maniement

(Mot repris de maniements)
Recherches associées à maniements: maniement des armes

maniement

n.m.
1. Action ou manière de manier, d'utiliser un instrument, un outil, de se servir de qqch : Un distributeur d'un maniement facile manipulation, usage, utilisation emploi
2. Action ou manière de gérer, d'administrer qqch : Ces investisseurs connaissent le maniement des investissements administration, gestion

maniement

(manimɑ̃)
nom masculin
manière d'utiliser le maniement d'un outil

MANIEMENT

(ma-ni-man ; l'Académie dit qu'on prononce manîment ; mais l'usage n'allonge aucunement cet i) s. m.
Action de manier.
On pourra bien juger à l'œil et au maniement de l'étoffe, si le noir a été bien donné, [, Instr. gén. p. la teinture, 18 mars 1671, art. 229]
Le maniement des armes, l'exercice de pied ferme qu'on fait faire aux soldats, pour leur apprendre à bien manier l'arme. Maniement de la soie, dit aussi cri, qualité qu'on donne à la soie, et qu'on reconnaît à ce que, maniée entre les doigts, elle fait entendre une espèce de petit cri. Fréquent passage des choses, par les mains, qui leur apporte quelque dommage.
Mouvement facile des parties du corps. Il commence à recouvrer le maniement de ses membres.
Terme de peinture. Le maniement du pinceau, des couleurs, la manière de conduire le pinceau, d'employer les couleurs.
Action de diriger, de conduire.
Toutes choses [les muscles et les esprits] qu'on voit bien qui sont, mais dont le secret principe et le maniement n'est pas connu [BOSSUET, Conn. IV, 2]
Le maniement des chevaux est, par exemple, un exercice très convenable aux Polonais [J. J. ROUSS., Pologne, III]
Fig. Le maniement des esprits, des volontés.
Administration, gestion.
Les affaires publiques sont souvent sales et pleines d'ordures ; on se gâte pour peu qu'on les touche ; mais la spéculation en est plus honnête que le maniement [BALZ., à la reine de Suède.]
Je ne saurais aucunement approuver ces humeurs brouillonnes et inquiètes qui, n'étant appelées ni par leur naissance ni par leur fortune au maniement des affaires publiques, ne laissent pas d'y faire toujours en idée quelque nouvelle réformation [DESC., Méth. II, 3]
Puisque le maniement des revenus ecclésiastiques n'est qu'une simple dispensation.... [MASS., Conf. Revenus eccl.]
Comme chacun ne perdrait jamais de vue le recouvrement ni l'emploi des deniers, il ne pourrait se glisser ni fraude ni abus dans leur maniement [J. J. ROUSS., Écon. polit.]
Argent que reçoivent les caissiers, les trésoriers et dont ils sont comptables. Il a un maniement considérable, beaucoup de maniement.
Terme de boucherie. On désigne sous le nom de maniements ou de manets les saillies plus ou moins accusées que forment, sur différents points du corps, les dépôts de graisse chez l'animal en voie d'engraissement et présenté sur le marché pour être abattu ; comme le nom l'indique, ces signes particuliers de l'état de graisse s'explorent avec la main, qui en constate la situation, le développement, la résistance, etc.
D'une manière générale, on pourrait appeler maniements tout renseignement qu'on peut obtenir par le tact sur la nature et la condition de l'animal.... mais on réserve spécialement le nom de maniements à certaines protubérances, déterminées par l'accumulation de la graisse, qui sont en rapport avec l'état général de la bête de boucherie et qui ont un siége constant [BAUDEMENT, dans Livre de la Ferme (Paris, V. Masson, I, 913)]
Maniements principaux, ceux qui ont pour centre un ou plusieurs ganglions lymphatiques. Maniements accessoires, ceux qui ne répondent pas à des ganglions lymphatiques.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se il truevent ke li maniemens le [du] segneur d'Oisy et ses ancisseurs [ancêtres] valle mieus que li maniement l'evesque.... [DU CANGE, maniamentum.]
  • XVe s.
    Je ne me connois mie en si grands affaires comme en faits et en maniements d'armes [FROISS., I, I, 145]
    Surtout quant ils veullent avoir les offices et benefices et les grans manimens du pays [COMM., VI, 3]
  • XVIe s.
    Des suffisants hommes aux maniements des choses publiques [MONT., I, 139]
    Nous corrompons par nostre maniement les choses qui d'elles-mesmes sont belles et bonnes [ID., I, 223]
    On est capable du maniement de ses biens à 25 ans [ID., I, 407]
    Je desirerois qu'on laissast à la jeunesse et aux pauvres soldats le maniement de l'arquebuse [LANOUE, 317]
    Les simples ont accoustumé d'approuver ou reprouver les causes des guerres par les bons ou mauvais maniemens d'icellès [ID., 347]
    Le roi accompagna de ses vallets de chambre les passeports donnez pour le maniement de la paix [D'AUB., Hist. II, 144]

