'être acquis un mérite dans les troupes, d'avoir servi sous le prince de Condé, et comme un titre pour commander de l'avoir vu faire [ID., ib.]
Les deux augustes cardinaux [Richelieu et Mazarin] qui ont soutenu la majesté de cet empire, ont voulu donner la récompense qui était due à son mérite ; mais il a tout refusé [ID., Cornet.]
Une princesse dont le mérite passe la naissance, encore que sortie d'un père et de tant d'aïeux souverains.... [ID., Anne de Gonz.]
Le mérite ne brille guère ici sans protection, et la protection n'aime pas à se charger du mérite [MAINTENON, Lett. à l'abbé Gobelin, 16 mars 1675]
Parmi tant de mortels.... Il ne s'en trouve pas qui, touchés d'un vrai zèle, Du mérite oublié nous fassent souvenir [RAC., Esth. II, 3]
La jalousie et l'émulation s'exercent sur le même objet.... avec cette différence que celle-ci est un sentiment volontaire, courageux, sincère.... et que celle-là, au contraire, est un mouvement violent, et comme un aveu contraint du mérite qui est hors d'elle [LA BRUY., XI]
Personne presque ne s'avise de lui-même du mérite d'un autre [ID., II]
Les hommes et les femmes conviennent rarement sur le mérite d'une femme ; leurs intérêts sont trop différents [ID., III]
Il ne faut rien exagérer, ni dire des cours le mal qui n'y est point : l'on n'y attente rien de pis contre le vrai mérite que de le laisser quelquefois sans récompense ; on ne l'y méprise pas toujours, quand on a pu une fois le discerner, on l'oublie [ID., VIII]
Qui peut, avec les plus rares talents et le plus excellent mérite, n'être point convaincu de son inutilité, quand il considère qu'il laisse, en mourant, un monde qui ne se sent pas de sa perte, et où tant de gens se trouvent pour le remplacer ? [ID., II]
Un mérite paisible, mais solide, accompagné de mille vertus [ID., III]
Il ne voulut point que ce qui appartenait au mérite lui pût être disputé par l'argent, rival trop dangereux et trop accoutumé à vaincre [FONTEN., Fagon.]
Le mérite est un sot, si l'argent ne l'escorte [MONTFLEURY, Fem. juge et part. II, 4]
Ces hommes ne se rendent d'ordinaire sur le mérite d'autrui qu'à la dernière extrémité [VAUVENARGUES, Conseils à un jeune homme.]
Il est plus nécessaire, pour vivre en paix, de cacher son mérite que ses défauts [COMTE DE CAYLUS (GROSLEY), Œuv. t. XII, p. 197, dans POUGENS]
Le mérite a sa pudeur comme la chasteté [DUCLOS, Consid. mœurs, 3]
Il se trouvait en ce moment dans cette heureuse position où le mérite peut espérer une indulgence qu'il n'éprouve qu'une fois et même qu'il n'éprouve pas toujours [CONDORCET, Haller.]
Vanter sa race, c'est louer le mérite d'autrui [Mme DE LAMBERT, Avis d'une mère à son fils.]
Avoir du mérite, avoir des qualités, du talent.
Ma sœur a du mérite, elle est aimable et belle [TH. CORN., Ariane, II, 4]
Théramène était riche et avait du mérite ; il a hérité, il est donc très riche et d'un très grand mérite [LA BRUY., VII]
De mérite, se dit des personnes qui ont du mérite.
Nommez cet ecclésiastique de mérite, que vous dites avoir assisté à cette assemblée.... [PASC., Prov. XVI]
Chrysanthe, homme opulent et impertinent, ne veut pas être vu avec Eugène, qui est homme de mérite, mais pauvre, il croirait en être déshonoré [LA BRUY., VI]
Les personnes de mérite et de service sont utiles aux rois [ID., XI]
Parmi les officiers de l'armée, on voyait des gens de mérite [HAMILT., Gramm. 2]
Madame la maréchale d'Albret était une personne de mérite sans esprit [MADAME DE CAYLUS, Souvenirs, p. 17, dans POUGENS]
Du premier mérite, qui est au premier rang par son mérite.
Il [Scipion] avait toujours auprès de lui des savants du premier mérite, comme Panétius et Polybe, qui l'accompagnaient même dans ses campagnes [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, XI, 2e part. p. 668, dans POUGENS.]
Au plur. Ces deux hommes ont des mérites différents.
Que si ton heur était pareil à tes admirables mérites [MALH., III, 2]
Qu'il ne vante donc plus ses mérites frivoles [CORN., Pomp. I, 1]
Demeurez avec moi d'accord de vos mérites [ID., la Veuve, II, 4]
Dans le monde on voit tous les jours des mérites médiocres l'emporter sur des mérites éclatants [BOURDAL., Myst. Ascens. de J. C. t. I, p. 403]
Si la réputation et la vertu pouvaient dispenser d'une loi commune, l'illustre et la vertueuse Julie vivrait encore avec son époux ; ce peu de terre que nous voyons dans cette chapelle couvre ces grands noms et ces grands mérites [FLÉCH., duc de Montausier.]
On lui dut [à Patru] l'ordre, la clarté, la bienséance, l'élégance du discours, mérites absolument inconnus avant lui [VOLT., Louis XIV, 32]
Molière fut, si on ose le dire, un législateur des bienséances du monde ; je ne parle ici que de ce service rendu à son siècle, on sait assez ses autres mérites [ID., ib. 32]
Ce qu'une chose a de digne d'éloge. Le mérite du style. Cette pièce n'est pas sans mérite.
On ôte du mérite aux bienfaits qu'on retarde [ROTR., Bélis. II, 10]
Et sans considérer quel sera le loyer D'une action de ce mérite [LA FONTAINE, Fabl. VI, 13]
Si, pour faire un système, on peut poser toutes sortes de principes, prendre les plus absurdes comme les plus évidents, et faire une complication de causes sans raison, quel mérite peut-il y avoir dans des ouvrages de cette espèce ? [CONDILLAC, Traité des syst. ch. 3]
Je préférai toujours à ce mérite faux des politesses vaines La grossière vertu des mœurs républicaines [VOLT., Tancr. I, 2]
Le mérite de la difficulté surmontée est quelque chose [ID., Lett. Mme Denis, 22 août 1750]
Habileté, talent.
On cherche les rieurs ; et moi je les évite ; Cet art veut sur tout autre un suprême mérite [LA FONT., Fabl. VIII, 8]
Il [le chevalier de Grignan] est bon juge du mérite de la guerre [mérite militaire] [SÉV., 18 juill. 1690]
Mérite, les gens de mérite. Honorer le mérite.
Affable à tous avec dignité, elle savait estimer les uns, sans fâcher les autres ; et, quoique le mérite fût distingué, la faiblesse ne se sentait pas dédaignée [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
On l'a dit au singulier pour signifier un homme de mérite.
Et l'on peut pour époux refuser un mérite Que pour adorateur on veut bien à sa suite [MOL., F. sav. I, 1]
Fig. Importance, en parlant d'une chose.
Il a vu cet homme que je vous ai dit qui est habile [un médecin], et qui le traite actuellement selon le mérite de ce mal [SÉV., 6 oct. 1680]
Terme de marine. Apostille favorable portée sur le congé d'un marin, ou à côté de son nom sur les matricules.
10° Mérite militaire, nom d'un ordre fondé par Louis XV.

