marche

1. marche

n.f. [ de marcher ]
1. Action, fait de marcher, mode de locomotion de l'homme : La marche et la course.
2. Manière de marcher : La marche d'un mannequin sur un podium
3. Action de marcher considérée comme une activité physique, un exercice sportif ; discipline de l'athlétisme qui consiste en des courses de fond que les compétiteurs doivent accomplir en marchant sans que leurs deux pieds quittent le sol simultanément : Ils pratiquent la marche tous les dimanches. Faire Strasbourg-Paris à la marche.
4. Distance parcourue en marchant : Nous avons fait une marche de cinq kilomètres
promenade : Il y a deux heures de marche pour aller au village.
5. Mouvement qu'exécute une troupe de militaires pour se porter à pied d'un point à un autre.
6. Déplacement à pied d'un groupe, dans le cadre d'une manifestation : Cette association organise une marche contre la mondialisation
7. Pièce de musique destinée à régler les pas d'un groupe, d'une troupe : La fanfare joue une marche militaire.
8. Déplacement d'un véhicule : Dans le train, je préfère être assise dans le sens de la marche. Faire marche arrière pour laisser passer une ambulance.
9. Mouvement d'un astre : La marche de la Lune
10. En parlant d'un mécanisme, action de fonctionner : La marche d'un automate
11. En parlant d'un organisme, d'une institution, action de fonctionner ; en parlant d'une affaire, d'un processus, action de se dérouler, de progresser : Pour la bonne marche de l'entreprise, il serait nécessaire d'embaucher des personnes supplémentaires
fonctionnement : Il est difficile d'arrêter la marche de cette épidémieLa marche d'une affaire judiciaire
progression, propagation : La marche d'une affaire judiciaire
Être en marche,
fonctionner, en parlant d'un mécanisme, d'une machine ; avancer, en parlant d'un véhicule : N'ouvrez pas les portes tant que le train est en marche ; fig., commencer à avancer, à se manifester : Le processus de paix est en marche.
La marche à suivre,
l'ensemble des actions, des démarches pour parvenir à un but ; méthode : Quelle est la marche à suivre pour obtenir un passeport rapidement ?
Marche forcée,
marche qui est prolongée au-delà de la durée normale d'une étape.
Mettre en marche,
déclencher le fonctionnement de ; faire marcher : Elle mit l'imprimante en marche.
Monter, descendre en marche,
monter d'un véhicule, en descendre alors que celui-ci est en marche.
Ouvrir, fermer la marche,
marcher dans les premiers, dans les derniers rangs, au sein d'un défilé, d'un groupe.

2. marche

n.f. [ de marcher ]
Chacune des surfaces planes sur lesquelles on pose le pied pour monter ou descendre un escalier : Des marches en pierre
degré [litt.]

3. marche

n.f. [ du frq. marka, frontière ]
Zone périphérique d'un État, mal soumise ou menacée par un pays voisin : Les marches de la Chine.

MARCHE1

(mar-ch') s. f.
Frontière militaire d'un État.
L'empereur confirme le vasselage de la Bohême et y établit la religion chrétienne ; tout ce qui était au delà était encore païen, excepté quelques marches de la Germanie [VOLT., Ann. Emp. Othon 1er, 951]
Usité surtout dans le nom de certains pays, comme la marche Trévisane, la marche d'Ancône, la marche de Brandebourg. Marche avantagère, nom qu'on donnait en Bretagne, en Poitou et en Anjou, aux limites qui séparent ces trois provinces, à cause de plusieurs priviléges dont jouissaient les habitants des lieux voisins. Lettres de marche, voy. MARQUE (LETTRES DE).

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Il est mes fils, et si tiendra mes marches [, Ch. de Rol. CCLXX]
  • XIIe s.
    E li reis teneit, tute la terre ultre l'ewe deled [du côté de] Tapsa, ki esteit marche de sun regne de cele part [, Rois, p. 240]
  • XIIIe s.
    Et venoit [Richard] tournoyer es marches de France et de Poito [, Ch. de Rains, p. 17]
  • XVe s.
    Les treves furent assez bien tenues, exceptées les marches lointaines [FROISS., I, I, 146]
    [Le châtel d'Aiguillon] estoit bien seant et en bonne marche, en la pointe de deux grosses rivieres portans navire [ID., I, I, 235]
  • XVIe s.
    Ceulx de la marque d'Ancone [MONT., III, 3]
    Il alla combattre le roi sur les marches d'Irlande et d'Angleterre, et le deffit [CARLOIX, II, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. marcha, marca, marqua, frontière ; bas-latin, marchia ; du germanique : goth. marka ; anc. h. allem. marcha ; anglo-sax. mearc. C'est le même mot que marque.

