messe


Recherches associées à messe: mezze

messe

n.f. [ du lat. ecclés. missa, action de renvoyer, de mittere, envoyer ]
1. Célébration fondamentale du culte catholique, qui commémore le sacrifice du Christ sur la Croix : Ils vont à la messe le dimanche matin. Servir la messe.
2. Musique composée sur les paroles des chants liturgiques de la messe : Une messe de Bach.
La messe est dite,
Fam. l'affaire est entendue, on ne peut plus changer la situation.
Messe basse,
messe dont toutes les parties sont lues et récitées et non chantées ; fam., entretien à voix basse entre deux personnes : Vos messes basses dérangent les autres spectateurs aparté
Messe chantée,
grand-messe.
Messe de minuit,
messe célébrée dans la nuit de Noël.

MESSE

(mè-s') s. f.
Dans le langage de l'Église, le sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ, suivant le rit prescrit. Le sacrifice de la messe. Célébrer la messe. Dire des messes pour quelqu'un, pour le repos de l'âme de quelqu'un.
En prenant de l'eau bénite, en faisant dire des messes [PASCAL, Pensées, X, 1]
Je fais tous les jours dire une messe pour vous ; c'est une dévotion qui n'est pas chimérique [SÉV., 15]
Je sentis un plaisir sensible d'aller à la messe, il y avait longtemps que je n'avais senti tant de joie d'être catholique [ID., 240]
Une goutte d'eau n'est pas plus semblable à une autre que la messe romaine est semblable, quant au fond et à la substance, à la messe que les Grecs et les autres chrétiens ont reçue de leurs pères [BOSSUET, Var. XIV, § 122]
En 1523, lorsque Luther réforma la messe et en dressa la formule, il ne changea presque rien de ce qui frappait les yeux du peuple [ID., ib. III, § 1]
Une courte messe où ils assistent, et où ils n'assistent qu'aux jours ordonnés, voilà souvent tout le fonds de leur piété et toute leur religion [BOURDAL., Exhort. Dign. div. des prêtres, t. I, p. 359]
Il faudra éviter certaines messes qui sont comme des rendez-vous d'un certain monde, et où l'on cherchait auparavant à se faire voir et à se distinguer [ID., Instruct. pour l'oct. du St Sacrem. Exhort. t. II, p. 298]
Je vous recommande de faire dire treize messes à l'autel de la Vierge de Notre-Dame, treize à Sainte-Geneviève, treize au Saint-Esprit, et treize au roi Jacques [MAINTENON, Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 9, dans POUGENS]
Lundi 1er janv. 1685, à Versailles.... le roi et Monseigneur, avec tous les chevaliers de l'ordre qui se trouvèrent ici, entendirent la messe des chevaliers, et il ne se trouva point de prélat de l'ordre pour la dire [DANGEAU, I, 101]
Ce matin donc, séduit par sa vaine promesse, J'y cours [au dîner] midi sonnant, au sortir de la messe [BOILEAU, Sat. III]
Il va tous les jours fort régulièrement à la belle messe, aux Feuillants ou aux Minimes [LA BRUY., VII]
Je trouvai le lendemain la messe du roi si belle, que je consentis à me faire catholique, à condition que je l'entendrais tous les jours, et qu'on me garantirait du fouet [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 33, dans POUGENS]
Le bon chevalier Bayard faisait toujours dire une messe, lorsqu'il allait se battre en duel [VOLT., Mœurs, 121]
Quel fut le fruit de toutes ces vastes entreprises [de Philippe II] qui tinrent si longtemps l'Europe en alarmes ? Henri IV, en allant à la messe, lui fit perdre la France en un quart d'heure [ID., ib. 166]
Messe basse, ou petite messe, celle qui se dit sans chant, et où les prières sont seulement récitées. Messe de paroisse, ou messe haute, ou grand'messe, celle qui est chantée par des choristes, que l'on célèbre quelquefois avec diacre et sous-diacre, et qui se dit à dix ou onze heures, par opposition à toutes les messes basses qui se disent le même jour. Est-ce la grand'messe qu'on sonne ? Mais on dit : grande messe par opposition à messe basse. Est-ce une grande messe ? Aurons-nous une grande messe ? La première messe, celle qui se dit au point du jour. Par opposition à cette première messe, on dit seconde messe, troisième messe, etc.
À la seconde messe, qui ne faisait que commencer, on a apporté la nouvelle que les ennemis battaient la chamade [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 250, dans POUGENS]
La première messe d'un prêtre, la première qu'il dit après son ordination. Messe ambrosienne, messe suivant le rite de l'Église de Milan. Messe grecque, messe suivant le rit grec et en langue grecque. Messe votive, messe pour quelque dévotion particulière, et qui n'est point de l'office du jour. Messe rouge, messe que les parlements faisaient célébrer après les vacances, pour recommencer leurs fonctions, et à laquelle ils assistaient en robes rouges. Messe conventuelle, celle qu'on est obligé de dire tous les jours dans certaines églises. Messe du Saint-Esprit, celle qu'on célèbre au commencement de quelque solennité, de quelque assemblée, à la rentrée des vacances universitaires. Messe d'ange, messe d'action de grâces que l'on dit au lieu de la messe funèbre pour les enfants morts au-dessous de sept ans. Messe de minuit, messe de la nuit de Noël, qui se célèbre à minuit.
Anciennement il n'y avait ni bancs ni chaises dans les églises ; on les jonchait de paille fraîche et d'herbes odoriférantes, surtout à la messe de minuit et autres grandes fêtes [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 127, dans POUGENS]
Messe en musique, celle où le Kyrie, le Gloria, le Credo, le Sanctus et l'Agnus dei, ou au moins quelques-uns de ces cinq morceaux sont chantés en musique et non pas en plain-chant. Messe de la pie, messe qu'on disait en souvenir de la condamnation portée contre la servante innocente du vol commis par une pie, à Palaiseau.
Tous les matins avant le jour, la messe de la pie que j'entends sonner à Saint-Eustache me semble un avertissement bien solennel aux juges et à tous les hommes d'avoir une confiance moins téméraire en leurs lumières [J. J. ROUSS., 1er dial.]
Messe sèche, dite aussi messe navale, messe des chasseurs, la récitation des prières de la messe qui n'est point accompagnée de la consécration, elle était usitée dans le moyen âge.
Saint Louis, dans ses voyages d'outre-mer, faisait tous les jours dire une messe sèche, de peur que le mouvement du navire ne fît répandre le sang consacré [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 317]
Messe privée, messe sans communiants. Messes d'une heure, messes nocturnes célébrées, d'après la superstition populaire en quelques parties de la Normandie, par des prêtres qui sont morts sans les avoir acquittées.
Familièrement. Voilà une messe qui sort de la sacristie, voilà un prêtre qui sort de la sacristie pour aller dire la messe. Voilà une messe qui sonne, voilà qu'on sonne une messe. Il a chanté messe tel jour, il a dit, ce jour-là, sa première messe. Ce prêtre vit de ses messes, il n'a que ses messes pour vivre, il vit des rétributions qu'il reçoit pour célébrer la messe.
La musique composée pour une grand'messe.
Il fallut, pour tout renseignement, me contenter d'une messe à quatre parties de sa composition et de sa main, qu'il m'avait laissée [J. J. ROUSS., Confess. V]

