mercantile

mercantile

adj. [ de l'it. ]
Animé par l'appât du gain, le profit : Un homme d'affaires mercantile cupide ; désintéressé, philanthrope

MERCANTILE

(mèr-kan-ti-l') adj.
Qui a rapport au commerce, qui se livre au commerce.
Il faut convenir que la littérature, car c'est ainsi que cela s'appelle, a beaucoup gagné du côté des spéculations mercantiles [LAHARPE, Corresp. t. IV, p. 210]
Le calcul décimal peut convenir à un peuple mercantile [CHATEAUB., Génie, IV, I, 4]
Arithmétique mercantile, celle qui n'est propre qu'aux marchands, pour la distinguer de celle des géomètres, des algébristes, etc.
Plus ordinairement, se dit, en mauvaise part, des choses commerciales, avec l'idée d'un gain sordide.
Tout secret dans les arts arraché à la politique fausse et mercantile d'un pays, est, dans la réalité, un service rendu à toute l'espèce humaine [CONDORCET, Montigny.]
Fig.
Sans que rien de vénal et de mercantile ose approcher d'une si pure source [J. J. ROUSS., Prom. 9]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Mercantil [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. mercantile, de mercante, marchand (voy. MARCHAND).

mercantile

MERCANTILE. adj. des deux genres. Qui concerne le commerce. Il se prend surtout en mauvaise part. Esprit mercantile.

mercantile


MERCANTILE, adj. MERCANTILLE, s. f. [1re ê ouvert, 2e long. mouillez les ll du second.] Style mercantile, de marchand. Il ne se dit qu'en cette phrâse. = La mercantille, négoce de peu de valeur. = Trév. met pour l'adjectif, mercantil, ille. "La profession mercantille. Il met aussi mercantillement, d'une manière mercantille. Il ne met point le substantif. L'Acad. ne met que celui-ci. Le Rich. Port. ne met point l'adverbe et écrit mercantille, et pour le substantif, et pour les deux genres de l'adjectif.

Traductions

mercantile

מסחרי (ת), תגרני (ת)

mercantile

merkantil

mercantile

mercantile

mercantile

mercantesco

mercantile

商业

mercantile

商業

mercantile

商業

mercantile

[mɛʀkɑ̃til] adj (péjoratif)mercenary