matière

matière

n.f. [ bas lat. materia, de materies, bois de construction ]
1. Substance, réalité constitutive des corps, douée de propriétés physiques : La matière vivante ce dont sont faits tous les êtres vivants
2. Substance particulière dont est faite une chose et connaissable par ses propriétés : Une matière inflammable. En quelle matière cette robe est-elle faite ? Ce fromage contient beaucoup de matières grasses.
3. Ce qui fait l'objet d'une élaboration, d'une transformation d'ordre intellectuel : Ces résultats lui ont fourni la matière de son exposé matériau
4. Ce qui peut constituer le thème, le sujet d'un ouvrage, d'une étude : Il y a dans ce fait divers la matière d'un téléfilm fond, trame
5. Ce qui est l'objet d'une étude systématique, d'un enseignement ; spécialité : L'histoire est la matière dans laquelle cette lycéenne excelle discipline, domaine
6. Ce qui fournit l'occasion, ce qui est la cause de : Cet événement donne matière à réflexion sujet objet, prétexte
7. En philosophie, corps, réalité matérielle (par opp. à âme, à esprit).
En matière de ou en matière (+ adj.),
en ce qui concerne tel domaine : En matière de pédagogie, il a beaucoup à apprendre. En matière cinématographique, elle est assez inculte.
Entrée en matière,
début, introduction d'un exposé, d'un discours, d'une étude.
Entrer en matière,
aborder un sujet.
Matière première,
matériau d'origine naturelle qui est l'objet d'une transformation artisanale ou industrielle : La laine, le pétrole sont des matières premières.
Table des matières,
liste fournissant l'indication des sujets traités dans un ouvrage ainsi que leur référence, et annexée au début ou à la fin du volume.

