manoeuvre

1. manœuvre

n.f.
1. Ensemble d'opérations permettant de mettre en marche, de faire fonctionner une machine, un véhicule, un aéronef, etc. : La manœuvre d'un engin de terrassement maniement
2. Action de diriger un véhicule, un navire, etc. ; mouvement ou série de mouvements que détermine cette action : La manœuvre d'un autobus. Le créneau est la manœuvre qui lui pose le plus de problèmes. Le commandant dirige la manœuvre.
3. Sur un navire, cordage faisant partie du gréement ; filin.
4. Mouvement d'ensemble d'une troupe de militaires : Une manœuvre d'encerclement.
5. (Surtout au pl.) Exercice d'instruction militaire destiné à enseigner les mouvements des troupes et l'usage des armes : Terrain de manœuvres.
6. (Souvent péjor.) Ensemble de moyens employés pour obtenir un résultat : Ils ont déjoué la manœuvre de leur adversaire machination combinaison, tractation
Fausse manœuvre,
action inappropriée, mal exécutée ou exécutée à contretemps et susceptible d'avoir des conséquences fâcheuses : J'ai dû faire une fausse manœuvre en éteignant l'ordinateur.

2. manœuvre

n.m.
Salarié affecté à des travaux ne nécessitant pas de connaissances professionnelles spéciales.