MARCHE2

(mar-ch') s. f.
Mouvement de celui qui marche. La marche s'exécute par une série de pas, dont la succession plus ou moins prompte et le plus ou moins de longueur la rendent ou lente ou rapide. Ralentir, retarder, accélérer sa marche.
C'est en vain qu'à travers des bois, avec sa cavalerie toute fraîche, Bek précipite sa marche pour tomber sur nos soldats épuisés [BOSSUET, Louis de Bourbon]
...le prélat vers lui fait une marche adroite [BOILEAU, Lutr. v.]
Soutiens d'un malheureux la marche chancelante [VOLT., Scythes, IV, 6]
Terme de chasse. Se dit des vestiges de la loutre ou du cerf, comme pieds, fuie, etc.
L'action de marcher, par rapport à la distance ou à la durée. Nous avons été huit jours en marche. Il y a d'ici là trois heures de marche. Faire une longue marche.
Mouvement des troupes, des armées. La marche des colonnes.
Que de campements, que de belles marches, que de hardiesse, que de précautions, que de périls, que de ressources ! [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Ces troupes se mirent en marche sous leurs commandants [FÉN., Tél. XI]
Ce fut dans une de ces marches [en Ukraine] que deux mille hommes tombèrent morts de froid sous ses yeux [de Charles XII] [VOLT., Charles XII, 4]
Les Russes l'avaient-ils prévenu ? sa manœuvre était-elle manquée ? n'avait-il point mis assez de rapidité dans cette marche, où il s'agissait de dépasser le flanc gauche de Kutusof ? [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 2]
Qu'étaient devenus ces mouvements rapides et décisifs de Marengo, d'Ulm et d'Eckmühl ? pourquoi cette marche molle et pesante dans une circonstance si critique ? [ID., ib.]
Dérober sa marche à l'ennemi, exécuter un mouvement à l'insu de l'ennemi. Fig. Cacher sa marche, cacher les mesures qu'on prend pour quelque affaire, pour quelque entreprise. Marche forcée, par opposition à marche ordinaire, marche que l'on fait en forçant le pas, avec une extrême diligence. Fausse marche, se dit quand, feignant de marcher d'un côté, on tourne de l'autre. Marche de flanc, marche qu'un corps de troupes fait par le côté d'un de ses flancs.
Une lettre de Berthier à Kutusof, datée du premier jour de cette marche de flanc, fut à la fois une dernière tentative de paix et peut-être une ruse de guerre [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 1]
Bataillon de marche, bataillon que l'on forme avec des hommes appartenant à différents corps et qui n'est organisé que pour les conduire à leur destination.
Il [Napoléon] compte sur les détachements qu'envoient les dépôts, sur les malades et les blessés rétablis, sur les traînards ralliés et formés à Vilna en bataillons de marche [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 5]
Sonner, battre la marche, donner aux troupes le signal de se mettre en marche. L'espace moyen qu'une troupe parcourt en une journée.
Tout à coup, au milieu du jour, il tourna subitement à droite avec son armée, et gagna en trois marches et à travers champs la nouvelle route de Kalougha [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 1]
Gagner une marche sur l'ennemi, le devancer de quelque temps ; et fig. obtenir sur son adversaire un avantage de temps et de position.
Terme de marine. Vitesse progressive d'un navire sous l'impulsion des rames, du vent ou de la vapeur. Disposition ou facilité qu'a un navire à faire plus ou moins de chemin avec telle voilure ou sous telle allure. Ordre de marche, ordre dans lequel les bâtiments de guerre se placent en faisant route.
Cérémonie solennelle dans laquelle un cortége, un convoi parcourt un certain espace. Marche triomphale.
Ce roi parut après une longue marche de prisonniers et de dépouilles [FONT., Candaule et Gygès.]
Fermer la marche, clore la marche, être à la queue d'un cortége, d'une procession, etc.
On vit passer [à Moscou], sous sept arcs magnifiques, l'artillerie des vaincus [Suédois], leurs drapeaux.... les soldats, les officiers, les généraux, les ministres prisonniers tous à pied.... les vainqueurs à cheval fermaient la marche, les généraux en tête, et Pierre à son rang de général major [VOLT., Russie, I, 19]
Par extension, fermer la marche se dit de ceux qui sont les derniers d'une bande qui chemine. Ils étaient en tête, et nous fermions la marche.
Convoi.
La mortalité prodigieuse des ouvriers [travaillant à Versailles], dont on remporte toutes les nuits, comme de l'hôtel-Dieu, des charrettes pleines de morts ; on cache cette triste marche pour ne pas effrayer les ateliers [SÉV., 12 oct. 1678]
Voyage.
J'ai une envie extrême de savoir de vos nouvelles, et comme vous vous trouvez de la tranquillité et de la longueur de votre marche [SÉV., t. XI, p. 10, éd. RÉGNIER.]
Ce fut un valet de chambre de M. de Pompone, qui arriva le dimanche à neuf heures dans la chambre de Mme de Vins ; c'était une marche si extraordinaire que celle de cet homme, et il était si excessivement changé, que Mme de Vins crut absolument qu'il lui venait dire la mort de M. de Pompone ; de sorte que, quand elle sut qu'il n'était que disgracié, elle respira [ID., 22 nov. 1679]