MATIÈRE

(ma-tiè-r') s. f.
Tout ce qui se touche et a corps et forme.
Ce grand feu grossissait à force de matière [MAIRET, Mort d'Astrub. V, 2]
Particulièrement. Ce dont une chose est faite. La matière du papier est le chiffon.
Cet ouvrage est beau, la matière en est riche, mais l'art surpasse encore la matière [, Dict. de l'Acad.]
Matières d'or et d'argent, les espèces fondues, les lingots et les barres employés pour la fabrication des monnaies. Dans les manufactures, matières premières, les matières avant qu'elles soient mises en œuvre.
C'est le coton qui fournit toutes les matières premières ; mais telle matière première qui, entre ses mains [du cultivateur], serait inutile et sans valeur, devient utile et acquiert une valeur, lorsque l'artisan a trouvé le moyen de la faire servir aux usages de la société [CONDIL., Comm. gouv. I, 7]
Cuve matière, nom d'une certaine cuve, chez les brasseurs.
Matière brute, celle qui n'offre pas les caractères de l'organisation, qui n'est pas douée de la vie, par opposition à matière organisée. Matière organisée, ou substance organisée, toute matière vivante ou ayant vécu, soit qu'elle appartienne à un végétal ou à un animal. Matière animale, végétale, minérale, substance appartenant au règne animal, végétal, minéral. Matière verte de Priestley, protococcus, algue de la famille des nostochinées. Terme d'astronomie. Matière diffuse, matière qui nous apparaît en certains points de l'espace sous la forme de nuages blanchâtres, et que l'on suppose composée de particules en nombre immense et répandues en divers lieux où elles tendent à s'agglomérer pour former plus tard des mondes. On dit dans le même sens : matière cosmique. Les nébuleuses sont de la matière diffuse ou cosmique.
Terme de philosophie. Substance qui, produisant sur nos organes un certain ensemble de sensations déterminées, est étendue et impénétrable, ou, suivant certains philosophes, ensemble de forces manifestées par des phénomènes qui se perçoivent distinctement les uns des autres. La quantité de matière contenue dans un corps est en raison directe de sa densité et de son volume, c'est-à-dire égale au produit de sa densité par son volume.
Je subtiliserais un morceau de matière, Que l'on ne pourrait plus concevoir sans effort, Quintessence d'atome, extrait de la lumière, Je ne sais quoi plus vif et plus mobile encor Que le feu.... [LA FONT., Fabl. X, 1]
Comment peut-elle [la matière] être le principe de ce qui la nie et l'exclut de son propre être ? comment est-elle dans l'homme ce qui pense, c'est-à-dire ce qui est à l'homme même une conviction qu'il n'est point matière ? [LA BRUY., XVI]
La matière ou l'étendue renferme en elle deux propriétés ou deux facultés : la première faculté est celle de recevoir différentes figures, et la seconde est la capacité d'être mue [MALEBR., Rech. vér. I, 1]
Les sages à qui on demande ce que c'est que l'âme répondent qu'ils n'en savent rien ; si on leur demande ce que c'est que la matière, ils font la même réponse [VOLT., Dict. phil. Matière.]
Tous les sages de l'antiquité, sans aucune exception, ont cru la matière éternelle et subsistante par elle-même [ID., ib. Dieu, dieux.]
Entêtés d'un cartésianisme aussi faux en tout que le péripatétisme, ils croyaient que la matière n'est autre chose que l'étendue en longueur, largeur et profondeur ; ils ne savaient pas qu'elle a la gravitation vers un centre [ID., Loi natur. note n.]
Cet être presqu'inconnu, qu'on nomme matière, est-il éternel ? toute l'antiquité l'a cru ; a-t-il par lui-même la force active ? plusieurs philosophes l'ont pensé [ID., Dict. phil. Matière.]
Ne vouloir admettre dans la matière que les qualités que nous lui connaissons, me paraît une prétention vaine et mal fondée ; la matière peut avoir beaucoup d'autres qualités générales que nous ignorerons toujours ; elle peut en avoir d'autres que nous découvrirons, comme celle de la pesanteur, dont on a dans ces derniers temps fait une qualité générale, et avec raison, puisqu'elle existe également dans toute la matière que nous pouvons toucher [BUFF., Hist. anim. ch. 3]
Dès qu'on vient à penser que la matière pourrait bien n'être qu'un mode de notre âme, une de ses façons de voir.... [ID., De l'homme.]