PROVERBES

  • Il a fait courte messe, il fera long dîner, et, inversement, il a fait longue messe, il fera court dîner.
  • Enfant de la messe de minuit, débauché qui va au cabaret au lieu d'aller à la messe de minuit.
  • Il ne faut pas se fier à un homme qui entend deux messes, il faut se défier des hypocrites.
  • Il ne va ni à messe ni à prêche, se dit d'un homme sans religion.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Messe et matines a li reis esculted [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Mise et maitines [, Roncisv. 8]
    L'apostole s'apreste pour la messe chanter [, Sax. XII]
    Là espousa Bernier sa moullier ; Après la mese sont venu del mostier [, Raoul de C. 237]
  • XIIIe s.
    Quant la messe fu dite [VILLEH., XVI]
    Ne purent une messe entierement oïr [, Berte, LXIII]
  • XIVe s.
    Si vouloit Jehan la promesse Tenir vroye comme la messe ; Mais la response fut trop dure [, Livre du bon Jehan, 1189]
  • XVe s.
    Nulz ne voit [va] oïr haulte messe ; Car le dimanche, pour la presse, Tous ensemble et chascun se passe [se contente] Moult legierement d'une basse [E. DESCH., Poésies mss. f° 408]
  • XVIe s.
    Le tenoit on huguenot, quoy qu'il allast à la messe ; mais on disoit à la cour : Dieu nous garde de la messe de M. de l'Hospital [BRANT., Cap. franç. t. II, p. 90, dans LACURNE]
    Le roy de Navarre demanda à d'Aubigné... s'il avoit faict ses Pasques ? Luy surpris respondit : " Hé, quoy donc, sire ? " Mais quand on redoubla, " et à quel jour ? " la response fut : " Vendredy [le vendredi saint], " pour avoir ignoré qu'il n'y avoit que ce pauvre jour en toute l'année sans messe [D'AUBIGNÉ, Mémoires, édit. LALANNE, p. 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. messa ; catal. missa ; espagn. misa ; portug. missa ; ital. messa ; du lat. missa, sur l'origine duquel on a quelque doute. Les uns le font venir de l'hébreu missah, offrande ; mais l'opinion la plus probable est qu'il vient de missus, envoyé, renvoyé, soit qu'il s'agisse du renvoi des catéchumènes qu'on faisait sortir avant de commencer la célébration de la messe, soit qu'il s'agisse du renvoi de l'assistance quand la messe était finie : ite, missa est.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MESSE. Ajoutez :
    Messe noire, messe où les ornements sont en noir.
    Le 21 janvier, à l'église de Saint-Maurice de Besançon, une messe noire a été dite à l'occasion de la mort de Louis XVI [, Journ. des Débats, 25 janv. 1875]
  • Au plur. Des grand'messes, comme on écrit : des grand'mères.
  • ÉTYMOLOGIE