REMARQUE

  • On dit un homme de mérite, on dit aussi le mérite d'un ouvrage ; mais on ne dit pas un ouvrage de mérite.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Helas ! se nus [nuls] se doit sauver [faire son salut] dolans, Dont doit par droit ma merite estre grans, Car plus dolans ne s'en part nus de France [QUESNES, Romanc. p. 96]
    Ainçois le donne [ton cœur] en don tout quite : Si en auras greignor [plus grand] merite [, la Rose, 2264]
    Si vous rens graces et merites De la bonté que vous me dites [, ib. 2821]
    Pechié porte sa peine et bien fait sa merite [J. DE MEUNG, Test. 209]
    Diex l' [lui] en rendra encore, sachez, tout son merite [tout ce qu'elle mérite] [, Berte, LIV]
  • XIVe s.
    À cely doit on rendre graces et merites, qui est souverain de tous les rois [, Chr. de St Denis, t. I, f° 17]
    Si ceste oppinion estoit vraye que toutes choses adviendroient de necessité selon la constellation des corps celestes, nul n'auroit merite [, Songe du vergier, I, 171]
  • XVe s.
    Bienfait ne se doit sans merite [recompense] passer [, Perceforest, t. V, f° 82]
  • XVIe s.
    Croire est de don, non point de merite [CALV., Inst. 451]
    Dieu applique le loyer au merite, et la peine au demerite [AMYOT, Moral. Épît. 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. merit, merite ; cat. merit ; esp. port. et ital. merito ; du lat. meritum, chose méritée. L'espagnol et l'italien, qui ont l'accent sur me, viennent du latin meritum, qui a l'accent sur la même syllabe ; mais le provençal et le français font difficulté d'abord pour la forme : l'accent est déplacé ; puis pour le sens : mérite y signifie récompense ; tout porte à croire qu'il faut y voir un substantif tiré du participe meri, de l'ancien verbe merir, qui, tout en venant du latin mereri, avait pris le sens de récompenser. Le sens primitif de mereri est avoir en partage.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MÉRITE. Ajoutez :
    11° Terme juridique. Valeur d'un acte judiciaire. La cour reçoit un tel opposant en la forme au jugement de tel jour et statuant au fond sur le mérite de son opposition....