La marche des astres, des corps célestes, leur mouvement réel ou apparent.
Le soleil par deux fois a, d'un tropique à l'autre, Éclairé dans sa marche et ce monde et le nôtre [VOLT., Alz. II, 2]
Du palais du Soleil les brillantes demeures, Ses coursiers enflammés, attelés par les Heures, En s'évanouissant laisseront sous nos yeux Et l'ordre des saisons et la marche des cieux [DELILLE, Imag. V]
La marche d'une montre, d'une pendule, la manière dont elle se conforme au mouvement effectif des corps célestes qui marquent les heures. La marche d'une montre marine est la variation journalière de cette montre.
De fréquentes relâches [du navire] mettaient à portée de vérifier la régularité de la marche des montres marines [CONDORCET, Courtanvaux.]
10° Terme de musique. Marche harmonique, marche de l'harmonie, la succession des différents accords, et la manière dont la modulation passe d'un ton à un autre.
11° Au jeu d'échecs, mouvement particulier de chaque pièce. La marche du roi. La marche insidieuse du cavalier. Il se dit aussi des autres jeux. La marche du jeu de dames, du whist, etc.
12° Fig. Conduite, manière d'agir, de procéder. Il cache habilement sa marche. La marche de la nature.
Une forte constitution et une santé ferme secondaient parfaitement la marche vigoureuse de son esprit et le soutinrent jusque vers la fin de sa vie [MAIRAN, Éloge de Halley.]
Les hommes de génie ont communément, dans le cours de leurs études, une marche particulière qui les caractérise [DIDER., Opin. des anc. philos. (hobbisme).]
La marche par laquelle vous avez obtenu des connaissances n'en justifie ni l'objet ni l'usage [J. J. ROUSS., Lett. à Mlle D. M. 7 mai 1764]
La marche du siècle, le progrès que chaque siècle fait spontanément dans les voies de la civilisation. De tels changements dans les idées et dans les rôles, au sein d'une population aussi prompte à perdre ses illusions qu'à les adopter, étaient l'œuvre d'un seul homme [Napoléon 1er] doué du génie le plus audacieux, plus remarquable encore par sa sagacité et son discernement que par son audace, qui avait espéré pouvoir arrêter la marche du siècle présent, et qui y était parvenu pour quelques années, MOLLIEN, Mémoires d'un ministre du trésor, I, 30 et 31. La marche d'un poëme, d'un ouvrage, etc. le progrès de l'action dans un poëme, la progression des idées dans un ouvrage. La marche du style, d'une phrase, la manière dont le style, une phrase procède.
Le français, par la marche naturelle de toutes ses constructions et aussi par sa prosodie, est plus propre qu'aucune autre langue à la conversation [VOLT., Dict. phil. Langues.]
Terme de peinture. Se dit de la manière dont procède le crayon ou le pinceau, de l'ordre dans lequel se présentent les figures, les groupes, les masses d'ombre et de lumière, la suite des plans d'un tableau.
13° Air de musique qui règle et anime la marche soit de troupes, soit de tout autre corps. La marche des Gardes-Françaises. La marche funèbre de la symphonie héroïque de Beethoven. Il y a dans l'Alceste de Gluck une très belle marche religieuse.
Il y avait une distinction à faire et qu'on n'a point faite, entre les musiques convenables à la troupe en parade, et celles qui lui conviennent en marchant, et qui sont proprement des marches [J. J. ROUSS., Sur la mus. milit.]
Par extension, air de musique qui a le mouvement d'un air militaire.
14° Partie d'un escalier sur laquelle on pose le pied pour monter ou pour descendre.
Et comme une victime aux marches de l'autel, Il semblait présenter la gorge au coup mortel [CORN., Hor. IV, 2]
Marches gironnées, celles des quartiers tournants des escaliers ronds ou ovales. La marche d'angle, est celle qui est la plus longue d'un quartier tournant. Marche de demi-angle, la marche qui précède et celle qui suit la marche d'angle. Marche dansante, celle qui est plus large d'un bout que de l'autre, dans les parties tournantes d'un escalier. Marches moulées, marches bordées d'une moulure. Fig. Être sur les marches du trône, se dit d'un prince appelé par sa naissance à remplacer celui qui règne.
15° Les tourneurs et les tisserands appellent marche, le morceau de bois sur lequel ils mettent le pied, pour faire aller leur travail. Les marches d'un métier à toile.
16° Terme d'organiste. Ce qu'on touche avec les pieds et qui fait résonner les pédales. Les marches, les touches de la vielle.
17° Terme de teinturier. Marche en gris, action de soumettre le coton au garançage, immédiatement après qu'il a reçu les apprêts huileux et les mordants de galle et d'alun ; ce qui lui donne une couleur grise. Marche en jaune, action de soumettre le coton au garançage, après qu'il a passé une seconde fois par les apprêts huileux et les mordants, ce qui lui donne une couleur jaune.
18° Sorte de tissage.
Des taffetas figurés à la marche, rayés en long et à travers, mouchetés, et avancés, tapis figurés, etc. [, Statuts des marchands de draps d'or, 9 sept. 1667, art. 53]