MANŒUVRE1

(ma-neu-vr') s. f.
Opération de la main. Terme de construction. Mouvement des ouvriers et des machines. Il faut laisser de la place pour la manœuvre.
Terme de chirurgie et d'obstétrique. Action composée, ensemble des mouvements pour faire quelque opération. La manœuvre du forceps.
Il se dit des mouvements concertés des animaux. La manœuvre du chat pour prendre une souris.
Un insecte inutile dont nos observateurs admirent les manœuvres, une herbe sans vertu dont nos botanistes observent les étamines, n'étaient pour eux [les anciens] qu'un insecte ou une herbe [BUFF., Hist. nat. 1er disc. t. I, p. 71]
Terme de peinture. Manière dont les couleurs d'un tableau sont fondues et agencées. La manœuvre de ce tableau est bonne.
Terme de marine. Mouvement, opération qui nécessite un changement d'allure ou de direction dans le cap ; tels sont l'action de gouverner, les virements de bord, l'appareillage et le mouillage.
Vous voyez assez, monseigneur, par le compte que je vous rends de la manœuvre de chaque vaisseau, qu'ils ont fait tous parfaitement leur devoir [, Rapport de Jean Bart, 1694, dans JAL]
Personne ne conservait assez de présence d'esprit, ni pour ordonner les manœuvres, ni pour les faire [FÉN., Tél. IV]
L'art de la navigation consiste en deux parties : le pilotage qui regarde principalement l'usage de la boussole, et la manœuvre qui regarde la disposition des voiles, du gouvernail et du vaisseau par rapport à la route qu'on veut faire et aux avantages qu'on peut tirer du vent [FONTEN., Renau.]
La manœuvre est principalement fondée sur les lois de la résistance des fluides, et ces lois n'étaient encore que peu connues [D'ALEMB., Éloges, Bernoulli.]
Faire une fausse manœuvre, faire une manœuvre à contre-temps et mal à propos. Service des matelots et usage que l'on fait de tous les cordages.
Il s'agit de payer mon passage : vous y aviez pourvu en me faisant apprendre la manœuvre [J. J. ROUSS., Ém. V]
Manœuvre basse, celle que l'on peut faire de dessus le pont. Manœuvre haute, celle qui se fait de dessus les hunes, les vergues et les cordages. Grosse manœuvre, travail qu'on fait pour embarquer les câbles et les canons, et pour mettre les ancres à leur place.
Nom général signifiant les cordages qui servent à manœuvrer un navire, excepté les câbles. Amarrer une manœuvre. Manœuvre haute, toute manœuvre appliquée aux parties supérieures de la mâture, par opposition aux autres qu'on nomme manœuvres basses. Lors du départ, il [le contre-maître] verra lever l'ancre ; et, pendant le voyage, il visitera chaque jour toutes les manœuvres hautes et basses, Ord. août 1681. Manœuvre courante, toute manœuvre libre, courant dans une poulie, et servant à plier, déplier, étendre et diriger les voiles. Manœuvre dormante, toute manœuvre qui sert à l'établissement d'un mât et reste fixe à la place où on l'attache. Manœuvre de hune, cordage amarré au grand mât de hune. Manœuvres à queue de rat, celles qui vont en diminuant, et qui par conséquent sont moins garnies de cordons vers le bout que dans toute leur longueur. Manœuvres en bandes, celles qui, n'étant ni tenues ni amarrées, ne travaillent point. Manœuvres passées à contre, celles qui sont passées de l'arrière du vaisseau à l'avant, comme celles du mât d'artimon. Manœuvres passées à tours, celles qui sont passées de l'avant du vaisseau à l'arrière, comme les cordages du grand mât et ceux des mâts de beaupré et de misaine.
Mouvements qu'on fait faire à des troupes, soit sur le champ de revue, soit en campagne.
L'exercice prussien s'était perfectionné pendant cinquante ans ; on avait voulu l'imiter en France.... on avait même changé les manœuvres presque à chaque revue, de sorte que les officiers et les soldats, ayant mal appris des exercices nouveaux.... n'avaient rien appris du tout [VOLT., Comm. Œuvr. aut. Henr.]
Les manœuvres de guerre firent évanouir le fruit des manœuvres de politique [ID., Louis XIV, 21]
Il a voulu dire seulement que les Prussiens n'auraient pas eu tant de succès s'ils n'eussent été que braves, et s'ils n'eussent eu à leur tête un général aussi consommé dans les manœuvres militaires, devenues aujourd'hui plus nécessaires que jamais [D'ALEMB., Lett. au roi de Prusse, 14 août 1772]
Par le succès de cette première manœuvre, les deux corps français et italien n'avaient pas encore conquis le droit de continuer leur retraite, mais seulement la possibilité de la défendre [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 10]
Manière de conduire une assemblée délibérante.
Ils ne connaissent point, tous tant qu'ils sont, la manœuvre des états [de la Bretagne] [SÉV., 21 août 1689]
Fig. Moyens que l'on emploie pour gouverner certaines affaires.
Ce n'est pas tout de briller par vos œuvres : Il faut encor des ressorts, des manœuvres [J. B. ROUSS., Épît. I, 5]
S'il a fait quelque mauvaise manœuvre, vous avez la voie de la justice [LE SAGE, Turcaret, III, 5]
Tant de précipitation nous nuirait peut-être et sentirait la manœuvre [MARIV., Marianne, 10e part.]
Encore une fois, le soin que je prends de rendre Sémiramis moins indigne du public éclairé est ma meilleure réponse, est ma meilleure manœuvre [VOLT., Lett. d'Argental, 11 oct. 1748]
Seriez-vous mal reçu, monseigneur, à dire au roi qu'en dix jours de temps il y a eu cinq éditions de sa gloire [le poëme de Fontenoy] ? n'oubliez pas, je vous en prie, cette petite manœuvre de cour [ID., Lett. d'Argenson, 29 mai 1745]
Il fut témoin des manœuvres des principaux satrapes qui firent ce qu'ils purent pour faire battre leur chef [ID., Babouc.]
Louis ignorait que le plus fort obstacle à ses desseins était la perfidie du cardinal Balue, qui trahissait sa confiance, et dont le hasard découvrit les manœuvres [DUCLOS, Louis XI, Œuvr. t. II, p. 369, dans POUGENS]
Le célèbre Prior avait, par les plus sages moyens, préparé cette paix d'Utrecht, si désirée des peuples et si retardée par les manœuvres ou l'ineptie des politiques [D'ALEMB., Éloges, Destouches.]
Je lui parlai des indignes manœuvres de Mme d'Épinay pour surprendre les lettres très innocentes que sa belle-sœur m'écrivait [J. J. ROUSS., Conf. IX]
Faire une fausse, une mauvaise, une méchante manœuvre, se comporter d'une manière malhabile, faire une démarche qui gâte les affaires.
M. de Saint-Malo est revenu ; il a été mal reçu aux états [de Bretagne] ; on l'accuse fort d'avoir fait une méchante manœuvre à Saint-Germain [où était la cour], et qu'il devait au moins demeurer, après avoir mandé ce malheur en Bretagne, pour tâcher de ménager quelque accommodement [SÉV., 235]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et toutes les manœuvres [service de bras] que Robers d'Amiens y avoit chacun an [DU CANGE, manopera.]
  • XIVe s.
    Le dit bois coustivé [cultivé] par maneuvre d'homme [DU CANGE, manopera.]
  • XVIe s.
    Le principal pilotte du marquis connutau maneuvre des deux navires qui estoient avec Sainte-Souline, qu'ils ne vouloient point estre de la partie [D'AUB., Hist. II, 467]
    Les chevaux ne pouvant prendre pied, il fallut faire cette maneuvre avec les bras des hommes [ID., ib. III, 404]
    Qu'ainsi ils se mesleroient avec les vrais païsans qui alloient à la maneuvre [ID., ib. III, 417]
    Ceux qui ont prins bois à couppe et à layer sont tenus le coupper et abattre dedans le premier jour de may et vuider la maneuvre dedans le jour de la Magdeleine prochainement luisant [, Coust. génér. t. I, p. 603]
    Maneuvre de bras en temps d'esté six deniers, en temps d'hiver quatre deniers [, ib. t. II, p. 467]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, menœuvre ; provenç. manovra ; espagn. maniobra ; ital. manovra ; bas-lat. manuopera, de manus, main, et opera, œuvre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. MANŒUVRE. Ajoutez :
    10° Terme de fortification. Manœuvres d'eaux, mouvements et chasses qu'on peut produire à l'aide des eaux dans les fossés d'un ouvrage de fortification.
    11° Terme d'artillerie. Manœuvres de force, ensemble des opérations nécessaires pour le mouvement des pièces et du matériel.

