manifeste

1. manifeste

adj. [ lat. manifestus ]
Dont la nature, la réalité, l'authenticité s'imposent avec évidence : La différence entre l'original et sa copie est manifeste
apparent, flagrant, visible ; imperceptible, indiscernable, invisible : Sa volonté de s'en sortir est manifeste

2. manifeste

n.m. [ it. manifesto ]
1. Déclaration publique par laquelle un groupe politique, artistique, littéraire, etc., expose son programme, sa doctrine, sa théorie : Le manifeste du surréalisme
proclamation de foi ; proclamation
2. Document de bord d'un avion comportant l'itinéraire du vol, le nombre de passagers et la quantité de fret emportée.

manifeste

(manifɛst)
adjectif
qui ne fait aucun doute une fraude manifeste Il est manifeste qu'il nous ment.

manifeste


nom masculin
texte dans lequel un groupe de personnes présente ses intentions le manifeste d'un parti politique un manifeste contre l'esclavage

MANIFESTE1

(ma-ni-fè-st') adj.
En parlant des personnes, pris sur le fait, convaincu par le fait (le sens propre est saisi par la main). Un plagiaire manifeste.
Après que le milan, manifeste voleur, Eut répandu l'alarme en tout le voisinage [LA FONT., Fabl. IX, 18]
En parlant des choses, qui est aussi palpable, aussi apparent que si on y pouvait porter la main.
Il avait lieu de craindre en me disant le reste, Que son crime par moi devenu manifeste.... [CORN., Œd. V, 6]
Un événement manifeste [la ruine totale des Juifs] nous met au-dessus de tous les raffinements des chronologistes [BOSSUET, Hist. II, 4]
Cette voix manifeste qui sortit du fond de ce lieu sacré [ID., ib. II, 8]
Lorsque son âme épurée de tous les sentiments de la terre et pleine du ciel où elle touchait, a vu la lumière toute manifeste [ID., Duch. d'Orl.]
Ainsi [dans sa conversion] elle passa tout à coup d'une profonde obscurité à une lumière manifeste [ID., Anne de Gonz.]
J'écarte de vos jours un péril manifeste [RAC., Bajaz. II, 1]
Il est manifeste que le commun des hommes doit être dans une ignorance très grossière à l'égard même des choses qui ont quelque rapport à eux [MALEBR., Rech. vér. IV, 2]
L'horrible projet de son fils [Néron] est manifeste ; elle [Agrippine] dissimule [DIDEROT, Claude et Nér. I, 71]

SYNONYME

  • MANIFESTE, NOTOIRE. Notoire porte en soi l'idée de connaissance ; et manifeste celle d'évidence : ce qui est notoire est connu de tous ; ce qui est manifeste est évident pour tous.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Les choses dessus dictes sont notoires et manifaites [, Bibl. des chartes, 4e série, t. II, p. 69]
    En chascun bras sont quatre voines manifestes [LANFRANC, f° 30]
    Afin que le forfait qui eret [était] manifeste fust puni.... [BERCHEURE, f° 16]
  • XVIe s.
    Combien que tous ne soyent pas tombez en des idolatries manifestes [CALV., Inst. 25]
    Il est tout manifeste, qu'avec si grosse puissance, nous pourrons facilement recouvrer le royaume de la Macedoine [AMYOT, Pyrrh. 30]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. manifest ; espagn. manifiesto ; ital. manifesto ; du lat. manifestus. D'après Corssen, Beiträge, p. 182, manifestus est composé avec manus, comme in-festus, con-festim, etc. le sont avec in, cum ; fest représente le radical fen d'of-fendere, defendere, qui veut dire frapper, toucher : manifestus (mani-festus pour mani-fend-tus), frappé, touché, surpris avec la main, pris sur le fait, découvert.

MANIFESTE2

(ma-ni-fè-st') s. m.
Déclaration publique par laquelle un prince, un État explique les raisons de sa conduite à l'égard d'un autre prince ou État, surtout lorsqu'il s'agit de guerre.
La Flandre est d'abord revendiquée comme le patrimoine de Thérèse [femme de Louis XIV], et, tandis que les manifestes éclaircissent notre droit, nos victoires le décident [MASS., Or. fun. Louis le Grand.]
Rien ne ressemble plus à des libelles que certains manifestes des souverains ; les secrétaires du cabinet de Moustapha, empereur des Osmanlis, ont fait un libelle de leur déclaration de guerre [VOLT., Dict. phil. Libelle.]
On assure qu'en 1718, lorsque la France déclara la guerre à l'Espagne, le manifeste fut fait par Fontenelle, sur les mémoires du ministre, et revu par Lamotte [D'ALEMB., Art. du card. Dubois, Œuv. t. X, n. 4, p. 125, dans POUGENS.]
Il se dit aussi des déclarations publiques d'un parti.
L'an 1615, Jean Bringern imprima à Francfort un livre contenant deux opuscules intitulés : Manifeste et confession de foi des frères de la rose-croix [NAUDÉ, Rosecroix, IV, 2]
Vous savez que je crains les apologies, mais vous allez voir que je ne crains pas les manifestes [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 186, dans POUGENS]
Par extension, écrit, publication qui annonce de nouvelles manières de voir dans la littérature, dans les arts.
L'Illustration de la langue française par Joachim du Bellay est comme le manifeste de cette insurrection soudaine [SAINTE-BEUVE, Poésie au XVIe siècle, éd. CHARPENTIER, p. 45]
Dans les échelles du Levant, déclaration des marchandises renfermées à bord d'un vaisseau.

ÉTYMOLOGIE

  • Manifeste 1.

manifeste

MANIFESTE. adj. des deux genres. Qui peut en quelque sorte être touché par la main, qu'on prend sur le fait. C'est un faussaire, un plagiaire manifeste.

Il se dit, par extension, des Choses et signifie Qui est notoire, évident pour tout le monde. C'est une erreur manifeste. C'est une chose publique et manifeste.

manifeste

MANIFESTE. n. m. Écrit public par lequel un prince, un État, un parti, une personne de grande considération fait connaître ses vues sur tel ou tel sujet ou rend raison de sa conduite dans quelque affaire importante. À la veille des élections, ce parti politique fit publier un manifeste, lança un manifeste.

manifeste

Manifeste, Apertus, Manifestus, Planus.

La tromperie est manifeste, Detecta est fraus.

Traductions

manifeste

גילוי דעת (ז), גלוי לעין (ת), כרוז (ז), מופגן (ת), מנשר (ז), קול קורה (ז), כָּרוֹז, מִנְשָׁר, מֻפְגָּן

manifeste

manifest

manifeste

manifest

manifeste

manifiesto

manifeste

offenbar

manifeste

manifest

manifeste

[manifɛst]
adjobvious, evident
nmmanifesto