REMARQUE

  • Saint-Simon a dit : On se mit en marche dans laquelle les princes allaient, comme tous les jours, devant le roi, et les princesses derrière, 62, 39. Le mot marche étant pris sans article ne peut être représenté par un pronom. Cette règle ne souffre d'exceptions qu'en des cas tout particuliers.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    En la venerie des loutres, ce qu'on voit par le pié [trace] est appelé marches [, Modus, f. 41, verso]
  • XVIe s.
    Si enjoignit expressement à ceulx des premiers rengs, qu'ilz demourassent fermes sur leurs marches en defense [AMYOT, Pomp. 99]
    Se loger en la plus basse marche, pour se mettre en seureté de nouvelle cheute [MONT., I, 280]
    On nomme dames encores les femmes de la plus basse marche [ID., I, 387]
    Que nul ne se ingere doresnavant de tenir ouvrouer dudit mestier de rubannier de soye et de tout autre ouvrage, tant large que estroite, à la marche, à la tire, à la navette, ne au peigne.... où il y ait or, argent ou soye, ourdi ou tissu.... s'il.... [, Ordonn. nov. 1514]
    Enjamber sur les marches d'autruy [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. MARCHER 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. MARCHE. Ajoutez :
    19° Marche ! Commandement militaire d'exécution pour : en marche.

marche

MARCHE. n. f. Il se disait d'une Province frontière exposée par sa situation aux incursions, aux attaques de l'État voisin. Les marches de Lorraine.

marche

MARCHE. n. f. Action, mouvement de celui qui marche. Marche lente, rapide, précipitée. Ralentir, accélérer sa marche. Il supporte bien la marche. La marche est un des meilleurs exercices.

Il se dit souvent de l'Action de marcher, sous le rapport de la distance ou de la durée. Ils ont fait une longue marche. D'ici où vous allez il y a une bonne heure de marche. Cette marche m'a fatigué. S'habituer à la marche.

Il se dit, principalement, en parlant des Troupes, des armées. L'armée est en marche, s'est mise en marche vers la frontière. Régler la marche des colonnes. Ordre de marche. Couvrir sa marche. Dérober sa marche à l'ennemi. Il fatigua l'ennemi par ses marches et contremarches. Journal des marches et opérations. Pendant cette marche, au cours de cette marche.

Marche forcée, par opposition à Marche ordinaire, Marche dans laquelle on fait faire à des troupes beaucoup plus de chemin qu'elles n'ont coutume d'en faire dans le même espace de temps.

Fausse marche, Le mouvement que fait une armée qui feint de marcher sur un point et qui se porte sur un autre.

Gagner une marche sur l'ennemi, Le devancer de quelque temps; et, figurément et familièrement, Obtenir sur son adversaire, par quelque manoeuvre habile, un avantage de temps et de position.

Régiment, bataillon de marche, Régiment, bataillon formé avec des hommes appartenant à différents corps et qui n'est organisé que pour des circonstances particulières.

En termes de Marine, Ordre de marche, se dit de Certains ordres ou arrangements dans lesquels les bâtiments de guerre se placent pour éviter les abordages en faisant route.

Sonner, battre la marche, Donner aux troupes, par la trompette ou le tambour, le signal pour se mettre en marche.

MARCHE se dit spécialement d'un Air de musique composé pour régler et animer la marche des troupes. La marche de Sambre et Meuse. On le disait plus spécialement autrefois de Certains airs affectés à certains corps de troupes. La marche des Gardes françaises. La marche des Suisses. Il se dit aussi d'un Air de musique qui a le mouvement d'un air militaire. La marche hongroise dans La Damnation de Faust.

MARCHE se dit encore des Processions et des cortèges solennels. L'ordre de la marche fut fort bien réglé. Un corps de troupes ouvrait, fermait la marche. Marche triomphale.

En termes de Marine, La marche d'un vaisseau, Le degré de sa vitesse. Ce bâtiment a une bonne marche; il file trente noeuds à l'heure.