Tout ce que je sens hors de moi, et qui agit sur mes sens, je l'appelle matière [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Si nous cessons de penser à la substance des corps comme étant actuellement colorée et figurée, et que nous ne la considérions que comme quelque chose de mobile, de divisible, d'impénétrable, et d'une étendue indéterminée, nous aurons l'idée de la matière [CONDIL., Conn. hum. II, II, 2]
D'abord une source de feux, Comme un fleuve éternel répandue en tous lieux, De sa flamme invisible échauffant la matière, Jadis versa la vie à la nature entière [DELILLE, Én. VI]
La matière première, matière que certains philosophes ont supposé être le substratum de la matière telle qu'elle nous apparaît. La matière, suivant la définition dans l'école d'Aristote et dans la scolastique, est une simple capacité pouvant recevoir toutes les formes, c'est-à-dire toutes les qualités ; elle n'a pas même l'étendue ou l'impénétrabilité, qui sont des formes, et que le philosophe croyait pouvoir s'en détacher et s'y joindre.
Terme de physique. Nom donné à la cause inconnue de plusieurs espèces de phénomènes et qui n'a aucune des propriétés de la matière pondérable. Matière électrique. La matière du calorique. Matière subtile, nom donné par Descartes à un fluide subtil, qui, selon lui, remplissait tout l'espace, et faisait mouvoir le mécanisme de l'univers.
Mais le vide à souffrir me semble difficile ; Et je goûte bien mieux la matière subtile [MOL., Femm. sav. III, 2]
Matière, se dit par opposition à esprit.
Nous saurons toutes deux imiter notre mère : Vous, du côté de l'âme et des nobles désirs ; Moi, du côté des sens et des grossiers plaisirs ; Vous, aux productions d'esprit et de lumière ; Moi, dans celles, ma sœur, qui sont de la matière [MOL., Fem. sav. I, 1]
Songez à prendre un goût des plus nobles plaisirs ; Et, traitant de mépris les sens et la matière, à l'esprit, comme nous, donnez-vous tout entière [ID., ib.]
Si nous étions de ces intelligences célestes lesquelles, étant dégagées de toute matière, vivent d'une pure contemplation [BOSSUET, Réfut. catéch. Ferry, II, 2]
Toujours de la matière dans l'amour ! [FONTEN., Dial. IV, Morts anc. et mod.]
Son esprit s'absorbera dans la matière [J. J. ROUSS., Ém. II]
Familièrement. Être enfoncé dans la matière, avoir la forme enfoncée dans la matière, avoir l'esprit grossier.
Mon Dieu ! ma chère, que ton père a la forme enfoncée dans la matière ! [MOL., Préc. 6]
Terme d'administration et de finance. La matière imposable, les objets sur lesquels les impositions peuvent être établies.
La matière imposable serait accrue de la valeur entière des dîmes [MONTESQUIOU, Rapport, 27 août 1790, p. 10]
Terme de médecine. Excrétions du corps humain. La matière des vomissements. La matière de la transpiration, la sueur. Matière purulente, ou, simplement, matière, le pus qui sort d'une plaie, d'un abcès. Il est sorti beaucoup de matière de cette plaie. Terme de vétérinaire. Matière soufflée aux poils, matière purulente qui s'élève à l'intérieur du sabot du cheval, le long des feuillets, dans le cas de maladie de la sole, et s'échappe par le biseau, entre les poils de la couronne qui se hérissent. Les excrétions alvines. Le malade rendit des matières abondantes.
La matière est-elle louable ? [MOL., Méd. mal. lui, II, 6]
Le cardinal de Richelieu n'était sanguinaire que parce qu'il avait des hémorrhoïdes internes qui occupaient son intestin rectum, et qui durcissaient ses matières [VOLT., Dict. phil. Ventres paresseux.]
Matière médicale, voy. MÉDICAL. Matière perlée de Kerkring, précipité qu'on obtient en versant un acide dans l'eau de lavage de l'antimoine diaphorétique ; c'est de l'acide antimonique hydraté.
10° Fig. Cause, sujet, occasion.
Sire, c'est rarement qu'il s'offre une matière à montrer d'un grand cœur la vertu tout entière [CORN., Hor. V, 2]
Les bords de l'Hellespont, ceux de la mer Égée, .... Offrent une matière à son ambition [ID., Nicom. II, 3]
Je suis médecin passager, qui vais de ville en ville.... pour chercher d'illustres matières à ma capacité [MOL., Mal. imag. III, 14]
La nature ne m'offre rien qui ne soit matière de doute et d'inquiétude [PASC., Pens. XIV, 2]
Des questions qui ne pouvaient être matières d'hérésie [ID., Prov. XVII]
Selon le précepte de Jésus-Christ, son oraison fut perpétuelle, pour être égale au besoin ; la lecture de l'Évangile et des livres saints en fournissait la matière [BOSSUET, Anne de Gonz.]
C'est nous qui fournissons par nos crimes la matière à sa juste vengeance [de Dieu] [ID., Sermons, Bonté, 1]
Tout donna matière à des divisions scandaleuses [ID., Hist. II, 12]