MANŒUVRE2

(ma-neu-vr') s. m.
Celui qui travaille de ses mains.
On encourage nos manœuvres à perdre leur raison et leur santé dans un cabaret, au lieu de mériter leur subsistance par un travail utile [VOLT., Mél. litt. à M. Dupont.]
Le manœuvre auvergnat et limousin dévore quatre livres de pain qu'il trempe dans l'eau [ID., Dict. phil. Blé.]
Ouvrier subalterne servant ceux qui font l'ouvrage, et, particulièrement, celui qui sert les maçons, les couvreurs.
Il [le czar Pierre] ne se plaît guère qu'à charpenter, et il passe des jours entiers à travailler, comme un ouvrier, à la construction des vaisseaux ; on le voit aux ateliers, tout comme le plus vil manœuvre [BAYLE, Lett. à M***, 28 nov. 1697]
Aussitôt les manufactures, les ateliers, les places publiques se remplirent d'une infinité d'ouvriers et de manœuvres, dont les travaux étaient dirigés par des artistes intelligents, d'après les dessins de Phidias [BARTHÉL., Anach. Introd. part. 2, sect. 3]
On dit aussi en ce sens aide-manœuvre.
Un athée est dans la nature comme un aide-manœuvre dans un superbe palais [BERN. DE ST-P., Mort de Socrate.]
Fig. et par mépris. Un homme qui opère grossièrement et par routine un ouvrage d'art. Ce n'est qu'un manœuvre. Adjectivement.
Les géomètres manœuvres ont un mépris ridicule pour les arts d'imagination [CHATEAUB., Génie, III, II, 1]
En mauvaise part, un homme subtil, rusé, disposé à tromper.
Défiez-vous de lui, c'est un fin manœuvre [, Dict. de l'Académie]
Fig. Manœuvre littéraire, celui qui dans un travail fait les recherches, les extraits, etc.
Pascal n'avait lu aucun des livres des jésuites dont il se moque dans ses lettres, c'étaient des manœuvres littéraires de Port-Royal qui lui fournissaient les passages qu'il tournait si bien en ridicule [VOLT., Philos. Trad. d'une lettre de mil. Bolingbroke.]
Travail, ouvrage de manœuvre, se dit des ouvrages d'art ou de littérature qui n'exigent que du temps et de la patience. Compiler est un ouvrage de manœuvre.
Il restait seulement quelques accompagnements et remplissages à faire ; ce travail de manœuvre m'ennuyait fort [J. J. ROUSS., Conf. VII]

SYNONYME

  • MANŒUVRE, MANOUVRIER. Ces deux mots sont synonymes, excepté en ceci que manœuvre se prend, en un sens particulier ou figuré, pour ouvrier subalterne, et que manouvrier ne s'y prend pas.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il avoit tousjours beu du mesme vin que beuvoient les manœuvres de sa maison [AMYOT, Caton, 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Manœuvre 1.

manoeuvre

MANOEUVRE. n. f. Action par laquelle la main fait mouvoir un appareil. La manoeuvre du canon. La manoeuvre d'une pompe.

Il se dit spécialement, en termes de Marine, de l'Action de gouverner, de conduire un vaisseau, de régler ses mouvements, de lui faire faire toutes les évolutions nécessaires, soit pour la route, soit pour le combat. La manoeuvre du gouvernail, la manoeuvre des ancres, etc. Commander la manoeuvre.

MANOEUVRES, au pluriel, se dit de Tous les cordages destinés à manier les voiles et à faire les autres services du vaisseau. On appelle Manoeuvres courantes Les cordages mobiles qui servent à tout moment pour manoeuvrer le vaisseau; et Manoeuvres dormantes Les cordages fixes dont on ne fait usage que rarement. On dit, au singulier, Amarrer une manoeuvre, etc.

Il se dit, en termes de Stratégie, des Mouvements qu'on fait exécuter à des troupes en campagne. Il fit une manoeuvre qui déconcerta les ennemis. Une manoeuvre hardie. Les savantes manoeuvres de ce général ont décidé la victoire. Par analogie, il se dit de ces Mouvements exécutés en temps de paix pour exercer les troupes. Les manoeuvres se sont faites cette année dans la région de l'Est. Les grandes manoeuvres. Le thème des manoeuvres. La critique des manoeuvres.