En termes d'Astronomie, La marche des astres, des corps célestes, Leur mouvement réel ou apparent. Calculer, mesurer la marche des corps célestes.

En termes de Musique, Marche harmonique, marche de l'harmonie, La succession des différents accords et la manière dont la modulation passe d'un ton à un autre.

MARCHE, au jeu des Échecs, se dit du Mouvement particulier auquel chaque pièce est assujettie.

Il se dit aussi, dans un sens analogue, au jeu de Dames et à quelques autres jeux.

MARCHE signifie, au figuré, Manière d'agir, de procéder. Cet homme a eu dans toute cette affaire une marche tortueuse. Il cache soigneusement, il dérobe sa marche. Il se dit aussi des Choses. La marche des événements. Observer, étudier la marche des passions, la marche des affaires.

La marche d'un poème, d'un ouvrage, etc., Le progrès de l'action dans un poème, la progression des idées dans un ouvrage.

MARCHE se dit aussi de la Partie d'un escalier sur laquelle on pose le pied pour monter ou pour descendre. Marche d'escalier. Les marches d'un perron. Marche d'autel. Marche de pierre, de marbre, de bois, de gazon. Vous avez encore deux marches à monter, deux marches à descendre.

Fig., Être sur les marches du trône, être assis, être placé, être élevé sur les marches du trône, se dit d'un Prince appelé par sa naissance à remplacer celui qui règne.

MARCHE se dit, en termes d'Arts, des Pièces de bois sur lesquelles les tourneurs, les tisserands, etc., posent les pieds pour faire mouvoir leurs métiers.

marché

MARCHÉ. n. m. Lieu public où l'on vend les choses nécessaires pour la subsistance et pour les différents besoins de la vie. Un marché couvert. Un marché en plein air. Aller au marché. Revenir du marché. Faire ses provisions au marché.

Marché franc, Marché où l'on ne paie pas de droit pour vendre.

MARCHÉ désigne aussi la Réunion de ceux qui vendent et qui achètent dans le marché. Il y a marché dans cette ville deux fois la semaine. Le marché du mercredi, du samedi. C'est demain jour de marché. Le marché se tient chaque jeudi.

Grand marché se dit par opposition à Petit marché pour désigner Celui où a lieu, outre la vente des denrées ordinaires, la vente de boeufs, de chevaux, de porcs.

MARCHÉ signifie encore la Vente de ce qui se débite dans le marché. Le marché a été bon, n'a rien valu aujourd'hui. C'est le prix courant, le cours du marché.

Il signifie également la Réunion des industriels, producteurs, marchands, spéculateurs où se décident les prix d'un produit ou d'une denrée, où s'en établit le cours. Le marché de la laine. Le marché du diamant. Le marché aux chevaux, au poisson.

Il se dit aussi de Ce qu'on achète au marché. La cuisinière est allée faire son marché. Elle gagne trop sur son marché.

Il se dit en outre de Toute convention verbale ou écrite, renfermant les conditions d'une vente. Ils ont rompu le marché qu'ils avaient fait ensemble. Il n'a point voulu tenir le marché. C'est un homme qui fait de bons Marchés. Si vous ne faites cela, marché nul. J'étais en marché avec lui pour son cheval. Conclure un marché. Faire un marché avantageux, un mauvais marché.

Fig., Mettre à quelqu'un le marché à la main, Exiger de quelqu'un une décision, l'obliger, pour en finir, à conclure un engagement ou à y renoncer, à le tenir ou à le rompre. C'est un homme qui, à la première contestation, vous met le marché à la main. J'aurais traité avec lui, s'il ne m'eût mis le marché à la main.

Marché de dupe se dit d'un Marché désavantageux ou d'un Marché où l'on est trompé.

En termes de Bourse, MARCHÉ se dit de l'État de l'offre et de la demande. Jeter des valeurs sur le marché. Marché au comptant. Voyez COMPTANT. Marché à prime. Voyez PRIME. Marché à terme. Voyez TERME. Marché calme. Voyez CALME. Marché lourd, Marché où les transactions sont difficiles.

MARCHÉ désigne également le Prix de la chose qu'on achète ou qu'on vend; et alors il ne s'emploie guère qu'avec les mots Bon, grand, meilleur, pour exprimer un Prix peu élevé, ou un prix inférieur à un autre. Avoir une chose à bon marché. Donner sa marchandise à bon marché, à trop bon marché. On vous a fait cet objet très bon marché. Le bon marché de cette étoffe m'a tenté. J'ai eu cet immeuble à meilleur marché que je ne l'espérais.

Vivre à bon marché, Vivre sans qu'il en coûte beaucoup d'argent. Il s'est retiré à la campagne dans l'espoir d'y vivre à bon marché.

Prov., On n'a jamais bon marché de mauvaise marchandise, La mauvaise marchandise coûte toujours trop cher relativement à ce qu'elle vaut.