    HISTORIQUE

    • Ajoutez : XIIe s.
      Li queiz [leque] voirement de choses estoit poures, mais de merites fut il riches [, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 212]

mérite

MÉRITE. n. m. Ce qui rend une personne digne d'estime. Mérite supérieur, éminent. Mérite personnel. Un homme de mérite, d'un mérite rare. Ce sont des gens de mérite. Avoir du mérite, bien du mérite. Avoir un mérite réel. Être plein de mérite. Il n'est pas sans mérite. Cela est dû à son mérite. Son peu de mérite est cause que.... Reconnaître, apprécier, considérer, honorer le mérite. Il faut donner les emplois au mérite et non à la faveur. Il réunit tous les genres de mérite. Il a le mérite de savoir se taire et parler à propos. Il n'y a pas grand mérite à cela. Il y a beaucoup de mérite à confesser ses torts.

En parlant des Choses, il se dit de Ce qu'elles ont de bon et d'estimable. Le temps seul décide du mérite des ouvrages. Cette pièce n'est pas sans mérite. Sa modestie rehausse le mérite de sa belle action.

MÉRITE ne s'emploie qu'au singulier, quand il est pris dans un sens collectif, comme dans tous les exemples précédents; mais, pris dans un sens distributif, il peut avoir un pluriel. Ces deux hommes sont également remarquables, mais par des mérites différents.

MÉRITE signifie aussi Ce qui rend Dieu miséricordieux pour nous; dans cette acception, le pluriel est aussi usité que le singulier. Dieu nous jugera selon le mérite de nos oeuvres. Dieu récompense ou châtie suivant le mérite. Dieu nous traitera suivant nos mérites. Cette dernière locution a passé dans la conversation, où elle se prend d'ordinaire en mauvaise part. Il sera traité selon ses mérites.

Les mérites de la Passion de JÉSUS-CHRIST, ou simplement Les mérites de JÉSUS-CHRIST, Ses souffrances et sa mort, en tant qu'elles ont satisfait pour nous à la justice divine. Les mérites des saints, Les bonnes oeuvres des saints.

Se faire un mérite de quelque chose, Tirer gloire, tirer avantage d'avoir fait quelque chose. On dit dans un sens analogue : Se faire un mérite de quelque chose, auprès de quelqu'un. Se donner le mérite d'une chose auprès de quelqu'un.

