mamelle

mamelle

n.f. [ lat. mamilla, de mamma, sein ]
Glande placée sur la face ventrale du tronc des femelles des mammifères, sécrétant après la gestation le lait dont se nourrissent les jeunes : Les mamelles d'une vache le pis

mamelle

(mamɛl)
nom féminin
organe des femelles des mammifères les mamelles d'une vache Les mamelles sécrètent le lait.

MAMELLE

(ma-mè-l') s. f.
Partie glanduleuse du sein des femmes et des femelles des animaux, servant à la sécrétion et à l'excrétion du lait.
Il fit qu'avec le lait, pendante à la mamelle, Je suçai des chrétiens la créance et le zèle [ROTROU, St Genest, III, 6]
La bique allant remplir sa traînante mamelle [LA FONT., Fabl. IV, 15]
Vois-tu cette Juive fidèle Dont tu sais bien qu'alors il suçait la mamelle ? [RAC., Ath. V, 5]
Heureuses les mamelles qui l'allaiteront et les mains qui le toucheront, et la maison qu'il habitera, et le lit où il se reposera ! [MONTESQ., Lett. pers. 39]
Pour que les mamelles des femmes soient bien placées, il faut qu'il y ait autant d'espace de l'un des mamelons à l'autre, qu'il y en a depuis le mamelon jusqu'au milieu de la fossette des clavicules, en sorte que ces trois points fassent un triangle équilatéral [BUFF., Hist. nat. hom. Œuvres, t. IV, p. 318]
L'enfant a-t-il moins besoin des soins d'une mère que de la mamelle ? [J. J. ROUSS., Ém. I]
Fig. Le premier âge, l'âge de l'allaitement.
Mon neveu devait alors être à la mamelle [VOLT., Ingénu, 2]
L'éducation que reçoit un homme dès la mamelle influe jusque sur sa décrépitude [BERN. DE ST-PIERRE, l'Arcadie]
Partie semblable chez les mâles, semblablement placée, et qui, portant un mamelon, est en effet une mamelle, mais non développée et d'ordinaire incapable d'aucune sécrétion.
Le nombre des mamelles est, dit-on, relatif, dans chaque espèce d'animal, au nombre des petits que la femelle doit produire et allaiter ; mais pourquoi le mâle, qui ne doit rien produire, a-t-il ordinairement le même nombre de mamelles ? [BUFF., Quadrup. t. I, p. 283]
Fig. Il n'a rien sous la mamelle gauche, c'est un homme sans cœur, sans courage. Fig. Porter un cœur sous la mamelle, avoir des sentiments généreux.
Ah ! pour celui qui porte un cœur sous la mamelle Ce jour pèse comme un remords [A. BARBIER, l'Idole.]
Fig. Ce qui donne l'aliment moral, intellectuel.
Il lui a plu [à Jésus-Christ] que l'unité catholique fût la mamelle qui donnât le lait à tous les particuliers de l'Église [BOSSUET, Réfut. catéch. Ferry, II, 4]
Mamelle de Saint-Paul, fossile du genre oursin. Nom de plusieurs champignons.
En termes de sellier, les mamelles d'une selle sont les endroits où finit le garot, dont est composé l'arçon de devant.
Terme de vétérinaire. Partie latérale de la corne du pied du cheval.
Arbre aux mamelles, voy. MAMMÉE.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    L'auberc [il] lui fausse par dessouz la mamelle [, Ronc. 63]
    Biax fil Raoul, dist Alaïs la bele, Je te norri del lait de ma mamele [, Raoul de C. 40]
  • XIIIe s.
    Sachiez, si très m'en deut li cuers e cœur] sous la mamele [, Berte, LXXXVI]
    Et s'ele a trop lordes mameles, Preingne cuevrechief ou toeles, Dont sus le pis se face estraindre [, la Rose, 13533]
    Et que vostre feme, pour l'amor de vos et de moi, alaitast de sa memelle et norrist un enfant qui li seroit portez [, Merlin, f° 67, verso]
  • XVe s.
    L'archer ....fiert l'escuyer de visée et lui met la sajette tout parmi la mamelle et le cœur [FROISS., II, Il, 235]
  • XVIe s.
    Il vint une louve qui leur donna la mamelle [AMYOT, Rom. 3]
    Tirer laict, beurre et sang de la mamelle [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 250]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. mamilla, mamella ; cat. mamella ; esp. mamila ; ital. mammilla, mammella ; du lat. mamilla, diminutif de mamma, qui paraît tenir au terme grec mamelle.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MAMELLE. - HIST.
  • XVIe s. Ajoutez :
    Afin d'empescher qu'elle [l'armée] n'apportast aucune vexation au peuple de la campagne, duquel vous aviez tousjours un soin merveilleux, disant souvent au roy que le labourage et pasturage estoient les deux mamelles dont la France estoit alimentée, et les vrayes mines et tresors du Perou [SULLY, Oecon. royales, ch. 82, p. 283]

mamelle

MAMELLE. n. f. Partie charnue et glanduleuse du sein des femmes où se forme le lait. Mamelle droite, gauche. Sucer la mamelle. Les enfants à la mamelle.

Il se dit surtout aujourd'hui en parlant de Cette partie charnue, chez les Mammifères. Les mamelles d'une vache, d'une jument, d'une baleine.

À la mamelle se dit figurément pour Au premier âge, à l'âge de l'allaitement. L'éducation des enfants doit commencer à la mamelle.

MAMELLE se dit aussi de la Partie charnue qui, chez les hommes, est placée au même endroit que la mamelle des femmes. Il a été blessé un peu au-dessous de la mamelle. Dans cette acception, on dit plus ordinairement SEIN.

mamelle


MAMELLE, s. f. MAMELON, s. m. MAMELU, ÛE, adj. [Mamèle, melon, melu, lû-e: 2e è moyen au 1er, e muet aux autres. — Trév. écrit ces mots avec deux m; mammelle, etc. Cela est plus conforme à l'étymologie, mamma; mais cette étymologie trompe souvent pour la prononciation. On doit savoir gré à l'Acad. de n'avoir mis qu' une seule m. — Richelet écrit maméle: il devait du moins écrire mamèle.] Partie du sein des femmes, où se forme le lait. On le dit aussi, dans les hommes, de la partie charnûe, qui est placée au même endroit que la mamelle des femmes. Il a été blessé deux doigts au dessous de la mamelle. = Mamelon, le petit bout des mamelles, tant de l'homme que de la femme. = Mamelu, qui a de grosses mamelles. "Homme mamelu; femme mamelûe. = Subst. (st. famil.) c'est un grôs mamelu; une grosse mamelûe.

Traductions

mamelle

borst, mam, tiet, uier

mamelle

mama, mamella, pit

mamelle

mamo

mamelle

mama, teta

mamelle

nisä

mamelle

mamma, uber

mamelle

mama, teta

mamelle

грудь

mamelle

mammella, poppa

mamelle

вимето

mamelle

乳房

mamelle

vemeno

mamelle

yver

mamelle

juver

mamelle

[mamɛl] nfteat