Il gardait ce grand nombre de domestiques, moins pour servir d'éclat à sa grandeur, que pour servir de matière à sa bonté [FLÉCH., Duc de Mont.]
Il préparait ainsi une longue matière de triomphes [ID., Aiguillon.]
Ses grands emplois ont servi de matière à ses bonnes œuvres [ID., le Tellier.]
David cherchait parmi les lions une matière à sa valeur [MASS., Or. fun. Conty.]
11° Fig. L'objet sur lequel on écrit, on parle.
Je finirai donc en cet endroit, plus par discrétion que par faute de matière [BALZ., liv. I, lett. 9]
Ne bougez de grâce, et n'interrompez point votre discours ; vous êtes-là sur une matière qui, depuis quatre jours, fait presque l'entretien de toutes les maisons de Paris [MOL., Critique, 6]
Hier, j'étais chez des gens de vertu singulière Où sur vous du discours on tourna la matière [ID., Mis. III, 5]
J'aurais de quoi vous dire, et belle est la matière ; Mais je ne vous tiens pas digne de ma colère [ID., ib. V, 4]
Cela suffit pour embrouiller au moins la matière [la question de la certitude] [PASC., Pens. III, 15]
Qu'on ne dise pas que je n'ai rien dit de nouveau ; la disposition des matières est nouvelle [ID., ib. VII, 9]
Mais pourquoi m'étendre sur une matière où je puis tout dire en un mot ? [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Mais pour s'expliquer sur cette matière, il faudrait un langage que le monde n'entendrait pas [ID., la Vallière.]
Le détail serait la matière d'un plus long discours [ID., Hist. II, 5]
C'est ici que s'ouvre une matière nouvelle à mon discours [FLÉCH., Mar. Thér.]
Prompt à concevoir les matières les plus élevées, heureux à les exprimer quand il les avait une fois conçues [ID., Lamoignon.]
Quelle matière fut jamais plus disposée à recevoir tous les ornements d'une grave et solide éloquence que la vie et la mort de.... ? [ID., Turenne.]
C'est une matière qui me fournirait mille réflexions très solides [BOURDAL., Serm. 17e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. IV, p. 69]
Et sur cette matière [les infidélités des femmes] J'ai lu tout ce qu'ont fait la Fontaine et Molière [BOILEAU, Sat. X]
Quand on écrit sur les grandes matières, il ne suffit pas de consulter son zèle, il faut encore consulter ses lumières [MONTESQ., Déf. Espr. lois, part. 3]
La matière était ample à fournir des volumes, je n'en sus tirer qu'une feuille, tant l'éloquence me manqua ! [P. L. COUR., Pamphl. des pamphl.]
Entrer en matière, commencer à écrire, à parler sur quelque chose.
Afin d'entrer insensiblement en matière [PASC., Prov. V]
Je n'ose entrer en matière sur la suite de la lettre [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 6 oct. 1707]
Il entre en matière par une dissertation [HAMILT., Gramm. 1]
Table des matières, table des objets dont il est question dans un livre.
12° Terme de jurisprudence. Matière civile, ce qui donne action au civil. Matière criminelle, ce qui donne action au criminel. La matière d'un crime, d'un délit, ce qui constitue un crime, un délit. Il se dit aussi en parlant de quelques-unes des parties qui composent la science du droit. Matière féodale, bénéficiale, commerciale. On l'emploie le plus souvent au pluriel. Les matières commerciales.
13° Terme de théologie. Se dit par opposition à forme, en parlant du signe sensible qui constitue un sacrement. La matière du baptême est l'ablution ; les paroles, je te baptise, etc. en sont la forme.
14° Dans les classes, matière de vers latins, matière de discours latin, de discours français, texte que le professeur dicte et que l'élève doit développer en vers latins, en discours latin, en discours français.
15° Terme de tapissier. Matière pure, se dit des ouvrages de passementerie faits en argent, en soie, dont le fond du tissu est de la même matière que le dessus.
16° Nom, sur les bateaux de rivière, de ce qui est appelé bau dans les bâtiments de mer (matière signifie ici bois).
17° En matière de, loc. prép. En fait de, quand il s'agit de.
Qu'en matière de religion les empereurs doivent être jugés par les évêques, et non pas les évêques par les empereurs [FLÉCH., Hist. de Théod. III, 54]
Savoir, si, en matière de religion ou même en quelque matière que ce puisse être, il est utile de tromper le peuple [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 9 mars 1770]
En matière d'usage, ce sont les gens d'esprit qui reçoivent la loi des sots [ID., Mél. litt. Œuv. t. III, p. 161, dans POUGENS]