Il se dit, figurément, des Moyens qu'on emploie pour arriver à ses fins; et alors il se prend le plus souvent en mauvaise part. Une habile, une fine, une prudente manoeuvre. Une manoeuvre coupable, déloyale. Il lui a fallu beaucoup d'adresse pour déjouer les manoeuvres de son adversaire. C'est à force de manoeuvres qu'il s'est rendu maître de cette affaire.

Fausse manoeuvre, Démarche maladroite.

Manoeuvres abortives. Voyez ABORTIF.

MANOEUVRE est aussi un nom masculin et se dit de l'Ouvrier qui travaille sous les ordres d'un maçon, d'un couvreur, etc.

Il se dit, figurément et par mépris, de Celui qui exécute grossièrement et par routine un ouvrage d'art. Ce n'est qu'un manoeuvre.

Fig., Travail, ouvrage de manoeuvre, se dit des Ouvrages d'art ou de littérature qui n'exigent que du temps et de la patience. Compiler est un ouvrage de manoeuvre.

manoeûvre


MANOEûVRE, s. m. et f. MANOEUVRER, v. n. MANOEUVRIER, s. m. [Il serait à souhaiter qu'on écrivît comme on prononce, maneûvre, maneuvrer, maneuvrier; 2e lon. au 1er, 3e e muet au 1er, é fer. aux deux suiv.] Maneûvre, s. m. Aide à maçon. "Il faut à chaque maçon deux maneûvres pour le servir. = S. f. Terme collectif, qui se dit des cordages destinés à manier les voiles et à faire les autres services du vaisseau. = C'est aussi tout ce qui se fait pour le gouvernement d'un vaisseau. "Il entend bien la maneûvre. "Il changea de maneûvre. — En ce sens, il se dit par extension, des moûvemens qu'on fait à la guerre. "Ce Général fit une maneûvre qui déconcerta les énemis. "Cette savante maneûvre fut admirée. = Fig. Conduite dans les afaires du monde. "Il a fait une maneûvre, qui a gâté l'afaire.
   MANEUVRER et MANEUVRIER ne se disent que dans le sens de maneûvre, subst. f. "L'équipage a bien maneuvré; et activement, maneuvrer les voiles. "Ces troupes ont bien maneuvré. = "Il a maneuvré sourdement pour chasser son rival de ce poste. L'Acad. dit qu' on l'emploie le plus souvent en mauvaise part. On dit pourtant très-souvent: Il a bien maneuvré dans cette afaire. C'est le sens général de la phrâse, qui en détermine donc la signification et l' emploi. "Un bon, un excellent maneuvrier, qui entend bien la maneûvre des vaisseaux. On ne le dit point des troupes de terre.
   REM. 1°. Maneûvre ne se dit sérieusement que des aides des maçons et des couvreurs. On ne peut le dire des ouvriers que par mépris. "Il était avantageux pour l'État de mettre en mouvement ces travailleurs et ces maneuvres. Rollin, Hist. Anc. Il s'agit là de charrons, cordiers, charretiers, paveurs, fouilleurs de mines, etc. Le terme de manoeuvre y est impropre. Il falait dire, ouvriers.
   2°. Maneuvrier ne se dit que de l'art de la maneûvre dans la navigation. Dans les autres arts, on dit maneûvre ou ouvrier; et pour la cultûre des terres, on dit manouvrier. * L'Abé Du Bos dit des Peintres et des Poètes sans génie, qu'ils "restent toute leur vie de vils ouvriers et des manouvriers, dont il faut payer les journées. Il devait dire, des maneûvres ou des manouvriers.

Synonymes et Contraires

manœuvre

nom féminin manœuvre
1.  Mise en marche d'un appareil.

manœuvre

nom masculin manœuvre
Salarié peu qualifié.
Traductions

manœuvre

Manövermanœuvre, maneuver, gambit, exercise, manipulationmanoeuvre, bediening, behandeling, besturing, ongeschoolde arbeiderאסטרטגיה (נ), טיפלול (ז), פועל (ז), פעולה (נ), תחבלנות (נ), תכסיס (ז), תמרון (ז), תרגול (ז), תרגיל (ז), פּוֹעֵל, טִפְלוּל, תַּרְגִּילmanévrmanovroburuh kasarmanobramanöverμανούβραarmeggio, diversivo, esercitazione, manovale, manovra, mena, mossamanøvreманёвр (manœvʀ)
nom féminin
1. mouvement d'un véhicule faire une manœuvre pour se garer
2. action menée pour atteindre un but des manœuvres malhonnêtes

manœuvre

[manœvʀ]
nf [bateau, véhicule] → manoeuvre (Grande-Bretagne), maneuver (USA)
nm (= ouvrier) → labourer (Grande-Bretagne), laborer (USA)