Prov., Les bons marchés ruinent, On dépense trop d'argent lorsque, tenté par le bon marché, on achète des choses dont on n'a pas besoin.

Fig. et fam., En être quitte, en sortir à bon marché, Sortir d'un danger, d'une situation critique avec moins de perte, de dommage qu'on n'en avait à craindre.

À bon marché s'emploie, figurément, dans plusieurs autres phrases, où il signifie À peu de frais, sans beaucoup de peine. Ne donner que son superflu, c'est être généreux à bon marché. Dans ce temps-là, on se faisait une réputation d'esprit à bon marché.

Fig. et fam., Faire bon marché d'une chose, La prodiguer, ne pas l'épargner. Il ne craint aucun danger, il fait bon marché de sa vie. Il fait bon marché de sa peine.

Fig., Avoir bon marché de quelqu'un, Avoir facilement sur lui l'avantage. Cet avocat a mal plaidé, son adversaire aura bon marché de lui.

Fam., Par-dessus le marché, En outre, de plus. La fleuriste m'a donné ces roses par-dessus le marché. Il m'a tout refusé, et par-dessus le marché il m'a injurié.

marché

Marché, m. acut. Emporium, Forum nundinarium, Mercatus.

Le lieu du marché, Forum.

Le marché où se vendent toutes sortes de vivres, Macellum.

Le marché où on vend le vin, Forum vinarium.

Marché de rotisseurs et de chair-cuictiers, Thermopolium thermopolij.

Le marché aux boeufs, Forum boarium.

Le marché aux herbes de jardins, Forum olitorium.

Le marché aux porceaux, Forum suarium.

Le marché au poisson, Forum piscatorium, vel piscarium.

En pleine foire et marché, où il y avoit grande assemblée de gens, Mercatu frequenti.

Frequenter les marchez, Mercatus concelebrare.

Il est au marché, Apud forum est.

Qui va és marchez et lieux publiques cercher son adventure, vendre ou offrir sa besongne, Circumforaneus.

Qui vend au marché toutes sortes de viandes, Macellarius.

Vendre au marché ou foire publiée et criée à son de trompe, Edicto mercatu vendere.

Selon le cours du marché faire, Foro vti.

A trois jours de marché, Trinundino, et Tertiis nundinis, et In trinundinum.

¶ Bon et grand marché de toutes choses, Vilitas.

Nous faire trouver ou avoir quelque chose à bon marché, Rem aliquam paruo nobis curare. Ex Cic.

A grand marché, Vilius.

Au meilleur marché qu'il est possible, Minimo.

Vendre ou acheter à bon marché, Vili vendere vel emere.

Qui se vend à bon marché, Vile.

¶ Faire quelque marché ou contract avec un autre, Pacisci, Pangere.

Mettre en son marché, Cauere ex formula. B.

Se desdire de son marché, et ne vouloir tenir le marché qu'on a fait, Ludificari locationem, Abire ab emptione.

Quitter le marché, Remittere aedes quas emeris.

Le premier marché fut rompu, Abitum est a priore emptione.

marche

Marche, f. penac. C'est une contrée de païs, Regio. Selon ce on dit, il est venu habiter en ces marches, c'est à dire en ce païs, In hanc regionem demigrauit. Et la marche du pais qu'un lievre tient, c'est à dire le circuit de païs ou il hante et par ou il fait ses passades.

Marche aussi ou bien Marke, c'est la frontiere, fins et limites d'un païs. Ce qui vient du mot Allemand Marcken, qui signifie limite, frontiere d'un païs. Dont procede le nom de Marquis, et Marck-grave en Allemand, Comes limitaneus, qui limitibus tuendis praefectus est. Le Capitaine de la frontiere, ainsi que Amerbachius l'expose. Selon ce l'Espagnol appelle Comarca la frontiere de deux païs contigus. Et Comarcanos les habitans de deux frontieres teste à teste l'une de l'autre, comme si l'on disoit communicquans en mesme limite, qui fait la separation d'une province d'avec l'autre, Finium communium; qui tiennent ou abboutissent l'un à l'autre, Limitrophes, c'est à dire, dont les bornes se tournent à l'un et à l'autre, c'est à dire, qui regardent egalement l'un et l'autre: Car ce qui est borne et limite à un pays ou peuple de frontiere, est aussi borne et limite au pays et peuple de contre-frontiere. On penseroit que Marche en cette signification ne vienne pas de Marcken Allemand, ains de Margo, tout ainsi que Pline au livr. 12. chap. 20. a dit, Margines Imperij, parlant de Isocinnamon, en ces termes: Quin et in nostro orbe seritur, extremoque in margine Imperij, qua Rhenus alluit, viuit in alueariis apum sata: Mais il y auroit de l'abus. Marche en outre se prend pour un degré d'une vis ou escalier, Gradus. Selon ce on dit, Cette vis a tant de marches, Pinax tot gradibus constat. Ce qui est prins ainsi à cause de l'assiete et arrest du pied qu'on fait sur le degré en montant. Car Marche signifie aussi l'impression du pied en terre, quand on met, assiet et arreste le pied en terre en marchant, Vestigium. Dont vient que apres qu'on a craché ou mouché ord à terre, on dit à un serviteur, Marche valet, ou Jacquet marche cela, c'est à dire, mets ton pied sur le crachat, ou sur le morveau jetté à terre, et l'escrase. Et de cette derniere signification vient le verbe composé Desmarcher, c'est à dire, oster le pied de son assiete et de sa marche pour reculer, ce que Tite Live au 22. livre exprime, quand il parle des soldats qui ne desmarchoient jamais, quelque carnage que l'ennemy fit d'eux, Victi mori in vestigio malunt, quam fugere.