SYNONYME

  • MATIÈRE, SUJET. Matière indique l'ensemble de quelque doctrine ; sujet est plus particulier et indique un objet spécial. Un ouvrage roule sur une matière, et on y traite divers sujets ; une pièce de théâtre a un sujet et non une matière. La matière considère dans son étendue l'objet à traiter ; le sujet le considère seulement dans le point qui intéresse. Mais, quand les nuances sont mises de côté, matière et sujet deviennent tout à fait synonymes.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Devant Deu [le roi Henri II] le conuist et devant le martyr, Qu'il ne fist pas ocire saint Thomas ne murdrir, Ne il nel comanda pas à tuer n'à ferir ; Mais il dist tel parole, e bien le volt gehir [avouer], Qui fu cause e matere de l'ocire e murdrir [, Th. le mart. 161]
    Ne sont que trois matieres [de poëme] à nul home entendant, De France et de Bretaigne et de Rome la grant [, Saxons, 1]
  • XIIIe s.
    Or revenrons à nostre matiere [, Chr. de Rains, 4]
    Nus hom ne porroit pas descrire Vostre biauté, ne bonté dire ; Car la matere teus [telle] seroit Que nus hom à cief nel trairoit [n'en viendrait à bout] [, Fl. et Bl. 731]
    Mout [elle] ert [était] pleine de foy et de bonne matere [, Berte, XVIII]
    La matire en est bone et noeve : Or doint Diez qu'en gré le reçoeve Cele por qui ge l'ai empris [, la Rose, 39]
    Matiere [le sujet d'un discours, d'un livre] est semblable à la cire qui se laisse mener et apeticier et acroistre à la volenté dou maistre [BRUN. LATINI, Trésor, p. 486]
  • XIVe s.
    Et ainsi celui qui a vertu en la matiere de peccunes, il use très bien de richesses [ORESME, Esth. 103]
  • XVe s.
    Je veux traiter et recorder histoire et matiere de grand louange, par quoy les preux aient exemple d'eux encourager en bien faisant [FROISS., Prol.]
    Je me passasse bien de parler de ce fait, pour ce que ce n'est pas le train de ma matiere, mais.... [COMM., IV, 1]
    Tous corps sont forgés d'une matiere [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 427]
  • XVIe s.
    Et son ulcere estant convertie en matiere ou sanie [PARÉ, VIII, 25]
    La matiere demeure et la forme se perd [RONS., Contre les bûcherons de la forêt de Gastines]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, matére, pus ; bourg. moiteire ; provenç. materia, madeira, matière et matériaux ; esp. et ital. materia ; du lat. materia ; c'est le sanscrit mâtram, mesure et matière, venant de la racine mâ, faire avec la main, construire, mesurer.

matière

MATIÈRE. n. f. Ce dont une chose est faite. La matière de cet ouvrage est riche, mais l'art surpasse encore la matière. La façon de l'ouvrage coûte plus que la matière.

Matières d'or et d'argent, Les espèces fondues, les lingots et les barres employés pour la fabrication des monnaies.

Dans l'industrie et le commerce, Matières premières, Les matières avant qu'elles soient mises en oeuvre.

MATIÈRE désigne, en termes de Philosophie, la Substance étendue, divisible et susceptible de recevoir toute sorte de formes. Les propriétés de la matière. La divisibilité de la matière. On ignore quelle est l'essence de la matière.

Matière animale, végétale, minérale, Substance appartenant au règne animal, végétal, minéral.

Matière brute, Celle qui n'offre pas les caractères de l'organisation.

Matière organisée, Toute matière vivante ou ayant vécu, qu'elle appartienne à un végétal ou à un animal.

MATIÈRE se dit aussi par opposition à Esprit. S'élever au-dessus de la matière. Être dégagé de la matière.

Fam., Être enfoncé dans la matière, Avoir l'esprit grossier.

MATIÈRE, en termes de Médecine, se dit des Substances évacuées par le haut ou par le bas. Matière des vomissements. Matière fécale.

Matière médicale, Connaissance des substances employées en médecine et de la manière de les préparer et de les administrer. Il possède à fond la matière médicale. Traité de matière médicale.

