mercier

mercier, ère

n.
Personne qui vend de la mercerie.

mercier

MERCIER, IÈRE. n. Celui, celle qui vend en gros ou en détail des objets de mercerie. Petit mercier. Mercier en gros.

MERCIER s'est dit aussi d'un Porteballe qui allait par les villes et par les villages pour y vendre toute sorte de menues marchandises.

Fig. et prov., Petit mercier, petit panier, ou À petit mercier, petit panier, Il faut que ceux qui ont peu de bien proportionnent leur dépense à leur revenu; et plus particulièrement, lorsqu'il s'agit de commerce, Il ne faut pas faire des spéculations, des entreprises au- dessus de ses forces.

mercier

Mercier dissyllabe, c'est un marchant de menue marchandise qui vend en petites loges d'ais, Mercator, Tabernarius.

mercier

Mercier, trisyllabe, c'est rendre graces à aucun, qu'on dit plus communément Remercier, combien que remercier semble avoir autant d'energie par dessus Mercier, que Redoubler à parsus Doubler. Les deux viennent de Merci, qui signifie aussi Bienfait, tout ainsi que Merced en Espagnol, car en merciant, ou remerciant, on fait mention, et rend on graces de la merci receuë, c'est à dire du bienfait receu, Agere gratias.

mercier


MERCIER, IèRE, s. m. et f. [Mêr-cié, ciè-re: 1reê ouv. 2e é fer. au 1er, è moy. et long au 2d.] Marchand ou marchande, qui vend en grôs ou en détail toute sorte de marchandises. — On apèle aussi de ce nom les porte balles, qui vont vendre dans les villages et à la campagne de menûes merceries. = Le Proverbe dit: à petit mercier, petit panier: quand on a peu de bien, il ne faut pas beaucoup dépenser.

Traductions

mercier

[mɛʀsje, jɛʀ] nm/fhaberdasher