mante

(Mot repris de mantes)

1. mante

n.f. [ du gr. mantis, prophétesse ]
Insecte carnassier à la petite tête triangulaire très mobile, aux pattes antérieures qui se replient sur sa proie, qui chasse à l'affût (aussi appelée mante religieuse ou mante prie-Dieu).
Remarque: Ne pas confondre avec menthe.

2. mante

n.f. [ du prov. manta, manteau ]
Anc. Ample cape à capuchon froncé, que portaient les femmes.

mante

(mɑ̃t)
nom féminin
insecte carnivore

MANTE1

(man-t') s. f.
Espèce de vêtement de femme, ample et sans manches, qui se porte par-dessus les autres vêtements, dans les temps froids. Il se dit d'un certain habit que portent quelques religieuses.
Il s'est dit aussi d'un vêtement d'homme que portaient les voyageurs.
Depuis l'heure charmante Où le servant d'amour, Sa harpe sous sa mante, Venait pour une amante Soupirer sous la tour [LAMART., Harm. la Retraite.]
Grand voile noir fort long que les dames de la cour portaient dans les deuils.
Il est entré dans notre hôtel une dame couverte d'une mante des plus épaisses [LE SAGE, Gil Blas, IV, 5]
Elle se revêtit d'une robe noire à la vénitienne, couvrit son visage et sa taille avec la mante qu'on porte dans ce pays [STAËL, Corinne, XVII, 6]
Chape de laine à capuchon que le pape porte quelquefois.
Grande couverture de lit qu'on fabriquait autrefois à Montpellier, à Avignon et à Paris.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Jaques avoit vendu à Boyer un vestement appelé mante, dit mantel [DU CANGE, manta.]
  • XVIe s.
    Parquoi, incontinent envoyer querir un bon lit garni de linceux, mante et contre-pointe [MARG., Nouv. XXXVIII]
    Il tourne, il vire en son lit, agité D'inquiétude et de douleur ardente ; Cherchant le frais, trop lui pese une mante Pour couverture ; et de piés et de bras Il pousse, il jette, il renverse ses draps [AM. JAMYN, Poésies, p. 126, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. manta. Il vient peut-être du latin mantum, manteau court espagnol (mantum Hispani vocant, quod manus tegat tantum ; est enim breve amictum, dit Isidore de Séville). Mais il est plus vraisemblable qu'il tient à manteau (voy. MANTEAU).

MANTE2

(man-t') s. f.
Genre d'insectes orthoptères de la famille des coureurs, tribu des mantides. La mante religieuse, ainsi dite, parce qu'on la voit souvent posée sur ses pattes de derrière, ayant le corps vertical, et joignant ses deux pattes de devant dans l'attitude de la prière. Mante de mer, nom vulgaire des crustacés de l'ordre des stomapodes, qui constituent le genre squille.

ÉTYMOLOGIE

  • Terme grec signifiant sauterelle, proprement devin.

mante

MANTE. n. f. Sorte de vêtement de femme, ample et sans manches, qui se porte par- dessus les autres vêtements, dans les temps froids. Les femmes de Bretagne portent des mantes noires. Une mante doublée de soie. S'envelopper chaudement dans une mante.

Il s'est dit d'un Vêtement de ce genre que les dames portaient pendant les deuils de cour.

Il se dit encore d'un Habit que portent quelques religieuses.

mante

MANTE. n. f. T. d'Entomologie. Genre d'insectes orthoptères qui ont quelque rapport avec les sauterelles et dont une espèce s'appelle La mante religieuse.

mante

Genre de vestement comme une Mante, Endromis.

Une mante veluë, Gausape, Gausapina gausapinae, Stragula villosa.

mante


MANTE, s. f. MANTEAU, s. m. MANTELET, s. m. [1re lon. 2e e muet au 1er et au 3e; dout. au sing. du 2d, manto, lon. au plur. Manteaux, pron. Mantô: 3e è moy. au 3e mantelè.] Mante, grand voile de deuil que portent les dames de haute qualité dans les cérémonies. "Toutes les Dames étaient en mante. = On done aussi ce nom dans quelques monastères à certains habits, que portent les religieûses.
   MANTEAU, vêtement fort ample, qu'on porte par dessus l'habit, ou la robe: il y en a de plus ou moins longs. — Manteau long, manteau court, que portent les éclésiastiques. — Manteau de nuit ou de lit, dont se servent les femmes et les malades. = Vendre sous le manteau, en cachette. = Fig. prétexte, dont on se coûvre. "Sous le manteau de la dévotion, il cachait ce noir dessein. Voile est plus noble.
   Se couvrir du manteau d'une austère vertu.
   On dit, proverbialement, garder les manteaux; ne point participer aux divertissemens de ceux qu'on a acompagnés. Voy. GARDER.
   Manteau de cheminée, la partie de la cheminée, qui sert de chapeau et de manteau au foyer.
   MANTELET, espèce de petit manteau; comme le camail des Évêques. "Les femmes portent des mantelets de diverses couleurs. = En termes de guerre, machine composée de plusieurs madriers, que l'on pousse devant soi dans l'ataque des places, pour se mettre à couvert des coups de mousquet.

Traductions

mante

mantis

mante

sirkka

mante

louva-a-deus, mantídeo

mante

bönsyrsa