En termes d'Arts, MATIÈRE se dit de la Qualité des éléments matériels qui entrent dans la réalisation d'une oeuvre d'art. Cette statue, ce meuble est d'une belle matière.

MATIÈRE désigne figurément le Sujet sur lequel on écrit, on parle. Belle, ample, riche matière à traiter. Matière pauvre, stérile, ingrate. La matière d'un discours. Traiter à fond, approfondir, épuiser une matière. Il a bien divisé, bien distribué sa matière. Entrer en matière. La conversation a roulé sur toute sorte de matières. Il faut à la fin d'un livre une table des matières très complète.

Au sens scolaire, MATIÈRE désigne le Sujet qu'on propose à des élèves pour le mettre en narration, en discours, en vers. Matière à mettre en vers latins.

MATIÈRE se dit aussi en parlant de Quelques-unes des parties qui composent la science du droit. Matière féodale. On l'emploie le plus souvent au pluriel. Les matières commerciales lui sont très familières.

EN MATIÈRE DE, loc. prép. En fait de, quand il s'agit de. En matière de religion, de finance, etc.

MATIÈRE signifie aussi Cause, sujet, occasion. En ce sens, il s'emploie sans article. Il n'y a pas là matière à se fâcher. Donner, fournir matière à rire. Il n'y a pas matière à procès.

En termes de Jurisprudence, Matière civile, Ce qui donne action au civil. Matière criminelle, Ce qui donne action au criminel. La matière d'un crime, d'un délit, Ce qui constitue un crime, un délit.

matiere

Toute sorte de Matiere dequoy on fait aucune chose, Materia, vel Materies.

Toute vieille matiere d'edifices rompuz, comme moilon, platras, et semblables, Rudus ruderis.

Une matiere espesse, comme la lie de quelque chose, ou bouë, Crassamen.

La grosse matiere que l'homme jecte hors et son urine, Retrimentum.

La matiere fecale, Aluus.

Quand l'homme jecte la matiere fecale mal cuicte, Cruda aluus.

¶ La matiere de quoy on escrit, Argumentum scripturae.

Tu m'escriras à fin que j'aye matiere de t'escrire, Scribes ad me, vt mihi nascatur epistolae argumentum.

Bailler aux enfans une matiere à demi faite, Praeformatam materiam pueris dare. B.

Depescher matiere, Absoluere de re aliqua.

Fournir de matiere, Criminibus suis materiam suggerere.

Renvoyer la matiere au Senat, Causam ad Senatum reiicere.

Cela ne vient point mal à propos, veu la matiere subjecte, Pro re nata non incommodum.

Chose où il y a grande matiere, Res argumentosa. B.

Un meneur de matieres, Un devideur de matieres, Transactor confectorque negotiorum. B.

Proces en matiere beneficiale, Controuersiae sacerdotiorum. B.

Matiere petitoire, Actio in rem. B.

Demandeur en matiere petitoire, Petitor ac rei vindicator. B.

Choses pertinentes et afferentes à la matiere, Ea quae in rem sunt. Bud.

Choses impertinentes et non servans à la matiere, Quae ab re sunt. Bud.

Matiere possessoire, Formula interdicti. Bud.

La Cour est saisie de la matiere, Disceptatio rei ad Curiam transiit, Causa Curiae authorata est. B.

La Cour n'est point saisie de la matiere jusques, etc. Causa non ante Curiae ditionis fines ingressa videtur, quam prouocatione denuntiata, et die dicta iudici et prouocato. B.