Marches en pluriel entre Veneurs sont les vestiges de la loutre, comme pied ou foyes, les vestiges du Cerf, Lutrae vestigia.

¶ Les marches d'un Royaume, quasi Marges, Magines Imperij, Fines, Limites, Orae, Limia.

marche


MARCHE, s. f. Ce mot a trois sens, qui n'ont pas beaucoup de raport l'un avec l'aûtre. — I. Aûtrefois, frontière d'un État. On dit encôre, Marche d'Ancône, de Limousin, de Brandebourg. "La province de La Marche. = II. Moûvement de celui, qui marche. Il se dit sur-tout des troupes. "L'armée était en marche. "Il prit sa marche le long du lac. D'Abl. Le Général eut l'adresse de couvrir, de cacher sa marche; de dérober une marche à l'énemi. Au figuré, cacher sa marche, ses desseins, les mesures qu'on prend. — On dit aussi; la procession se mit en marche. "L'ordre de la marche était tel. — "Nous avons été huit jours en marche. = 2°. Traite, chemin qu'on fait d'un lieu à un aûtre. "Il y a sept jours de marche de Lyon à Marseille. = 3°. Au jeu des échecs, le mouvement que peuvent faire les pièces. "Des échecs il ne sait que la marche: il ne sait pas jouer. = 4°. Air de musique, qui caractérise la marche des Troupes. "La marche des Mousquetaires, des Suisses, etc. = III. Degré, qui sert à monter et à descendre. — Suivant un Encyclopédiste, degré s'employait dans le dernier siècle pour signifier chaque marche d'un escalier; et marche était uniquement consacré pour les autels. Suivant l'Acad.~ degré est encôre synonyme de marche; mais le 1er, dit M. Beauzée est plus propre à indiquer la hauteur de ces divisions égales de l'escalier; et le 2d à marquer le giron de chacune de ces divisions. "Les degrés sont égaux ou inégaux, selon que les hauteurs sont égales ou inégales; et les marches sont égales ou inégales selon que les girons en sont également ou inégalement étendus.

marché


MARCHÉ, s. m. 1°. Lieu public où l'on vend toute sorte de denrées. = 2°. La vente de ce qui se débite dans le marché. "Le cours du marché. "Le marché a été bon aujourd'hui. = 3°. L'assemblée de ceux qui vendent et achètent dans ce lieu. "Il y a marché en cette ville deux fois la semaine. = 4°. Le prix de la chôse qu'on achete. "Cela ne vous coûte que tant: c'est bon, ou grand marché. Rompre, ou tenir le marché. "Ce marché tiendra: il n' a pas tenu. Aller ou courir sur le marché d'un aûtre, etc.
   Rem. On dit au propre et au figuré, faire bon marché de... "Il faut apeler les politiques, dit Bossuet, qui aparemment feront meilleur marché de la Religion. Autrefois les expressions familières entraient plus souvent dans tous les styles. Bossuet me surprend donc moins que M. Moreau, qui a dit tout récemment. "Parmi les vérités historiques, il y en a un grand nombre, dont je suis toujours tenté de faire bon marché à ceux, qui me les disputent. = On dit aussi, avoir bon marché de... "Mon coeur me fait bien souffrir: j'ai bien meilleur marché de mon esprit et de mon humeur. Sév. "Que les six premiers tirent seuls sur Ulysse.. nous aurons bon marché des aûtres. (Odyss.) Nous nous en déferons plus facilement. = Aller sur le marché de (st. fig. famil.) "M. Daillé... fait une remarque assez vraie; c'est que jamais il n'y a eu de nouvelle religion anoncée qu'aussi-tôt il ne se soit trouvé plusieurs Prophètes, qui aient été sur le marché les uns des aûtres, (qui aient enchéri l'un sur l'aûtre) c'est être de bien bonne foi que de faire un pareil aveu, quand on est Protestant. Henaut. = Mettre le marché en main, ou à la main à... le prendre au mot. = Faire bien vite son marché, prendre vite sa résolution. = On dit, à celui, qui se plaint d'une claûse onéreuse dans un contrat: il n'y a au marché que ce qu'on y met, et d' une chôse, qu'on a eûe à fort bon marché: c' est un marché donné; d'un achat avantageux, c'est un marché d'or. Voy. Amender, Bourse, Corps, Quitte.
   Par dessus le marché, adv. Outre cela (st. famil.) "Mangez, me dit-elle, Dieu veut qu'on vive. Voilà de quoi faire sa volonté, lui dis-je, et par dessus le marché j'ai grande faim. Mariv.
   Bossuet apelle le style du marché ce qu'on nomme plus comunément langage des Halles. Il dit de l'Ab. Dupin qu'il préfère à des termes plus respectueux, la licence et le style du marché.

