mander


Recherches associées à mander: mandarin

mander

v.t. [ du lat. mandare, donner une mission ]
Litt. Donner à qqn l'ordre de venir : Il mandait sa fille à son chevet réclamer

mander


Participe passé: mandé
Gérondif: mandant

Indicatif présent
je mande
tu mandes
il/elle mande
nous mandons
vous mandez
ils/elles mandent
Passé simple
je mandai
tu mandas
il/elle manda
nous mandâmes
vous mandâtes
ils/elles mandèrent
Imparfait
je mandais
tu mandais
il/elle mandait
nous mandions
vous mandiez
ils/elles mandaient
Futur
je manderai
tu manderas
il/elle mandera
nous manderons
vous manderez
ils/elles manderont
Conditionnel présent
je manderais
tu manderais
il/elle manderait
nous manderions
vous manderiez
ils/elles manderaient
Subjonctif imparfait
je mandasse
tu mandasses
il/elle mandât
nous mandassions
vous mandassiez
ils/elles mandassent
Subjonctif présent
je mande
tu mandes
il/elle mande
nous mandions
vous mandiez
ils/elles mandent
Impératif
mande (tu)
mandons (nous)
mandez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais mandé
tu avais mandé
il/elle avait mandé
nous avions mandé
vous aviez mandé
ils/elles avaient mandé
Futur antérieur
j'aurai mandé
tu auras mandé
il/elle aura mandé
nous aurons mandé
vous aurez mandé
ils/elles auront mandé
Passé composé
j'ai mandé
tu as mandé
il/elle a mandé
nous avons mandé
vous avez mandé
ils/elles ont mandé
Conditionnel passé
j'aurais mandé
tu aurais mandé
il/elle aurait mandé
nous aurions mandé
vous auriez mandé
ils/elles auraient mandé
Passé antérieur
j'eus mandé
tu eus mandé
il/elle eut mandé
nous eûmes mandé
vous eûtes mandé
ils/elles eurent mandé
Subjonctif passé
j'aie mandé
tu aies mandé
il/elle ait mandé
nous ayons mandé
vous ayez mandé
ils/elles aient mandé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse mandé
tu eusses mandé
il/elle eût mandé
nous eussions mandé
vous eussiez mandé
ils/elles eussent mandé