matière


MATIèRE, s. fém. [2e è moy. 3e e muet.] 1°. Ce dont une chôse est faite. "Le bois et la pierre sont la matière dont on fait les bâtimens. "Cet ouvrage est beau et riche, mais l'art y surpasse la matière. = 2°. En Philosophie, la substance étendûe et impénétrable, susceptible de toute sorte de formes. "Matière première. "La matière et la forme. = 3°. En Médecine, excrémens. "La matière fécale. "Matière louable, crue, cuite. "Les matières ne sont pas liées. = 4°. Sujet sur lequel on écrit ou l'on parle. "La matière d'un discours. "Matière sèche, stérile, ingrate; ou, riche, abondante. "La Table des matières est fort utile quand elle est bien faite. = 5°. Cause, sujet, motif, ocasion. "Il n'y a pasmatière à se fâcher. "Doner matière de parler. "Il n'y a pas matière de procês. C'est matière de confession. = On dit aussi servir de matière (sans article) et fournir de la matière, ou matière (avec l'article ou sans article). Boileau dit fournir de matière, en quoi il n'est pas à imiter.
   Je veux que la valeur de ses aïeux antiques
   Ait fourni de matière aux plus vieilles chroniques.
Il aurait falu dire, ait fourni matière, ou de la matière; mais avec le 1er, il y aurait eu une syllabe de moins, et avec le second une syllabe de trop. = Joint au Verbe avoir, impersonel, il régit à ou de, le 1er dans la phrâse négative, le 2d dans l'afirmative. "Il n'y a pas matière à se fâcher. "Il y a matière de rire. Fontenelle a employé la prép. de, quoique le sens fût négatif. "Je ne vois pas qu'il y ait matière sur tout cela d'exercer beaucoup l'esprit. Il est vrai que la négative n'afecte pas l'expression, il y a matière, et que dâilleurs, sur tout cela à exercer aurait produit quelque cacophonie par la rencontre de deux a; mais cela n'excûse pas beaucoup l'Écrivain: et il aurait été mieux de dire, sur tous ces objets à exercer, etc. = Pour les noms à est plus sûr et plus régulier, que le sens soit négatif ou afirmatif. "Il y a matière à procês: il n'y a pas matière à discussion. L'Académie met un exemple contraire. "Il n'y a pas matière de querelle, de procès. Mais je pense que à querelle, à procès seraient davantage suivant l'usage et le génie de la langue. = 6°. Matière d'or, d'argent, les espêces fondûes pour la fabrication des monaies. "On doit porter ces matières à la monaie. = 7°. Matière se dit par oposition à l'Esprit. Au dessus de la matière; dégagé de la matière. = 8°. En matière de Religion, de guerre, de procès. "En matière civile, ou criminelle.

Synonymes et Contraires

matière

nom féminin matière
1.  Domaine considéré.
2.  Ce qui occasionne quelque chose.
3.  Substance particulière.
4.  Sujet d'un ouvrage.
contenu, fond, sujet, thème -littéraire: trame.
Traductions

matière

Materie, Stoff, Fach, Inhalt, Unterrichtsfach, Materialmatter, subject, material, stuffmaterie, stof, zelfstandigheid, materiaal, (school)vak, onderwerp, vak, kwestieחומר (ז), מטריה (נ), נושא (ז), עניין (ז), עִנְיָן, חֹמֶרmatèriamaterie, stof, materiale, sagmateriomateria, asunto, materialanyagbahan, materialmateria, materiale, questionemateriamatéria, assunto, materialматерия, вещество, дело, материалmateria, material, sakύλη, ουσία, υλικόمَادَّةٌ, مَسْأَلَةٌmateriál, záležitostaine, materiaalimaterijal, pitanje材料, 物質문제, 재료grunnstoff, materialemateria, materiałวัสดุ, สิ่งที่ต้องทำmadde, malzemevấn đề, vật liệu事件, 材料 (matjɛʀ)
nom féminin
1. ce dont une chose est faite, substance une matière douce
2. ce qui est enseigné les matières scientifiques
3. en ce qui concerne

matière

[matjɛʀ] nf
(PHYSIQUE)matter
(= matériau) → material, matter no pl
(= sujet) [livre] → subject matter
(ÉDUCATION)subject
Le latin est une matière facultative → Latin is an optional subject.
en matière de → as regards
donner matière à → to give cause to
matière grise nfgrey matter (Grande-Bretagne), gray matter (USA)
matière plastique nfplastic
matières fécales nfplfaeces
matières grasses nfplfat sg
0% de matières grasses → fat-free
matières premières nfplraw materials