    • Ajoutez :
      Missa ou missio désignait à Rome, dans le langage civil, un acte où le peuple avait à comparaître devant un supérieur ; c'était, à proprement parler, la formule de congé du supérieur aux inférieurs ; cette étymologie, à la fois historique et hiérarchique, est la véritable [NEFFTZER, Rev. german. XIII, 598]

messe

MESSE. n. f. Dans le langage de l'Église, le Sacrifice du corps et du sang de JÉSUS- CHRIST, qui se fait par le ministère du prêtre à l'autel, suivant le rite prescrit. Messe paroissiale. Dire, célébrer la messe, la sainte messe. Entendre, ouïr la messe. Aller à la messe. Le canon de la messe. Une messe des morts, des trépassés, ou de Requiem. Messe de bout de l'an. Messe de mariage. Messe de communion. Messe pontificale. Messe d'action de grâces. On dit trois messes le jour de Noël et le jour des Morts. La messe de minuit. Faire dire, fonder une messe, des messes pour quelqu'un. Sonner la messe. La messe en est à l'évangile. Manquer la messe. Au sortir de la messe. Chanter, servir la messe. La messe est dite. Un livre de messe.

Vin de messe. Voyez VIN.

La première messe, Celle qui se dit au point du jour. Il s'est levé de grand matin et a entendu la première messe.

La première messe d'un prêtre, La première qu'il dit après son ordination. J'ai assisté à sa première messe.

Messe basse, ou Petite messe, Celle qui se dit sans chant et où les prières sont seulement récitées. Messe chantée ou Grand-messe, Celle qui est chantée par le prêtre avec le concours de la maîtrise.

Messe en musique, Messe où le plain-chant est remplacé par des compositions musicales faites sur les paroles des chants liturgiques. Messe de Palestrina, de Gounod. Ce musicien a fait, a composé une belle messe. Cette messe est un chef-d'oeuvre.

Messe ambrosienne, Messe suivant le rite de l'Église de Milan.

Messe grecque, Messe suivant le rite grec et en langue grecque.

Messe votive, Messe pour quelque dévotion particulière et qui n'est point de l'office du jour.

Messe rouge, Messe que les cours souveraines de justice faisaient célébrer après les vacances pour leur rentrée, et à laquelle elles assistaient en robes rouges.

Messe noire se dit d'une Messe sacrilège en l'honneur de Satan.

messe

Messe, Missa, Sacrum, Res diuina, ab Hebraica dictione Missah, qui signifie selon aucuns autant que Oblatio.

Messe solennelle, Solennis eucharistia. B. Res sacra peracta cum solenni apparatu, et ministerio primario et secundario, id est, Diacono et hypodiacono et choreutis trabeatis, id est, enchappez ou vestus de leurs dalmatiques.

Messe seiche, Abstemium sacrificium. B.

La messe et service de la paroisse, Curionia sacra, vel curialia. B.

J'ay esté en une bien longue messe, Nouendiali sacro adfui. B.

Apres la messe, Secundum rem diuinam precationemque. B.

Dire ou chanter ou celebrer messe, Rem diuinam, et Res diuinas facere, Sacrum eucharistiae facere, Sacro charisterio operari, Operari sacris. B.

Dire messe à Diacre ou Soubdiacre, Sacrum eucharistiae, vel charisterij facere cum Diacono et hypodiacono, vel cum ministro et subadiuua et choreutis. B.

Dire une haute messe, Rem diuinam facere cum precationibus in canticum recitatis. B.

Dire une messe de sainct Pierre, sainct Paul, sainct Esprit, Rem diuinam facere Diuo Petro, Paulo, Paracleto spiritui.

messe


MESSE, s. f. [Mèce: 1reè moy. 2e e muet.] Le sacrifice de nos Autels. "Grand' messe, ou messe haute; petite messe, ou messe bâsse. "Dire, célébrer la messe. "Entendre, ouïr la messe. "Après la messe; au sortir de la messe, etc.
   Rem. Le peuple dit, la sainte messe, et il a plus que raison pour le fond; il n'y a rien de plus saint; mais l' usage est de dire simplement la messe: dire la messe; entendre la messe. "Je me rendrai si savant, en le voyant étudier que je vous promets de savoir quelque jour vous dire la sainte messe. Mariv. c'est un paysan qui parle.
   On demandait à Ménage s'il falait dire, ouïr la messe, ou bien, ouïr messe. Il répond dans ses Observations, que le 1er lui semblait le mieux dit, mais qu'il ne voudrait pourtant pas blâmer ceux qui disent le 2d. On ne le dit plus aujourd'hui.

Traductions

messe

massmis, kerkMesse, Gottesdienstλειτουργία, ακολουθίαmisamessaقُدّاسُmšemessemessumisaミサ미사messemszamissaмессаmässaพิธีมิสซาayinlễ ban thánh thể弥撒маса (mɛs)
nom féminin
cérémonie du culte catholique

messe

[mɛs] nfmass
aller à la messe → to go to mass
messe de minuit → midnight mass
faire des messes basses (fig) → to mutter