MANDER

(man-dé) v. a.
Mander quelqu'un, lui donner avis ou ordre de venir.
Seigneur, César vous mande, et Maxime avec vous [CORN., Cinna, I, 4]
Seigneur, Félix vous mande au temple [ID., Poly. II, 5]
Il manda donc par députés Ses vassaux de toute nature [LA FONT., Fabl. VII, 7]
Celui-ci [le roi lion] parmi chaque espèce Manda des médecins [ID., ib. VIII, 3]
Il a mandé ses équipages, ses carrosses, ses chevaux, etc. il a donné ordre qu'on les lui envoyât.
Envoyer dire, faire savoir par lettre ou par message.
On mande que le roi d'Angleterre est arrivé en Irlande, où il a été reçu avec transport [SÉV., 536]
Mandez-moi ce qu'il faut pour la nourriture et les ustensiles de ces pauvres femmes [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Il mande à ses agents dans la conférence qu'il n'est pas juste que la paix de la chrétienté soit retardée davantage à sa considération [ID., Louis de Bourbon.]
Je vous écris, monseigneur, dès que j'ai quelque chose à vous mander ; alors mon cœur et ma plume vont vite [VOLT., Lett. Richelieu, 3 janv. 1757]
On sait qu'il [Henri IV] mandait au duc de Sully que sa marmite était renversée, ses pourpoints percés par le coude, ses chemises trouées ; et c'était le plus grand roi de l'Europe qui écrivait ainsi ! [ID., Hist. parl. ch. 38]
Je ne le lui ai point mandé, je le lui ai dit, phrase par laquelle on fait entendre qu'on n'a pas craint de dire en face à quelqu'un une chose fâcheuse.
Mander que, ordonner par une lettre (avec le subjonctif).
Sur le point de partir, Rome, seigneur, me mande Que je vous fasse encor pour elle une demande [CORN., Nicomède, II, 3]
Mandons et ordonnons, premiers mots du mandement qui termine les actes publics faits ou rendus au nom du souverain.
Envoyer, en parlant d'une lettre, d'une nouvelle.
J'ai vu Guitaut et sa femme ; ils vous aiment ; mandez-moi un petit mot pour eux [SÉV., 16]
Faites-moi mander simplement de vos nouvelles sans vous donner la peine d'écrire vous-même [FÉNEL., t. III, p. 351]
Se mander, v. réfl. Être mandé, être transmis par lettre ou par message. Des choses qui ne se mandent pas par la poste.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Mandez [à] Carlon, al orguillus, al fier.... [, Ch. de Rol. III]
    Com faitement [de quelle façon] lui manderons nouvelles ? [, ib. CXXVI]
    Li reis vous mande que vous le secourez [, ib. CXCV]
  • XIIe s.
    Marsille mande des Sarrazins la flor [, Ronc. 39]
    Baron, dist Charles, je vous ai fait mander [, ib. 157]
    Charles mande et commande que treü [nous] lui devon Sax. XXV. Quant Hurepois entendent que Charles au fier vis Leur a mandé tel mant, chascuns fu engramis [irrité] [, ib. XXVI]
    Li reis li a mandé qu'il seit prez l'endemain De respundre e de rendre sun acunte tut plain [, Th. le mart. 33]
  • XIIIe s.
    Sire, li dus de Venise et li quens Looys de Blois, mes [mon] sires, et li autre baron qui sont dedens Constantinoble, vos mandent salut come à leur seigneur [VILLEH., CXXIII]
    Ou païs ne remest maçon Ne pionnier qu'ele ne mant [, la Rose, 3811]
    Lors li firent dire les deux mestre, que moult estoit hardi leur seigneur, quant il avoit osé mander au roy si dures paroles [JOINV., 259]
  • XIVe s.
    Aux reins est mandée une artere du cuer [cœur] passant par le milieu du foie [H. DE MONDEVILLE, f° 29, verso.]
  • XVe s.
    Ore est li temps qu'on ne fait que mander [appeler les hommes au service militaire] ; Mais li mandez destruisent leur contrée, Prennent, pillent quan qu'ils peulent trouver [E. DESCH., Poésies mss. 275]
    S'il est gentilhomme, et le prince face sa mandée et son armée, si la dame veult, il ira [, Les 15 joyes de mariage, p. 105]
  • XVIe s.
    À rien mander il ne faut pas de messager [COTGRAVE, ]
    À toile ordie Dieu mande le fil [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. mandar ; catal. manar ; espmandar ; ital. mandare ; du lat. mandare.

mander

MANDER. v. tr. Envoyer dire, faire savoir, par lettre ou par message. Je lui ai mandé cette nouvelle. Je lui ai mandé par un de ses amis ce qui s'était passé. Je lui ai mandé qu'il vînt. Je lui ai mandé de venir.

Mander quelqu'un, Lui donner avis ou ordre de venir. On a mandé tous les parents. On a mandé le notaire. Il fut mandé chez le percepteur. Il vieillit.

mander

Mander, acut. C'est appeler et convoquer avec commandement, et se dit d'un qui est superieur, à ses ou subjects et contraignables ou autrement inferieurs à luy. Ainsi lon dit, mander les nobles du pays, Nobiles conuocare ad statum diem certumque locum.

Mander quelqu'un, Accersere, Accire.

Mander par avant, Praemandare.

Il m'a demandé si je voudroye rien mander, Discedens nunquid vellem interrogauit, B.

Je feray ce que tu mandes, devant toutes autres choses, Rebus aliis anteuertam quae mandas mihi.

Qui est mandé à venir, Accitus, Accersitus.

Synonymes et Contraires

mander

verbe mander
Littéraire. Faire venir.
Traductions

mander

send

mander

mandar

mander

mandar

mander

befehlen

mander

Mander

mander

Mander

mander

Mander

mander

Mander

mander

[mɑ̃de] vt → to summon