Synonymes et Contraires

marche

nom féminin marche
1.  Manière de marcher.
démarche, locomotion, pas, train -littéraire: déambulation.
2.  Déplacement d'un véhicule.
4.  Action de marcher.
5.  Façon de parvenir à ses fins.
Traductions

marche

Stufe, Fahrt, Staffel, Mark, Wanderung, Marsch, Wandernstep, march, stair, walk, rung, walking, frontier, moving, working, courseopstapje, trede, opstap, rit, tocht, tree, treeplank, loop, mars, wandelen, werking, trap, (het) lopen, beloop, beweging, gang, verloop, voetspoor [dier], trede, treeדריכה (נ), הילוך (ז), הליכה (נ), הצעדה (נ), התהלכות (נ), לכת (נ), מדרגה (נ), מהלך (ז), מסע (ז), מצעד (ז), נוע (ז), פסיעה (נ), צעד (ז), צעודה (נ) [מארש], שיר לכת (ז), תהלוכה (נ), הָלוֹךְ, הַצְעָדָה, לֶכֶת, מַהֲלָךְ, מִצְעָד, נוֹעַ, צַעַד, שִׁיר לֶכֶת, תַּהֲלוּכָהritesglaó, graópochod, chod, chození, chůze, jízda, stupeň, pěší turistika, schodrejse, tur, march, trin, vandreturŝtupo, veturograda, peldaño, trayecto, caminata, escalón, marcha, senderismoporras, käveleminen, marssidegrau, escalão, viagem, caminhada, marchaβάδιση, οδοιπορία, περπάτημα, σκαλοπάτιмарш, ступень, ходьбаmarcia, scalino, andamento, camminata, gradino, camminareدَرَجَة, سَيْرٌ, مَشْيhodanje, marš, stepenica歩行, 段, 行進걷기, 한 계단, 행진gange, marsj, trappmarsz, spacerowanie, stopieńmarsch, trappsteg, vandringการเดิน, การเดินขบวน, บันไดbasamak, uyun adım yürüyüş, yürümebước, cuộc đi dạo, cuộc diễu hành台阶, 步行, 行军 (maʀʃ)
nom féminin
1. partie d'un escalier sur laquelle on pose le pied monter les marches
2. action de se déplacer à pied des chaussures de marche
3. promenade une marche à travers la forêt
4. fonctionnement de qqch mettre en marche une machine
5. mouvement, déplacement dans une direction être dans le sens de la marche
6. ce qu'il faut faire pour obtenir qqch Quelle est la marche à suivre ?

marche

[maʀʃ] nf
[escalier] → step
Fais attention à la marche! → Mind the step!
monter sur la plus haute marche du podium → to take first place
monter sur la troisième marche du podium → to take third place
(= activité, sport) → walking
La marche me fait du bien → Walking does me good.
(trajet à pied)walk
La chapelle est à une heure de marche → The chapel is an hour's walk from here.
se mettre en marche → to set out
Ils se sont mis en marche à l'aube → They set out at dawn.
(MILITAIRE)march
en avant, marche! → forward, march!
(MUSIQUE)march
une marche militaire → a military march
(mouvement) ouvrir la marche → to lead the way
fermer la marche → to bring up the rear
dans le sens de la marche (CHEMINS DE FER)facing the direction of travel
en marche → moving
Ne montez jamais dans un train en marche → Never try to get into a moving train.
(fonctionnement) [machine, appareil] → running
être en état de marche → to be in working order
Cette voiture est en parfait état de marche
BUT This car is in perfect running order.
mettre en marche → to start
Comment est-ce qu'on met la machine à laver en marche? → How do you start the washing machine?
remettre qch en marche → to set sth going again, to start sth going again
garantir la bonne marche de qch → to ensure the smooth running of sth
(= progression) [événements, histoire] → course