mérite


MÉRITE, s. m. MÉRITER, v. act. MÉRITOIRE, adj. MÉRITOIREMENT, adv. [1re é fer. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d; lon. au 3e et au 4e, dont la 4e e muet; te, , toâ-re, toâ-reman.] Mérite, est 1°. Ce qui rend digne d'estime, en parlant des persones. "Homme de mérite, qui a son mérite, qui n'est pas sans mérite; qui a peu ou beaucoup de mérite, etc. = Il se dit quelquefois absolument. "Reconaitre, considérer le mérite. "Il faut doner cela au mérite, non à la faveur. = 2°. En parlant des chôses, ce qu'elles ont de bon et d'estimable. "Le mérite d'une action, d' un ouvrage, etc. = 3°. Ce qui rend digne de récompense ou de punition, de la part de Dieu. "Dieu nous jugera selon le mérite de nos OEuvres, suivant nos mérites. = On dit, par extension, en st. famil. "Cet homme sera traité selon ses mérites: ce qui se prend en mauvaise part. Bouh. Il n'est employé au pluriel que dans le sens marqué dans ce 3e n°. Hors de là on dit à plusieurs, comme à un seul, votre mérite, et non pas vos mérites. — Les anciens Auteurs, et sur-tout les Poètes, aimaient les pluriels plus qu' on ne les aime aujourd'hui.
   Et ses justes faveurs aux mérites données.
       Malherbe.
Ménage a remarqué que Malherbe dit plus souvent mérites que mérite. Il en cite plusieurs exemples, mais il avertit qu'on ne dit plus vos mérites, mais votre mérite. = On dit, un homme de mérite, une femme de mérite; mais ce n'est pas une conséquence pour d'aûtres mots, comme Seigneur de mérite, Prince, Princesse de mérite, etc. "C'étoit un Prince de mérite, dit le P. Barre, Hist. d'Allem. — On dit alors, Prince, Princesse d'un grand mérite. = Se faire un mérite, régit la prép. de devant les noms et les verbes. "Il se fait un mérite d'une complaisance forcée, de la nécessité où il troûve. "Il se trouva de ces pestes de cour dont les mauvais princes sont ordinairement obsédés, qui se firent un mérite de soufler le feu. Charlev. Hist. du Japon.
   Worth, en anglais signifie prix, valeur. "He is worth ten thousand pounds: il a 100,000 liv. sterl. vaillants Dict. de Boyer. * Un Traducteur de Pope dit du fameux Hopkins, que son mérite bien calculé montoit à sa mort à près de sept millions. Traduction ridicule, comme on voit.
   MÉRITER, c'est être, ou se rendre digne de... "Mériter louange, récompense, punition, châtiment, grâce, pardon; ou avec l'article. "Il mérite les louanges, les récompenses qu'on lui acorde — Et avec de et l'infinitif. "Il mérite d'être aimé, récompensé, ou puni, châtié, etc. ou que et le subjonctif: il mérite que vous le récompensiez. "Il est sans doute moins difficile de mourir pour un ami, que de rencontrer un ami, qui mérite qu'on meure pour lui. MARIN. = Il se dit quelquefois des chôses. "Cette action mérite récompense. "Ce crime mérite la corde. — "Cela mérite réflexion, mérite qu'on y pense. * Mais il ne régit pas alors le datif de la persone. En Provence, au lieu de dire vous méritez cela, c. à. d. cette peine, on dit: cela vous mérite. Cela lui mérite, dit-on de quelqu'un, qui est tombé; pourquoi alait-il si vite?
   En parlant d'une nouvelle, on dit, qu'elle mérite confirmation, pour dire, qu'elle a besoin d'être confirmée.
   Bien mériter de, c'est avoir rendu de grands services à... "Il a bien mérité de l'État, de la Patrie, de la Religion. — En cet emploi, il est neutre. — Nous devons cette expression aux Romains, bene mereri. Elle s'écrit plus souvent qu'on ne l'emploie dans la conversation. Les Romains en faisaient un grand usage. — La Touche dit que quelques persones n'aprouvaient pas cette façon de parler, mais qu'elle est très-bone, et qu'on peut s'en servir sans scrupule.
   MÉRITOIRE, qui mérite les récompenses éternelles. — Il n'a donc d'usage qu'en parlant des bones oeûvres. "Cela est méritoire envers Dieu, devant Dieu. Acad. "Le jeûne, l'aumône sont des oeuvres méritoires. — Depuis quelque tems on a étendu l'usage de ce mot. "Cela est ou n'est pas fort méritoire, très-méritoire: il y a du mérite à l' avoir fait. Cela sent le jargon de société et le néologisme.
   MÉRITOIREMENT, d'une manière méritoire. "Pour faire l'aumône méritoirement, il faut la faire pour Dieu, pour l'amour de Dieu. — Il ne se dit que des mérites surnaturels.

Synonymes et Contraires

mérite

nom masculin mérite
1.  Ce qui rend digne d'estime.
nullité -littéraire: démérite.
Traductions

mérite

Verdienstmerit, worth, value, creditverdienste, waardigheid, nut, verdienstelijkheid, voordeelזכאות (נ), מצוינות (נ), מְצֻיָּנוּת, זַכָּאוּתindo, meritoméritocaritas, pretiummerecimento, méritobenemerenza, merito, pregioMerit (meʀit)
nom masculin
1. fait de mériter l'estime, le respect avoir du mérite à faire qqch
2. avantage de qqch les mérites des transports en commun

mérite

[meʀit] nm
[initiative, action] → credit
Le mérite lui en revient → He deserves all the credit for this.
(valeur personnelle)merit
avancement au mérite → promotion on merit
récompenser le mérite de qn → to give sb their deserved reward
(= avantage, atout) (solutions ou options que l'on compare)virtue
avoir le mérite de → to have the virtue of
C'est une approche qui a le mérite de la simplicité → This approach has the virtue of simplicity.