ÉTYMOLOGIE

  • Manier 1.

maniement

MANIEMENT. n. m. Action de manier. Le maniement d'un marteau, d'une pompe.

Le maniement des armes, d'armes, L'exercice de pied ferme qu'on fait faire aux soldats, pour leur apprendre à bien manier l'arme.

MANIEMENT se dit figurément pour Administration, gestion. Le maniement des deniers publics, des finances. Ce trésorier a un grand maniement d'argent. Ceux qui ont le maniement des affaires ont une grande responsabilité.

maniement

Maniement, m. acut. Contrectatio, Pertractatio, Tractatus, huius tractatus.

Maniement d'armes, Tractatio armorum.

Maniement des deniers d'aucun, Dispensatio.

Maniement de sa personne, Gestus, huius gestus.

Le maniement et conduite des affaires de ceste vie, Actio vitae.

Il est apres pour avoir le maniement des choses, Imminet rebus, B. ex Tacito.

Avoir le maniement de quelque chose, Administrare.

Avoir le maniement et administration de quelque argent, Pecuniam aliquam tractare.

Ceux qui avoyent le maniement de tout le thresor du peuple Romain, Quaestores vrbani.

Avoir seul le maniement entier de quelque chose, sans qu'il y ait autre qui en ait cognoissance et communication, In sinu suo habere.

Ils n'apprennent pas le maniement de la fleute, Ab eis non accipiunt tibiarum tractationem.

Commencer à vouloir entendre le maniement de la chose publique, Attingere forum.

Se deffaire et desmettre du maniement des affaires publiques, Se a negotiis publicis remouere.

maniement


MANIEMENT, s. m. MANIER, v. act. [Manîman, manié; 2e lon. au 1er, br. au 2d; devant l'e muet elle est longue: il manîe, ils manîent. Au futur, cet e muet ne se prononce pas: il maniera, manierait: prononc. manîra, manîrè.] 1°. Au propre, l' action de manier. "On conaît la bonté de cette étofe au maniement. — Il est mieux de dire, au manier. = Au fig. il est plus usité. "Le maniement des deniers, des afaires.
   MANIER, dans le sens propre, c'est prendre et toucher avec la main. "Manier une étofe, des papiers, etc. = Figurément, Avoir en sa disposition, en son administration. "Manier les deniers du Roi. — Manier les afaires, les administrer. — Manier les esprits, les gouverner avec adresse. "Ainsi Antiope... maniera le coeur de son époux, comme elle touche maintenant sa lyre, quand elle en veut tirer les plus tendres accords. Télémaque. — Manier un sujet, le traiter. "Je crois cette situation, dans une pièce de Théâtre, bien dificile à manier. Créb. fils. "Ce Poète Dramatique manie bien les passions. — Manier bien le pinceau, le ciseau, la plume, le crayon, etc.
   REM. Vigneul-Marville avait critiqué cette phrâse de la Bruyère: "La véritable Grandeur se laisse toucher et manier. Il prétendait que cela ne pouvait se dire que des chôses corporelles. Mais, outre que la critique était pédantesque, le Censeur était tombé lui-même dans cette faûte, si c'en est une, en disant d'un Orateur, qu' il avait manié, agencé, tourné les pensées de son discours.
   Au Manier, adv. Voyez MANIEMENT.

Synonymes et Contraires

maniement

nom masculin maniement
1.  Manière d'utiliser un outil.
2.  Gestion de quelque chose.
Traductions

maniement

handling

maniement

maneggio

maniement

處理

maniement

manipulace

maniement

håndtering

maniement

käsittely

maniement

처리

maniement

hantering

maniement

[manimɑ̃] nmhandling
maniement d'armes (= MIL) → arms drill